éléments Wikidata

Livre:Ferdinand Buisson - Sébastien Castellion - Tome 1.djvu

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ferdinand Buisson - Sébastien Castellion - Tome 1.djvu
TitreSébastien Castellion, sa vie et son œuvre Voir et modifier les données sur Wikidata (1515-1563) : étude sur les origines du protestantisme libéral français
AuteurFerdinand Buisson Voir et modifier les données sur Wikidata
BibliothèqueGallica
Fac-similésdjvu
AvancementÀ corriger

Pages

001 002 003 004 005 006 007 008 009 010 011 012 013 014 015 016 017 018 019 020 021 022 023 024 025 026 027 028 029 030 031 032 033 034 035 036 037 038 039 040 041 042 043 044 045 046 047 048 049 050 051 052 053 054 055 056 057 058 059 060 061 062 063 064 065 066 067 068 069 070 071 072 073 074 075 076 077 078 079 080 081 082 083 084 085 086 087 088 089 090 091 092 093 094 095 096 097 098 099 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318 319 320 321 322 323 324 325 326 327 328 329 330 331 332 333 334 335 336 337 338 339 340 341 342 343 344 345 346 347 348 349 350 351 352 353 354 355 356 357 358 359 360 361 362 363 364 365 366 367 368 369 370 371 372 373 374 375 376 377 378 379 380 381 382 383 384 385 386 387 388 389 390 391 392 393 394 395 396 397 398 399 400 401 402 403 404 405 406 407 408 409 410 411 412 413 414 415 416 417 418 419 420 421 422 423 424 425 426 427 428 429 430 431 432 433 434 435 436 437 438 439 440 441 442 443 444 445 446 447 448 449 450 451 452 453 454 455 456 457 458

TABLE DES MATIERES
DU TOME PREMIER


CHAPITRE I
enfance et adolescence. Le Bugey
(1515-1535.)

Le village natal. — Les serfs de Saint-Martin, les bourgeois et le couvent de Nantua.— L’hérésie dans les montagnes du Bugey au moyen age. — Situation politique et religieuse du Bugey, de la Bresse et de la Savoie au xve et au début du xvie siècle. — Conquête de la Bresse par François Ier et du pays de Gex par les Bernois (1536) ...... 1


CHAPITRE II
Premières années de jeunesse. Lyon
(1535-1510.)

Lyon sous François Ier. — Le collège de la Trinité : le principal et les professeurs. — Jean Raynier, Barthélemy Aneau. — Sébastien Chatillon (Castellio) au collège de la Trinité : comment il devient Castalio. — Groupe d’étudiants et d’humanistes auquel il appartient : Gilbert Duclier, Jean Voulté, Nicolas Bourbon. — Ses premiers vers latins et grecs. — Ses amis : les freres Argentier, Fl. Wilson. — Pas de relations avec Etienne Dolet .............. 14


CHAPITRE III
De l’humanisme a la reforme.

I. État des esprits dans la petite société des lettrés lyonnais et du collège de la Trinité que fréquente Castellion : ils ne distinguent pas encore entre la Renaissance et la Réforme, appellent de tous leurs vœux une réforme religieuse, modérée, sans schisme. — Exemples tirés de Nicolas Bourbon, Voulté, etc. — Sympathies générales dans la société éclairée et surtout dans le clergé pour ce plan de reforme et, pour les idées de tolérance. — II. Revirement décisif de la part de l’Eglise : triomphe des idées de Caralla, établissement de l’Inquisi- tion, adoption de la politique de répression à outrance, les Jésuites, l’lnde.2:, etc. — Ill. Revirement analogue en France, longtemps 1·etardé ou remis en question parla résistance personnelle de François I": trois périodes successives aboutissant à sa soumission definitive (1538). — Triomphe du parti de Montmorency et des cardinaux de Tournon et de Lorraine.- IV. Contre·conp de ces évenements sur l’attitude des humanistes, a Lyon en particulier; l’humanisme scindé en deux tron- çons : ceux qui se soumettent (abjuration de Marot, palinodie de Bourbon, réserve de Ducher, etc.), et ceux qui se revoltent (exemples des martyrs,leur influence décisive sur les caracteres fermes, surtout alors qn’il n’y a pas encore de confession de foi protestante et que la mort est le prix d’un simple acte d’honnêteté, le refus de participer il des pratiques que l’on juge abusives). —— V. Castellion passe à la · _ Réforme, a la suite d’exemples semblables vus a Lyon (1540) ........ 48

CHAPITRE IV

Strasbourg. chez Calvin

(1540·1â11.)

Influence de l’Institz¢li01z ch2·éfz`e7me (1530) et dela personne de Calvin. — Calvin ai Strasbourg. — Etat, religieux, politique et scolaire de Strasbourg (1540). — La 1naison de Calvin, premier seminaire protes- _ tant. - Castellion y est reçu. — Ses compagnons d’etudes : Michel Mulot, Gaspar Carmel, Jacques Sorel, Nicolas Parent, Eynard Pichon, Claude Feray. ——`.·\rrivee de Mme du Verger. Calvin a la conférence de Ratisbonne. — La peste de Strasbourg. —— Mort de Claude Feray. — Dévouement de Castellion. — Gralitude et inquiétude de Calvin... 96

CHAPITRE V

ne co1.1.i:on: nr: osxièvr:

(1511-1544.)

Établissement des ecoles à Genève : le college de Rive remplace le college Versonnex. ——· I. Antoine Saunier et Mathurin Cordier pendant le premier ministère de Calvin. -—- ll. Recherche d’un directeur pour le nouveau college (1541): Charles de Sainte-Marthe; Claude Budin; Mathurin Cordier. - Nomination provisoire, puis definitive de Sébas- tien Castellion. — Ill. Le college sons le principalat de Castellion : esprit de la maison; méthodes nouvelles, rapports et différences avec celles de Sturm ............................................... _ ...... 1 21

CHAPITRE VI

LES « DIALOGUES SACRÉS »

(1512-1562.)

Première forme de ce petit livre scolaire et ses tranformations successives. - I. Il se rattache à la litterature des Colloques scolaires mise en honneur par la Réforme. -— II. But de l’au teur d’après sa préface. -Ill. Exemples de sa méthode et de son style. —IV. Valeur du livre pour Venseignement du latin.- V. Son caractère original et son influence comme livre d’éducation protestante. — VI. Les Dialogues sacrés ’restent pendant plus de deux siècles le premier livre de latinite de tous les pays allemands : indication des principales editions jus- qu’en 1780..- ........................................................ 152

CHAPITRE VII


PREMIÈRES DIFFICULTÉS. LA rizsrn nn msxiavn. nurruan avec c,t1.v1x. LIAISON Avec ocuixo ·

(1544.)

I. Castellion marie sa sœur et se marie. Premiers froissements avec Calvin. — II. La peste à Geneve (1542). Devonement du ministre Pierre Blanchet. Hèsitation des autres ministres it faire leur devoir: Castellion s’offre a les remplacer. Le Conseil insiste pour que les ministres remplissent leur office. Transformation des faits, dans la suite, en une legende à l’honneur de Calvin et ài la honte de Castellion. — III. Famine de 1543-1541. Castellion ne peut vivre de son traitement, demande à se retirer. Le Conseil veut l'appeler au ministere. Calvin s’y oppose, en raison d’une dissidence d’opinion theologique. Certificat delivrè par tout le corps pastoral expliquant cette dissidence. - IV. Ribit et Viret intercedent pour Castellion aupres de Calvin. L’autorité de Calvin devient de plus en plus absolue. -— V. Dernier incident : sortie virulente de Castellion contre les pasteurs de Genève. Plainte portée au Conseil par les pasteurs, qui etaient eux-memes poursuivis pour propos irreverencieux. Decision du Conseil, plus tard presentee comme une sentence d’expulsion. — VI. Relations de Castellion avec Bernardino Ochino ........................................, . ........ 180

CHAPITRE VIII

11.11.s. mxûss un SOUl·`FR·\NCE. casrstniox connucmun cum oronix

(1545-1552.)

I. Castellion cherche en vain un emploi scolaire dans les États de Berne : toutes les places etaient prises it Lausanne. — II. Les relations s’enveniment entre Calvin et lui. Ses visites à Cordier et à Zebedee. — III. Il entre chez l'imprimeur Oporin, il publie quelques ouvrages latins et grecs, il commence sa tratlnction de la Bible. — IV, Annees de misere ; travaux manuels. Allusion calomnieuse de Calvin : la gaffe pour repecher les epaves du Rhin.- V. Ses relations avec François Dryander. — VI. Protection et amitie de Boniface Amerbaeh. — — VII. Fin de la periode de misère :Castellion maître es arts (1553) et bientôt lecteur de grec à l’Universite de Bale ........................ 230

CHAPITRE IX

PREMIERS ECRITS. POÈMES LATINS nr onces. Les ouacnss sumtixs. 1.Es rsaumas

(1545-1547).

I. La poesie latine dans la premiere moitie du xvic sieele n’est pas une production purement artificielle; efforts de Melanchthon et de son ecole pour constituer une poesie classique chrétienne tant avec les anciens poemes qu’avec des œuvres contemporaines. — II. Idee sommaire du Jonas, poeme latin, et du Précw·sem·, poème grec, de Castellion. — III. Mosis inslitulio rcipublicœ, mise it la portee des commençants. — IV. Les Oracula sibyllina, deux editions completant celle lle Xystus Betuleius. — V. Recueils de morceaux choisis (en latin) de poètes chretiens; part qu’y prend Castellion, ses Odœ in lâmlmos XL ....... 262 440 TABLE DES MATIÈRES.

CHAPITRE X

LES DEUX TRADUCTIONS DE LA BIBLE, EN LATIN (1551), ET EN FRANÇAIS (1555)

I. Traductions latines du Pentateuque et des Psaumes (Moses lalimts et Psalterlure) publiées a part (1546 et 1517) ; importance de la préface et des notes du Moses latinus.-- II. Préface de la Bible latine d6di6e it l>.douard VI 0551): premier manifesto de la liberté de conErie'nee. -- 111. Principes g6n6raux, esprit et méthode des deux traductions de la Bible, latine ct francaise : opinion de Castellion sur l'inspiration des l:critnrcs, sur le canon sacr6, sat le texte des Livres saints, sur la manière dont ils doivent être traduits. -- IV. La Bible latine : quelques excmples. -- V. La Bible française : elle est écrite pour les ignorants. -- Les deux règles philologiques du traducteur. -- Exemple.. .293

CHAPITRE XI LE SUPPLICE DE MICHEL SERVET ET L'OPINION PROTESTANTE CONTEMPORAINE (1553-1554.)

Lc b0chcr de Server (2 octobrc t553). -- Opinion des Églises suisses. Philibcrt BerthelJer. -- Server pose la question de principe : peut-on punir de mort l'hérétique ? --Preuves diverses de l'hésitation de l'opinion protestante à cet égard. -- Gribaldi.- Calvin obligé d'écrire son apologie un mois après le supplice de Server. -- Bullinger, ses conseils, son dislinguo entre l'hérésie et le blasphème, son jugcmcnt sur le livrc de Galvin. -- Opinion it Berne (W. Muslin), it Zurich, it Bale, cn Allcmagne (W. Waytinct). -- Premiirc lettre rogue par Calvin cn r6ponse it sa Defesio ovlhodox fidel: le chancelief Nicolas Zurkindcn de Berne. -- Apparition du De hæreticis an sint persequendi (mars 1554). -- Th. de Bèze s'apprête à y répondre...... 335

CHAPITRE X

LE « TRAICTÉ DES HÉRÉTIQUES » DE MARTIN BELLIE : ANALYSE ET EXTRAITS (1554)

Les deux Préfaces de Martinus Bellius (en latin au duc de Wurtemberg, en français au comte de Husse). - Analyse des morceaux du recueil: I. Luther. -- II. Jean Bronz. -- III. Érasme. -- IV. Sébastien Frank. -- V. Pères de l'Église. -- VI. Théologiens luthériens et Calvin. -- VII. Georges Kleinberg. -- VIII. Épilogue par Basile Montfort.... 360

APPENDICE

Fragment d'une étude inédite de M. le pasteur Douon, sur la Bible française de Castalion................................................. 415

Coulomniers. — Imp. Paul BRODARD.