Livre:Aicard - Maurin des Maures, 1908.djvu

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Aicard - Maurin des Maures, 1908.djvu
Titre Maurin des Maures
Auteur Jean Aicard Voir et modifier les données sur Wikidata
Maison d’édition Ernest Flammarion, Éditeur
Lieu d’édition Paris
Année d’édition 1908
Bibliothèque Université de Toronto -> Internet Archive
Fac-similés djvu
Avancement Terminé

Pages

- - - - - - np np np np  i  ii  iii  iv  v  vi  vii  viii 001 002 003 004 005 006 007 008 009 010 011 012 013 014 015 016 017 018 019 020 021 022 023 024 025 026 027 028 029 030 031 032 033 034 035 036 037 038 039 040 041 042 043 044 045 046 047 048 049 050 051 052 053 054 055 056 057 058 059 060 061 062 063 064 065 066 067 068 069 070 071 072 073 074 075 076 077 078 079 080 081 082 083 084 085 086 087 088 089 090 091 092 093 094 095 096 097 098 099 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318 319 320 321 322 323 324 325 326 327 328 329 330 331 332 333 334 335 336 337 338 339 340 341 342 343 344 345 346 347 348 349 350 351 352 353 354 355 356 357 358 359 360 361 362 363 364 365 366 367 368 369 370 371 372 373 374 375 376 377 378 379 380 381 382 383 384 385 386 387 388 389 390 391 392 393 394 395 396 397 398 399 400 401 402 403 404 405 406 407 408 409 410 411 412 413 414 415 416 417 418 419 420 421 422 423 424 425 426 427 428 429 430 431 432 - - - - - -



TABLE DES CHAPITRES


Lequel débute comme un proverbe de M. Alfred de Musset et où le lecteur apprendra que les Provençaux sont les seuls à savoir rire d’eux-mêmes avec un esprit particulier qu’ils nomment la galégeade
 1
Où l’on verra la silhouette d’un nommé Parlo-Soulet, ou Parle-Seul, qui inventa le monologue, et le bon tour que jouèrent aux gendarmes Maurin des Maures et son muet associé. 
 12
Dialogue d’un préfet et d’un secrétaire archiviste, par où l’on verra qu’en Provence la chasse à la casquette n’enrichit pas les chapeliers. 
 24
Grâce aux renseignements de M. Désiré Cabissol, policier par amour du pittoresque, plus d’un lecteur trouvera amusant le présent chapitre. 
 32
Où l’on verra comment M. Désiré Cabissol et M. Désorty, préfet, continuèrent, inter pocula, leur conversation amusante et comment le premier de ces deux personnages fut conduit à narrer au second l’histoire du Marchand de larmes, sans pour cela oublier l’illustre Maurin, Roi des Maures. 
 43
Maurin, prince des braconniers, duc des maires, empereur des gendarmes, Roi des Maures, fait la police de son royaume. 
 59
Pour quels raisons Pastouré prend la résolution de graisser ses bottes. 
 65
Où l’on verra comment les habitants des Maures auraient pu devenir tous aveugles — et l’opinion de Parlo-Soulet sur son ami Maurin, flambeau des chasseurs. 
 71
On ne peut pas à la fois casser des cailloux sur la route et bien garder sa fille. 
 76
Cent mille têtes humaines ne valent pas une tête de poulet. 
 80
Un sauvage entrevoit que la science n’est pas la justice, mais qu’un grain de justice peut germer dans le fumier des civilisations. 
 86
Monsieur le préfet a la parole. Parlo-Soulet l’interrompt. 
 92
M. Cabissol explique le rôle du chapeau haut de forme considéré dans ses rapports avec le jeu de boules et, à propos de la pluie et du beau temps, répète le sermon aimable que fit un bon curé pour la fête de Sant-Estrôpi. 
 95
À Corse entier, Corsoise et demie. 
 103
Où l’on verra le don Juan des bois courir deux gibiers à la fois, non pas deux lièvres, mais un sanglier et une jolie fille. 
 109
Où l’on verra les motifs qui peuvent empêcher un braconnier d’accepter à dîner chez un préfet et ceux qui font de la préfecture du Var la meilleure de France. 
 118
Comment M. Labarterie fut conduit par Maurin à la chasse aux merles, et comment M. Cabissol fut entraîné à conter, lui aussi, une galégeade. 
 126
Le purgatoire de frère Pancrace. 
 133
Où apparaît pour le grand ennui de Maurin, et la plus grande satisfaction de la gendarmerie nationale, un nouveau personnage noir comme un diable. 
 141
Le gendarme Sandri établit l’orthographe du mot pennes
 146
D’où il appert qu’un pardessus d’été est le vêtement ridicule par excellence, et où l’on verra comment le don Juan des bois, pour conquérir une femme du Var, s’assura la complicité d’une aigle des Alpes. 
 152
Méfiez-vous d’un cantonnier qui a pour amis un renard femelle, quinze perdreaux et une belette. 
 159
Entre un conditionnel et un présent, entre « je m’en flatterais » et « je m’en flatte », il n’y a pas, pour un bon gendarme, l’épaisseur d’un poil de barbe. 
 170
Mes bons amis, quand on la tient, il faut plumer la poulette. 
 183
Si l’on ne mangeait de cerises que celles qui vous appartiennent, beaucoup de gens ne sauraient pas quel goût a le fruit des cerisiers. 
 191
Où le Roi des Maures met entre lui et la loi non seulement une lourde table, mais l’honneur même de la Corse, patrie du grand Empereur. 
 195
Où l’on verra le Roi des Maures sacré non pas à Reims mais à Draguignan ; et d’une conversation de haute portée entre un policier amateur et un savant inconnu. 
 204
La voix du peuple nomme Maurin général et Pastouré colonel. 
 211
Comment Pastouré, ayant tiré un lapin sans le rouler, rendit Dieu en personne responsable de sa maladresse. 
 219
Comment les fêtes publiques des Plantouriens furent troublées, le beau jour de la Saint-Martin, et comment un heureux miracle termina cette lamentable aventure. 
 226
Comme quoi Maurin et Parlo-Soulet doivent être comparés, par les gens qui s’y connaissent, aux plus grandes figures de l’histoire et de la légende, et où l’on se convaincra que M. Cabissol a pénétré tous les dessous de l’âme populaire, en lui entendant raconter le Bon conseil de maître Magaud, histoire à laquelle Maurin riposta par une autre non moins amusante : La chasse aux canards
 235
Où Maurin des Maures, par la façon dont il pense à se faire connaître de son bâtard Césariot, prouve bien qu’il n’est pas un héros de roman-feuilleton. 
 253
De la rencontre qu’eurent pour la première fois Maurin des Maures et son fils Césariot sous un arbre qui est célèbre dans le Var sous le nom de Pin Berthaud, et comment le don Juan des bois se révéla père de famille à la romaine et à la provençale. 
 260
D’une conversation qu’eut Antonia avec son père et de celle qu’elle eut deux jours plus tard avec deux dévotes. 
 272
Comme quoi les belles filles faisaient quelquefois encore, au xixe siècle, sur les rivages provençaux, la rencontre d’un prince maure. 
 277
Il n’y a pas de bon mariage morganatique auquel ne préside au moins un ermite. 
 283
Où l’on verra que les habitants d’une bourgade prédestinée appelée Gonfaron ou Gonfleron, en Provence, ont inventé la montgolfière, à la forme près. 
 288
En quels termes le don Juan des bois refusa mariage à la belle Corsoise avec une sincérité digne d’estime. 
 296
Comme quoi, grâce à l’ingéniosité de Maurin, les Gonfaronnais virent enfin voler un âne et comment le roi des Maures connut, à l’instar de tous les vrais héros, son heure d’impopularité. 
 300
De la mémorable conversation qu’eurent ensemble Maurin des Maures et son ami Caboufigue, ex-roi des nègres, berger de crocodiles, conservateur radical et candidat à la députation. 
 309
Comment un gentilhomme de l’ancien régime contracta très naturellement un traité d’alliance avec le populaire roi des Maures. 
 326
Où l’on verra l’importance que le gouvernement de la République française accorde au roi des Maures, lequel n’en devient pas plus fier. 
 337
Où l’on verra comment, sans l’aide de Maurin lui-même, jamais gendarme n’eût arrêté Maurin, et comment Parlo-Soulet répondit à cette monstrueuse arrestation par l’incongruité la plus monstrueuse et la plus sonore qui fût dans ses moyens. 
 346
Où le roi des Maures est un instant comparé, pour sa finesse de diplomate, au roi Louis XI. 
 363
— Et de quoi riez-vous ainsi, Rosette, belle fille ? 
 377
Comment et pourquoi, non sans regret, Maurin fit à un gendarme un cadeau princier, ce qui l’amena à conter à ses amis La lièvre de juin
 387
Qu’il ne faut pas lire, parce qu’on y relate la profonde et ennuyeuse conversation qu’eurent ensemble, — en présence de Maurin des Maures et de Parlo-Soulet, — M. Rinal et M. Cabissol, lequel se décida, pour en finir, à conter deux galégeades. 
 397
La merveilleuse histoire des Canards du Labrador
 406
Où l’on verra l’histoire jolie de la Poule verte, comment l’horrible Grondard dénoua le roman de Tonia et du roi des Maures, et avec quel désintéressement admirable Pastouré refusa une haute position. 
 421