éléments Wikidata

Livre:Créquy - Souvenirs, tome 5.djvu

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Créquy - Souvenirs, tome 5.djvu
TitreSouvenirs de la Marquise de Créquy de 1710 à 1803 Voir et modifier les données sur Wikidata
VolumeTome 5
AuteurMarquise de Créquy Voir et modifier les données sur Wikidata
Maison d’éditionGarnier frères, libraires éditeurs
Lieu d’éditionParis
Année d’édition1873
BibliothèqueBibliothèque nationale de France
Fac-similésdjvu
AvancementÀ valider
Série1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10

Pages

TABLE

DES MATIÈRES CONTENUES DANS CE CINQUIÈME VOLUME.

 
Pages
Chapitre I. Les portraits de famille et les traditions. — Un tableau de Van Goyen. — Un Cardinal-Patriarche. — Un voyage en France au XVIe siècle. — Le Comte de Vendôme et le Chevalier Bienheuré. — Scène populaire. — Singulier privilége des Cardinaux. — L’Abbaye de la Trinité, la tour Magne et le château de Vendôme. — La fleur de lys du Pinde au miroir des histoires. — La famille de Musset. — Origine et durée de ses relations avec celle de Créquy. — Souvenir honorable. — Exhortation de l’auteur. — Mademoiselle de Musset et le chevalier de Créquy. — La belle du coche. — Galanterie désappointée. — Une visite chez un avare. — La confession du un échafaud. — Grâce accordée par le Cardinal de Créquy.
Chap. II. Une dame de province en 1760. — Les chemins vicinaux. — Une gentilhommière du Maine. — Mauvais gîte. — Accident de voyage et souper ridicule. — Effet d’un bon arrangement pour rétablir sa fortune. — Ruine et restauration du château de Fontenay-sur-Sarthe. — Maxime de Mme de Maintenon sur le bon goût. — Le meurtrier pénitent. — Sentence de mort contre un Curé. — Sa grâce obtenue par l’auteur. — Indiscrétion de l’Abbé Lamourette au sujet d’une confession de Mme de la R. — Remarque sur le secret gardé par les prêtres apostats depuis la révolution.
Chap. III. Le Duc de la Vauguyon. — Le Dauphin. — Le Comte de Provence et le Comte d’Artois. — Éducation de ces princes. — Parfaite bonté de Louis XVI. — Sa clémence à l’égard di sieur Thiriot. — Réponse de ce Prince à son grand-prévôt de l’hôtel. — Monsieur, frère du Roi. — Son caractère pendant sa jeunesse. — Son goût pour les mystifications. — Lettre de ce Prince au Duc de Penthièvre. — Énigme et madrigal composés par Louis XVIII. — L’animal fantastique et les œufs de crocodile. — La Comtesse de Tessé. — Nouvelle école épistolaire. — Lettre pseudonyme sous le nom de Mme de Tessé. — Marivaudage et Crébillonage. — M. de Talleyrand et le style de ses billets. — Le Comte d’Artois adolescent. — Son seul défaut. — Remarque de la Duchesse de Beauvilliers. — Le Cardinal de Rohan. — Son ambassade à Vienne. — Cause de son inimitié avec le Baron de Breteuil. — Mariage du Dauphin. — Portrait de l’Archiduchesse Marie Antoinette. — Son arrivée en France. — Le mariage, le bal de la ville, et le feu de joie. — Présages sinistres. — Accidens funestes. — La nuit dans un fossé. — Mot de la Comtesse de Gisors. — Le Prévôt des marchands. — Sa famille. — Bignoniana.
Chap. IV. Annuaire nécrologique pour 1770. — Le chimiste Rouelle et son horreur du plagiat. — Sa définition de l’homme. — Une espièglerie de M. de Buffon. — Le physicien Mairan. — Son thermomètre au vestiaire. — Mot de cet académicien sur Mme du Châtelet. — Sa mort et son héritage. — Le philosophe d’Argens. — Mot de Chamfort sur les Marquis philosophes et la Foire-aux-Marquis. — Contributions imposées par le Roi de Prusse sur ses pensionnaires à l’Académie de Berlin. — Colère de Voltaire et de Maupertuis contre cet impôt fiscal et cette mesure financière. — Gentil Bernard. Son portrait et son caractère. — Le docteur Sénac et M. Sénac de Meilhan, fils du docteur. — L’abbé d’Espagnac au pharaon. — Exécution de cet abbé contre M. de Meilhan. — Moncrif, historiographe de France. — Épigrammes et méchancetés de Voltaire à l’égard de Moncrif. — Le Poëte Roy. — Ses épigrammes et sa correction. — Un mensonge de M. de Voltaire, sa découverte et sa punition. — M. de Crône et le Baron d’Hunolstein. — Leur étrange conduite à l’égard de Moncrif et de Voltaire. — Extrême vieillesse de Moncrif. — Ignorance où l’on était sur son âge. — Son épitaphe. — Crébillon fils. — Ses deux portraits. — Le présumable et l’effectif. — Ses ouvrages et son mariage. — Son parallèle avec Jean-Jacques Rousseau. — Le nouvelliste Bachaumont. — Son caractère et ses mémoires. — La Présidente Doublet de Persan. — Le bureau d’esprit et les nouvelles à-la-main. — Fâcheux effets de cette sorte de publication. — Tracasseries à propos d’une épigramme. — Réclamation de la famille de l’auteur. — Explication. — Le Marquis de Mirabeau, le Lieutenant de police et le Bailly de Froulay. — Excuses du Marquis. — Véritable épigramme contre lui. — Bouts rimés remplis par Mme de Créquy. Autre épigramme de l’auteur en forme de dissertation littéraire.
Chap. V. M. Necker et MM. Thélusson. — M. Bouzard. — Lettre du Comte de Lauraguais à M. Necker. — Rancune et vengeance de ce dernier. — Exil de M. de Lauraguais. — Mme Necker. — Son portrait, sa pruderie, ses logomachies ridicules, etc. — L’hôtel Thélusson. — L’hospice Necker. — Mme Necker à l’Académie française. — La famille Necker à l’hôpital des fous. — Mme Trudaine. — Histoire d’une victime de l’arbitraire. — M. de Guitry. — Désappointement philanthropique. — Le Baron de Peyrusse. — Désappointement amoureux. — Plusieurs anecdotes sur la famille Necker. — Épitre de Voltaire à Mme Necker. — Mme de Staël. — Épigramme du Comte de Sesmaisons. — Benjamin Constant. — Reproche que lui fait Mme de Staël. — Ses habitudes inhospitalières et son amour de l’économie. — MM. de Narbonne et de Montmorency. — Mme de Staël à l’hôtel de Breteuil. — Sa visite au château de Conflans. — Son enthousiasme pour un portrait, pour une épigramme et pour un madrigal. — L’Abbé Maury et Mme de Staël. — Accusation grave. — Citation de Delphine, etc.
Chap. VI. Mme du Barry et les Barrymore. — Mme de Mirepoix et le Vicomte de Laval. — Arrangement de famille au sujet de Mme du Barry. — Résultat d’un souper dans les petits appartemens de Versailles. — Laharpe chez Mme du Barry. — Mme de St.-Jullien, surnommée le papillon philosophe. — Lecture de Voltaire chez Mme de St.-Jullien. — Brouillerie qui en est la suite. — Lettre d’éloges adressée par Voltaire à Mme du Barry. — Mort du Maréchal d’Armentières et du Marquis de Chauvelin. — Pressentimens du Roi. — Sa maladie. — Sa mort. — Exil de Mme du Barry. — Rappel du Comte de Maurepas.
Chap. VII. M. de Maurepas. — Inconvéniens de son caractère. — Mme de Maurepas. — Ses habitudes de langage et d’économie. — Retour de son exil. — L’hôtel de Phélippeaux. — La mode de la régence. — Le vieux mobilier. — Les Phélippeaux, c’est-à-dire le Duc de la Vrillière, le Comte de Maurepas, le Comte de Pontchartrains, l’Archevêque de Bourges et le Marquis d’Herbaut, son frère. — Leurs dettes payées par Mme de Maurepas. — La Comtesse de Beauharnais et sa famille. — Mme de Miramion et les Miramiones. — Mylord Goys et Mlle d’Eon. — Mystification organisée par un ministre. — Le trompeur mystifié. — Les ordres royaux et le respect pour leurs insignes. — Le libelliste Morande. — Une intrigue de Beaumarchais. — Mystification pour un ministre. — L’abbé d’Espagnac et la force du sang. — Plusieurs autres mystifications chez le Duc d’Orléans, chez M. de Tymbrune, etc.
Chap. VIII. L’île St-Louis. — L’ancien hôtel de Mesmes, aujourd’hui l’hôtel Lambert. — La Présidente de Mesmes. — Mlle de Thou et Mme Brisson. — La famille le boulanger. — L’abbé de Pomponne. — La Société du Parlement et la Société du Châtelet. — Ridicules de cette dernière coterie. — M. Lenoir et Mme Leblanc. — La famille Daine. — Le régiment des gardes avec un Monsieur du Châtelet, en coq-à-l’âne. — Les financiers ridicules. — Beaujon, Bouret, Pâris, etc. — Sentiment de l’auteur sur Mme de la Poupelinière et Mme d’Épinay. — Mme de la Reynière. — Son portrait par Mme de Genlis. —Anecdotes.
Chap. IX. Littérature du temps. — Le connétable de Bourbon, tragédie de M. de Guibert. — Jugement de l’auteur sur cette pièce. — Le Duc d’Aumont et Mme de Villeroy, sa fille. — Séance de l’Académie française. — Élection de l’Évêque de Senlis. — Sa réception. — Note sur M. l’Abbé de Pradt. — Citation de l’Abbé de Voisenon. — Discours de Condorcet. — Un opéra de Marmontel. — Un drame de Laharpe. — Protection du Comte de Provence en faveur du poëte. — Citation d’un passage retranché dans Mélanie. — La tragédie de Manco-Capac. — Citations d’Helvétius, de Mercier, de Diderot, etc. — Prévision du Dauphin Louis IX. — Oraison trouvée dans ses heures. — Passage d’un sermon de l’Abbé de Boismont. — Un possédé. — L’Exorcisme.
Chap. X. Quatre suicides et quatre mésalliances en 1784. — L’auteur y voit un mauvais présage. — Les Jansénistes parlementaires. — Leurs poursuites contre l’Archevêque de Paris. — Une enquête au couvent des Capucins. — Interrogation de l’auteur à M. de Talleyrand. — Mort du Garde-des-Sceaux, M. de Lamoignon. — Réflexions sur les familles de magistrature qui quittent la robe pour l’épée. — Geneviève Galliot et le Prince de Lamballe. — Mme la Duchesse douairière d’Orléans. — Un portrait de femme. — Une confidence. — Un mariage secret.
Chap. XI. Le Prince de Lamballe et Geneviève Galliot (suite.) — Inquiétude de M. de Penthièvre. — Un souper chez le Duc d’Orléans (Philippe Égalité.) — Suite d’une mésalliance. — Mme de Saint-Paër. — Encore un suicide. — Bonté de M. de Penthièvre. — Les caveaux de l’église de Dreux. — La Princesse de Lamballe. — Son mariage et sa mort. — Le Prince et les Comtes de Carignan. — Agathe Sticoti. — Mme d’Hérouville et la Marquise de St.-Chamond.
Chap. XII. Les mésalliances. — Procès de MM. de Labédoyère contre la Demoiselle Sticoti. — Mariage secret du Prince de Carignan. — Lolotte, autrement dite Mme d’Hérouville. — Mlle Mazzarelli, ou la Marquise de St.-Chamond. — La procession des Cordons-Bleus. — La Demoiselle Simonnet devenue Comtesse de Vaulx. — Ses procès avec le Juge d’Armes de France. — Les Vous et les Tu.