Correspondance de Voltaire/Jan-1759-Sep-1760

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Correspondance : Janvier 1759 — Septembre 1760
Garnier (Œuvres complètes de Voltaire, tome 40p. Tdm).
TABLE
DES MATIÈRES CONTENUES DANS LE HUITIÈME VOLUME
DE LA CORRESPONDANCE.



LETTRES

1759

3740. 
De M. de Brosses. Janvier 1759. — « Honneur, salut, joie. » 
 Th. F.
3741. 
M. Fabry. Ferney, 3 janvier. — « Il est juste que je prenne. » 
 B.
3742. 
De Mme la marquise du Deffant. — « Je croyais que vous m’aviez oubliée. » 
 Lesc.
3743. 
À M. ***. Délices, 5 janvier. — « Il n’est pas moins nécessaire. » 
 B.
3744. 
Le président de Brosses. 5 janvier, aux Délices. — « Lynx envers nos pareils. » 
 Th. F.
3745. 
Le président de Ruffey. — « Ainsi donc vous m’envoyez des roses. » 
 Th. F.
3746. 
M. Bertrand. Délices, 9 janvier. — « Dites-moi, je vous prie, en confidence. » 
 B.
3747. 
M. de Brenles. Délices, 9 janvier. — « Je suis persuadé que vous êtes. » 
 B.
3748. 
Cideville. Délices, 12 janvier. — « Je suis malade de bonne chère. » 
 B.
3749. 
Le comte de Tressan. Délices, 12 janvier. — « Oui, il y a bien quarante ans. » 
 B.
3750. 
La marquise du Deffant. Délices, 12 janvier. — « Libre d’ambition, de soins et d’esclavage. » 
 B.
3751. 
Colini. Délices, 16 janvier. — « Comme j’ai ici toutes les pièces. » 
 B.
3752. 
De la margrave de Bade-Dourlach. 17 janvier. — « Je commets peut-être une indiscrétion. » 
 B.
3753. 
Le président de Brosses. Délices, 17 janvier. — « Distinguons les temps. » 
 Th. F.
3754. 
M. Dupont. Délices, 20 janvier. — « Je crois que je pourrais bien résigner, » 
 B.
3755. 
De Frédéric II, roi de Prusse. 23 janvier. — « J’ai reçu les vers. » 
 Pr.
3756. 
La duchesse de Saxe-Gotha. Tournay. 25 janvier. — « Je reçois à point nommé. » 
 B. et F.
3757. 
Colini. — « Voici la lettre que vous pouvez écrire. » 
 B.
  
Modèle d’une lettre à adresser au prince de Soubise.
3758. 
Le comte Algarotti. Délices, 27 janvier. — « Tout le peuple commentateur. » 
 B.
3759. 
M. Bertrand. Délices, 30 janvier. — « Il faut vous mettre au fait, » 
 B.
3760. 
Du marquis de Voyer. 31 janvier. — « Aussi solitaire que vous. » 
 Mém. d’Arg.
3761. 
Le président de Brosses. Aux Délices, février 1759. — « Je vous l’avais bien dit. » 
 Th. F.
3762. 
Au conseil des finances. — « À nosseigneurs, nosseigneurs du Conseil. » 
 Th. F.
3763. 
La margrave de Bade-Dourlach. Délices, 2 février. — « La lettre dont Votre Altesse sérénissime m’honore. » 
 B.
3764. 
Mme du Boccage. Délices, 2 février. — « Qui les a faits, ces vers doux et coulants ? » 
 B.
3765. 
Colini. Délices, 2 février. — « Si vous voulez entreprendre. » 
 B.
3766. 
La comtesse de Lutzelbourg. Délices, 2 février. — « Comment va votre santé ? » 
 B.
3767. 
M. de Chauvelin. Délices, 3 février. — « Vous allez être étonné. » 
 B. et F.
3768. 
M. Bertrand. Délices, 6 février. — « Je vous remercie bien tendrement. » 
 B.
3769. 
M. de Brenles. Délices, 7 février. — « (Secreto) Tout est découvert et constaté. » 
 B.
3770. 
Thieriot. Château de Tournay, 7 février. — « On peut, dans une séance académique » 
 B.
3771. 
M. de Brenles. Ferney, 8 février. — « Nos lettres se sont croisées. » 
 B.
3772. 
M. de Chauvelin. Délices, 9 février. — « Vous pardonnerez à un ignorant. » 
 B. et F.
  
Requête : « Le sieur de Voltaire. »
3773. 
M. Bertrand, 10 février. — « Vous connaissez peut-être les nouvelles. » 
 B.
3774. 
Le docteur Tronchin. 10 février. — « Ordonnance. M. Tronchin, mon malade, ira chez lui. » 
 C. et F. (Suppl.)
3775. 
M. Tronchin, professeur en médecine, mon malade. 10 février. — « J’envoie savoir comment mon cher malade. » 
 C. et F. (Suppl.)
3776. 
M. le docteur Tronchin. — « Comment se porte mon cher malade ? » 
 C. et F. (Suppl.)
3777. 
M. le docteur Tronchin. — « Cette déclaration que je propose à Vernet. » 
 C. et F. (Suppl.)
  
Déclaration : « Nous désapprouvons tous ici. »
3778. 
M. de Brenles. Délices, 12 février. — « Votre zèle pour vos amis. » 
 B.
3779. 
Le baron de Haller. Tournay, 13 février. — « Voici un petit certificat. » 
 B.
3780. 
M. Bertrand. Tournay, 16 février. — « Le voleur Grasset, imprimeur de libelle diffamatoire. » 
 B.
3781. 
Le conseiller Tronchin. Délices, 17 février. — « Je ne mériterai pas avec ma nouvelle charrue » 
 C. et F. (Suppl.)
3782. 
Du baron de Haller 17 février. — » J’ai été véritablement affligé. » 
 B.
3783. 
Frédéric Guillaume, margrave de Baireuth. Château de Tournay, février. — « Mon cœur remplit un bien triste devoir. » 
 B.
3784. 
D’Alembert. Tournay, 19 février. — « J’ai besoin de savoir. » 
 B.
3785. 
M. de Brenles. Tournay, 20 février. — « Les jésuites font donc pis. » 
 B.
3786. 
M. Bertrand. Tournay, 20 février. — « Mon amitié est enchantée. » 
 B.
3787. 
La duchesse de Saxe-Gotha. Château de Tournay, 21 février. — « La nature nous fait payer bien cher. » 
 B. et F.
3788. 
De Charles-Théodore, électeur palatin. 23 février. — « J’ai reçu vos lettres avec bien du plaisir » 
 B.
3789. 
De d’Alembert. 24 février. — « Il y a plus de six ans. » 
 B.
3790. 
À M. le baron de Haller. 26 février. — « J’ai été persuadé. » 
 Desn.
3791. 
M. de Brenles. — « J’étais étonné de votre silence. » 
 B.
3792. 
Frédéric II, roi de Prusse. Délices, février. — « Il y a longtemps que je vous dis. » 
 Pr.
3793. 
M. Bertrand. Tournay, février. — « J’allais écrire à mon cher philosophe. » 
 B.
3794. 
De Frédéric II, roi de Prusse. 2 mars 1759. — « Votre lettre contient une contradiction. » 
 Pr.
3795. 
Formey. Tournay, 3 mars. — « J’ai reçu votre lettre. » 
 B.
3796. 
Le président de Ruffey. Délices, 3 mars. — « Vos rosiers sont dans mon jardin. » 
 Th. F.
3797. 
Jean Schouvalow. Tournay, 4 mars. — « Je reçois en même temps. » 
 B.
3798. 
Tronchin, de Lyon. 6 mars. — « Je me ruine, je le sais bien. » 
 Rev. Suisse
3799. 
De Mme Denis à l’abbé ***. Délices, 6 mars. — « Vous m’avez fait grand plaisir. » 
 B. et F.
3800. 
M. de Brenles. Aux Délices. — « Les seigneurs curateurs de l’Académie de Lausanne. » 
 B.
3801. 
Vernes. — « Tâchez, mon prêtre aimable. » 
 B.
3802. 
Thieriot. Délices, 10 mars. — « J’ai reçu par le Savoyard voyageur. » 
 B.
3803. 
De Frédéric II, roi de Prusse. 12 mars. — « Il faut avouer que vos mois. » 
 Pr.
3804. 
M. de Chauvelin. Délices, 14 mars. — « Je reçois la lettre dont vous m’honorez. » 
 B. et F.
3805. 
Du baron de Haller. 15 mars. — « … Je ne voudrais pas. » 
 Desn.
3806. 
Le marquis de Thibouville. Tournay, 15 mars. — « J’ai là enfin ce Candide. » 
 B.
3807. 
Vernes. — « J’ai lu enfin Candide. » 
 B.
3808. 
De Frédéric II, roi de Prusse. 21 mars. — « Vous ne vous êtes pas trompé. » 
 Pr.
3809. 
Frédéric II, roi de Prusse. Tournay, 22 mars. — « Sire, je vous le redirai jusqu’à la mort. » 
 Pr.
3810. 
M. Bertrand. 22 mars. — « J’enverrai votre Amiante. » 
 B.
3811. 
Le baron de Haller. 22 mars. — « Vous croyez avoir raison. » 
 Desn.
3812. 
M. Dupont. Tournay, 24 mars. — « Le conseil soussigné est toujours d’avis. » 
 B.
3813. 
Mme Belot. Tournay, 26 mars. — « L’ami Thieriot, qui m’a fait parvenir. » 
 C. et F.
3814. 
Thieriot. — « Vous êtes un paresseux. » 
 B.
3815. 
M. de Chauvelin. Délices, 26 mars. — « J’ose représenter encore. » 
 B. et F.
  
Mémoire envoyé aux fermes générales.
3816. 
M. Bertrand. 26 mars. — « Vite, la poste part. » 
 B.
3817. 
Le président de Ruffey. Délices, 27 mars. — « Nous sommes, Mme Denis et moi. » 
 Th. F.
3818. 
Frédéric II, roi de Prusse. Délices, 27 mars. — « Je reçois la lettre dont Votre Majesté m’honore. » 
 B.
3819. 
M. Bertrand. 30 mars. — « Vos Tremblements sont partis. » 
 B.
3820. 
Frédéric II, roi de Prusse. 30 mars. — « Quoique tout le monde soit en armes. » 
 B.
3821. 
Tronchin, de Lyon. Délices, 7 avril 1759. — « Vous voyez tout avec de si bons yeux. » 
 C. et F. (Suppl.)
3822. 
Mme d’Épinai. — « Oncle et nièce remercient. » 
 B.
3823. 
La princesse Ulrique, reine de Suède. Tournay, 9 avril. — « Le roi votre frère m’a ordonné. » 
 V. Adv.
3824. 
La duchesse de Saxe-Gotha. Tournay, 9 avril. — « Daignez recevoir ces vers. » 
 B. et F.
3825. 
M. Bertrand. 10 avril. — « Voici votre brevet de Lyonnais. » 
 B.
3826. 
Du baron de Haller. 11 avril. — « Si par philosophe vous entendez. » 
 Desn.
3827. 
De Frédéric II, roi de Prusse. 11 avril. — « Distinguez, je vous prie. » 
 Pr.
3828. 
Mme de Fontaine. 15 avril. — « J’espère, ma chère nièce, que ma lettre. » 
 B.
3829. 
De Frédéric II, roi de Prusse. 18 avril. — « Vos lettres m’ont été rendues. » 
 Pr.
3830. 
Le baron de Haller. — « J’ai l’honneur de vous renvoyer. » 
 Desn.
3831. 
De Frédéric II, roi de Prusse. 22 avril. — « Je vous ai envoyé mes vers. » 
 Pr.
3832. 
Mme d’Épinai. — « J’ai été toute ma vie. » 
 B.
3833. 
De Frédéric II, roi de Prusse. 28 avril. — « Je vous suis fort obligé.» 
 Pr.
3834. 
La duchesse de Saxe Gotha. Délices, 29 avril. — « J’userai donc de la permission. » 
 B. et F.
3835. 
M. Dupont. Délices, 29 avril. — « Il y a longtemps que j’ai mandé. » 
 B.
3836. 
De Charles-Théodore, électeur palatin. 29 avril. — « L’Oraison funèbre d’un cordonnier. » 
 B.
3837. 
Tronchin, de Lyon. Délices, 2 mai 1759. — « Le roi de Prusse m’écrit tous les ordinaires. » 
 C. et F. (Suppl.)
3838. 
Frédéric II, roi de Prusse. 2 mai. — « Héros du Nord, je savais bien. » 
 B.
3839. 
Le président de Ruffey. Délices, 2 mai. — « C’est abuser de vos bontés. » 
 B.
3840. 
D’Alembert. Au château de Tournay : venez nous y voir ; 4 mai. — « Je reçus hier la faveur.» 
 B.
3841. 
Thieriot. 5 mai. — « Mort-Dieu ! mon ancien ami, envoyez-moi au plus vite. » 
 B.
3842. 
Mme de Fontaine. Délices, 5 mai. — « Que j’écrive de la main. » 
 B.
3843. 
Le marquis de Voyer. Ferney, 5 mai. — « Mon sérail est prêt. » 
 C et F.
3844. 
Tronchin, de Lyon. Délices, 7 mai. — « Pourquoi M. Silhouette. » 
 C. et F. (Sup.)
3845. 
Colini. Délices, 7 mai. — « Je n’ai pas eu un moment à moi. » 
 B.
3846. 
La comtesse de Lutzelbourg. Délices, 7 mai. — « Il faut que vous me pardonniez, » 
 B.
3847. 
M. Bertrand. Délices, 12 mai. — « Je suis devenu un paresseux, » 
 B.
3848. 
De d’Alembert. 13 mai. — « Vous ne m’avez pas bien lu. » 
 B.
3849. 
De Frédéric II, roi de Prusse. 18 mai. — « Non, ma muse, qui vous pardonne. » 
 Pr.
3850. 
Le comte d’Argental. 19 mai. — « C’est aujourd’hui le 19 de mai. » 
 B.
3851. 
Frédéric II, roi de Prusse. 19 mai. — « Vous êtes aussi bon frère. » 
 B.
3852. 
Le président de Brosses. Délices, 20 mai. — « Les fermiers généraux m’ont envoyé. » 
 Th. F.
3853. 
Le comte de Choiseul. — « J’ai mandé hier au bonhomme Ralph. » 
 B.
3854. 
La duchesse de Saxe-Gotha. Délices, 22 mai. — « Voici les extraits. » 
 B. et F..
  
Extraits de plusieurs morceaux de l’éloge funèbre du cordonnier Reinhardt, par S. M. le roi de Prusse.
3855. 
Le président de Brosses. Délices, 23 mai. — « Nouvelles importunités. » 
 Th. F.
3856. 
Le marquis de Florian. Délices, 26 mai. — « Je suis aussi fàché que vous. » 
 B.
3857. 
Le comte d’Argental. 28 mai. — « Je vous envoie mon dernier printemps. » 
 B.
3858. 
Jean Schouvalow. 29 mai. — « Je suis toujours surpris. » 
 B.
3859. 
Mme d’Épinai. — « Le porteur ne vous dira pas. » 
 B.
3860. 
Le comte d’Argental. 3 juin 1759. — « Les ailes des anges m’ont obombré. » 
 B.
3861. 
M. de Chauvelin. Lausanne, 3 juin. — « Le malingre Suisse, l’importun V. » 
 B. et F.
3862. 
Le conseiller Le Bault. Délices, 4 juin. — « Pardonnez à mon importunité. » 
 Mand.-Gr.
3863. 
Le conseiller Le Bault. Délices, 4 juin. — « Je suppose que M. Tronchin. » 
 Mand.-Gr.
3864. 
M. de Soltikof. — « J’abuse des bontés. » 
 B.
3865. 
Mme d’Épinai. — « Je suis bien malingre. » 
 B.
3866. 
La duchesse de Saxe-Gotha. Délices, 8 juin. — « J’ai également à me plaindre. » 
 B. et F.
3867. 
Frédéric II, roi de Prusse. Juin. — « Vos derniers vers sont aisés et coulants. » 
 B.
3868. 
De Frédéric II, roi de Prusse. 10 juin. — « Apprenez qu’à moins que celui que vous savez. » 
 Pr.
3869. 
Mme de Fontaine. 11 juin. — « On fait une tragédie. » 
 B.
3870. 
Thieriot. Délices, 11 juin. — « Mlle Fel est chez moi. » 
 B.
3871. 
Mme de Fontaine. 15 juin. — « Si vous êtes à Paris. » 
 B.
3872. 
Le comte d’Argental. Délices, 15 juin. — « Mon divin ange parmesan. » 
 B.
3873. 
Thieriot. Délices, 18 juin. — « Je reçois votre seconde lettre. » 
 B.
3874. 
La comtesse d’Argental. Délices, 18 juin. — « Cette dépêche sicilienne doit être. » 
 B.
3875. 
George Keate. Délices, 20 juin. — « Ma mauvaise santé m’a empêché. » 
 Lond. News.
3876. 
De Frédéric II, roi de Prusse. 20 juin. — « Si j’étais du temps de l’ancienne chevalerie. » 
 Pr.
3877. 
Le comte d’Argental. Délices, 23 juin. — « Si je n’obéis pas bien, » 
 B.
3878. 
Le duc de La Vallière. Délices. — « N’ai-je pas tout l’air d’un ingrat, » 
 B.
3879. 
Le président de Ruffey. Délices, 29 juin. — « Il y a longtemps, mon cher confrère en Apollon. » 
 Th. F.
3880. 
Le comte d’Argental. 29 juin. — « Moi, fâché contre vous ! » 
 B.
3881. 
Cideville. Délices, 29 juin. — « Eh bien, vous êtes donc revenu. » 
 B.
3882. 
De Frédéric II, roi de Prusse. 2 juillet 1759. — « Votre muse se rit de moi. » 
 Pr.
3883. 
Le conseiller Le Bault. Délices, 3 juillet. — « Je vous demandais avec humilité. » Mand.-Gr. 
 B.
3884. 
Jean Schouvalow. Château de Tournay, 10 juillet. — « Une grande fluxion sur les yeux me prive. » 
 B.
3885. 
Pierre Rousseau. 11 juillet. — « M. Desmal a reçu votre lettre. » 
 Inéd.
3886. 
De Frédéric II, roi de Prusse. 18 juillet. — « Vous êtes, en vérité, une singulière créature. » 
 Pr.
3887. 
La comtesse d’Argental. Tournay, 20 juillet. — » Madame la Parmesane, il faut commencer. » 
 B.
3888. 
Mme d’Épinai. — « Mme Denis est un gros cochon. » 
 B.
3889. 
Le comte d’Argental. Juillet. — « Que vous dirai-je ? » 
 B.
3890. 
Mme d’Épinai. — « Comment se porte ma philosophe ? » 
 B.
3891. 
De Charles-Théodore, électeur palatin. 20 juillet. — « Je suis bien mortifié. » 
 B.
3892. 
Mme d’Épinai. — « Il y a dix ans que je n’ai lu. » 
 B.
3893. 
Le président de Ruffey. Tournay, 21 juillet. — « Je ne sais comment faire. » 
 Th. F.
3894. 
Mme de Fontaine. Délices, 27 juillet. — « Continuez, aimez la campagne. » 
 B.
3895. 
Tronchin, de Lyon. Délices, 28 juillet. — « On dit M. de Bompart battu et tué. » 
 C. et F. (Suppl.)
3896. 
De M. le comte de Tressan. 29 juillet. — « Sa Majesté polonaise veut que je supplée. » 
 B.
3897. 
Le président de Ruffey. Ferney, 1er août 1759. — « Je serais bien confus. » 
 Th. F.
3898. 
Frédéric II, roi de Prusse. Août. — « Vous n’êtes pas ce fils d’un insensé. » 
 B.
3899. 
Tronchin, de Lyon. Délices, 2 août. — « Grâce à mon frontispice. » 
 C. et F. (Suppl.)
3900. 
Mme d’Épinai. — « Si Dieu vous a inspirée. » 
 B.
3901. 
Mlle Fel. Délices, 7 août. — « Très aimable rossignol. » 
 B.
3902. 
Mme d’Épinai. — « Ma belle inoculable. » 
 B.
3903. 
Tronchin, de Lyon. 10 août. — « Mon petit théâtre de Polichinelle. » 
 C. et F. (Suppl.)
3904. 
La comtesse de Lutzelbourg. Tournay, 14 août. — « Ma douleur est encore plus forte. » 
 B.
3905. 
Le président de Ruffey. Délices, 15 août. — « Il y a longtemps que M. Tronchin. » 
 Th. F.
3906. 
La comtesse d’Argental. Délices, 15 août. — « Vraiment, il est bien temps de s’occuper. » 
 B.
3907. 
Tronchin, de Lyon. 15 août. — « Je voudrais que vous vissiez le grand Pictet de Waremhé. » 
 C. et F. (Suppl.)
3908. 
De Clairaut. 16 août. — « L’amitié dont vous m’avez autrefois honoré. » 
 B.
3909. 
Le comte d’Albaret. Délices, 16 août. — « L’oncle et la nièce devraient avoir répondu. » 
 B.
3910. 
Mme d’Épinai. — « Nous ne manquerons pas de venir. » 
 B.
3911. 
Le comte d’Argental. Ferney, 19 août. — « Est-ce que M. Fatema. » 
 B.
3912. 
Mme d’Épinai. — « Il faut absolument que j’aille. » 
 B.
3913. 
D’Alembert. Délices, 25 août. — « Connaissez-vous un Simèon La Vallette. » 
 B.
3914. 
Clairaut. Ferney, 27 août. — « Votre lettre m’a fait autant de plaisir. » 
 B.
3915. 
M. Bertrand. 29 août. — « Il y a longtemps que je vous dois. » 
 B.
3916. 
La duchesse de Saxe-Gotha. Délices, 1er septembre 1759. — « Il y a longtemps que Votre Altesse sérénissime n’a entendu. » 
 B. et F. B.
3917. 
Colini. Délices, 3 septembre. — « Un grand mal d’yeux m’a empêché. » 
 B.
3918. 
La comtesse de Lutzelbourg. 3 septembre. — « J’ai si mal aux yeux. » 
 B.
3919. 
Cideville. — « Soyez bien malade. » 
 C. et F.
3920. 
Bertrand. 4 septembre. — « Je vais écrire pour qu’on vous rende. » 
 B.
3921. 
La duchesse de Saxe-Gotha. Délices, 4 septembre. — « Je reçois la lettre dont Votre Altesse sérénissime m’honore. » 
 B. et F.
3922. 
Le comte d’Argental. Mémoire pour tous les anges. — « Le temps étant fort cher. » 
 B.
3923. 
M. de Chauvelin, intendant des finances. Tournay, 7 septembre. — « Non plainte, non requête. » 
 B.
3924. 
La marquise du Deffant. Ferney, 17 septembre. — « Il est vrai que vous êtes dans un couvent. » 
 B.
3925. 
Thieriot. Délices, 17 septembre. — « Il y a bien longtemps. » 
 B.
3926. 
M. de Bicquilley. Tournay, 17 septembre. — « Vous faites mieux des vers. » 
 C. et F.
3927. 
Jean Schouvalow. Tournay, 18 septembre. — « J’ai reçu le panégyrique. » 
 B.
3928. 
Observations de M. de Chauvelin l’ambassadeur. — « La lettre est très-bien. » 
 B.
3929. 
De Frédéric II, roi de Prusse. 22 septembre. — » La duchesse de Saxe-Gotha m’envoie. » 
 Pr.
3930. 
Vernes. 23 septembre. — « All that is, is right. » 
 B.
3931. 
Albergati Capacelli. Tournay, 24 septembre. — « Ella mi comanda di mandarle. » 
 C. et F.
3932. 
Mme de La Cour. Tournay, 26 septembre. — « Je vois à la fermeté de vos idées. » 
 C. et F.
3933. 
Mme d’Épinai. — « L’ami Hume me vient, » 
 B.
3934. 
De d’Alembert. 27 septembre. — « Cette lettre vous sera rendue. » 
 B.
3935. 
Le comte d’Argental. Délices, 1er octobre 1759. — « À mon cher ange. Il saura que, sur ses ordres. » 
 B.
  
À M. de Chauvelin, l’ambassadeur.
  
À M. de Chauvelin, l’intendant.
  
À M. de Ghauvelin, l’abbé.
  
À maître Omer de Fleury.
3936. 
Le marquis d’Argence de Dirac. 1er octobre. — « La confiance que vous voulez bien me témoigner. » 
 B.
3937. 
De la marquise du Deffant. 1er octobre. — « Je me plaignais à vous. » 
 Lesc.
3938. 
Milord Maréchal. Délices, 4 octobre. — « When I ran last year. » 
 C. et F.
3939. 
Le docteur Tronchin. Ferney. — « Puis-je, mon très-cher Esculape, interrompre un moment. » 
 C. et F.
3940. 
Jean Schouvaloff. Tournay, 6 octobre. — « Je vous avais déjà fait compliment. » 
 B.
3941. 
La comtesse de Lutzelbourg. 6 octobre. — « Quand on a mal aux yeux. » 
 B.
3942. 
M. Dupont. 6 octobre. — « M. le prince de Beaufremont a été un peu plus occupé. » 
 B.
3943. 
Mme d’Épinai. — « Vos cartons sont pour moi. » 
 B.
3944. 
Le conseiller Le Bault. Délices, 12 octobre. — « Plus je vieillis, et plus je sens le prix de vos bontés. » 
 Mand.-Gr.
3945. 
La marquise du Deffant. Délices, 13 octobre. — « Il est bien triste. » 
 B.
3946. 
Mme d’Épinai. — « Comment se porte. » 
 B.
3947. 
D’Alembert. 15 octobre. — « Je trouve qu’un conseiller. » 
 B.
3948. 
Mme d’Épinai. Octobre. — « Ma belle et chère philosophe est instamment suppliée. » 
 B.
3949. 
Mme d’Épinai. — « Mettez vite le véritable Cramer en besogne. » 
 B.
3950. 
Tronchin, de Lyon. 17 octobre. — « Je ne joue pas mon rôle à table. » 
 C. et F. (Suppl.)
3951. 
Le marquis d’Argence de Dirac. — « L’état de la question est de savoir. » 
 B.
3952. 
Mme d’Épinai. Délices, 19 octobre. — « Voici probablement la cinquantième. » 
 B.
3953. 
La duchesse de Saxe-Gotha. Tournay, 22 octobre. — « J’ai reçu l’honneur de votre lettre. » 
 B. et F.
3954. 
Le comte d’Argental. Tournay, 22 octobre. — « Acteurs moitié français, moitié suisses. » 
 B.
3955. 
Tronchin, de Lyon. Délices, 24 octobre. — « (À vous seul.) J’ai renouvelé certaine négociation. » 
 C. et F. (Suppl.)
3956. 
Le comte d’Argental. Délices, 24 octobre. — Le théâtre de Polichinelle est bien petit. » 
 B.
3957. 
De la marquise du Deffant. 28 octobre. — « Votre dernière lettre est divine. » 
 Lesc.
3958. 
Le marquis Albergati Capacelli. Tournay, 1er novembre 1759. — « Une indisposition me prive. » 
 B.
3959. 
Du président de Brosses. — « Vous m’avez trop accoutumé » 
 Th. F.
3960. 
M. de Brenles. Délices, 4 novembre. — « Le plaisir ne laisse pas de fatiguer, » 
 B.
3961. 
Le marquis de Chauvelin, ambassadeur à Turin. 4 novembre. — « Vraiment c’est une justice de Dieu. » 
 B.
3962. 
Le comte d’Argental. Tournay, 5 novembre. — « Les députés de votre hiérarchie. » 
 B.
3963. 
Mme de Fontaine. 5 novembre. — « À la fin c’est trop de silence. » 
 B.
3964. 
Tronchin, de Lyon. Délices, 5 novembre. — « Vos Délices ont été assez magnifiques. » 
 C. et F. (Suppl.)
3965. 
Frédéric II, roi de Prusse. 6 novembre. — « Dans quelque état que vous soyez. » 
 B.
3966. 
Le président de Brosses. Délices, 9 novembre. — « Le sieur Girod a raison. » 
 Th. F.
3967. 
De Charles-Théodore, électeur palatin. — « J’ai été bien charmé. » 
 B.
3968. 
Du président de Brosses. Novembre. — « Vous avez vu par ma lettre. » 
 Th. F.
3969. 
Du président de Brosses à M. Girod. Novembre. — « J’ai écrit à M. de Voltaire. » 
 Th. F.
3970. 
M. Bertrand. 10 novembre. — « Je n’ai que le temps. » 
 B.
3971. 
Jean Schouvalow. Tournay, 11 novembre. — « M. de Soltikof s’est chargé. » 
 B.
3972. 
M. Girod. 12 novembre. — « Vous auriez bien dû me parler. » 
 Th. F.
3973. 
La duchesse de Saxe-Gotha. Tournay, 12 novembre. — « La lettre dont Votre Altesse sérénissime m’honore. » 
 B. et F.
3974. 
Tronchin, de Lyon. 12 novembre. — « Je ne regrette point l’argent. » 
 C. et F. (Suppl.)
3975. 
Le président de Brosses. Délices, 14 novembre. — « Votre lettre a croisé la mienne, » 
 Th, F.
3976. 
De Frédéric II, roi de Prusse. 17 novembre. — « Grand merci de la tragédie de Socrate. » 
 Pr.
3977. 
De Frédéric II, roi de Prusse. 17 novembre. — Seconde version de la lettre précédente 
 Œuv. posth.
3978. 
Du président de Brosses. — « Il est certain que j’aimerais mieux. » 
 Th. F.
3979. 
Colini. Délices, 19 novembre. — « Son Altesse électorale palatine m’a mandé. » 
 B.
3980. 
De Frédéric II, roi de Prusse. 19 novembre. — « Je viens de recevoir la lettre du rat ou de l’aspic, du 6 novembre. » 
 Pr.
3981. 
Le comte d’Argental. (À vous seul.) Novembre. — « Vous êtes un ange de paix. » 
 B.
3982. 
M. Fabry, premier syndic, maire et subdélégué à Gex. Délices, 21 novembre. — « Autant que je suis sensible. » 
 B. et F.
3983. 
Jean Schouvalow. Délices, 22 novembre. — « J’ai reçu aujourd’hui le paquet. » 
 B.
3984. 
Le marquis de Chauvelin, ambassadeur à Turin. Délices, 22 novembre. — « Vous, faits pour vivre heureux. » 
 B.
  
P. S. de Mme Denis.
3985. 
Mme de Fontaine. Délices, 24 novembre. — « Je reçois votre lettre du 14 de novembre. » 
 B.
3986. 
Le comte d’Argental. Délices, 24 novembre. — « Vous me trouvez bien indigne » 
 B.
3987. 
Mme d’Épinai. Délices, 26 novembre. — « Je n’ai pas votre santé de fer. » 
 B.
3988. 
Le comte d’Argental. Délices, 30 novembre. — « Je vois bien par votre lettre. » 
 B.
3989. 
Le président de Brosses. 3 décembre 1759. — « La poste part. » 
 Th. F.
3990. 
La marquise du Deffant. 3 décembre. — « Je ne vous ai point dépêché. » 
 B.
3991. 
Thieriot. Délices, 5 décembre. — « Ermite de l’Arsenal. » 
 B.
3992. 
Le comte d’Argental. 5 décembre. — « Que dites-vous de Luc ? » 
 B.
3993. 
De Clément, de Dijon. 6 décembre. — « Si je ne savais pas que votre sagesse. » 
 B.
3994. 
Mme d’Épinai. Délices, 7 décembre. — « J’ai deux grâces à vous demander. » 
 B.
3995. 
La duchesse de Saxe-Gotha. Délices, 8 décembre. — « J’ai eu l’honneur d’écrire. » 
 B. et F.
3996. 
La comtesse de Lutzelbourg. Délices, 9 décembre. — « Dès que Colini sera prêt. » 
 B.
3997. 
Le comte Algarotti. Délices, décembre. — « Quando mi capito. » 
 B.
3998. 
Le marquis de Chauvelin, ambassadeur à Turin. Délices, 11 décembre. — « Il est bien beau à Votre Excellence. » 
 B.
3999. 
Le comte d’Argental. Délices, 11 décembre. — « Je me flatte que la mort funeste. » 
 B.
4000. 
M. Bertrand. 12 décembre. — « De quoi vous avisez-vous. » 
 B.
4001. 
Thieriot. 15 décembre. — « Vous ne vous plaindrez pas. » 
 B.
4002. 
D’Alembert. Délices, 15 décembre. — « Votre Siméon Valette. » 
 B.
4003. 
La comtesse de Lutzelbourg. Délices, 16 décembre. — « Calfeutrez-vous, chauffez-vous bien. » 
 B.
4004. 
Colini. Délices, 16 décembre. — « Gli auguro un felice viaggio. » 
 B.
4005. 
M. Pierron. Délices, 16 décembre. — « Je vous envoie mon précurseur. » 
 B.
4006. 
Tronchin, de Lyon. 17 décembre. — « Je commence à espérer la paix. » 
 C. et F. (Suppl.)
4007. 
M. Bertrand. 18 décembre. — « Je m’intéresse bien vivement. » 
 B.
4008. 
De d’Alembert. 22 décembre. — « Le nouveau moine ou frère lai. » 
 B.
4009. 
Le comte d’Argental. 22 décembre. — « Ma dernière lettre était déjà partie. » 
 B.
4010. 
La duchesse de Saxe-Gotha. Délices, 25 décembre. — « J’ai reçu la lettre, » 
 B. et F.
4011. 
La comtesse de Lutzelbourg. Délices, 28 décembre. — « Jouissez de la santé, » 
 B.

1760

4012. 
Le président de Ruffey. 1er janvier 1760. — « Vous m’avez écrit une lettre. » 
 Th. F.
4013. 
Le président de Brosses. Délices, 2 janvier. — « J’ai l’honneur de présenter mes respects. » 
 Th. F.
4014. 
La duchesse de Saxe-Gotha. 2 janvier, — « Je reçois dans ce moment. » 
 B. et F.
4015. 
La duchesse de Saxe-Gotha. Délices, 4 janvier. — « Le paquet de ce banquier. » 
 B. et F.
4016. 
Formey. Délices, 6 janvier. — « On m’envoie cette lettre ouverte. » 
 B.
4017. 
Le président de Brosses. 7 janvier. — « Le sieur Girod n’a pu encore » 
 Th. F.
4018. 
Mme d’Épinai. Délices, 7 janvier. — « Que faites-vous ? » 
 B.
4019. 
M. Bertrand. 7 janvier. — « Je vous souhaite une vie tolérable. » 
 B.
4020. 
Darget. Délices, 7 janvier. — « Mes pauvres yeux sont les très-humbles serviteurs. » 
 B.
4021. 
Pâris-Duverney. Délices, 7 janvier. — « Je vous souhaite les années. » 
 C. et F.
4022. 
Prault fils. 7 janvier. — « J’ai toujours eu beaucoup d’estime. » 
 C. et F.
4023. 
Pierre Rousseau. Janvier. — « Quelque répugnance qu’on puisse sentir. » 
 B.
4024. 
Projet de vente de Tournay à perpétuité. 10 janvier. — « Il y a parole entre MM. de Brosses et de Voltaire. » 
 Th. F.
4025. 
Le comte d’Argental. 11 janvier. — « Je conçois très-bien que vous enverrez. » 
 B.
4026. 
La duchesse de Saxe-Gotha. Délices, 15 janvier. — « Madame, pourquoi n’y suis-je pas ? » 
 B. et F.
4027. 
À M. George Keate. Délices, 16 janvier. — « You are not, dear sir. » 
 Illust. Lond. News.
4028. 
Colini. Tournay, 21 janvier. — « Mon cher secrétaire intime. » 
 B.
4029. 
M. Pierron. Tournay, 21 janvier. — « Le froid me tue. » 
 B.
4030. 
M. Bertrand. 22 janvier. — « J’aurais été bien étonné, » 
 B.
4031. 
Tronchin, de Lyon. 23 janvier. — « Vous êtes bien bon de songer. » 
 C. et F. (Suppl.)
4032. 
Le duc de Richelieu. Délices, 23 janvier. — « J’ai laissé passer les fêtes. » 
 B.
4033. 
M. Fabry. Délices, 25… — « Je n’ai que le temps. » 
 H. B.
4034. 
De Mme Denis à M. Dupont. Délices, 26 Janvier. — « Je suis une paresseuse. » 
 Lett. in., 1821.
4035. 
La duchesse de Saxe-Gotha. Délices, 26 janvier. — « Si mon petit commerce avec la personne. » 
 B. et F.
4036. 
Le comte Algarotti. Délices, 27 janvier. — « Eurika ! Eurika ! L’horicevuto. » 
 C. et F.
4037. 
Le marquis Albergati Capacelli. Délices. 27 janvier. — « Direte che io sono. » 
 C. et F.
4038. 
Mme d’Épinai. Délices, 30 janvier. — « Ce n’est point à ma chère et respectable philosophe. » 
 B.
4039. 
Le comte d’Argental. Délices, 1er février 1760. — « J’ai reconnu au moins cinq cents.» 
 C. et F.
4040. 
Mme d’Épinai. — « Je vous supplie instamment. » 
 B.
4041. 
Jean Schouvalow. Délices, 5 février. — « C’est pour dire à Votre Excellence. » 
 B.
4042. 
Mme d’Épinai. 6 février. — « Quand il s’agit de son pain. » 
 B.
4043. 
De la marquise du Deffant. 8 février. — « Vous comptez avec moi bien ric à ric. » 
 Lesc.
4044. 
M. le président de Brosses. Délices, 8 février. — « 1° Il doit vous importer fort peu. » Th. F. 
 B.
4045. 
La duchesse de Saxe-Gotha. Délices, 9 février. — « Que ne dois-je point. » 
 B. et F.
4046. 
La comtesse de Lutzelbourg. 9 février. — « La santé, madame, la santé ! » 
 B.
4047. 
Le président de Brosses. Délices, 10 février. — « Je reçois la petite lettre. » 
 Th. F.
4048. 
Le comte d’Argental. 15 février. — « Spartacus est-il joué ? » 
 B.
4049. 
Albergati Capacelli. Délices, 15 février. — « Signor mio stimatissimo. » 
 C. et F.
4050. 
Thieriot. 18 février. — « Je fais venir un dictionnaire. » 
 B.
4051. 
De Hennin. Février. — « Trop de gens se donnent les airs. » 
 Corresp. ined. B.
4052. 
La marquise du Deffant. 18 février. — « L’éloquent Cicéron, sans lequel. » 
 B.
4053. 
La duchesse de Saxe-Gotha. Tournay, 19 février, partira le 22 ou le 23. — « Je n’ai rien de nouveau touchant le mariage. » 
 B. et F.
4054. 
Le président de Brosses. 20 février. — « Je me hâte de vous remercier. » 
 C. et F.
4055. 
M. Linant. Délices, 22 février. — « Je remercie à deux genoux. » 
 B.
4056. 
Thieriot. Délices, 22 février. — « On reconnaît ses amis au besoin. » 
 B.
4057. 
De Frédéric II, roi de Prusse. 24 février. — « De combien de lauriers vous êtes-vous couvert ! » 
 Pr.
4058. 
M. Hennin. Délices, 27 février. — « Vous êtes bien bon de vous ressouvenir de moi. » 
 B.
4059. 
Formey. Février. — « J’aime votre concitoyen. » 
 B.
4060. 
Mme d’Épinai. 1er mars 1760. — « Ma respectable philosophe, et, qui pis est. » 
 B.
4061. 
M. de Brenles. Délices, 3 mars. — « Votre petit mémoire est une bonne provision. » 
 B.
4062. 
Le comte d’Argental. 3 mars. — « Le vent du nord me tue. » 
 Dern. Vol.
4063. 
Le président de Brosses. 5 mars. — « Je prends votre lettre à rebours. » 
 Th. F.
4064. 
Le comte d’Argental. Délices, 7 mars. — « Le malingre des Délices est au bout. » 
 B.
4065. 
Le comte Algarotti. Délices, 7 mars. — « Je suis malade depuis longtemps. » 
 B.
4066. 
Le marquis Albergati Capacelli. Délices, 7 mars. — « Je reçois la lettre dont vous m’honorez. » 
 B.
4067. 
Le président de Brosses. Tournay, 10 mars. — « M. Jalabert m’a donné les Fétiches. » 
 Th. F.
4068. 
Le comte de La Touraille. Délices, 10 mars. — « Il parait par votre lettre. » 
 B.
4069. 
M. de La Tourrette. Délices, 10 mars. — « J’ai l’honneur de vous envoyer. » 
 C. et F.
4070. 
De Charles-Théodore, électeur palatin. 12 mars. — « Dès que j’ai reçu. » 
 B.
4071. 
M. Bertrand. Tournay, 14 mars. — « Le planteur de choux et le semeur de grains. » 
 B.
4072. 
Le président de Brosses. Délices, 17 mars. — « Je supplie M. l’antifétichier. » 
 Th. F
4073. 
Le comte d’Argental. 17 mars. — « Le tripot l’emporte sur la charrue. » 
 B.
4074. 
La comtesse de Lutzelbourg. 19 mars. — « Votre santé m’inquiète beaucoup. » 
 B.
4075. 
De Frédéric II, roi de Prusse. 20 mars. — « Toujours sur la paix. Peuple charmant. » 
 Pr.
4076. 
De la marquise du Deffant. 24 mars. — « Ce que vous appelez vos rogatons. » 
 Lesc.
4077. 
Mme Belot. Délices, 24 mars. — « Je ne suis plus dans ce monde-ci » 
 C. et F. (Suppl.).
4078. 
Bettinelli. Délices, 24 mars. — « Le paquet dont vous m’avez honoré. » 
 B.
4079. 
La duchesse de Saxe-Gotha. Délices, 25 mars. — « Je savais bien que Votre Altesse sérénissime » 
 B. et F.
4080. 
Le comte d’Argental. 26 mars. — « Je n’ai qu’un moment. » 
 B.
4081. 
Cidevilie. Délices, 28 mars. — « Il faut que vous sachiez. » 
 B.
4082. 
Le comte de Schouvalow. Délices, 1er avril 1760. — « La lettre de Votre Excellence du 19 février. » 
 B.
4083. 
M. Bertrand. Délices, 2 avril. — « Pardon de n’avoir pas répondu. » 
 B.
4084. 
De Frédéric II, roi de Prusse. 3 avril. — « Quelle rage vous anime encore contre Maupertuis. » 
 Pr.
4085. 
Mme Belot. Délices, 6 avril. — « Vous m’avez pris à votre avantage. » 
 C. et F. (Suppl.)
4086. 
De la princesse d’Anhalt-Zerbst. Avril. — « Ne craignez-vous pas de m’enorgueillir. » 
 B.
4087. 
Le président de Brosses. Délices, 9 avril. — « Le petit antifétichier remercie. » 
 Th. F.
4088. 
Nouveau mémoire sur le petit morceau de terre nommé la Perrière. — « L’inspection de la carte du pays de Gex. » 
 H. B.
4089. 
Le comte d’Albaret. Délices, 10 avril. — « Vous direz que je suis un paresseux. » 
 B.
4090. 
Le comte d’Argental. Délices, 12 avril. — « Je suis bien faible. » 
 B.
4091. 
La duchesse de Saxe-Gotha. Délices, 12 avril. — « Si j’ai passé trop de temps. » 
 B. et F.
4092. 
La marquise du Deffant. Délices, 12 avril. — « Je ne vous ai envoyé. » 
 B.
4093. 
De d’Alembert. Paris, 14 avril. — « Quand on a le bonheur d’être. » 
 B.
4094. 
Frédéric II, roi de Prusse. 15 avril. — « Puisque vous êtes si grand maître. » 
 B.
4095. 
Le secrétaire de l’Académie botanique de Florence. 15 avril. — « Je devrais vous remercier. » 
 C. et F.
4096. 
Le comte de Lorenzi. Tournay, 15 avril. — « J’ai reçu la lettre et les patentes. » 
 B.
4097. 
De la marquise du Deffant. 16 avril. — « Vous ne savez pas pourquoi. » 
 Lesc.
4098. 
Mme de Fontaine. Délices, 19 avril. — « Partez-vous bientôt. » 
 B.
4099. 
Frédéric II, roi de Prusse. Tournay, 21 avril. — « Un petit moine de Saint-Just disait à Charles-Quint. » 
 B.
4100. 
Colini. Tournay, 21 avril. — « Sono stato sul punto. » 
 B.
4101. 
Jean Schouvalow. — « La personne qui est allée à Francfort. » 
 B.
4102. 
M. de Chenevières. Délices, 23 avril. — « Il est bien vrai que je ne suis pas mort. » 
 C. et F.
4103. 
M. Pilavoine, à Pondichéry. Ferney. 23 avril. — « Vous ne sauriez croire le plaisir. » 
 B.
4104. 
Mme d’Épinai. 25 avril. — « Je ne vous ai point encore remerciée. » 
 B.
4105. 
La marquise du Deffant. 25 avril. — « Je suis si touché de votre lettre. » 
 B.
4106. 
D’Alembert. 25 avril. — « J’avoue que je ne suis pas mort. » 
 B.
4107. 
M. Watelet. Délices, 25 avril. — « Je ne sais si c’est par un amateur. » 
  C. et F.
4108. 
Thieriot. 26 avril. — « Je ne vous ai point encore remercié. » 
 B.
4109. 
Le comte d’Argental. 27 avril. — « Le malade, qui n’est pas mort. » 
 B.
4110. 
Le marquis d’Argence de Dirac. Délices, 28 avril. — « Si la chair n’était pas aussi infirme. » 
 B.
4111. 
Le comte d’Argental. 30 avril. — « Je mets tout sous vos ailes. » 
 B.
4112. 
De Frédéric II, roi de Prusse. 1er mai 1760. — « De l’art de César et du vôtre. » 
 Pr.
4113. 
Joly de Fleury, intendant de Bourgogne. Délices, 2 mai. — « Voici l’édit que MM. les commissaires. » 
 H. B.
4114. 
De Charles-Théodore, électeur palatin. — « Je vous suis très obligé. » 
 B.
4115. 
M. Saurin. 5 mai. — « Je vous remercie de tout mon cœur. » 
 B.
4116. 
De d’Alembert. 6 mai. — « Je satisfais autant qu’il est en moi. » 
 B.
4117. 
Lekain. — « Quand vous pourrez venir. » 
 B.
4118. 
M. Lacombe. Délices, 9 mai. — « Je recevrai avec une extrême reconnaissance » 
 B.
4119. 
Le comte d’Argental. Délices, 11 mai. — « Acte V, scène ii, Médime armée. » 
 B.
4120. 
De Frédéric II, roi de Prusse. 12 mai. — « Je sais très-bien que j’ai des défauts. » 
 Pr.
4121. 
La duchesse de Saxe-Gotha. 14 mai. — « Que vous avez raison, » 
 B. et F.
4122. 
Jean Schouvalow. Tournay, 14 mai. — « J’ai reçu aujourd’hui. » 
 B.
4123. 
Le comte d’Argental. 16 mai. — « Un Gasparini doit demander. » 
 B.
4124. 
Mme Belot. 16 mai. — « Vos lettres sont charmantes. » 
 C. et F. (Suppl.)
4125. 
De Clément, de Dijon. 17 mai. — « Permettez qu’un de ceux qui aiment le plus les belles-lettres. » 
 B.
4126. 
Mme d’Épinai. 18 mai. — « La lettre du philosophe que vous m’avez envoyée. » 
 B.
4127. 
Mme d’Épinai. 19 mai. — « Les Qui et les Quoi qu’on m’envoie. » 
 B.
4128. 
Thieriot. 19 mai. — « Je prie mon ancien ami. » 
 C. et F
4129. 
M. Bertrand. 20 mai. — « Si la misère de ma machine, » 
 B.
4130. 
De Piron à Baculard d’Arnaud. 20 mai. — « Je vous rends grâces de votre attention. » 
 Am. d’aut.
4131. 
Le marquis de Thibouville. Tournay, 20 mai. — « Si vous avez eu mal à la jambe. » 
 B.
4132. 
Le comte d’Argental. Délices, 25 mai. — « Je n’aime point que madame Scaliger. » 
 B.
4133. 
D’Alembert. Tournay, 20 mai. — « J’ai suivi vos conseils. » 
 B.
4134. 
Chenevières. Délices, 26 mai. — « Ressusciter est sans doute un grand cas. » 
 B.
4135. 
Thieriot. À Tournay et non à Tornet, 26 mai. — « Je n’ai pas un moment » 
 B.
4136. 
Mme de Fontaine. Délices, 28 mai. — « Je suis toujours affligé. » 
 B.
4137. 
M. Fyot de La Marche (fils). Tournay, 28 mai. — « Ayant acquis pour la vie la terre de Tournay. » 
 H. B.
4138. 
Thieriot. 29 mai. — « On m’envoie cela. » 
 C. et F.
4139. 
Du président de Brosses. — » Vous me parlez fort au long. » 
 Th. F.
4140. 
Le conseiller Tronchin. 2 juin 1760. — « Rien n’est plus beau à présent que votre pays. » 
 C. et F. (Suppl.)
4141. 
Frédéric II, roi de Prusse. Délices, 3 juin 1760. — « Le vieux Suisse bavard prend peut-être. » 
 Pr.
4142. 
Le comte d’Argental. Délices, 4 juin. — « La paix sera aussi difficile.» 
 B.
4143. 
Palissot. Délices, 4 juin. — « Je vous remercie de votre lettre. » 
 B.
4144. 
Jean Schouvalow. Délices, 7 juin. — « Par une lettre de M. de Kaiserling. » 
 B.
4145. 
Thieriot. 9 juin. — « J’ai reçu toutes les archives. » 
 B.
4146. 
M. de R. 9 juin. — « Vous êtes trop bon. » 
 C. et F.
4147. 
D’Alembert. 10 juin. — « Les Si, les Pourquoi sont bien vigoureux. » 
 B.
4148. 
Joly de Fleury, intendant de Bourgogne. Délices, 13 juin. — « Je suis plus inquiet. » 
 H. B.
4149. 
L’intendant de Bourgogne. — « François de Voltaire, seigneur actuel de Tournay. » 
 H. B.
4150. 
Mme d’Épinai. 13 juin. — « Vous avez un grand défaut. » 
 B.
4151. 
Le comte d’Argental. Délices, 13 juin. — « À peine ai-je reçu votre paquet. » 
 B.
4152. 
De d’Alembert. 16 juin. — « 1° Ce n’est pas tout d’être mourante. » 
 B.
4153. 
De J.-J. Rousseau. 17 juin. — « Je ne pensais pas me retrouver. » 
 B.
4154. 
Thieriot. Délices, 19 juin. — « Vous devez, encore une fois. » 
 B.
4155. 
Le comte d’Argental. 19 juin. — « Je peux encore quelquefois. » 
 B.
4156. 
Le marquis Albergati Capacelli. Délices, 19 juin. — « En tout pays on se pique. » 
 B.
4157. 
M. Fyot de La Marche (fils). Délices, 20 juin. — « Si je n’avais pas été malade. » 
 H. B.
4158. 
Mme Belot. Délices, 20 juin. — « Je réponds si tard à votre lettre. » 
 C. et F. (Suppl.)
4159. 
Le baron de Monthon. 20 juin. — « Puisque vous me mettez des monsieur. » 
 C. et F.
4160. 
Duclos. Tournay, 20 juin. — « Je crois devoir vous informer. » 
 B.
4161. 
D’Alembert. 20 juin. — « Ma cousine Vadé me mande. » 
 B.
4162. 
De Frédéric II, roi de Prusse. 21 juin. — « Je reçois deux de vos lettres. » 
 Pr.
4163. 
Palissot. Délices, 23 juin. — « Vous me faites enrager. » 
 B.
4164. 
Le comte d’Argental. Délices, 23 juin. — « Le duc de Choiseul m’a mandé. » 
 B.
4165. 
D’Alembert. 23 juin. — « Je voudrais que Thieriot. » 
 B.
4166. 
Thieriot. Délices, 23 juin. — « La poste part, » 
 B.
4167. 
Le comte d’Argental. 27 juin. — « Mon cher ange pardonnera. » 
 B.
4168. 
Mme d’Épinai. 30 juin. — « IMa charmante et respectable philosophe (car ce nom…). » 
 B.
4169. 
Thieriot. Délices, 30 juin. — « Je commence par ce qui est le plus intéressant. » 
 B.
4170. 
La comtesse de Lutzelbourg. Délices, 2 juillet 1760. — « Vous m’avez envoyé. » 
 B.
4171. 
Le conseiller Le Bault. Délices, 3 juillet. — « Si vous avez un simple tonneau. » 
 Mand.-Gr.
4172. 
Sénac de Meilhan. Délices, 4 juillet. — « Faites de la prose. » 
 B.
4173. 
M. Bertrand. 5 juillet. — « Je ne crois pas qu’il y ait. » 
 B.
4174. 
De la marquise du Deffant. 5 juillet. — « Le président, qui est aux Ormes. » 
 Lesc.
4175. 
Le comte d’Argental. 6 juillet. — « Il faut faire ses foins. » 
 B.
4176. 
Thieriot. Tournay, 7 juillet. — « Vous m’avez comble de joie. » 
 B.
4177. 
Le comte d’Argental. 9 juillet. — « Je crois que la plaisanterie ne finira pas. » 
 B.
4178. 
D’Alembert. 9 juillet, — « Mon cher philosophe, j’ai la vanité de croire. » 
 B.
4179. 
Mme d’Épinai. 9 juillet. — Les plaisanteries ne finiront point. » 
 B.
4180. 
Le comte d’Argental. 11 juillet. — « Mettez Diderot de l’Académie. » 
 B.
4181. 
Damilaville. 11 juillet. — « La personne à qui vous avez écrit. » 
 B.
4182. 
Colini. Tournay, 11 juillet. — « Caro Colini, sapete bene che. » 
 B.
4183. 
Père de Menoux. 11 juillet. — « En vous remerciant du Discours royal. » 
 B.
4184. 
Palissot. 12 juillet. — « Votre lettre est extrêmement plaisante. » 
 B.
4185. 
Mme du Deffant. 14 juillet. — Si vous aviez voulu avoir le Pauvre Diable. » 
 B.
4186. 
Madame d’Épinai. Délices, 14 juillet. — « Voici ma réponse, madame, à une lettre très-injuste. » 
 B.
4187. 
Le comte d’Argental. 14 juillet. — « Mon cher ange, ce pauvre Carré se recommande. » 
 B.
4188. 
La duchesse de Saxe-Gotha. Délices, 14 juillet. — « Je suis comblé des grâces de Votre Altesse sérénissime. » 
 B. et F.
4189. 
Sénac de Meilhan. 16 juillet. — « Vous m’écrivez, comme l’Église ordonne qu’on fasse ses pâques. » 
 B.
4190. 
Le président de Brosses. 16 juillet. — « Je conçois que monsieur l’intendant de Bourgogne. » 
 Th. F.
4191. 
Helvétius. Tournay, 16 juillet. — « J’ai reçu votre paquet de Voré. » 
 B.
4192. 
Linant. 18 juillet. — «ll y a longtemps que je vous dois une réponse.» 
 B.
4193. 
De d’Alembert. 18 juillet. — « Vous me paraissez persuadé. » 
 B.
4194. 
Thieriot. 18 juillet. — « Notre cher correspondant, notre ancien ami est prié. » 
 B.
4195. 
Albergati Capacelli. Délices, 21 juillet. — « Carissimo signore, ella riceverà il Shaftesbury. » 
 B.
4196. 
Thieriot. Délices, 22 juillet. — « Mon cher correspondant, quid nuper evenit ? » 
 B.
4197. 
Mme Belot. 22 juillet. — « J’ai reçu une lettre du 2 juillet. » 
 C. et F. (Suppl.)
4198. 
De la marquise du Deffant. 23 juillet. — « Je pourrais vous dire que, vanité à part. » 
 Lesc.
4199. 
Mme d’Épinai. 24 juillet. — « Si vous ne m’avez point répondu. » 
 B.
4200. 
D’Alembert. 24 juillet. — « Je vous demande pardon, mon très-cher philosophe. » 
 B.
4201. 
Le comte d’Argental. Ferney, 25 juillet. — « Mon cher ange saura d’abord que toute ma joie. » 
 B.
4202. 
Relation d’une grande bataille (Fréron). 27 juillet. — « Hier samedi, 26 de ce mois, » 
 An. litt.
4203. 
Duclos. — « Je dois vous dire combien je suis touché. » 
 B.
4204. 
Fabry. Délices, 28 juillet. — « On ne peut être plus sensible que je le suis. » 
 B. et F.
4205. 
Thieriot. 28 juillet. — « Il n’y a que les anciens amis de bons. » 
 B.
4206. 
Mme d’Épinai. 28 juillet. — « À la belle philosophe et à l’aimable Habacuc. Non, il n’est point impossible. » 
 B.
4207. 
Colini. 30 juillet. — « À vos talents qui vous rendent un juge éclairé. » 
 B.
4208. 
De Piron à Baculard d’Arnaud.Ce vendredi. — » Voici l’épigramme que vous me demandez. » 
 Am. d’aut.
4209. 
La comtesse de Lutzelbourg. Délices, 2 août 1760. — « On n’a pas plus tôt appris. » 
 B.
4210. 
Jean Schouvalow. Délices, 2 août. — « À peine eus-je reçu la lettre. » 
 B.
4211. 
De d’Alembert. 3 août. — « Il y a apparence que celui de nous deux qui se trompe. » 
 B.
4212. 
Le comte d’Argental. 3 août. — « Mon cher ange, que votre volonté soit faite. » 
 B.
4213. 
Mme de Fontaine. Délices, 4 août. — « Avez-vous reçu un paquet dans lequel. » 
 B.
4214. 
Le comte d’Argental 6 août. — « C’est pour vous dire. » 
 B.
4215. 
La marquise du Deffant. 6 août. — « Si la guerre contre les Anglais. » 
 B.
4216. 
Le marquis d’Argence de Dirac. Délices, 6 auguste. — « Je crois avoir plus besoin de M. Tronchin. » 
 C. et F.
4217. 
Damilaville. Ferney, 6 août. — « Je suis extrêmement sensible à toutes les marques d’attention. » 
 B.
4218. 
Thieriot. Ferney, 8 août. — « Vous ne dites point qu’on a joué l’Ècossaise. » 
 B.
4219. 
M. de Mairan. Tournay, 9 août. — « Je vous remercie bien sensiblement d’une attention, » 
 B.
4220. 
Le comte d’Argental. 10 août. — « Je cherche ma dernière lettre à mon cher Palissot. » 
 B.
4221. 
M. de Chauvelin. 10 août. — « Monsieur l’intendant du peu de finances. » 
 B. et F. (App. 1865.)
4222. 
Duclos. 11 août. — « Je sais depuis longtemps que vous avez, » 
 B.
4223. 
Mme d’Épinai. — « Il faut qu’il entre, mon adorable philosophe. » 
 B.
4224. 
Thieriot. — « Le 11 auguste ; fi ! que août est barbare ! À peine eus-je écrit. » 
 B.
4225. 
Mme Belot. 11 auguste. — « M. Helvétius et M. de La Popelinière sont à mes yeux. » 
 C. et F-
4226. 
Marmontel. 13 auguste. — « Nous avions été un peu alarmés. » 
 B.
4227. 
D’Alembert. Ferney, 13 auguste. — « Vous êtes assurément, mon divin Protagoras. » 
 B.
4228. 
M. Bagieu. Délices, 13 auguste. — « Ma nièce est un gros cochon. » 
 B.
4229. 
Algarotti. 15 auguste. — « Caro, vous voulez le Pauvre Diable. » 
 B.
4230. 
Stanislas, roi de Pologne. Délices, 15 auguste. — « Sire, je n’ai jamais que des grâces. » 
 B.
4231. 
Le comte de Tressan. Délices, 16 auguste. — « Voici deux Genevois aimables. » 
 B.
4232. 
Le comte d’Argental. 17 auguste. — « Mon divin ange, il faut que notre ami Fréron. » 
 B.
4233. 
Thieriot. 20 auguste. — « Mon cher correspondant, je vous rends mille grâces de votre exactitude. » 
 B.
4234. 
Mme d’Épinai. — « 20 auguste ; août est trop barbare. Adorable philosophe, vous saurez que le roi Stanislas. » 
 B.
4235. 
La duchesse de Saxe-Gotha. Tournay, 20 auguste. — « J’ignore si, dans la crise violente où nous sommes. » 
 B. et F.
4236. 
L’abbé Pernetti. 22 auguste. — « Nos conventicules de Satan. » 
 B.
4237. 
Pierre Rousseau. 27 auguste. — « La personne à qui M. Rousseau écrit. » 
 B.
4238. 
Le comte d’Argental. 28 auguste. — « Mon cher ange, vous ne m’instruisez pas. » 
 B.
4239. 
Damilaville. 29 auguste. — « Je réponds à votre lettre du 12. » 
 B.
4240. 
Thieriot. 29 auguste. — « Je crois que c’est vous. » 
 B.
4241. 
D’Argental. 1er septembre 1760. — « La charité étant une vertu angélique. » 
 B.
4242. 
De d’Alembert. 2 septembre. — « Il y a un siècle que je ne vous ai rien dit. » 
 B.
4243. 
Damilaville. 3 septembre. — « Je vous envoie une lettre. » 
 B.
4244. 
Albergati Capacelli. Délices, 5 septembre. — « Je suis dans mon lit depuis quinze jours. » 
 B.
4245. 
Bordes. Délices, 5 septembre. — « Jérôme Carré est très-flatté. » 
 B.
4246. 
De la marquise du Deffant. 5 septembre. — « J’étais en colère contre vous. » 
 Lesc.
4247. 
Le comte d’Argental. Septembre. — « Mon divin ange, vous êtes le meilleur général de l’Europe. » 
 B.
4248. 
Le docteur Tronchin. 7 septembre. — « Non, mon cher docteur, je n’y ai jamais mis la main. » 
 C. et F.
4249. 
Damilaville. Délices, 9 septembre. — « Je suis plus touché que jamais. » 
 B.
4250. 
Marmontel. 9 septembre. — « Dieu soit loué ! mon cher ami ! » 
 B.
4251. 
Thieriot. 9 septembre. — « Vous me fournissez de bons reliefs pour la Capilotade. » 
 B.
4252. 
La marquise du Deffant. Délices, 12 septembre. — « Vous êtes un grand et aimable enfant. » 
 B.
4253. 
Le comte Algarotti. Septembre. — « No, no, no, caro cigno di Padova. » 
 B.
4254. 
Lord Lyttelton. — « At my castle of Tornex, in Burgundy. I have read. » 
 B.
4255. 
Chenevières. Délices, 16 septembre. — « Si je n’étais pas aux Délices, j’aurais voulu être. » 
 C. et F.
4256. 
Le comte d’Argental. 17 septembre. — « J’ai eu encore assez de tête. » 
 B.
4257. 
M. Clos. Ferney, 17 septembre. — « Les sentiments que vous avez la bonté. » 
 B.
4258. 
Mlle Clairon. Délices, 19 septembre. — « Nous sommes trois que même ardeur excite. » 
 B.
4259. 
Mme la comtesse d’Argental. 20 septembre. — « Madame Scaliger, vous êtes divine. » 
 B.
4260. 
Mme d’Épinai. 20 septembre. — « Mille actions de grâce à ma belle philosophe. » 
 B.
4261. 
Le chevalier de R…x. Délices, 20 septembre. — « Je ne me porte pas assez bien, » 
 B.
4262. 
De la marquise du Deffant. 20 septembre. — « Non, non, je ne suis pas une grande enfant. » 
 Lesc.
4263. 
Colini. 20 septembre. — « J’ai été bien malade. » 
 B.
4264. 
Jean Schouvalow. Ferney, 21 septembre. — « Votre Excellence a reçu sans doute. » 
 B.
4265. 
Chenevières. Délices, 21 septembre. — « Vous m’avez écrit une lettre charmante. » 
 C. et F.
4266. 
Cideville. 22 septembre. — « Il est bien doux que mes fruits. » 
 B.
4267. 
De d’Alembert. 22 septembre. — « Je viens de remettre à l’ami Thieriot. » 
 B.
4268. 
Le comte de Tressan. Ferney, 23 septembre. — « Je vous fais mon compliment. » 
 B.
4269. 
Thieriot. Ferney, 23 septembre. — « Monsieur l’habitant du marais » 
 B.
4270. 
Le comte d’Argental. Délices, 23 septembre. — « En arrivant aux Délices. » 
 B.
4271. 
Mlle Clairon. 24 septembre. — « Voilà ce que c’est que de n’être point à Paris. » 
 B.
4272. 
Lekain. 24 septembre. — « Avant d’aller jouer Tancrède, » 
 B.
4273. 
Palissot. Ferney, 24 septembre. — « Je dois me plaindre. » 
 B.
4274. 
Le comte d’Argental. 24 septembre. — « Mes divins anges, il faut vous rendre compte de tout, » 
 B.
4275. 
Albergati Capacelli. 24 septembre. — « Dignatevi, mio caro signore, di far indirizzare. » 
 C. et F.
4276. 
Goldoni. Ferney, 24 septembre. — « Signor mio, pittore e figlio della natura. » 
 B.
4277. 
Le comte d’Argental. 27 septembre. — « Je vous ai écrit des volumes. » 
 B.
4278. 
La duchesse de Saxe-Gotha. Ferney, 27 septembre. — « Je devrai donc à vos bontés les lumières. » 
 B. et F.
4279. 
La duchesse de Saxe-Gotha. — « Immédiatement après avoir ouvert le paquet. » 
 B. et F.
4280. 
Mme de Fontaine. Délices, 29 septembre. — « Je suis bien fatigue. » 
 B.
4281. 
Le comte d’Argental. 29 septembre. — « Voici, je crois, mes dernières volontés. » 
 B.