éléments Wikidata

Livre:Du Camp - Paris, tome 6.djvu

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Du Camp - Paris, tome 6.djvu
TitreParis, ses organes, ses fonctions et sa vie dans la seconde moitié du XIXe siècle Voir et modifier les données sur Wikidata
Volumetome 6
AuteurMaxime Du Camp Voir et modifier les données sur Wikidata
Maison d’éditionHachette
Lieu d’éditionParis
Année d’édition1879
BibliothèqueInternet Archive
Fac-similésdjvu
AvancementÀ valider
Série123456

Pages

hors pagination - - - tg imp tit - Fortune 001 002 003 004 005 006 007 008 009 010 011 012 013 014 015 016 017 018 019 020 021 022 023 024 025 026 027 028 029 030 031 032 033 034 035 036 037 038 039 040 041 042 043 044 045 046 047 048 049 050 051 052 053 054 État-civil 055 056 057 058 059 060 061 062 063 064 065 066 067 068 069 070 071 072 073 074 075 076 077 078 079 080 081 082 083 084 085 086 087 088 089 090 091 092 093 094 095 096 097 098 099 100 101 102 103 104 105 106 Cimetières 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 err err 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 170 171 172 173 174 Accessoires 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 Parisien 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318 319 320 321 322 323 324 325 326 327 328 329 330 331 332 333 334 335 336 337 338 339 340 341 342 343 344 345 346 347 348 349 350 351 352 353 354 355 356 357 358 359 360 361 362 363 364 365 366 367 368 369 370 371 372 373 374 375 376 377 378 379 380 381 382 383 384 385 386 387 388 389 390 391 392 Pièces justificatives 393 394 395 396 397 398 399 400 401 402 403 404 405 406 407 408 409 410 411 412 413 414 Table des matières 415 416 417 418 419 420 421 422 423 424 425 - Table analytique 427 428 429 430 431 432 433 434 435 436 437 438 439 440 441 442 443 444 445 446 447 448 449 450 451 452 453 454 455 456 457 458 459 460 461 462 imp - - - - -

TABLE DES MATIÈRES



CHAPITRE XXXI

la fortune de paris

i. — l’octroi.

Administration abstraite. — La tâche de Paris. — Les travaux indispensables. — Les recettes de la ville. — Catégories d’opérations. — La source principale. — Origine de l’octroi. — Comment une taxe devient obligatoire. — Acte de naissance de l’octroi. — La ferme générale. — Le mur d’enceinte. — L’architecte Ledoux. — L’incendie des barrières. — Augeard. — Les barrières sont relevées. — L’Assemblée nationale maintient l’octroi. — Émeute. — Abolition de l’octroi. — Joie du peuple. — Produit de l’octroi en 1790. — Espérances déçues. — Délabrement de la ville. — Intervention de l’État. — Octroi municipal et de bienfaisance. — Loi du 27 vendémiaire an VII. — Recettes de la première année. — Surveillance illusoire. — Les fraudes. — Galerie souterraine. — Les adversaires théoriques de l’octroi. — La taxe d’octroi est l’impôt sur le revenu. — Progression des produits de l’octroi. — Influence des révolutions. — 100 millions d’augmentation. — La population de Paris à diverses époques. — La moins-value de l’argent. — « Le vin à quatre sous ! » — L’armée de l’octroi : 2 995 hommes. 
 1

ii. — les recettes.

Tout le monde est soumis à l’octroi. — Dérogation courtoise. — L’administration. — Les cinq divisions. — 310 postes. — La roulette. — Les voitures suspendues. — Rixes. — La loi du 29 mars 1832. — Jaugeurs-mesureurs. — Recette. — Le pavé. — Le contrôle. — Les facteurs. — Les clefs. — Permis de sortie. — Tolérance. — Les vigies. — Les rondes. — La patache. — Le marinier. — La marchandise d’eau. — Les billets à ordre. — Le marché aux bestiaux. — Troupeaux. — Viande à la main. — Le crédit sous caution. — La tare. — Le vin. — Les entrepôts. — Bercy. — Entrepôt défectueux. — Surveillance illusoire. — Entrepôts fictifs. — Situation des industriels de la banlieue après l’annexion. — Procès. — Réduction de la taxe sur les combustibles. — Entrée provisoire en franchise. — Surcroît de travail. — Les comptes sont brûlés en mai 1871. — Chaos à débrouiller. — Reconstitution des comptes détruits. — Nouveau système pour les entrepôts fictifs. — Conditions imposées aux entrepositaires. — Produit indirect des entrepôts fictifs. — Produit général de l’octroi en 1872. — Ce que rapporte une maison en construction. — Service actif. — Mouvement aux barrières. — Le personnel. — Le neveu d’un maréchal de France. — Les préposés de l’octroi pendant le siège de Paris. — Collectes. — Caisse de retraite. — Justice administrative. — Le conseil de guerre 
 17

iii. — les fraudes.

Les animaux parasites. — Le fraudeur. — Le contrôle général. — Brigade de 33 hommes. — Le bataillon sacré. — Les blocs de granit. — Service organisé en 1824. — L’ancienne fraude. — L’alcool. — Droits léonins. — 400 pour 100. — L’absinthe. — Ce qu’elle coûte, ce qu’elle rapporte. — Résultats de la surtaxe. — L’alcool dénaturé. — Immoralité. — Le musée des engins de fraude. — Camisole. — Toiles et nouveautés. — Les divers moyens de frauder. — Un truc nouveau. — Puits et pompes. — Préjudice causé par la fraude. — Expédition. — Distillerie clandestine. — Produit des saisies. — Transactions. — Les voyageurs. — Chacun cherche à éluder la loi. — En temps de chasse. — Fraude ou vol c’est tout un. — Ceux qui volent l’octroi volent les pauvres. — La ville et le trésor. — Temps prospère, grosse recette. — Taxes ou emprunts ? — L’octroi est pour Paris un instrument de bien-être et de sécurité 
 39

CHAPITRE XXXII

l’état civil

i. les registres.

Dans les églises. — Renouvellement de la population. — Importance de l’état civil. — Registres curiaux. — Memento. — Assassinat du duc de Guise. — Assassinat de Henri III. — Rédaction incomplète des registres curiaux. — Intervention de la royauté. — Les bénéfices. — Prêtres salés et embaumés. — Ordonnance de Villers-Cotterets. — On ne tient compte des prescriptions royales. — Déclaration du 7 avril 1736.-Constitution civile du clergé. — Désarroi. — Baptêmes clandestins. — Nulle preuve de naissance. — Danger signalé par la municipalité de Paris. — Lenteur de l’action législative. — Initiative du département de l’Ardèche. — Motion de François de Neufchâteau. — Les niaiseries de Gohier. — Vivre libre ou mourir. — Incidents. — La loi est votée le 20 septembre 1792. — Les deux dépôts. — Hôtel de Ville et Palais de Justice. — Tout est brûlé. — Lois de reconstitution. — Le service de la Bourse. — Insouciance du public. — Prolongation du délai légal. — Le service de l’archevêché. — Service ambulant. — Réserve des protestants et des israélites. — Installation déplorable. — Ce service devrait être étendu et agir d’office. — Le greffe du tribunal de première instance. — M. Rathelot. — Les palimpsestes. — Registres carbonisés. — Droguet. — Noir sur noir. — 70 000 actes sauvés. — Festina lente. — L’expérience nous servira-t-elle ? — Quadruple expédition. — L’Arc de Triomphe 
 55

ii. — les naissances.

Dénombrement de 1328. — Documents irrécusables de la statistique moderne. — Recensement de 1872. — Célibataires et gens mariés. — Diminution des naissances. — Surprise douloureuse. — Notre population diminue dans des proportions inquiétantes. — Vice et péril social. — S’accroître ou périr. — Natalité à Paris. — Enfants légitimes, enfants naturels. — Inconduite et misère. — Les mois féconds. — Influence des événements sur la natalité. — 1870, 1871. — Formalités prescrites par la loi. — Constatations à domicile. — Mode de procéder. — Inconvénients. — Orthographe des noms. — Négligence d’autrefois. — Jugements en rectification. — Reconnaissances d’enfants naturels. — Les enfants abandonnés. — Age approximatif. — L’Assistance publique 
 73

iii. — les mariages.

Répugnance du Parisien pour le mariage. — Les lieux communs. — La maladie du célibat. — Æs uxorium. — Les degrés de parenté prohibés. — Les dispenses. — Les interdictions de l’Église. — Opinion de Grégoire le Grand. — L’Église est forcée de céder. — Dangers des mariages consanguins. — Les cas pathologiques. — Fraudes en matière de mariage. — Influence des événements sur les mariages. — 1870, 1871, 1872. — Degré d’instruction. — Le nombre des mariages est en rapport avec le chiffre de la population. — À quel âge on se marie. — Formalités. — Le mariage civil. — Le samedi. — Faire la noce. — M. le maire. — « Tester. » — N’oubliez pas les pauvres S. V. P. — Fait-on bon ménage ? — Nombre des séparations pour 1872 
 84

iv. — les décès.

« Les morts vont vite. » — L’investissement. — Recensement général. — 234 219 réfugiés. — Moyenne normale. — Les mois du siège. — Accélération de la mort. — La famine et le froid. — L’alcoolisme. — Augmentation des décès. — Obituaire de 1870. — Janvier 1871 : 19 255 décès. — Les premiers mois de 1871. — Retour aux moyennes normales. — Les faits de guerre. — Les morts de la Commune. — Inhumations sans mandat. — Décès anonymes. — 6 630 cadavres. — Un procès-verbal. — Les enfants mort-nés. — Proportion des décès pour les hommes et pour les femmes. — Paris ville de guerre. — L’espace manque à Paris. — Entassement inhumain. — Les Buttes-Chaumont. — Maladies des voies respiratoires. — Les suicides et les meurtres. — les décès selon les saisons ; — selon les âges. — Formalités. — Le vérificateur des décès. — Rapport d’enquête. — Mandat d’inhumation 
 94

CHAPITRE XXXIII

les cimetières

i. — les services funèbres.

Lettres de faire part. — Usages différents. — Le cry des corps. — Les clocheteurs des trépassés. — Contestations avec le clergé. — Règlements de Chamvallon. — Aumôniers à cheval. — Le sermonneur. — Les corbillards. — Les ouvriers. — La Révolution. — Taxe d’inhumation. — Frochot. — Retour à la décence. — Décret du 23 prairial an XII. — Les six classes. — L’entreprise des pompes funèbres. — Impôt somptuaire. — Vanité. — Les neuf classes. — Conditions imposées aux pompes funèbres. — Remise aux fabriques. — Inhumations gratuites. — Le matériel et l’outillage des pompes funèbres. — La régie. — Les constructions de la rue Curial. — Bénéfices considérables. — L’ordonnateur. — Jargon des croque-morts. — Figurants et danseurs. — Les pourboires. — Le délai légal 
 107

ii. les charniers.

L’endroit où l’on dort. — La sépulture dans les églises. — Sur le plan de Gomboust. — Pêle-mêle des morts et des vivants. — Ossements sur la voie publique. — L’ossuaire de l’Ouest. — La duchesse de Guise, le cardinal Dubois. — La légende. — Niaiserie et crédulité. — Les victimes du fanatisme. — Notre-Dame des Victoires. — Mise en scène. — Le cimetière des protestants. — Cimetières secrets. — Dénonciations. — Réclamations diplomatiques. — Cimetière des protestants étrangers. — Le chantier du port au Plâtre. — Cimetière israélite. — Les Innocents. — Le pourrissoir. — Les Champeaux. — Les galetas. — Nicolas Flamel. — Danse macabre. — La logette. — Les enfouissements. — Le typhus. — La science intervient inutilement. — Amour du Parisien pour le cimetière des Innocents. — Marchandes de modes et écrivains publics. — Sotte tradition. — Intervention du Parlement. — Arrêt du 25 mai 1765. — Accident. — Fermeture et destruction du cimetière. — Les catacombes. — Le rapport de Thouret. — Le marché aux légumes. — On y trouve encore des ossements. — Projet d’une nécropole unique. — Le chartrier. — Précaution de la loi du 15 mai 1791. — Deux cimetières supplémentaires. — Picpus. — La Madeleine. — Les Errancis. — Louis XVII. — Cimetière Vaugirard. — Clamart. — Confusion. — Sainte-Catherine. — Mirabeau ; Bichat ; Pichegru. — Achat de terrains. — Quatre cimetières extra muros. — Nos vingt-deux cimetières 
 118

iii. — les inhumations.

Concessions perpétuelles. — Erreur de Frochot. — Concessions temporaires. — La tranchée gratuite. — Superposition. — Juxtaposition. — Cinq ans de repos. — Les trois principaux cimetières. — Le Père-Lachaise. — Mont-l’Évèque. — L’épicier Regnault. — Mont-Louis. — Le Bosquet Delille. — L’œuvre du temps. — Vanité. — Lallemand. — Inscriptions. — La Lisette de Béranger. — Ney. — Les révolutions donnent le repos à certains morts. — Héloïse et Abeilard. — La tombe de Rachel. — Une carte de visite. — Matérialisme. — Lesurques. — Un rapport administratif. — Chappe. — Fauteuil de bureau. — Parmentier. — Cimetière musulman. — Le pays de l’égalité. — Le cimetière Montmartre. — Entrée défectueuse. — Ferme-cabaret. — Le ravin. — Godefroy Cavaignac. — Un tombeau politique. — La tranchée des fédérés. — La vieille jardinière. — Le cimetière Montparnasse. — Fontis. — Les sergents de la Rochelle. — Une tombe anonyme. — Les gardiens. — Rumeur. — Le vampire. — Machine infernale. — Le sous-officier Bertrand. — Monomanie. — Guérison. — Les inhumations gratuites. — La foule. — Aumôniers des dernières prières. — Libres penseurs. — Une leçon d’histoire. — 5 pour 100. — Le visa des épitaphes. — Les épitaphes refusées. — Curiosité du public. — Banalité. — Un verset des lois de Manou 
 138

iv. — mery-sur-oise.

Saturation. — Cimetière d’Ivry. — Cailloux. — Saint-Ouen. — Les guinguettes. — « À ta santé, Morbus ! » — Paris n’a pas de cimetières. — En contradiction avec la loi. — Envahissement des avenues. — 34 hectares pour tout Paris. — Ce qui serait nécessaire. — La saponification. — Méphitisme. — La nappe d’eau. — Sources sulfureuses. — La crémation. — Opposition de l’Église. — Respect des vieilles traditions. — Nécessité d’éloigner les cimetières. — Opposition et résistance. — Le projet de M. Haussmann. — Suppression de la tranchée. — Trente ans. — 514 hectares. — Le provisoire est ruineux. — Il faut revenir au projet Haussmann. — Le trajet. — La difficulté. — Foule. — Les visites dans les cimetières. — Le jour des Morts. — Le point de vue. — Casta Diva. — Le jardinet. — Les offrandes funèbres. — Nécrolâtrie 
 159

CHAPITRE XXXIV

les organes accessoires

i. — les théâtres.

Les besoins intellectuels. — 58 théâtres. — Les recettes. — Le rêve de Mercier. — « C’est beaucoup, dit Martin. » — Renouvellement du public. — Les pièces à femmes. — Les figurantes. — Les spectateurs. — De plus fort en plus fort. — Mystères, moralités, soties. — L’Opéra. — Point culminant. — L’art matériel. — Le vaisseau à trois ponts. — Les dessous. — Les machinistes. — Les frises. — Les décors. — Causes d’incendie. — Les pompiers. — L’envers du théâtre. — Le maquillage. — La danseuse. — Commisération. — Importance sociale. — La décoration de Sémiramis et le sénat de Catilina. — Les subventions. — La mission de l’Opéra. — Comment il la comprend. — Les progrès du théâtre. — Le Triomphe de l’Amour et la Galerie du Palais. — La scène déblayée. — La loge de la limonade. — Le principe d’autorité. — La censure. — Après les révolutions. — Aristophane. — Sous la Terreur. — Napoléon Ier et les petits théâtres. — Les efforts de la censure. — Le mauvais goût ne date pas d’aujourd’hui. — La maison de Molière. — La liberté des théâtres. — Les mœurs et le théâtre. — Cercle vicieux. — Les Toilettes tapageuses et la crinoline. — Les théâtres ne sont que des exploitations commerciales 
 175

ii. — les bibliothèques.

L’outillage du travail. — La Mazarine. — L’Arsenal. — Paulmy d’Argenson. — Sainte-Geneviève. — La Richelieu. — Projet de la déplacer. — Lente formation. — Hôtel de Nevers et hôtel Mazarin. — Les départements. — Les estampes. — Les médailles. — Les manuscrits. — Les imprimés. — Combien de volumes. — Les bilboquets. — Le volume et la pièce. — 55 kilomètres. — Le prêt. — L’Enfer. — Le travail et la lecture. — La Mosquée. — La salle de lecture. — L’orthographe. — La réserve. — Les merveilles. — Magna charta. — La reliure. — L’âme des livres. — La bibliothèque de l’Hôtel de Ville. — Inconvénients. — Les combles. — Archives de la Préfecture de police. — Les employés. — Livres dépareillés. — L’hôtel Carnavalet. — M. Jules Cousin. — Premier fonds de 5 104 volumes. — La bibliothèque de Paris. — Il faut multiplier les réserves de livres. — La Ville doit posséder deux bibliothèques. — La place manque déjà. — Le musée municipal. — Anomalie. — Pavage et beaux-arts. — Séances du soir à Sainte-Geneviève. — Le nombre des lecteurs. — Cabinet de lecture. — Maniaques. — La crise des institutrices. — Indifférence du public 
 192

iii. — les journaux.

Les journaux et la politique. — Haro ! — Au 18 mars. — La presse périodique n’est qu’un écho. — Les primes. — Erreurs. — Rapidité. — Les typographes. — Les sermons de la Ligue. — Les mazarinades. — Les nouvelles à la main et les chansons. — Un couplet. — Le public est complice. — La bourgeoisie et la Lanterne. — Le Times. — Les annonces. — La France et l’Angleterre. — Le journal du suffrage universel. — Homéopathie. — La signature. — L’Organisation du travail. — Impressions fugitives. — Le Père Duchêne — La liberté conciliable avec l’ordre. — Le communiqué. — Questions pénibles. — Le directeur. — Édouard Berlin. — La Gazette de France aïeule des journaux. — À diverses époques. — La presse non politique issue du décret du 17 février 1852. — 791 périodiques. — Chaque science à son journal. — Journaux singuliers. — L’Intermédiaire. — Le tirage. — Minimum variable. — La presse ne périra pas. — Un vœu 
 209

iv. — les auxiliaires.

Sapeurs-pompiers. — Capucins. — Dumourier-Duperrier. — Origine. — La garde des pompes du roy. — 160 pompiers. — Service et outillage actuels. — Nombre des incendies et des feux de cheminée. — Postes et casernes. — Les avis superflus. — Londres et Paris. — Opinion des Anglais. — Organisation défectueuse. — Pompier ou soldat ? — Temps de service insuffisant. — Le pompier doit être assimilé au gendarme ou au gardien de la paix. — Les soldats du guet. — Force dérisoire. — La garde de Paris. — Notre garde urbaine. — Les révolutions. — Augmentation du contingent. — Décret du 4 octobre 1873. — La mission de la garde républicaine. — Très-respectée de la bonne population. — La véritable dénomination est : garde municipale. — L’impôt. — Prime d’assurance. — La prime est proportionnelle aux besoins. — La part de Paris. — Impossibilité de la déterminer. — Douanes, contributions indirectes, timbre et enregistrement. — Contributions directes. — Quand Paris est heureux, la France est prospère 
 223

CHAPITRE XXXV

le parisien

i. — la population.

Les agriculteurs de Paris. — Le quartier de l’Europe. — Le mouvement scientifique. — L’industrie. — Combien de gens en vivent à Paris. — La division du travail. — Les yeux artificiels. — Opinion d’Évelyn. — Les intermédiaires. — Les chiffonniers. — Timbres-poste ; faux cheveux ; bouquets de violettes. — Les faillites. — Le bonnet vert. — Les transactions financières. — La Bourse. — Les irréguliers de la finance. — Vivre du jeu. — Les acrobates. — Les professions libérales. — Les lettrés ; détail touchant. — Tribunal de première instance. — Les notaires. — Les médecins. — Un pour 1 000. — Les officiers de santé. — Ignorance. — Les comptes d’apothicaire. — Molière est mort. — Les propriétaires et les rentiers. — Les portiers. — Les cercles. — Confortable. — Au café. — Les fonctionnaires. — De père en fils. — Sottise et vanité. — Le travail à Paris. — Les alchimistes. — L’engouement. — L’équité. — Les chômages. — Le chômage volontaire. — Le lundi. — Cafés et concerts. — Tuer le ver. — Les insoumis. — Les étrangers. — Les garnis. — Trois catégories. — Ce que les étrangers dépensent à Paris. — Louis XIV et Mansart 
 233

ii. la voie publique.

M. Haussmann. — Caravanséraï. — Remboursement des avances. — Paris en 1848. — Les charges de la ville. — L’intérêt particulier. — L’opposition. — Arrêt de la Cour de cassation. — Indemnités. — Extravagances. — Les agents véreux. — Abus et scandale. — Le livre des fruitiers. — 400 millions de trop. — Le plan du Paris futur. — Les anciens projets. — Mignon et Hagerman. — Le faubourg Saint-Germain. — Les améliorations entrevues. — La rue de Rennes et la rue du Louvre. — Le Boulevard Saint-Germain. — L’avenue de l’Opéra. — Profit excessif. — La Butte des Moulins. — Pente adoucie. — Urgence. — Le faubourg Saint-Germain n’a pas de débouché. — La rue des Tuileries. — Nombre des maisons à Paris. — Les locations. — Entassement. — État défectueux. — Budget considérable. — Saleté des rues. — La neige. — Service insuffisant. — Le fil d’Ariane. — Les anciennes adresses. — Décret du 4 février 1805 — Essai en 1726. — Inégalité. — Les sections. — N° 682 de la rue Montmartre. — Le numérotage actuel. — Nomenclature à adopter. — Plaintes légitimes des négociants. — Les noms illustres de notre histoire. — Mont-Marat. — Henri III et les Seize. — Les quartiers et les arrondissements. — Les constructions de M. Haussmann 
 252

iii. — la religion.

Liberté de conscience. — Les diverses confessions. — Les religions ne meurent pas. — Apollon Épicurius. — Enquête secrète. — Bonaparte et le Concordat. — Avant la Révolution. — Distribution arbitraire des paroisses. — Les anciens couvents. — « On danse partout. » — Les théophilanthropes. — La messe de la pie. — Deux archidiaconés. — 69 églises. — Les congrégations. — Une citation de l’Estoile. — Les ordres liquoristes. — La vie conventuelle. — Le libre arbitre. — Les Lazaristes. — Religieux et religieuses. — Les sœurs. — Les églises pendant la Commune. — Les martyrs. — Trois archevêques. — 1871, 1572. — Heures de folie. — 15 février 1831, 17 brumaire an II. — Tradition persistante. — Les fêtes de la Convention. — Les bancs des Tuileries. — Esprit de contradiction. — Affluence aux églises. — Les prédicateurs. — Juste milieu. — Statistique. — Intolérance. — Exagération. — La diversité des habillements, les francs-maçons. — L’attitude du clergé. — Métier ou mission. — François de Sales. — Il y a des saints parmi nos prêtres. — Discipline. — Fortune maritime. — Ordre à part. — Appel comme d’abus. — La politique et la religion. — La rue des Églises. — L’Église et l’État. — Opinion de Napoléon Ier. — La route du paradis 
 267

iv. — les mœurs.

L’homme est identique à lui-même. — Mœurs semblables, usages différents. — J.-J. Rousseau et les socialistes. — Les instincts. — Le péché originel. — La création psychique. — Pourquoi l’homme aime la guerre. — Cloaca maxima. — La moralité. — Les mœurs et le climat. — Londres. — Le harem. — Interlopes. — Femmes du monde. — Galanterie et baccarat. — Les étrangers. — Frivolité. — Georges Cadoudal et Longchamp. — Quatre théâtres. — Bals officiels. — Les courses. — Les lectures. — La mode. — Louis XIV et les coiffures hautes. — Le demi-terme. — Les riens visibles. — Rostopchin. — Contrastes. — Engouement. — Enthousiasme. — Deux hommes morts à temps. — Le sexe de la France. — Ingratitude et infidélité. — Épidémies de bêtise. — La scie. — Esprit d’à-propos. — Égalité et distinctions. — Le duc de La Rochefoucauld et le duc de Malakoff. — Un mot du maréchal Lefebvre. — La gauche et la droite. — Anomalie. — Les administrations urbaines. — Elles sont notre salut. — La badauderie. — Polichinelle et les obus. — Les coups de canon de Montmartre. — Crédulité et ignorance. — Les mots qui ont déjà servi. — Servilité intellectuelle. — Vantard, intrépide et faible. — Ni sens commun ni caractère. — Orgueilleux. — Ce que les étrangers pensent de Paris. — Sa grandeur dans l’histoire 
 285

v. le bon vieux temps.

Dupe de bonne foi. — Esprit de contradiction. — L’opinion de César. — O tempora ! o mores ! — Le lointain dans la nature et dans l’histoire. — Le paradis perdu. — Le siècle de Louis XIV. — Un bal chez le duc de Lesdiguières. — Le dessert de Fouquet. — Les financiers. — Le jeu. — La bassette et le baccarat. — Les gommeux. — La moralité d’autrefois. — Le pont des Larmes. — L’Estoile. — La Fronde. — Les cris de la Palatine. — Cruauté. — Le maquillage. — Les gens de théâtre. — « Il reste encore Bronte le questionnaire. » — La libre pensée. — Le dieu Matiêre. — Liberté. — Léquinio en mission. — Sottises d’aujourd’hui, sottises d’autrefois. — Prison antichambre du pouvoir. — Rochefort et Broussel. — Les pétroleuses. — « Estoupper les soupiraux. » — Le cabaret et les ouvriers. — Dragonnes et graines d’épinards. — Les tricoteuses. — Lieux communs et banalités. — Sparte. — Les effets de la richesse publique. — Sécurité. — Assassinats. — Les mauvais jours d’autrefois. — Résurrection. — Le bonnet rouge et le chaperon d’Étienne Marcel. — Décapitaliser Paris. — Les menaces. — Le sacre. — Fluctuat nec mergitur. — L’airain de Corinthe. — La chanson des horloges. — Les grenouilles — Athènes et Alexandre. — Haine contre Paris. — Vauban. — L’Exposition de 1867. — Supériorité morale. — L’œuvre de Paris depuis 1800. — Salubrité. — L’intelligence de Paris. — Le sang de Louis XVI — Les crises éruptives 
 305

vi. — les révolutions.

L’ancienne édilité parisienne. — Travaux interrompus. — Le théâtre et les acteurs. — Invasion provinciale. — Adrien Duport. — Municipalité provisoire. — La Commune. — Insignifiance de l’élément parisien. — Thermidor. — Les furieux. — Tallien. — Qui a dirigé la Terreur ? — Loi du 27 ventôse an IV. — 1814 et 1815. — La commission municipale de juillet 1830. — Le gouvernement provisoire de 1848. — Le gouvernement de la Défense nationale. — La province règne à Paris. — 31 octobre 1870. — Les ruraux. — Après le 18 mars. — 5 pour 100 de Parisiens. — Déposition de M. Macé. — 356 prisonniers, un Parisien. — Les « voyous ». — Les exotiques. — Proportion du Parisien dans la population de Paris. — Le Parisien succombe sous la masse provinciale. — Aveux de l’histoire. — Une parole solennelle de Napoléon Ier. — Il ne faut pas confondre le Parisien et l’habitant de Paris. — Les bucoliques. — L’épargne. — Pignon sur rue. — Esprit de fronde. — Esprit de révolte. — Atrocia aut pudenda. — Les promesses de Paris. — La France émigre à Paris. — « Les Îles. » — Les envieux. — Les fruits secs. — La moelle des lions. — Préjugés et scrupules. — « Tigres agacés par des singes. » — L’alchimie sociale. — Stérilité des révolutions. — Mystification méprisable. — La liberté réclamée n’est pas un but. — Hurler avec les loups. — Paris devient moindre. — Les droits et les devoirs. — Pas d’objectif politique. — Force confuse. — Un mot de Chateaubriand. — La loi de l’atavisme moral. — L’énergie du Parisien. — L’abstentionnisme. — Appelé trop tard à la vie politique. — Causes de nos révolutions. — Périodicité inquiétante. — S’il n’y avait que des Parisiens à Paris, on n’y ferait pas de révolutions 
 352

vii. — les rêves et le péril.

Décadence. — La statue de la France. — Faute de trouver un mode de vivre. — Les maladies. — L’Italie après Novare. — L’espérance survit. — L’enfant terrible. — Ni tradition, ni point d’appui. — Le poids des mœurs. — « Revenez aux principes. » — Pourquoi la Révolution française a échoué. — La religion seule modifie les mœurs. — Race latine. — Catholicisme. — Les protestants. — Mal de langueur. — Libre examen. — Infaillibilité. — Un précepte de Franklin. — Mépris de la légalité. — Légalités successives. — Le droit divin et la souveraineté nationale ont eu des fortunes semblables. — Le nombre est le maître. — Les revendications. — Double action. — En 1848. — Les dieux modernes. — On voulait obtenir, on veut prendre. — L’orgueil du peuple de Paris. — Flatteries intéressées. — O Démos ! — Tout effort réservé pour la guerre civile. — Sully ou Richelieu. — Société sans équilibre. — L’ambition du peuple. — Les nouvelles couches sociales. — Révolution contre la bourgeoisie. — Les privilèges de l’ancienne noblesse. — La souveraineté diffuse. — Les privilèges de la bourgeoisie actuelle. — Le capital. — La rente sous le Directoire. — Le drapeau rouge. — Inégalité des conditions. — Un document récent. — Il faut regarder le danger en face. — Le prolétariat parisien. — L’aristocratie ouvrière. — La gouappe. — 45 000 hommes. — Violence et maladie. — Paradis perdu. — Les grévistes. — Leur idéal. — Ce qu’ils voient dans la civilisation. — Quitter l’outil. — Les déclassés de la petite bourgeoisie. — L’incendie de Paris n’a pas été une œuvre spontanée. — Les vœux des nouvelles couches sociales. — L’État administrateur. — L’État fabricant. — Le monopole. — Les charges privilégiées. — Les réclamations de la classe ouvrière. — Confiscation des grandes industries. — Le droit au travail. — Limitation du nombre des ouvriers. — Retour aux maîtrises du moyen âge. — La grève des cochers en 1865. — L’abolition de l’héritage. — L’instrument du travail. — D’où viennent ces rêveries. — Matérialisme et négation de la vérité. — Tous les socialistes sont des prêtres. — L’édifice catholique. — L’Internationale. — Résultat analogue. — Suppression de l’idée de patrie. — Le souffle juif. — La haine mutuelle. — Les anciens chrétiens. — Du rêve à l’action il y a loin. — But identique, moyens différents. — Religion composée de schismes. — Discipline de fait et non pas discipline organisée. — Histoire de l’élection Barodet. — La politique est indifférente au peuple de Paris. — Opposition sociale. — Le feu partout. — Le suffrage universel. — Les décrets futurs. — Le salut possible. — État général morbide. — Application scientifique. — Premier acte : l’acide sulfurique. — Second acte : les huiles minérales. — Noche triste. — Le futur troisième acte : les matières explosibles. — L’armée du meurtre. — Di omen avertant ! — La guerre étrangère et la guerre civile. — Paris se suicidera. — Le mot de Mazarin. — La mort violente des capitales. — L’âme des villes. — L’âme de Paris appartient à l’humanité 
 355

pièces justificatives

N° 1. — 
Tableau des droits d’entrée (1791) 
 393
N° 2. — 
État général des produits annuels de l’octroi de Paris, depuis 1801 
 400
N° 3. — 
Relevé approximatif des droits d’octroi se rattachant à la construction d’une maison de 100 000 fr., établie dans les conditions ordinaires d’une propriélé de rapport (1873) 
 402
N° 4. — 
État indiquant le nombre de corps inhumés sans mandat du 20 au 30 mai 1871 
 405
N° 5. — 
Arrêt du Parlement interdisant les inhumations à Paris 
 406
N° 6. — 
État indiquant le nombre de concessions à perpétuité existant dans les cimetières de la Ville de Paris au 1er janvier 1874 
 411
N° 7. — 
Liste des journaux et des gazettes en 1788 et en 1800 
 412
N° 8. — 
État, par arrondissement, des casernes et des postes de sapeurs-pompiers 
 413