Correspondance de Voltaire/Nov-1757-Dec-1758

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Correspondance : Novembre 1757 — Décembre 1758
Garnier (Œuvres complètes de Voltaire, tome 39p. Tdm).
3442. 
M. Dupont, avocat. Au Chêne, 5 novembre 1757. — « Croyez-moi, je renonce. » 
 B.
3443. 
Tronchin, de Lyon. Délices, 5 novembre. — « Les gens dont je vous parlais. » 
 C. et F. (Suppl.)
3444. 
Le duc de Richelieu. Délices, 5 novembre. — « Je sais bien que quand on fait. » 
 B.
3445. 
Tronchin, de Lyon. Délices, 7 novembre. — « Je crois Leipsick secouru. » 
 C. et F. (Suppl.)
3446. 
Le comte d’Argental. Délices, 8 novembre. — « Cela est d’une belle âme. » 
 B.
3447. 
Darget. Délices, 9 novembre. — « Vous aurez votre part. » 
 B.
3448. 
Tronchin, de Lyon. 11 novembre. — « On est aigri par l’infortune. » 
 C. et F.(Suppl.)
3449. 
Frédéric II. roi de Prusse. 13 novembre. — « Vôtre Épître à d’Argens. » 
 B.
3450. 
M. et Mme d’Épinai. — « Je ne suis point encore. » 
 B.
3451. 
Tronchin, de Lyon. Délices. 17 novembre. — « Voici encore une requête. » 
 C. et F.(Suppl.)
3452. 
La comtesse de Lutzelbourg. Délices, 19 novembre. — « Je n’ai que le temps. » 
 B.
3453. 
Le comte d’Argental. Délices, 19 novembre. — « Vous avez un cœur plus tendre. » 
 B.
3454. 
Frédéric II, roi de Prusse. Délices, 19 novembre. — « Vous devez, dites-vous. » 
 Pr.
3455. 
Le marquis de Thibouville. Délices, novembre. — « Mme Denis est malade. » 
 B.
3456. 
Dom Fangé, abbé de Senones. 20 novembre. — « Il serait difficile de faire. » 
 B.
3457. 
Thieriot. Délices, 20 novembre. — « Je vois par vos lettres. » 
 B.
3458. 
Mme d’Épinai. — « André est un paresseux. » 
 B.
3459. 
De la margrave de Baireuth. 23 novembre. — « Mon corps a succombé. » 
 B.
3460. 
Tronchin, de Lyon. Délices, 23 novembre. — « Vous avez reçu les relations. » 
 C. et F. (Suppl.)
3461. 
La duchesse de Saxe-Gotha. Délices, 24 novembre. — « La lettre dont Votre Altesse sérénissime m’honore. » 
 B. et F.
3462. 
M. d’Épinai. — « Heureusement Mme d’Épinai. » 
 B.
3463. 
M. Bertrand. 26 novembre. — « Mon cher et humain philosophe, l’aîné Cramer. » 
 B.
3464. 
De la margrave de Baireuth. 30 novembre. — « Schweidnitz est pris. » 
 B.
3465. 
Mme d’Épinai. — « Quand je vous appelai. » 
 B.
3466. 
Le comte d’Argental. Délices, 2 décembre 1757. — « Dès que vous m’eûtes écrit, » 
 B.
3467. 
D’Alembert. Délices, 2 décembre. — « Dumarsais n’a commencé à vivre. » 
 B.
3468. 
Tronchin, de Lyon. 2 décembre. — « L’homme respectable qui pense. » 
 C. et F.
3469. 
Le comte d’Argental. 2 décembre. — « Ne pourriez-vous point. » 
 B.
3470. 
Mme d’Épinai. — « Pour aujourd’hui. » 
 B.
3471. 
Le comte d’Argental. 3 décembre. — « Je vous écrivis. » 
 B.
3472. 
M. Bertrand. Délices, 5 décembre. — « Je crois que les Prussiens. » 
 B.
3473. 
La comtesse de Lutzelbourg. Délices, 5 décembre. — « Le petit Gayot ne nous apprend rien. » 
 B.
3474. 
D’Alembert. Délices, 6 décembre. — « Je reçois votre lettre du 1er de décembre. » 
 B.
3475. 
Tronchin, de Lyon. 7 décembre. — « Vous devez savoir. » 
 C. et F.
3476. 
Thieriot. Délices, 7 décembre. — « Vous avez su comment. » 
 B.
3477. 
Tronchin, de Lyon. 8 décembre. — « Je soupçonne que la lettre. » 
 C. et F. (Suppl.)
3478. 
Le comte d’Argental. Aux Délices, 10 décembre. — « Je reçois une lettre de Babet. » 
 B.
3479. 
De Mme d’Épinai à M. Grimm. — « Je comptais, mon tendre ami. » 
 Mém. de Mme d’Ép.
3480. 
Mme de Fontaine. Délices, 10 décembre. — « Que faites-vous ? » 
 B.
3481. 
Tronchin, de Lyon. Délices, 10 décembre. — « Vous savez sans doute. » 
 Rev. Suisse.
3482. 
Darget. 10 décembre. — « J’ai lu le projet de l’hôpital. » 
 B.
3483. 
Tronchin, de Lyon. Délices, 11 décembre. — « La ratification de la capitulation. » 
 C. et F. (Suppl.)
3484. 
Mme d’Épinai. — « C’est grand dommage. » 
 B.
3485. 
Le comte d’Argental. Délices, 12 décembre. — « Voici le plus grand service. » 
 B.
3486. 
D’Alembert. Délices, 12 décembre. — « Vous savez tous les murmures. » 
 B.
3487. 
Mme d’Épinai. — « Je demande aujourd’hui la permission. » 
 B.
3488. 
Le comte d’Argental. Délices, 17 décembre. — « Il faut que vous me pardonniez. » 
 B.
3489. 
Mme d’Épinai. — « On est au. pieds. » 
 B.
3490. 
Tronchin, de Lyon. Lausanne, 20 décembre — « Vous savez la nouvelle victoire. » 
 C. et F. (Suppl.)
3491. 
Le comte d’Argental. Lausanne, 20 décembre, au soir. — « Quand les Prussiens tuent tant de monde. » 
 B.
3492. 
Vernes. Lausanne, 24 décembre. — « Voici ce que me mande. » 
 B.
3493. 
De Mme d’Épinai à M. Grimm. — « J’ai encore passé une journée. » 
 Mém. de Mme d’Ép.
3494. 
M. Bertrand. Lausanne, 24 décembre. — « Si votre thermomètre à l’air. » 
 B.
3495. 
Tronchin, de Lyon. Lausanne, 24 décembre, — « Je viens d’expédier sûrement. » 
 C. et F. (Suppl.)
3496. 
Mme d’Épinai. Lausanne, 26 décembre. — « Des préjugés sage ennemie. » 
 B.
3497. 
De la margrave de Baireuth. 27 décembre. — « Si mon corps voulait se prêter. » 
 B.
3498. 
De Mme d’Épinai à M. Grimm. — « Je vais passer deux ou trois jours chez Voltaire. » 
 Mém. de Mme d’Ép.
3499. 
M. Bertrand. Lausanne, 27 décembre. — « Je vous souhaite une bonne et tranquille année. » 
 B.
3500. 
M. Vernes. Lausanne, 29 décembre. — « Oui. je vous tiens. » 
 B.
3501. 
D’Alembert. Lausanne, 29 décembre. — « (Tibi soli.) Mon cher et courageux philosophe, je viens de lire. » 
 B.

1758

3502. 
De la margrave de Baireuth. — « Le 2 janvier, car grâce au ciel. » 
 B.
3503. 
D’Alembert. Lausanne, 3 janvier. — « Le peu que je viens de lire. » 
 B.
3504. 
Tronchin, de Lyon. Lausanne, 3 janvier. — « Voici ce que le confident. » 
 C. et F. (Suppl.)
3505. 
Le conseiller Le Bault. Lausanne, 3 janvier. — « Vos bouteilles sont arrivées. » 
 Mand.-Gr.
3506. 
La duchesse de Saxe-Gotha. Lausanne, 4 janvier. — « À tous croates, pandours. » 
 C. et F.
3507. 
De la margrave de Baireuth. — « Lettre des pandours au frère suisse. » 
 B.
3508. 
La comtesse de Lutzelbourg. À Lausanne, où je serai tout l’hiver, janvier. — « Eh bien, madame, monsieur votre fils. » 
 B.
3509. 
Le comte d’Argental. Lausanne, 5 janvier. — « Le roi de Prusse, en parlant. » 
 B.
3510. 
De Charles Théodore, électeur palatin. — « Je vous suis très-obligé. » 
 B.
3511. 
De Mme d’Êpinai à M. Grimm. — « Le courrier a manqué deux fois. » 
 Mém. de Mme d’Ép.
3512. 
Thieriot. Lausanne, 5 janvier. — « Le cacouac de Lausanne vous souhaite. » 
 B.
3513. 
M. de Chenevières. Lausanne, 5 janvier. — « Je ne me porte pas assez bien. » 
 C. et F.
3514. 
Darget. Lausanne, 8 janvier. — « Vous me demandez. » 
 B.
3515. 
D’Alembert. Lausanne, 8 janvier. — « On se vante à Genève. » 
 B.
3516. 
Tronchin, de Lyon. Lausanne, 8 janvier. — « La prise de Breslau. » 
 C. et F. (Suppl.)
3517. 
De l’abbé Aubert. 10 janvier. — « Ô toi dont les sublimes chants. » 
 B.
3518. 
De Grimm à Mme d’Épinai. — « J’arrive de la Comèdie. » 
 Mém. de Mme d’Ep.
3519. 
De Mme d’Épinai à Grimm. — « Mon sauveur m’a raconté. » 
 Mém. de Mme d’Ép.
3520. 
Mme de Fontaine. Lausanne, 10 janvier. — « Si vous veniez. » 
 B.
3521. 
De d’Alembert. 11 janvier. — « Je reçois presque en même temps. » 
 B.
3522. 
Diderot. — « Est-il bien vrai ? » 
 B.
3523. 
Le président de Ruffey. Lausanne, 12 janvier. — « Notre souvenir m’est bien sensible. » 
 Th. F.
3524. 
Palissot. Lausanne, 12 janvier. — « Tout ce qui me viendra. » 
 B.
3525. 
Senac de Meilhan. Lausanne, 12 janvier. — « Mes yeux ne sont pas trop bons. » 
 B. et Lesc.
3526. 
Tronchin, de Lyon. Lausanne, 13 janvier. — « Voici la réponse à Son Éminence » 
 C. et F. (Suppl.)
3527. 
De Frédéric II, roi de Prusse. 16 janvier. — « J’ai reçu voire lettre du 22. » 
 Pr.
3528. 
Tronchin, de Lyon. Lausanne, 17 janvier. — « Malgré les housards d’Hildbourghausen. » 
 C. et F. (Suppl.)
3529. 
D’Alembert. Lausanne, 19 janvier. — « Je reçois votre lettre du 11. » 
 B.
3530. 
M. Bertrand, premier pasteur à Berne. Lausanne, 19 janvier. — « J’ai été un peu malade. » 
 Cl. Perr.
3531. 
De Colini à M. Dupont. 19 janvier. — « Vos jolies lettres, mon cher avocat. » 
 Lett. in. 1821.
3532. 
De d’Alembert. 20 janvier. — « C’est à tort, mon cher et illustre philosophe. » 
 B.
3533. 
Diderot. — « Voilà deux lettres de suite. » 
 B.
3534. 
Thieriot. Lausanne, 21. — « Eh bien, mon ancien et tranquille ami. » 
 B.
3535. 
Le comte d’Argental. Lausanne, 22 janvier. — « J’ai reçu votre lettre du 13. » 
 B.
3536. 
M. Grosley. Lausanne, 22 janvier. — « Je ne reçus qu’hier. » 
 B.
3537. 
Colini. Lausanne, 23 janvier. — « Je suis très-sensible. » 
 B.
3538. 
Tronchin, de Lyon. Lausanne, 20 janvier. — « Le départ de M. l’abbé de Saint-Germain des Prés. » 
 C. et F. (SuppL)
3539. 
Mme de Fontaine. Lausanne, 26 janvier. — « Je reçois votre lettre du 19. » 
 B.
3540. 
La duchesse de Saxe-Gotha. Lausanne, 27 janvier. — « Aux housards et autres messieurs de cette espèce. » 
 B. et F.
3541. 
De d’Alembert. 28 janvier. — « Je suis infiniment flatté. » 
 B.
3542. 
D’Alembert. À Lausanne, de mon lit, d’où je vois dix lieues de lac, 
 janvier. — « N’appelez point vos lettres. »
3543. 
La comtesse de Lutzelbourg. 1er février 1758. — « Je suis bien touché du souvenir. » 
 B.
3544. 
Jean Schouvalow. Lausanne, 5 février. — « La dernière lettre que Votre Excellence. » 
 B.
3545. 
D’Alembert. 5 février. — « À la réception de votre lettre. » 
 B.
3546. 
Le comte d’Argental. Lausanne, 5 février. — « Je me flatte, mon divin ange. » 
 B.
3547. 
Tronchin, de Lyon. Lausanne, 5 février. — « Vous sentez combien je dois. » 
 C. et F. (Suppl.)
3548. 
De d’Alembert. 8 février. — « Vous m’écrivez de votre lit. » 
 B.
3549. 
Le comte d’Argental. Lausanne, 9 février. — « Avez-vous, lisez-vous l’Encyclopédie ? » 
 B.
3550. 
Tronchin, de Lyon. Lausanne, 9 février. — « La triste lettre est partie. » 
 C. et F. (Suppl.)
3551. 
Mme d’Épinai. — « Je suis malade et garde-malade. » 
 B.
3552. 
Darget. Lausanne, 10 février. — « Je vois avec douleur. » 
 B.
3553. 
Tronchin, de Lyon. Lausanne, 12 février. — « Si ce n’était par un excès de bonté. » 
 C. et F. (Suppl.)
3554. 
Le comte de Tressan. Lausanne, 12 février. — « J’ai pris l’énorme liberté. » 
 B.
3555. 
D’Alembert. Lausanne, 13 février. — « Je vous demande en grâce. » 
 B.
3556. 
Le comte de Tressan. Lausanne, 13 février. — « Je reçois une réponse. » 
 B.
3557. 
De d’Alembert. 15 février. — « Diderot ne vous traite pas mieux. » 
 B.
3558. 
D’Alembert. Lausanne, 19 février. — « On doit avoir envoyé. » 
 B.
3559. 
De Diderot. 19 février. — « Je vous demande pardon. » 
 Édit. Assézat.
3560. 
Tronchin, de Lyon. Lausanne, 23 février. — « Il n’y a que Dieu qui sache. » 
 C. et F. (Suppl.)
3561. 
La duchesse de Saxe-Gotha. Lausanne, 24 février. — « Je vois que Votre Altesse sérénissime » 
 B. et F.
3562. 
Mme d’Épinai. — « Vous êtes un petit monstre. » 
 B.
3563. 
Le comte d’Argental. Lausanne, 25 février. — « Il ne s’agit point des articles. » 
 B.
3564. 
D’Alembert. Lausanne, 25 février. — « Dieu merci, mon cher philosophe. » 
 B.
3565. 
Mme d’Épinai. Lausanne, 26 février. — « Vous, la goutte, madame ! » 
 B.
3566. 
Le comte d’Argental. Lausanne, 26 février. — « Quand j’écris au roi de Prusse. » 
 B.
3567. 
De d’Alembert. 26 février. — « Diderot doit vous avoir répondu. » 
 B.
3568. 
Le prince Frédéric-Guillaume, margrave de Baireuth. Lausanne, 26 février. — « Que fait Votre Altesse sérénissime. » 
 B.
3569. 
Mme du Boccage. — « Nouvelle Muse. » 
 B.
3570. 
Le comte de Tressan. Lausanne, 3 mars 1758. — « Mon adorable gouverneur, béni soit. » 
 B.
3571. 
Le comte d’Argental. Lausanne, 3 mars. — « Le porteur est M. de Crommelin. » 
 B.
3572. 
Cideville. Lausanne. 3 mars. — « Je reçois de vous. » 
 B.
3573. 
Mme d’Épinai. Samedi matin. — « Venez, ma belle philosophe. » 
 B.
3574. 
D’Alembert. Lausanne, 7 mars. — « En réponse de votre lettre du 26. » 
 B.
3575. 
Le comte d’Argental. Lausanne, 7 mars. — « Êtes-vous couché sur le testament ? » 
 B.
3576. 
Thieriot. Lausanne, 7 mars. — « Liron, loir, paresseux. » 
 P. in. 1820.
3577. 
M. de Montperoux, résident de France à Genève. Lausanne, mars. — « Puisque vous ne pouvez point. » 
 B.
3578. 
Le comte de Tressan. Lausanne, 7 mars. — « Je reçois, mon adorable gouverneur. » 
 B.
3579. 
Tronchin, de Lyon. Lausanne, 7 mars. — « C’est grand dommage. » 
 C. et F. (Suppl.)
3580. 
Le comte d’Argental. Lausanne, 12 mars. — « Je viens de lire un volume. » 
 B.
3581. 
M. Linant. Lausanne, 12 mars. — « Quand je lis vos vers séduisants. » 
 B.
3582. 
Le baron de Zurlauben. Lausanne, 14 mars. — « Il y a longtemps que je respectais. » 
 B.
3583. 
Thieriot Délices, 18 mars. — « Je crois que je vous ai dit. » 
 C. et F.
3584. 
L’abbé de Voisenon. Mars. — « Mon cher évéque, j’ai été enchanté. » 
 B.
3585. 
Mme d’Épinai. Jeudi. — « Le malade V. vous présente ses respects. » 
 B.
3586. 
Le comte de Tressan. Délices, 22 mars. — « Je suis toujours très-fâché. » 
 B.
3587. 
L’abbé Aubert. Délices, 22 mars. — « Je n’ai reçu. » 
 B.
3588. 
Thieriot. Délices, 22 mars. — « Votre lettre du 14 mars. » 
 C. et F.
3589. 
Mme de Graffigny. Délices, 22 mars. — « Dieu conserve votre santé ! » 
 B.
3590. 
Tronchin, de Lyon. Délices, 22 mars. — « Vous êtes un charmant correspondant. » 
 C. et F. (Suppl.)
3591. 
Le baron de Zurlauben. Délices. — « Vous me donnez une extrême envie. » 
 B.
3592. 
Mme d’Épinai. Mars. — « Vraiment, vous me faites bien de l’honneur. » 
 B.
3593. 
D’Alembert. — Délices, 25 mars. — « Vous m’apprenez que je suis mort. » 
 B.
3594. 
De Frédéric II, roi de Prusse. Grüssau, mars. — « J’ai reçu votre lettre de Lausanne du 22. » 
 Pr.
3595. 
Le comte d’Argental. Délices, 4 avril 1758. — « Je ne devrais être étonné de rien. » 
 B.
3596. 
M. de Brenles. — « Le pape et moi, nous sommes. » 
 B.
3597. 
Jean Schouvalow. Délices, 20 avril. — « Je me console du retardement. » 
 B.
3598. 
La duchesse de Saxe-Gotha. Lausanne, 28 avril. — « Quoique les bords du lac de Genève. » 
 B. et F.
3599. 
La comtesse de Lutzelbourg. Lausanne, 29 avril. — « Ce n’est point à mon cœur. » 
 B.
3600. 
Le comte d’Argental. Délices, 4 mai 1758. — « J’avoue d’abord que l’envie. » 
 B.
3601. 
Tronchin, de Lyon. Délices, 5 mai. — « Quoique M. le chevalier des Soupirs. » 
 C. et F. (Suppl.)
3602. 
Thieriot. Délices, 8 mai. — « Il me paraît qu’on n’est pas. » 
 B.
3603. 
Le comte d’Argental. Délices, 8 mai. — « Il doit y avoir une petite caisse. » 
 B.
3604. 
M. Bertrand. Délices, 9 mai. — « Vraiment, il vous est venu là. » 
 B.
3605. 
De Marmontel. 15 mai. — « Il y avait autrefois un jeune homme. » 
 B.
3606. 
Le comte d’Argental. Délices, 15 mai. — « Je suis chargé de vous supplier. » 
 B.
3607. 
Mme de Graftigny. Délices, 10 mai. — « Je suis bien sensible. » 
 B.
3608. 
Le comte d’Argental, Délices, 19 mai. — « Je bénis actuellement les Anglais. » 
 B.
3609. 
Marmontel. Délices, 19 mai. — « Digne cacouac, fils de cacouac. » 
 B.
3610. 
De Charles-Théodore, électeur palatin. 23 mai. — « Je ne pouvais rien apprendre. » 
 B.
3611. 
Le comte d’Argental. Délices, 24 mai. — « Je vous envoie de la prose. » 
 B.
3612. 
La duchesse de Saxe-Gotha. Délices, 20 mai. — « Le jour même où je reçus. » 
 B. et F.
3613. 
Jean Schouvalow. 1er juin 1758. — « J’ai l’honneur d’envoyer à Votre Excellence. » 
 B.
3614. 
M. Bertrand. Délices, 7 juin. — « Je vous remercie. » 
 B.
3615. 
Le comte de Tressan. 7 juin. — « M. de Florian ne sera pas. » 
 B.
3616. 
D’Alembert. Délices, 7 juin. — « Par ma foi, mon grand et aimable indépendant. » 
 B.
3617. 
De Diderot. 14 juin 1758. — « Si je veux de vos articles ! » 
 Édit. Assézat.
3618. 
Le comte d’Argental. 15 juin. — « Ce paquet contient de plats articles. » 
 B.
3619. 
La comtesse de Lutzelbourg. Délices, 10 juin. — « Vous avez dû avoir. » 
 C. et F. (Suppl.)
3620. 
Tronchin, de Lyon. Délices, 16 juin. — « Vous savez combien je suis flatté. » 
 C. et F.
3621. 
Le comte d’Argental. Délices, 16 juin. — « Je cours grand risque. » 
 B.
3622. 
Le comte d’Argental. Délices, 21 juin. — « Premièrement, le confident Tronchin. » 
 B.
3623. 
Desmahis et de Margency. — « Ainsi Bachaumont et Chapelle. » 
 B.
3624. 
Le comte d’Argental. (À vous seul.) 24 juin. — « Encore un mot avant que je parte. » 
 B.
3625. 
À la duchesse de Saxe-Gotha. Délices, 24 juin. — « Je viens enfin de trouver. » 
 B. et F.
3626. 
Diderot. Délices, 26 juin. — « Vous ne doutez pas. » 
 B.
3627. 
La comtesse de Lutzelbourg. Délices, 26 juin. — « Je fais ce voyage. » 
 B.
3628. 
À mon impitoyable Esculape [Tronchin]. — « Mon cher grand homme, le rôle de confidente. » 
 C. et F. (Suppl.)
3629. 
Le comte d’Argental. Délices, 30 juin. — « Quand j’allais partir pour Manheim. » 
 B.
3630. 
De Mme du Boccage à Mme du Perron. 8 juillet 1758. — « Vous me recommandez. » 
 Œuvres de Mme du Boccage.
3631. 
Saint-Lambert. 9 juillet. — « Mon cher Tibulle, votre lettre a ragaillardi. » 
 B.
3632. 
La duchesse de Saxe-Gotha. Schwetzingen, 16 juillet. — « Je n’arrive que dans ce moment. » 
 B. et F.
3633. 
Darget. Schwetzingen, 17 juillet. — « Me voila confondu. » 
 B.
3634. 
Jean Schouvalow. Schwetzingen, 17 juillet. — « J’ai reçu en passant à Strasbourg. » 
 B.
3635. 
La duchesse de Saxe-Gotha. Schwetzingen, 26 juillet. — « Votre Altesse sérénissime honore de trop de bontés. » 
 B. et F.
3636. 
De d’Alembert, 30 juillet. — « Cette lettre vous sera rendue. » 
 B.
3637. 
Jean Schouvalow. Schwetzingen, 1er août 1758. — « Les agréments de la cour palatine. » 
 B.
  
Mémoire d’instructions joint à la lettre.
3638. 
Colini. Schwetzingen, 2 août, — « Je compte arriver. » 
 B.
3639. 
La comtesse de Lutzelbourg. — « J’ai vu les Van der Meulen. » 
 B.
3640. 
La duchesse de Saxe-Gotha. Colmar, 14 août. — « J’ai reçu en partant de la cour palatine. » 
 B. et F.
3641. 
De la margrave de Bade-Dourlach. 17 août. — « Je viens de recevoir. » 
 B.
3642. 
L’abbé comte de Bernis. Soleure, 19 août. — « Le vieux Suisse apprend. » 
 B.
3643. 
Pierre Rousseau. Lausanne, 24 août. — « En revenant de Schwetzingen. » 
 B.
3644. 
Le marquis d’Adhémar, août. — « Monsieur, j’ai bien reçu. » 
 Rev. fr.
3645. 
La comtesse de Lutzelbourg. — « Une lettre de vous. » 
 B.
3646. 
Le comte d’Argental. Délices, 28 août. — « Me voilà rendu à mon ermitage. » 
 B.
3647. 
Cideville. Délices, 1er septembre 1758. — « Je reviens dans mes chères Délices. » 
 B.
3648. 
Tronchin, de Lyon. Délices, 2 septembre. — « J’ai été sur le point d’éclater. » 
 C. et F. (Suppl.)
3649. 
Le comte Algarotti. Délices, 2 septembre. — « Ritorno dalle sponde. » 
 B.
3650. 
D’Alembert. Délices, 2 septembre. — " Vous vouliez aller voir. » 
 B.
3651. 
Colini. Délices, 2 septembre. — « Je n’ai que le temps de vous dire. » 
 B.
3652. 
Mme du Boccage. Délices, 3 septembre. — « En revoyant mon petit ermitage. » 
 B.
3653. 
La duchesse de Saxe-Gotha. Délices, 6 septembre. — « Revenu dans mon ermitage. » 
 B. et F.
3654. 
Tronchin, de Lyon. Délices, 9 septembre. — « Je doute fort que l’homme le plus adroit. » 
 C. et F. (Suppl.)
3655. 
Hennin. Septembre. — « Je supplie instamment. » 
 B.
3656. 
Le président de Brosses. Délices, 9 septembre. — « J’ai lu avec un extrême plaisir. » 
 Th. F.
3657. 
De M. de Brosses. 14 septembre. — « Si j’avais été dans votre voisinage. » 
 Th. F.
3658. 
Darget. Délices, 16 septembre. — « Vous n’avez point répondu. » 
 B.
3659. 
De Hennin. 17 septembre. — « Quitter les Délices pour traverser. » 
 Corresp. inéd.
3660. 
Thieriot. Délices, 17 septembre. — « Il faut reprendre où nous en étions. » 
 B.
3661. 
La comtesse de Lutzelbourg. Délices, 20 septembre. — « On ne sait plus que croire. » 
 B.
3662. 
Le président de Brosses. Délices, 23 septembre. — « J’avoue qu’il y a des abus. » 
 Th. F.
3663. 
De M. de Brosses. Septembre. — « Tel que l’ange de l’Apocalypse. » 
 Th. F.
3664. 
M. Pilavoine, à Surate. Délices, 25 septembre. — « Je suis très-flatté. » 
 B.
3665. 
Hennin. (Partira quand pourra.) Délices, 25 septembre. — « La lettre dont vous m’honorez. » 
 B.
3666. 
La duchesse de Saxe-Gotha. Délices, 20 septembre. — « Par la lettre du 16. » 
 B. et F.
3667. 
La margrave de Baireuth. Délices, 27 septembre. — « Si ce billet trouvait Votre Altesse royale » 
 Rev. fr.
3668. 
De Frédéric II, roi de Prusse. 28 septembre. — « Je suis fort obligé. » 
 Pr.
3669. 
La comtesse de Lutzelbourg. Délices, 2 octobre 1758. — « Vos nouvelles de Choisy. » 
 B.
3670. 
Thieriot. Délices, 3 octobre. — « Urbis amator. » 
 B.
3671. 
Formont. 3 octobre. — « Votre souvenir m’enchante. » 
 B.
3672. 
Darget. Délices, 4 octobre. — « Je vous remercie. » 
 B.
3673. 
Cideville. Délices, 4 octobre. — « Que les Russes soient battus. » 
 B.
3674. 
Tronchin, de Lyon. Délices, 4 octobre. — « Les batailles décisives et complètes. » 
 C. et F. (Suppl.)
3675. 
M. Bertrand. Délices, 7 octobre. — « Je suis parfois un paresseux. » 
 B.
3676. 
M. Fabry, maire de Gex. Fernex, 15 octobre. — « Je vous écris en hâte. » 
 B.
3677. 
M. Bertrand. Délices, 16 octobre. — « Votre paquet doit être. » 
 B.
3678. 
M. de Cheneviéres. Délices, 17 octobre. — « Je vous remercie de l’opéra. » 
 C. et F.
3679. 
La duchesse de Saxe-Gotha. Délices, 17 octobre. — « À la réception de votre lettre. » 
 B. et F.
3680. 
La comtesse de Lutzelbourg. Délices, 17 octobre. — « Et monsieur vôtre fils. » 
 B.
3681. 
Thieriot. 18 octobre. — « M. Helvétius m’a envoyé. » 
 B.
3682. 
Le président de Brosses. Délices, 21 octobre. — « Eh bien ! vous donnerez donc la préférence. » 
 Th. F.
3683. 
De M. de Brosses. — « Il n’y a, dit-on. » 
 Th. F.
3684. 
De Charles-Théodore, électeur palatin 23 octobre. — « Je vous suis bien oblige. » 
 B.
3685. 
Tronchin, de Lyon. Délices. 23 octobre. — « Je ne sais encore si je serai seigneur de Fernex. » 
 C. et F. (Suppl).
3686. 
Cideville. Délices, 28 octobre. — « J’ai peur que vous n’ayez pas reçu.» 
 B.
3687. 
M. Bertrand. Délices, 28 octobre. — « Je ne lis ni journal. » 
 B.
3688. 
M. Pesselier. Délices, 36 octobre. — « Enfin, à force de recherches. » 
 B.
3689. 
De Fréderic II. Roi de Prusse. Novembre 1758. — « Je ne mérite pas toutes les louanges. » 
 B.
3690. 
La comtesse de Lutzelbourg. Délices, 1er novembre. — « Il me paraît qu’on passe sa vie. » 
 B.
3691. 
Le conseiller Le Bault. Délices, 1er novembre. — « Permettez que je vous parle d’abord de boire. » 
 Mand.-Gr.
3692. 
M. de Brenles. Délices, 2 novembre. — « Je reçois la cargaison. » 
 B.
3693. 
De Frédéric II. roi de Prusse. 6 novembre. — « Il vous a été facile. » 
 Pr.
3694. 
Cideville. Délices, 10 novembre — « Mon affaire avec le marquis Ango » 
 B.
3695. 
M. Bertrand. Délices, 11 novembre. — « Je n’ai point connu. » 
 B.
3696. 
De M. de Brosses. 12 novembre. — « Vôtre dernière lettre vient de m’être renvoyée. » 
 Th. F.
3697. 
M. Fabry. 15 novembre. — « Vous verrez par la lettre ci-jointe. » 
 B.
3698. 
Diderot. Délices, 16 novembre. — « Je vous remercie du fond de mon cœur.» 
 B.
3699. 
Tronchin, de Lyon. Délices, 18 novembre. — « Je m’y prends tard. » 
 C. et F. (Suppl)
3700. 
Le président de Brosses. Ferney, 18 novembre, — « Vous qui êtes maître en Israël » 
 Th. F.
3701. 
Le conseiller Le Bault. Délices, 18 novembre. — « Quatre tonneaux de votre bon vin d’ordinaire. » 
 Mand.-Gr.
3702. 
M. Bertrand. Château de Ferney. 20 novembre. — « Je Suis bien fâché d’avoir perdu. » 
 B.
3703. 
Cideville. Ferney, 25 novembre ; mais écrivez toujours aux Délices. — « Votre amitié pour moi a donc la malice. » 
 B.
3704. 
De M. de Brosses. 27 novembre. — « Comme notre droit féodal. » 
 Th. F.
3705. 
M. Bertrand. Délices, 27 novembre. — « Vous vous y prenez un peu tard. » 
 B.
3706. 
Tronchin, de Lyon. Délices, 27 novembre. — « Je me ruine, je le sais bien ; mais je m’amuse. » 
 C. et F. (Suppl.)
3707. 
La duchesse de Saxe-Gotha. Délices, 27 novembre. — « Il y a trop longtemps pour mon cœur. » 
 C. et F. (Suppl.)
3708. 
Frédéric II, roi de Prusse. Décembre 1758. — « Ombre illustre, ombre chére. » 
 B.
3709. 
De M. Helvétius. — « Vous ne doutez pas, » 
 Grimm. Édit. Tourneux.
3710. 
Le conseiller Le Bault. Délices, 4 décembre. — « Je vous remercie de vos bontés. » 
 Mand.-Gr.
3711. 
Le marquis Albergati Capacelli. Délices, 4 décembre. — « Benedetto sia il cielo. » 
 B.
3712. 
Thieriot. Ferney, 6 décembre. — « Ce Ferney dont je vous écris. » 
 B.
3713. 
Le président de Brosses. Délices, 10 décembre. — « J’aurai l’honneur d’être. » 
 Th. F.
3714. 
Bail à vie de la terre de Tournay. — « L’an mil sept cent cinquante-huit. » 
 Th. F.
3715. 
M. de Chenevières. Délices, 11 décembre. — « Mon antique bouche prend la liberté. » 
 C. et F.
3716. 
Tronchin, de Lyon. Délices, 13 décembre. — « Je suis bien plus coupable encore. » 
 C. et F. (Suppl.)
3717. 
Colini. Délices, 14 décembre. — « J’ai encore écrit à monseigneur l’électeur palatin. » 
 B.
3718. 
M. Biort, évêque d’Annecy. 15 décembre. — « Le curé d’un petit village. » 
 B.
3719. 
Jean Schouvalow. Ferney, 16 décembre. — « Je vous souhaite une année remplie. » 
 B.
3720. 
Le marquis de Voyer. Ferney, 16 décembre. — « Daignez-vous vous souvenir. » 
 B. et F.
3721. 
Le conseiller Tronchin. Ferney, 17 décembre. — « La copie de ma lettre à l’évêque d’Annecy. » 
 C. et F. (Suppl.)
3722. 
Helvétius, 17 décembre. — « Vos vers semblent écrits. » 
 B.
3723. 
De M. de Brosses. Tournay, 17 décembre, — « Vous pouvez compter. » 
 Th. F.
3724. 
Le comte d’Argental. Délices. 19 décembre. — « Vous étendez les deux bouts de vos ailes. » 
 B.
3725. 
Le conseiller Tronchin. Délices, 22 décembre. — « Excès de précaution est quelquefois nécessaire. » 
 C. et F. (Suppl.)
3726. 
Jean Schouvalow. 24 décembre. — « J’eus l’honneur de vous écrire. » 
 B.
3727. 
Thieriot. Délices, 24 décembre. — « Vous vous trompez. » 
 B.
3728. 
Le président de Brosses. — « Effugit, evasit, erupit. » 
 B.
3729. 
La duchesse de Saxe-Gotha. 25 décembre. — « Que je plains Votre Altesse sérénissime. » 
 B. et F.
3730. 
M. Saurin. Délices, 27 décembre. — « Ah ! ah ! vous êtes donc de notre tripot. » 
 B.
3731. 
La marquise du Deffant. Délices, 27 décembre. — « J’apprends que votre ami. » 
 B.
3732. 
M. de Brenles. Délices, 27 décembre. — « Êtes-vous à Lausanne ? » 
 B.
3733. 
Mme du Boccage. Délices, 27 décembre. — « Il est vrai qu’un jour. » 
 B.
3734. 
M. Bertrand. Délices, 27 décembre. — « Ma foi, je vous avoue. » 
 B.
3735. 
Le conseiller Tronchin. Délices, 27 décembre. — « On dit que Borde ou La Borde. » 
 C. et F. (Suppl.)
3736. 
Le conseiller Tronchin. Délices, 28 décembre. — « Le cardinal de Bernis a de quoi se consoler. » 
 C. et F. (Suppl.)
3737. 
Le président de Brosses, 29 décembre. — « Pardon des importunités. » 
 Th. F.
3738. 
Le conseiller Le Bault. Délices, 29 décembre. — « Je vous remercie très-humblement » 
 Mand.-Gr.
3739. 
M. de Brenles. Délices, décembre. — « Agréable colère ! » 
 B.