éléments Wikidata

Livre:Saint-Simon - Mémoires, Chéruel, Hachette, 1858, octavo, tome 17.djvu

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Saint-Simon - Mémoires, Chéruel, Hachette, 1858, octavo, tome 17.djvu
TitreMémoires du duc de Saint-Simon Voir et modifier les données sur Wikidata
VolumeTome 17
AuteurLouis de Rouvroy, duc de Saint-Simon Voir et modifier les données sur Wikidata
ÉditeurAdolphe Chéruel Voir et modifier les données sur Wikidata
Maison d’éditionHachette
Lieu d’éditionParis
Année d’édition1858
BibliothèqueBibliothèque nationale de France
Fac-similésdjvu
AvancementÀ corriger
Série1234567891011121314151617181920

Pages

- - - - 001 002 003 004 005 006 007 008 009 010 011 012 013 014 015 016 017 018 019 020 021 022 023 024 025 026 027 028 029 030 031 032 033 034 035 036 037 038 039 040 041 042 043 044 045 046 047 048 049 050 051 052 053 054 055 056 057 058 059 060 061 062 063 064 065 066 067 068 069 070 071 072 073 074 075 076 077 078 079 080 081 082 083 084 085 086 087 088 089 090 091 092 093 094 095 096 097 098 099 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318 319 320 321 322 323 324 325 326 327 328 329 330 331 332 333 334 335 336 337 338 339 340 341 342 343 344 345 346 347 348 349 350 351 352 353 354 355 356 357 358 359 360 361 362 363 364 365 366 367 368 369 370 371 372 373 374 375 376 377 378 379 380 381 382 383 384 385 386 387 388 389 390 391 392 393 394 395 396 397 398 399 400 401 402 403 404 405 406 407 408 409 410 411 412 413 414 415 416 417 418 419 420 421 422 423 424 425 426 427 428 429 430 431 432 433 434 435 436 437 438 439 440 441 442 443 444 445 446 447 448 449 450 451 452 453 454 455 456 457 458 459 460 461 462 463 464 465 466 467 468 469 470 471 472 473 474 475 476 477 478 479 480 481 482 483 484 485 486 487 488 489 490 491 492 493 - TDM TDM TDM TDM TDM TDM TDM TDM TDM TDM TDM TDM - -
TABLE DES CHAPITRES


DU DIX-SEPTIÈME VOLUME.


Chapitre i. — Message étrange que M. le duc d’Orléans m’envoie par le marquis de Biron, au sortir du lit de justice. — Dispute entre M. le duc d’Orléans et moi, qui me force d’aller à Saint-Cloud annoncer à Mme la duchesse d’Orléans la chute de son frère, interrompue par les conjouissances de l’abbé Dubois et les nouvelles de l’abattement du parlement. — La dispute fortement reprise après ; puis raisonnements et ordres sur ce voyage. — Ma prudence confondue par celle d’un page. — Folie de Mme la duchesse d’Orléans sur sa bâtardise. — On ignore à Saint-Cloud tout ce qui s’est passé au lit de justice. — J’entre chez Mme la duchesse d’Orléans. — Je quitte Mme la duchesse d’Orléans et vais chez Madame. — Menace folle et impudente de la duchesse du Maine au régent, que j’apprends par Madame. — Mme la duchesse d’Orléans m’envoie chercher chez Madame, qui me prie de revenir après chez elle. — Lettre de Mme la duchesse d’Orléans, écrite en partie de sa main, en partie de la mienne (dictée par elle), singulièrement belle. — J’achève avec Madame, que Mme la duchesse d’Orléans envoie prier de descendre chez elle. — J’entretiens la duchesse Sforze. — Je rends compte de mon voyage à M. le duc d’Orléans. — Conversation sur l’imminente arrivée de Mme la duchesse d’Orléans de Saint-Cloud. — Entrevue de M. [le duc] et de Mme la duchesse d’Orléans, arrivant de Saint-Cloud, et de Mme la duchesse de Berry, après avoir vu ses frères qui l’attendoient chez elle. — Force et but de Mme la duchesse d’Orléans, qui sort après de toute mesure. — Misère de M. le duc d’Orléans. — Je demeure brouillé de ce moment avec Mme la duchesse d’Orléans, sans la revoir, depuis Saint-Cloud. — Je vais à l’hôtel de Condé ; tout m’y rit. — Mme de L’Aigle me presse inutilement de lier avec Mme la Duchesse.
Chapitre ii. — Conduite des bâtards. — O et Hautefort détournent le comte de Toulouse de suivre la fortune de son frère. — Caractère et propos d’Hautefort à son maître. — Conversation entre Valincourt et moi sur le comte de Toulouse et les bâtards. — Il revient aussi me faire les remercîments du comte de Toulouse et m’assurer qu’il s’en tiendra à sa conservation. — Le comte de Toulouse voit le régent, vient au conseil. — Le duc et la duchesse du Maine se retirent à Sceaux. — Le comte de Toulouse et Mme Sforze blâment fortement et souvent Mme la duchesse d’Orléans de ne me point voir. — Elle est outrée qu’il n’ait pas suivi le duc du Maine, qui est fort mal traité par sa femme. — Séditieux et clandestin usage de feuilles volantes en registres secrets du parlement. — Le premier président mandé et cruellement traité par la duchesse du Maine. — Blamont, président aux enquêtes, et deux conseillers enlevés et conduits en diverses îles du royaume. — Mouvements inutiles du parlement. — Effet de ce lit de justice au dehors et au dedans du royaume Raisons qui me détournèrent de penser alors à l’affaire du bonnet. — M. le Duc en possession de la surintendance de l’éducation du roi. — Sage avis de Mme d’Aligre. — Mauvaise sécurité du régent. — Création personnelle d’un second lieutenant général des galères en faveur du chevalier de Rancé. — Folie du duc de Mortemart, qui envoie au régent la démission de sa charge pour la seconde fois. — Je la fais déchirer avec peine, et j’obtiens après la survivance de sa charge pour son fils. — Ma dédaigneuse franchise avec le duc de Mortemart. — Survivances des gouvernements du duc de Charost à son fils ; de grand maître de la garde-robe ; des gouvernements de Normandie et de Limousin, aux fils des ducs de La Rochefoucauld, de Luxembourg et de Berwick, et du pays de Foix au fils de Ségur, qui épouse une bâtarde, non reconnue, de M. le duc d’Orléans. — La Fare, lieutenant général de Languedoc, et l’abbé de Vauréal maître de l’oratoire. — Gouvernement de Douai à d’Estaing. — Mme la duchesse d’Orléans, qui s’étoit tenue enfermée depuis le lit de justice, revoit le monde et joue.
Chapitre iii. — Efforts du duc du Maine, inutiles, pour obtenir de voir M. le duc d’Orléans et se justifier. — Députation du parlement au régent sur ses membres prisonniers. — Le parlement de Bretagne écrit en leur faveur au régent. — Le parlement de Bretagne écrit à celui de Paris, qui lui répond. — Le régent demeure ferme. — Menées en Bretagne. — Le régent entraîné maintient très mal à propos Montaran, trésorier des états de Bretagne, qui le vouloient faire compter et lui ôter cet emploi. — Le comte Stanhope passe trois semaines à Paris revenant d’Espagne en Angleterre. — Riche flotte d’Amérique arrivée à Cadix. — Les conseils sur leur fin, par l’intérêt de l’abbé Dubois et de Law. — Appel du cardinal de Noailles, etc., de la constitution Unigenitus. — Il se démet de sa place de chef du conseil de conscience. — Tous les conseils particuliers cassés. — L’abbé Dubois fait secrétaire d’État des affaires étrangères, et Le Blanc secrétaire d’État de la guerre. — Brancas et le premier écuyer conservent leurs départements ; plusieurs des conseils leurs appointements. — Canillac entre au conseil de régence. — La Vrillière a la feuille des bénéfices. — Le comte d’Évreux, Coigny, Biron, Asfeld, demeurent comme ils étoient. — Admirable mandement publié par le cardinal de Noailles sur son appel de la constitution. — Fêtes données à Chantilly à Mme la duchesse de Berry. — Le frère du roi de Portugal incognito à Paris. — Mariage du roi Jacques d’Angleterre, dit le chevalier de Saint-Georges, avec une Sobieska, qui, en allant le trouver avec la princesse sa mère, est arrêtée à Inspruck par ordre de l’empereur. — Tyrannie étendue à cet égard. — Faiblesse du régent pour le traitement du duc du Maine. — Autres gens des conseils récompensés. — Bonamour et sept membres du parlement de Bretagne exilés, puis quatre autres encore. — Mme la duchesse d’Orléans à l’Opéra. — Curiosité sur les tapis. — Mort du maréchal-duc d’Harcourt et de l’abbé de Louvois. — Conseillers d’État pointilleux et moqués. — Koenigseck ambassadeur de l’empereur à Paris. — Époque singulière de l’entier silence de tout ce qui eut trait à la constitution au conseil de régence. — Retour des conseillers du parlement de Paris exilés, non du président Blamont. — Faux sauniers nombreux excités. — Mézières avec des troupes est envoyé contre eux. — Le duc du Maine achète une maison à Paris. — Meudon donné à Mme la duchesse de Berry. — Rion en a d’elle le gouvernement. — Du Mont, qui l’avoit, en conserve les appointements. — Chauvelin, longtemps garde des sceaux si puissant, et chassé, devient président à mortier ; Gilbert avocat général, et l’abbé Bignon bibliothécaire du roi. — Nangis veut se défaire du régiment du roi. — J’en obtiens l’agrément pour Pezé, et aussitôt Nangis ne veut plus vendre. — Le duc de Saint-Aignan, ambassadeur en Espagne, reçoit ordre du régent de revenir. — Je lui assure à son insu une place en arrivant au conseil de régence. — Berwick accepte de servir contre l’Espagne. — Asfeld s’en excuse. — Six mille livres de pension à Mlle d’Espinoy ; autant à Mlle de Melun ; quatre mille livres à Meuse ; autant à Béthune le Polonois. — Six mille livres à Méliant, maître des requêtes, en mariant sa fille unique au fils aîné du garde des sceaux. — Dix mille livres au marquis de La Vère, frère du prince de Chimay. — Huit mille livres à Vertamont, premier président du grand conseil. — Mme la duchesse de Berry en reine à l’Opéra, une seule fois. — Elle donne audience de cérémonie à l’ambassadeur de Venise sur une estrade de trois marches. — Force plaintes. — Elle n’y retourne plus.
Chapitre iv. — Conversation entre M. le duc d’Orléans [et moi], sur ses subsides secrets contre l’Espagne, qui la voulut avoir enfermé seul avec moi dans sa petite loge à l’Opéra. — Conversation forte entre M. le duc d’Orléans et moi, dans son cabinet, tête à tête, sur la rupture avec l’Espagne. — Faiblesse étrange du régent, qui rompt avec l’Espagne, contre sa persuasion et sa résolution. — Launay gouverneur de la Bastille. — Projet d’Albéroni et travail de Cellamare contre le régent. — Précautions de Cellamare pour pouvoir parler clairement à Madrid, et prendre les dernières mesures. — Je suis mal instruit de la grande affaire dont je vais parler. — Cause étrange de cette ignorance. — Les dépêches de Cellamare, envoyées avec tant de précautions, arrêtées à Poitiers et apportées à l’abbé Dubois, qui, dans cette affaire surtout, en fait un pernicieux usage ; et le secret de tout enfoui. — Résultat bien reconnu des ténèbres de cette affaire. — Instruments de la conjuration pitoyables. — Cellamare arrêté ; sa conduite. — J’apprends de M. le duc d’Orléans ce qui vient d’être raconté de Cellamare, du duc et de la duchesse du Maine, et du projet vaguement. — Conseil de régence sur l’arrêt de l’ambassadeur d’Espagne, où deux de ses lettres au cardinal Albéroni sont lues. — Pompadour et Saint-Geniez mis à la Bastille. — Députation du parlement au régent, inutile, en faveur du président de Blamont. — Abbé Brigault à la Bastille. — D’Aydie et Magny en fuite. — La charge du dernier donnée à vendre à son père. — Tous les ministres étrangers, au Palais-Royal, sans aucune plainte. — On leur donne à tous des copies des deux lettres de Cellamare à Albéroni, qui avoient été lues au conseil de régence.
Chapitre v. — Évêques et cardinaux en débat sur les carreaux à la chapelle du roi, pour le sacre de Massillon, évêque de Clermont, qui s’y fit devant le roi, qui lui donna trente mille livres de gratification, en attendant une abbaye. — Le parlement refuse d’enregistrer la banque royale. — Le régent s’en passe, le méprise, la publie et l’établit. — Menille à la Bastille. — Cellamare écrit très inutilement aux ministres étrangers résidant à Paris. — Conseil secret au Palais-Royal, qui se réduit après à M. le Duc et à moi, à qui le régent confie que le duc et la duchesse du Maine sont des plus avant dans la conspiration, et qui délibère avec nous ce qu’il doit faire. — Nous concluons tous trois à les faire arrêter ; conduire M. du Maine à Dourlens, et Mme du Maine au château de Dijon, bien gardés et resserrés. — M. le Duc dispute un peu sur Dijon et se rend. — M. et Mme du Maine et leurs affidés ont tout le temps de mettre leurs papiers à couvert et en profitent. — Perfidie de l’abbé Dubois. — Conseil secret entre M. le duc d’Orléans, M. le Duc, l’abbé Dubois, Le Blanc et moi, où tout est résolu pour le lendemain. — Le duc du Maine arrêté à Sceaux par La Billarderie, lieutenant des gardes du corps, et conduit dans la citadelle de Dourlens. — Mme la duchesse du Maine arrêtée par le duc d’Ancenis, capitaine des gardes du corps, et conduite au château de Dijon. — Enfants du duc du Maine exilés. — Cardinal de Polignac exilé à Anchin. — Un gentilhomme ordinaire du roi est mis auprès de lui. — Davisard et autres gens attachés ou domestiques du duc et de la duchesse du Maine, mis à la Bastille. — Excellente et nette conduite du comte de Toulouse. — Le duc de Saint-Aignan se retire habilement d’Espagne, où on vouloit le retenir. — Mort du comte de Solre, sans nulle prétention toute sa vie. — Son fils et sa belle-fille s’en figurent de toutes nouvelles et inutiles. — Mort de Nointel, conseiller d’État, et du vieux Heudicourt. — Belle-Ile ; sa famille ; son île. — Caractère de Belle-Ile. — Caractère du chevalier de Belle-Ile. — Union des deux frères Belle-Ile ; leur conduite domestique ; leur liaison avec moi. — L’aîné commence à pointer et fait avec le roi l’échange de Belle-Ile. — Raison de s’être étendu sur les deux frères Belle-Ile.
Chapitre vi. — 1719. Conduite du duc du Maine. — Conduite de Mme du Maine. — Mme la Princesse obtient quelques adoucissements à Mme du Maine, et à Mme de Chambonnas, sa dame d’honneur, de s’aller enfermer avec elle ; puis son médecin. — Commotion de la découverte de la conspiration. — Conduite du duc de Noailles. — Netteté de discours et de procédé du comte de Toulouse. — Faux sauniers soumis d’eux-mêmes. — Adresse de l’abbé Dubois. — Il fait faire par Fontenelle le manifeste contre l’Espagne. — Il est examiné dans un conseil secret au Palais-Royal, passé après en celui de régence, et suivi aussitôt de la publication de la quadruple alliance imprimée, et de la déclaration de guerre contre l’Espagne. — Le tout très mal reçu du public. — Pièces répandues contre le régent sous le faux nom du roi d’Espagne, très faiblement tancées par le parlement. — Incendie du château de Lunéville. — Conspiration contre le czar découverte. — Le roi de Suède tué. — Prétendants à cette couronne, qui redevient élective, et la sœur du feu roi élue reine avec peu de pouvoir, qui obtient après l’association au trône du prince de Hesse, son époux, mais avec force entraves contre l’hérédité et le pouvoir. — Baron de Goertz est décapité, et le baron Van der Nath mis en prison perpétuelle. — M. le duc de Chartres a voix au conseil de régence, où il entroit depuis quelque temps. — Saint-Nectaire ambassadeur en Angleterre. — Rareté de son instruction et de celle des autres ministres de France au dehors. — Maligne plaisanterie du duc de Lauzun fait cinq ans après le vieux Broglio maréchal de France. — Officiers généraux et particuliers nommés pour l’armée du maréchal de Berwick. — M. le prince de Conti obtient d’y servir de lieutenant général et de commandant de la cavalerie, et de monstrueuses gratifications. — Prodigalités immenses aux princes et princesses du sang, excepté aux enfants du régent. — Prodigalités au grand prieur. — Il veut inutilement entrer au conseil de régence ; mais ce fut quelque temps après être revenu d’exil ; et cela avoit été oublié ici en son temps. — L’infant de Portugal retourne de Paris à Vienne. — Le duc de Saint-Aignan entre en arrivant au conseil de régence. — Mort et caractère de Saint-Germain Beaupré. — Mort du prince d’Harcourt. — Mort et aventure de Mme de Charlus. — Mort de M. de Charlus. — Jeux de hasard défendus. — Blamont, président aux enquêtes revient de son exil en une de ses terres. — Le grand prévôt obtient la survivance de sa charge pour son fils qui a six ans. — Milice levée.
Chapitre vii. — Quatre pièces, soi-disant venues d’Espagne, assez faiblement condamnées par le parlement ; discutées. — Prétendue lettre circulaire du roi d’Espagne aux parlements. — Prétendu manifeste du roi d’Espagne adressé aux trois états. — Prétendue requête des états généraux de France au roi d’Espagne. — Prétendue lettre du roi d’Espagne au roi. — Philippiques. La Peyronie premier chirurgien du roi. — Belle entrée de Stairs, ambassadeur d’Angleterre. — Ses vaines entreprises, et chez le roi et à l’égard des princes du sang. — Mort de Mme de Seignelay. — La bibliothèque de feu M. Colbert achetée par le roi. — Archevêque de Malines ; quel. — L’empereur lui impose silence sur la constitution. — Sage et ferme conduite du roi de Sardaigne sur la même matière. — Le P. Tellier exilé à la Flèche, où il meurt au bout de six mois. — Ingratitude domestique des jésuites. — Promotion d’officiers généraux. — Duc de Mortemart vend au duc de Saint-Aignan le gouvernement du Havre. — Dix mille livres de pension au vicomte de Beaune, et vingt mille livres au duc de Tresmes, au lieu de son jeu, qui se rétablit après, et la pension lui demeure. — L’abbaye de Bourgueil à l’abbé Dubois. — Mariage de M. de Bournonville avec Mlle de Guiche. — Profusion au grand prieur. — Mariage du prince électoral de Saxe déclaré avec une archiduchesse. — Le roi Jacques en Espagne. — Retour de Turin et grâce faite à M. de Prie. — Rémond ; quel ; son caractère. — Mimeur ; quel ; son caractère ; sa mort. — Mort et caractère de Térat. — La Houssaye, conseiller d’État, lui succède. — Mort d’un fils de l’électeur de Bavière, élu évêque de Munster. — Mort et caractère de Puysieux. — Belle-Ile s’accommode lestement de son gouvernement d’Huningue. — Cheverny a sa place de conseiller d’État d’épée.
Chapitre viii. — Inquiétude des maréchaux de Villeroy, Villars et Huxelles-Villars, dans la frayeur, me prie de parler à M. le duc d’Orléans. — Je le fais, et le veux rassurer. — Manége et secret sur les prisonniers. — Politique de l’abbé Dubois sur l’affaire du duc et de la duchesse du Maine et des leurs. — La même politique fausse et très dangereuse pour M. le duc d’Orléans. — Je le lui représente très fortement, ainsi que l’énorme conduite à son égard du duc du Maine et de ses principaux croupiers, et le danger d’une continuelle impunité. — Je ne trouve que défaites et misères. — Trois crimes du duc du Maine à punir à la fois : premièrement, attentat d’usurper l’habilité de succéder à la couronne ; secondement, les moyens pris pour soutenir cette usurpation ; troisièmement, sa conspiration avec l’Espagne. — Conduite à tenir à l’égard du duc et de la duchesse du Maine, de leurs principaux complices et des enfants du duc du Maine. — Mollesse, faiblesse, ensorcellement du régent par Dubois. — Je cesse de parler au régent du duc du Maine, qui peu à peu est rétabli. — Adroit manége de Le Blanc et de Belle-Ile. — Duc de Richelieu et Saillant à la Bastille. — Leur folie. — Traité du premier. — Ils sont bientôt élargis. — Singularité de la promotion de l’ordre, dont je fus moins de dix ans après.
Chapitre ix. — Conduite étrange de Mme la duchesse de Berry, de Rion et de la Mouchy. — Conduite de Mme de Saint-Simon. — Scandaleuse maladie de Mme la duchesse de Berry, à [au] Luxembourg. — Rion, conduit par le duc de Lauzun, son grand-oncle, épouse secrètement Mme la duchesse de Berry. — Mme la duchesse de Berry rouvre le jardin de Luxembourg ; se voue au blanc pour six mois ; change de capitaine des gardes. — Canillac et le marquis de Brancas entrent au conseil des parties. — Prince Clément de Bavière est [élu] évêque de Munster et de Paderborn. — Le cardinal Albano est fait camerlingue. — Le duc d’Albret épouse de nouveau la fille de feu Barbezieux. — Mort de Mme de Maintenon. — Sa vie et sa conduite à Saint-Cyr. — Mort d’Aubigny, archevêque de Rouen. — Besons, archevêque de Bordeaux, lui succède ; et le frère du garde des sceaux, à Besons. — Érection de grands officiers de l’ordre de Saint-Louis à l’instar de ceux de l’ordre du Saint-Esprit. — Nouveaux règlements sur l’ordre de Saint-Louis, et leurs inconvénients. — Extraction, caractère, fortune de Monti. — Laval, dit la Mentonnière, mis, à la Bastille. — Cellamare, duc de Giovenazzo, arrive en Espagne ; est aussitôt fait vice-roi de Navarre. — Rare baptême de Marton. — L’abbesse de Chelles, sœur du maréchal de Villars, se démet et se retire dans un couvent à Paris avec une pension de douze mille livres du roi. — Mme d’Orléans lui succède, se démet, se retire à la Madeleine. — Leur caractère. — Diminution d’espèces. — Élargissement du quai du Louvre. — Guichet, place et fontaine du Palais-Royal. — Efforts peu heureux sur l’Écosse. — Tyrannie maritime des Anglois. — Cilly prend le port du Passage et y brûle toute la marine renaissante de l’Espagne. — Les plus confidents du duc et de la duchesse du Maine sortent de la Bastille et sont mis en pleine liberté. — Merveilles du Mississipi. — Law et le régent me pressent d’en recevoir. — Je le refuse, mais je reçois le payement d’anciens billets de l’épargne. — Blamont, rappelé à sa charge, devient l’espion du régent, et le mépris et l’horreur du parlement. — Mort de Pécoil père, digne d’un avare, mais affreuse. — Digne refus, belle et sainte retraite, curieuse, mais inintelligible déclaration, de l’abbé Vittement, sur le règne sans bornes et sans épines du cardinal Fleury. — Douze mille livres d’augmentation d’appointements et de gouvernement à Castries.
Chapitre x. — Mme la duchesse de Berry va demeurer à Meudon, où sa maladie empire, et sa volonté de déclarer son mariage augmente. — M. le duc d’Orléans me le confie et fait subitement partir Rion pour l’armée du maréchal de Berwick. — Mme la duchesse de Berry, déjà considérablement mal, se fait transporter à la Muette. — Mort d’Effiat. — Singularité étrange de sa dernière maladie. — Biron premier écuyer de M. le duc d’Orléans. — Mort de La Vieuville et de Mme de Leuville ; quelle elle était. — Pensions données à Coettenfao, à Fourille, à Ruffey, à Savine, à Béthune, à La Billarderie. — La duchesse du Maine à Châlon-sur-Saône, presque en pleine liberté. — L’épouse du roi Jacques se sauve d’Inspruck, est reçue à Rome en reine. — Le roi en pompe à Notre-Dame. — Étrange arrangement de son carrosse. — Siège de Fontarabie. — Folle lettre anonyme à M. le prince de Conti. — Mort du fils de d’Estaing. — Prise de Fontarabie, puis de Saint-Sébastien. — On brûle à Santona trois vaisseaux espagnols prêts à être lancés à la mer. — Mort, fortune et caractère de La Berchère, archevêque de Narbonne. — Beauvau, archevêque de Toulouse, lui succède. — Mort, caractère et infortune de Dupin. — Misère de notre conduite à l’égard de Rome. — Impudence des Te Deum. Mort, fortune et caractère de Nyert. Le roi à l’hôtel de ville, voit le feu de la Saint-Jean. Fatuités du maréchal de Villeroy. Mort et caractère de Chamlay. La cour des monnaies obtient la noblesse. Le chevalier de Bouillon obtient trente mille livres de gratification. Sainte-Menehould brûlée. Autre incendie à Francfort-sur-le-Mein. Mort et caractère de Nancré. Mort de la duchesse d’Albret (Le Tellier). Clermont-Chattes ; quel ; est capitaine des Suisses de M. le duc d’Orléans. Le garde des sceaux marie son second fils ; perd sa femme ; pousse ses deux fils. Mort de Chauvelin, conseiller d’État. Mort, extraction, fortune du duc de Schomberg. Mort, fortune et caractère de Bonrepos.
Chapitre xi. — Mme la duchesse de Berry se fait transporter de Meudon à la Muette. — Conduite de Mme de Saint-Simon à l’égard de Mme la duchesse de Berry. — Raccourci de Mme la duchesse de Berry. — Mme la duchesse de Berry reçoit superbement ses sacrements, fait après à Mme de Mouchy présent d’un baguier de deux cent mille écus. — M. le duc d’Orléans le prend, et elle demeure perdue. — Mme la duchesse de Berry reçoit une seconde fois ses sacrements, et pieusement. — Scélératesse insigne de Chirac, impunie. — Ma conduite à l’égard de Mme la duchesse de Berry en sa dernière extrémité. — Je vais à la Muette auprès de M. le duc d’Orléans. — Il me charge de ses ordres sur tout ce qui devoit suivre la mort. — J’empêche toute cérémonie et l’oraison funèbre. — Mort de Mme la duchesse de Berry regrettée, sans exception, de personne que de M. le duc d’Orléans, et encore peu de jours. — Scellés mis par La Vrillière, secrétaire d’État. — Convois du cœur et du corps. — Ni manteaux ni mantes au Palais-Royal. — Les appointements et logements continués à toutes les dames de Mme la duchesse de Berry. — Mouchy et sa femme chassés. — Gouvernement de Meudon rendu à du Mont. — Désespoir de Rion, qui à la fin se console. — Maladie de Mme de Saint-Simon à Passy. — Le régent nous prête le château neuf de Meudon. — Deuil de la cour prolongé six semaines au delà de celui du roi. — Il visite Madame, M. [le duc] et Mme la duchesse d’Orléans. — Le roi au Louvre, en visite toutes les académies pendant qu’on nettoie les Tuileries. — M. et Mme du Maine fort relâchés. — Aveux de la duchesse du Maine. — Misérable comédie entre elle et son mari. — Le secrétaire du prince de Cellamare mis au château de Saumur. — MM. d’Allemans, Renaud et le P. Malebranche ; quels. — Mémoires d’Allemans sur la manière de lever la taille. — La Muette donnée au roi, et le gouvernement à Pezé. — Vingt mille livres de pension à Mme la princesse de Conti la mère. — Cent cinquante mille livres de brevet de retenue à Lautrec sur la lieutenance générale de Guyenne. — Toutes pensions se payent. — Forte augmentation de troupes. — M. le duc d’Orléans achète pour M. le duc de Chartres le gouvernement de Dauphiné, de La Feuillade, qu’il accable d’argent. — La Vrillière présente au roi les députés des états de Languedoc, de préférence à Maillebois, lieutenant général de la province. — Extraction de Maillebois. — Belle action des moines d’Orcamp. — Mme la duchesse d’Orléans refuse audience à tous députés d’états, depuis la prison du duc du Maine. — Le duc de Richelieu peu à peu en liberté.
Chapitre xii. — Paix de la Suède avec l’Angleterre. — Le duc de Lorraine échoue pour l’érection de Nancy en évêché. — Vaudemont en tombe fort malade à Paris. — Maximes absurdes, mais suivies toujours et inhérentes, du parlement sur son autorité. — J’empêche le régent d’en rembourser toutes les charges avec le papier de Law. — Raisons secrètes contre le remboursement des charges du parlement. — Seconde tentative du projet du remboursement des charges du parlement finalement avortée. — Le parlement informé du risque qu’il a couru, qui le lui a paré, et qui y a poussé. — Duchesse du Maine à Chamlay, où Mme la Princesse la visite. — Officiers du sang, et leur date. — Usurpations et richesses. — Le chevalier de Vendôme vend au bâtard reconnu de M. le duc d’Orléans le grand prieuré de France, et veut inutilement se marier. — Retour de Plénoeuf en France. — Raisons d’en parler. — Plénoeuf, sa femme et sa fille ; quels. — Courte reprise de sa négociation de Turin avortée par l’intérêt personnel et la ruse singulière de l’abbé Dubois. — Étrange trait de franchise de Madame, qui rompt tout court la négociation de Turin. — Digression sur les maisons d’Este et Farnèse. — Maison d’Este. — Bâtards d’Este, ducs de Modène et de Reggio jusqu’à aujourd’hui. — Maison Farnèse. — Farnèse bâtards, duc de Parme et de Plaisance.
Chapitre xiii. — Le roi Jacques repasse en Italie. — Le prince électoral de Saxe épouse une archiduchesse, Joséphine. — Bénédiction de Mme de Chelles. — Mort de Marillac, doyen du conseil ; de Mme de Croissy ; son caractère. — Mort de Courcillon ; de Louvois, capitaine des Cent-Suisses. — Sa charge donnée à son fils à la mamelle. — Mort du comte de Reckem, du duc de Bisaccia ; sa famille. — Mort du marquis de Crussol ; de l’évêque d’Avranches, Coettenfao ; d’Orry ; de Mme de Bellegarde, puis de son mari ; du duc de La Trémoille. — Mort de Mme de Coigny ; extraction de son mari. — Mort de l’abbé de Montmorel. — Mort du président Tambonneau. — M. le comte de Charolois comblé d’argent du roi, fait gouverneur de Touraine. — Comte d’Évreux achète le gouvernement de l’Ile-de-France et la capitainerie de Monceaux, où il désole le cardinal de Bissy. — Le nonce Bentivoglio, près d’être cardinal, prend congé et part. — Ses horreurs. — L’abbé de Lorraine et l’abbé de Castries obtiennent enfin leurs bulles de Bayeux et de Tours, et sont sacrés par le cardinal de Noailles. — Commission de juges du conseil envoyée à Nantes. — Bretons arrêtés ; d’autres en fuite. — Berwick en Roussillon, prend la Ceu-Urgel ; y finit la campagne. — Le Guerchois gouverneur d’Urgel. — M. le duc d’Orléans se fait appeler mon oncle. — Le feu roi n’apparentoit que lui, Monsieur et la vieille Mademoiselle. — Conseil de régence entièrement tombé. — Besons, archevêque de Rouen, puis l’abbé Dubois, y entrent. — Je propose à M. le duc d’Orléans un conseil étroit, en laissant subsister celui de régence ; [chose] que l’abbé Dubois empêcha. — Davisard mis en liberté. — La Chapelle ; quel ; exilé, aussitôt rappelé, mort peu après. — Quatre millions payés en Bavière ; trois en Suède. — Quatre-vingt mille livres données à Meuse, et huit cent mille francs à Mme de Châteauthiers, dame d’atours de Madame. — Abbé Alary ; quel ; obtient deux mille livres de pension. — Le marquis de Brancas obtient quatre mille livres de pension pour son jeune frère, et la survivance de sa lieutenance générale de Provence à son fils, à neuf ans. — Maréchal de Matignon obtient six mille livres d’augmentation d’appointements de son gouvernement. — Fureur du Mississipi et de la rue Quincampoix. — Diminution d’espèces ; refonte. — Prince de Conti retire Mercoeur à Lassai. — Largesses aux officiers employés contre l’Espagne. — Affaires de cour à Vienne. — Prince d’Elboeuf : quel ; obtient son abolition et revient en France. — Nominations d’évêchés où l’abbé d’Auvergne et le jésuite Lafitau sont compris. — Conduite de ce dernier.
Chapitre xiv. — Mississipi tourne les têtes. — Law se veut pousser, et pour cela se faire catholique. — L’abbé Tencin l’instruit et reçoit sans bruit son abjuration. — Digression sur cet abbé et sa sœur la religieuse. — Caractère de celle-ci. — Elle devient maîtresse de l’abbé Dubois. — Caractère de l’abbé Tencin. — Il va à Rome pour le chapeau de l’abbé Dubois ; est admonesté en plein parlement en partant. — Law achète l’hôtel Mazarin et y établit sa banque. — Mort de Conflans ; du célèbre P. Quesnel ; de Blécourt dont Louville obtient le gouvernement de Navarreins. — Mort de la princesse de Guéméné. — Retour du maréchal de Berwick. — Porteurs de lettres en Espagne arrêtés. — Vaisseaux espagnols aux côtes de Bretagne. — Bretons en fuite ; d’autres arrêtés. — Profusions du régent. — Prince d’Auvergne épouse une aventurière anglaise. — Law se fait garder chez lui. — Caractère et fortune de Nangis et de Pezé, qui obtient le régiment du roi d’infanterie, et Nangis force grâces. — Ma situation avec Fleury, évêque de Fréjus, avant et depuis qu’il fut précepteur. — Caractère de Mme de Lévi. — Je propose à M. de Fréjus une manière singulière, aisée, agréable et utile d’instruction pour le roi, et je reconnois tôt qu’il ne lui en veut donner aucune. — Je m’engage à faire Fréjus cardinal. — Grâces pécuniaires au duc de Brancas. — Six mille livres de pension à Béthune, chef d’escadre. — Torcy obtient l’abbaye de Maubuisson pour sa soeur. — Madame de Bourbon, depuis abbesse de Saint-Antoine ; quelle. — Mort et état de l’abbé Morel.
Chapitre xv. — Promotion de dix cardinaux. — Leur discussion. — Spinola, Althan, Perreira. — Gesvres. — Sagesse et dignité des évêques polonois. — Bentivoglio. — Bossu, dit Alsace, et comment ; est malmené par l’empereur. — Belluga ; sa double et sainte magnanimité. — Salerne. — Mailly ; son ambition ; sa conduite. — Pourquoi les nonces de France, devenant cardinaux, n’en reçoivent plus les marques qu’en rentrant en Italie. — Tout commerce étroitement et sagement défendu aux évêques, etc., de France avec Rome, et comment enfin permis. — Haine de Mailly contre le cardinal de Noailles, et ses causes. — Sentiments de Mailly étranges sur la constitution. — Comment transféré d’Arles à Reims. — Sa conduite dans ce nouveau siège.
Chapitre xvi. — M. le duc d’Orléans, fort irrité de la promotion de l’archevêque de Reims, me mande, me l’apprend et dispute cette affaire avec Le Blanc et moi, où La Vrillière, gendre du frère de l’archevêque, survient. — Velleron dépêché à l’archevêque avec défense de porter aucune marque de cardinal et de sortir de son diocèse. — Ridicule aventure et dépit de Languet, évêque de Soissons. — Son état, son ambition, ses écrits, sa conduite. — Conduite de l’archevêque de Reims. — Il obéit aux ordres que Velleron lui porte. — Quel étoit Velleron. — Ma conduite avec le régent sur l’archevêque de Reims. — Rare et insigne friponnerie des abbés Dubois et de La Fare-Lopis à l’égard l’un de l’autre. — L’archevêque de Reims clandestinement à Paris. — Mystère très singulier de ce retour. — Faiblesse et ambition de l’archevêque de Reims. — Son premier succès et ma duperie. — Manége de Dubois à l’égard de l’archevêque de Reims, dont je suis encore parfaitement la dupe. — Comment Mailly, archevêque de Reims, obtint enfin de recevoir des mains du roi sa calotte rouge, où je le conduisis.
Chapitre xvii. — Sécheresse où ces Mémoires vont tomber, et ses causes. — Chute du cardinal Albéroni qui se retire en Italie. — Dona Laura Piscatori nourrice et assafeta de la reine d’Espagne. — Son caractère. — Albéroni arrêté en chemin, emportant le testament original de Charles II et quelques autres papiers importants, qu’il ne rend qu’à force de menaces. — Joie publique en Espagne de sa chute, et dans toute l’Europe. — Marcieu garde honnêtement à vue le cardinal Albéroni jusqu’à son embarquement à Marseille, qui ne reçoit nulle part ni honneur ni civilité. — Sa conduite en ce voyage. — Folles lettres d’Albéroni au régent sans réponse. — Aveuglement étrange de souffrir dans le gouvernement aucun ecclésiastique, encore pis des cardinaux. — Cause de la rage d’Albéroni. — But de tout ministre d’État ecclésiastique ou qui parvient à se mêler d’affaires. — Disposition du roi très différente, et sa cause, pour M. le duc d’Orléans et pour l’abbé Dubois, également haïs du maréchal de Villeroy et de l’évêque de Fréjus. — Conduite de tout cet intérieur. — M. le duc d’Orléans résolu de chasser le maréchal de Villeroy et de me faire gouverneur du roi. — Il me le dit. — Je l’en détourne.
Chapitre xviii. — 1720. — Comédie entre le duc et la duchesse du Maine, qui ne trompe personne. — Changement de dame d’honneur de Mme la Duchesse la jeune ; pourquoi raconté. — Caractère de M. et de Mme de Pons. — Abbé d’Entragues ; son extraction ; son singulier caractère ; ses aventures. — Law, contrôleur général des finances. — Grâces singulières faites aux enfants d’Argenson. — Machaut et Angervilliers conseillers d’État en expectative. — Law maltraité par l’avidité du prince de Conti, qui en est fortement réprimandé par M. le duc d’Orléans. — Ballet du roi. — Force grâces pécuniaires. — J’obtiens douze mille livres d’augmentation d’appointements sur mon gouvernement de Senlis, qui n’en valoit que trois mille. — Je fais les derniers efforts pour un conseil étroit, fort inutilement. — Mariage de Soyecourt avec Mlle de Feuquières. — Réflexions sur les mariages des filles de qualité avec des vilains. — Mort du comte de Vienne ; son caractère, son extraction. — Mort du prince de Murbach. — Mort de l’impératrice mère, veuve de l’empereur Léopold. — Son deuil et son caractère. — Mort du cardinal de La Trémoille. — Étrange friponnerie et bien effrontée de l’abbé d’Auvergne pour lui escroquer son archevêché de Cambrai. — Digression sur les alliances étrangères du maréchal de Bouillon et de sa postérité. — Abbé d’Auvergne ; comment fait archevêque de Tours, puis de Vienne.
Chapitre xix. — Comte Stanhope à Paris. — Paix d’Espagne. — Grimaldo supplée presque en tout aux fonctions de premier ministre d’Espagne, sous le titre de secrétaire des dépêches universelles. — Sa fortune, son caractère. — Digression déplacée, mais fort curieuse, sur le premier président de Mesmes. — Duchesse de Villars et dames nommées pour conduire la princesse de Modène jusqu’à Antibes. — Remarques sur le cérémonial, le voyage et l’accompagnement. — Fiançailles et mariage de cette princesse. — Désordre du système et de la banque de Law se manifeste et produit des suites les plus fâcheuses et infinies. — Commencements et fortune des quatre frères Pâris. — Nouveaux prisonniers à Nantes. — Vingt-six présidents ou conseillers remboursés et supprimés, choisis dans le parlement de Bretagne.
Chapitre xx. — Abbé Dubois obtient l’archevêché de Cambrai. — L’abbé Dubois refusé d’un dimissoire par le cardinal de Noailles, en obtient un de Besons, archevêque de Rouen, et va dans un village de son diocèse, près de Pontoise, recevoir tous les ordres à la fois de Tressan, évêque de Nantes ; se compare là-dessus à saint Ambroise. — Mot du duc Mazarin. — Singulière anecdote sur le pouvoir de l’abbé Dubois sur M. le duc d’Orléans, à l’occasion du sacre de cet abbé. — Sacre de l’abbé Dubois par le cardinal de Rohan. — Les Anglois opposés au roi Georges, ou jacobites, chassés de France à son de trompe. — Politique terrible de la cour de Rome sur le cardinalat. — Mort de Mme de Lislebonne. — Douze mille livres de pension, qu’elle avoit, [sont] données à Mme de Remiremont, sa fille. — Mort et successeur du grand maître de Malte. — Mort et caractère du P. Cloche, général de l’ordre de Saint-Dominique. — Mort de Fourille ; sa pension donnée à sa veuve. — Mort et caractère de Mme de La Hoguette. — Mort de Mortagne, chevalier d’honneur de Madame. — Mort de Mme la Duchesse, brusquement enterrée. — Visites et manteaux chez M. le Duc. — Testament, etc.
Chapitre xxi. — Maison de Horn ou Hornes. — Catastrophe du comte de Horn à Paris. — Jugement et exécutions à Nantes. — Mort, famille et extraction du prince de Berghes. — Mort du duc de Perth. — Mariage du comte de Grammont avec une fille de Biron. — Mariage de Mailly avec une sœur de la duchesse de Duras, [Mlle de] Bournonville. — Mariage du duc de Fitz-James avec Mlle de Duras. — Mariage de Chalmazel avec Mlle de Bonneval. — Mariage du prince d’Isenghien avec la seconde fille du prince de Monaco. — Mariage du marquis de Matignon avec Mlle de Brenne, et de sa sœur à lui avec Basleroy. — Naissance de l’infant don Philippe. — Maulevrier-Langeron, envoyé en Espagne, lui porte le cordon bleu. — Affaire et caractère de l’abbé de Gamaches, auditeur de rote. — Sa conduite à Rome, où il mourut dans cet emploi. — Ce que c’est que la rote.
Chapitre xxii. — Débordement de pensions, et pensions fixées au grade d’officier général. — M. le duc d’Orléans m’apprend le mariage du duc de Lorges avec la fille du premier président. — Ma conduite là-dessus. — Édit de réduction des intérêts des rentes. — Mouvements du parlement là-dessus. — Remontrances. — Retour de Rion à Paris, où il tombe dans l’obscurité. — Enlèvements pour peupler le pays dit Mississipi, et leur triste succès. — La commission du conseil, de retour de Nantes, s’assemble encore à l’Arsenal ; peu après le maréchal de Montesquiou rappelé de son commandement de Bretagne. — Retour du comte de Charolois de ses voyages. — Bon mot de Turménies. — Quel étoit Turménies. — Retrait de l’hôtel de Marsan. — Mariage de La Noue avec Mme de Chevry. — Quelles gens c’étoient. — Fruits amers du Mississipi. — Rare contrat de mariage du marquis d’Oyse. — Dreux obtient la survivance de sa charge de grand maître des cérémonies pour son fils, et le marie malheureusement. — Mort du prince Vaïni. — Mort et caractère du comte de Peyre. — Sa charge de lieutenant général de Languedoc donnée pour rien à Canillac. — Mort de la comtesse du Rouvre ; curiosités sur elle. — Mort et singularités de la marquise d’Alluy. — Mort de l’abbé Gautier. — Mort et détails du célèbre Valero y Losa, de curé de campagne devenu, sans s’en être douté, évêque, puis archevêque de Tolède. — Éloge du P. Robinet, confesseur du roi d’Espagne, et son renvoi. — Division entre le roi d’Angleterre et le prince de Galles ; sa cause ; leur apparent raccommodement. — Duc de La Force, choisi pour aller faire les compliments à Londres, n’y va point, parce que le roi d’Angleterre ne veut point de cet éclat. — Masseï à Paris, depuis nonce en France ; sa fortune, son caractère. — Les Vénitiens se raccommodent avec le roi et rétablissent les Ottobon. — État, intrigues, audace des bâtards du prince de Montbéliard, qui veulent être ses héritiers et légitimes.



NOTES
I. Taille. 484
II. Vénalité des charges. 490


FIN DE LA TABLE DES CHAPITRES




Ch. Lahure, imprimeur du Sénat et de la Cour de Cassation, rue de Vaugirard, 9, près de l’Odéon.