éléments Wikidata

Livre:Bernard - Introduction à l’étude de la médecine expérimentale, Baillière, 1865.djvu

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Bernard - Introduction à l’étude de la médecine expérimentale, Baillière, 1865.djvu
TitreIntroduction à l’étude de la médecine expérimentale Voir et modifier les données sur Wikidata
AuteurClaude Bernard Voir et modifier les données sur Wikidata
Maison d’éditionJ. B. Baillière
Lieu d’éditionParis
Année d’édition1865
BibliothèqueGoogle
Fac-similésdjvu
AvancementÀ corriger

Pages

- - - - - - - - - - 005 006 007 008 009 010 011 012 013 014 015 016 017 018 019 020 021 022 023 024 025 026 027 028 029 030 031 032 033 034 035 036 037 038 039 040 041 042 043 044 045 046 047 048 049 050 051 052 053 054 055 056 057 058 059 060 061 062 063 064 065 066 067 068 069 070 071 072 073 074 075 076 077 078 079 080 081 082 083 084 085 086 087 088 089 090 091 092 093 094 095 096 097 098 099 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318 319 320 321 322 323 324 325 326 327 328 329 330 331 332 333 334 335 336 337 338 339 340 341 342 343 344 345 346 347 348 349 350 351 352 353 354 355 356 357 358 359 360 361 362 363 364 365 366 367 368 369 370 371 372 373 374 375 376 377 378 379 380 381 382 383 384 385 386 387 388 389 390 391 392 393 394 395 396 TDM TDM TDM TDM - - - - - -

TABLE DES MATIÈRES
PREMIÈRE PARTIE.
DU RAISONNEMENT EXPÉRIMENTAL.
Introduction 5
CHAPITRE PREMIER.De l’observation et de l’expérience
11
§ I. Définitions diverses de l’observation et de l’expérience
12
§ II. Acquérir de l’expérience et s’appuyer sur l’observation est autre chose que faire des expériences et faire des observations
20
§ III. De l’investigateur ; de la recherche scientifique
25
§ IV. De l’observateur et de l’expérimentateur ; des sciences d’observation et d’expérimentation
28
§ V. L’expérience n’est au fond qu’une observation provoquée
35
§ VI. Dans le raisonnement expérimental, l’expérimentateur ne se sépare pas de l’observateur
39
CHAP. II.De l’idée à priori et du doute dans le raisonnement expérimental
48
§ I. Les vérités expérimentales sont objectives ou extérieures
51
§ II. L’intuition ou le sentiment engendre l’idée expérimentale
57
§ III. L’expérimentateur doit douter, fuir les idées fixes et garder toujours sa liberté d’esprit
63
§ IV. Caractère indépendant de la méthode expérimentale
71
§ V. De l’induction et de la déduction dans le raisonnement expérimental
77
§ VI. Du doute dans le raisonnement expérimental
85
§ VII. Du principe du critérium expérimental
92
§ VIII. De la preuve et de la contre-épreuve
97
DEUXIÈME PARTIE.
DE L’EXPÉRIMENTATION CHEZ LES ÊTRES VIVANTS.
CHAPITRE PREMIER.Considérations expérimentales communes aux êtres vivants et aux corps bruts.
101
§ I. La spontanéité des corps vivants ne s’oppose pas à l’emploi de l’expérimentation.
101
§ II. Les manifestations des propriétés des corps vivants sont liées à l’existence de certains phénomènes physico-chimiques qui en règlent l’apparition
104
§ III. Les phénomènes physiologiques des organismes supérieurs se passent dans les milieux organiques intérieurs perfectionnés et doués de propriétés physico-chimiques constantes
107
§ IV. Le but de l’expérimentation est le même dans l’étude des phénomènes des corps vivants et dans l’étude des phénomènes des corps bruts
112
§ V. Il y a un déterminisme absolu dans des conditions d’existence des phénomènes naturels, aussi bien dans les corps vivants que dans les corps bruts
115
§ VI. Pour arriver au déterminisme des phénomènes dans les sciences biologiques comme dans les sciences physico chimiques, il faut ramener les phénomènes à des conditions expérimentales définies et aussi simples que possible
122
§ VII. Dans les corps vivants, de même que dans les corps bruts, les phénomènes ont toujours une double condition d’existence
127
§ VIII. Dans les sciences biologiques comme dans les sciences physico-chimiques, le déterminisme est possible, parce que dans les corps vivants comme dans les corps bruts, la matière ne peut avoir aucune spontanéité
132
§ IX. La limite de nos connaissances est la même dans les phénomènes des corps vivants et dans les phénomènes des corps bruts
137
§ X. Dans les sciences des corps vivants, comme dans celles des corps bruts, l’expérimentateur ne crée rien ; il ne fait qu’obéir aux lois de la nature
145
CHAP. II.Considérations expérimentales spéciales aux êtres vivants
150
§ I. Dans l’organisme des êtres vivants, il y a à considérer un ensemble harmonique des phénomènes.
150
§ II. De la pratique expérimentale sur les êtres vivants.
163
§ III. De la vivisection.
172
§ IV. De l’anatomie normale dans ses rapports avec la vivisection.
182
§ V. De l’anatomie pathologique et des sections cadavériques dans leurs rapports avec la vivisection.
195
§ VI. De la diversité des animaux soumis à l’expérimentation ; de la variabilité des conditions organiques dans lesquelles ils s’offrent à l’expérimentateur.
200
1° Conditions anatomiques opératoires.
204
2° Conditions physico-chimiques du milieu intérieur.
200
Eau.
206
Température.
207
Air.
209
Pression.
209
Composition chimique.
210
3° Conditions organiques.
211
§ VII. Du choix des animaux, de l’utilité que l’on peut tirer pour la médecine des expériences faites sur les diverses espèces animales.
211
§ VIII. De la comparaison des animaux et de l’expérimentation comparative.
221
§ IX. De l’emploi du calcul dans l’élude des phénomènes des êtres vivants ; des moyennes et de la statistique.
226
§ X. Du laboratoire du physiologiste et des divers moyens nécessaires à l’étude de la médecine expérimentale.
247
TROISIÈME PARTIE.
APPLICATIONS DE LA MÉTHODE EXPÉRIMENTALE À L’ÉTUDE DES PHÉNOMÈNES DE LA VIE.
CHAPITRE PREMIER.Exemples d’investigation expérimentale physiologique
265
§ I. Une recherche expérimentale a pour point de départ une observation.
266
§ II. Une recherche expérimentale a pour point de départ une hypothèse ou une théorie.
285
CHAP. II.Exemples de critique expérimentale physiologique
302
§ I. Le principe du déterminisme expérimental n’admet pas des faits contradictoires
304
§ II. Le principe du déterminisme repousse de la science les faits indéterminés ou irrationnels
313
§ III. Le principe du déterminisme exige que les faits soient comparativement déterminés
317
§ IV. La critique expérimentale ne doit porter que sur des faits et jamais sur des mots
322
CHAP. III.De L’investigation et de la critique appliquée à la médecine expérimentale
333
§ I. De l’investigation pathologique et thérapeutique
333
§ II. De la critique expérimentale pathologique et thérapeutique
339
CHAP. IV.Des obstacles philosophiques que rencontre la médecine expérimentale
343
§ I. De la fausse application de la physiologie à la médecine
343
§ II. L’ignorance scientifique et certaines illusions de l’esprit médical sont un obstacle au développement de la médecine expérimentale
351
§ III. La médecine empirique et la médecine expérimentale ne sont point incompatibles ; elles doivent être au contraire inséparables l’une de l’autre
359
§ IV. La médecine expérimentale ne répond à aucune doctrine médicale ni à aucun système philosophique
382


FIN DE LA TABLE DES MATIÈRES.


Paris. — Imprimerie de E. Martinet, rue Mignon, 2.