éléments Wikidata

Livre:Saint-Simon - Mémoires, Chéruel, Hachette, 1857, octavo, tome 14.djvu

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Saint-Simon - Mémoires, Chéruel, Hachette, 1857, octavo, tome 14.djvu
TitreMémoires du duc de Saint-Simon, tome 14
VolumeTome 14
AuteurLouis de Rouvroy, duc de Saint-Simon Voir l'entité sur Wikidata
ÉditeurAdolphe Chéruel Voir l'entité sur Wikidata
Maison d’éditionHachette
Lieu d’éditionParis
Année d’édition1857
BibliothèqueBibliothèque nationale de France
Fac-similésdjvu
AvancementÀ corriger
Série1234567891011121314151617181920

Pages

- - - 001 002 003 004 005 006 007 008 009 010 011 012 013 014 015 016 017 018 019 020 021 022 023 024 025 026 027 028 029 030 031 032 033 034 035 036 037 038 039 040 041 042 043 044 045 046 047 048 049 050 051 052 053 054 055 056 057 058 059 060 061 062 063 064 065 066 067 068 069 070 071 072 073 074 075 076 077 078 079 080 081 082 083 084 085 086 087 088 089 090 091 092 093 094 095 096 097 098 099 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318 319 320 321 322 323 324 325 326 327 328 329 330 331 332 333 334 335 336 337 338 339 340 341 342 343 344 345 346 347 348 349 350 351 352 353 354 355 356 357 358 359 360 361 362 363 364 365 366 367 368 369 370 371 372 373 374 375 376 377 378 379 380 381 382 383 384 385 386 387 388 389 390 391 392 393 394 395 396 397 398 399 400 401 402 403 404 405 406 407 408 409 410 411 412 413 414 415 416 417 418 419 420 421 422 423 424 425 426 427 428 429 430 431 432 433 434 435 436 437 438 439 440 441 442 443 444 445 446 447 448 449 450 451 452 453 454 455 456 457 458 459 460 461 462 463 464 465 466 467 468 469 470 471 472 473 474 475 476 477 478 479 480 481 482 483 484 485 - TDM TDM TDM TDM TDM TDM TDM TDM TDM TDM TDM TDM TDM -

TABLE DES CHAPITRES


DU QUATORZIÈME VOLUME.
Chapitre i. — Assemblées d’huguenots dissipées. — Le régent, tenté de les rappeler, me le propose. — Aveuglement du régent sur l’Angleterre. — Je détourne le régent de rappeler les huguenots. — Mort de Bréauté, dernier de son nom. — Mort de Connelaye, de Chalmazel et de Greder. — Mort de l’archevêque de Tours ; sa naissance et son mérite. — Mort de La Porte, premier président du parlement de Metz, à qui Chaseaux succède. — Anecdote curieuse sur Mlle de Chausseraye. — Mort de Cani. — Sa charge de grand maréchal des logis et son brevet de retenue donnés à son fils enfant. — Mort de la duchesse de La Feuillade. — Mort de la jeune Castries et de son mari. — Mort d’une bâtarde non reconnue de Monseigneur. — Mariage du comte de Croï avec Mlle de Milandon. — Hardies prétentions de cette veuve. — Mariages de Rothelin avec Mlle de Clèves. — Le parlement continue à s’opposer au rétablissement de la charge des postes et de celle des bâtiments. — Motifs de sa conduite et ses appuis. — Il dispute la préséance au régent à la procession de l’Assomption, et l’empêche de s’y trouver. — Audace de cette prétention, qui se détruit d’elle-même par droit et par faits expliqués même à l’égard de seigneurs particuliers. — Comment le terme de gentilshommes doit être pris. — Conduite du régent avec le parlement, du parlement avec lui, et la mienne avec ce prince à l’égard du parlement. — Pension de six mille livres donnée à Maisons, et un régiment de dragons à Rion. — Pensions dites de Pontoise, dont une donnée au président Aligre.1
Chapitre ii. — Bataille de Salankemen gagnée sur les Turcs par le prince Eugène. — Jésuites encore interdits. — Comte d’Évreux entre singulièrement au conseil de guerre. — Coigny, mal avec le régent, se bat avec le duc de Mortemart ; refusé d’entrer au conseil de guerre, veut tout quitter. — Je le raccommode. — Il entre au conseil de guerre. — Il ne l’oublie jamais. — Les princes du sang présentent une requête au roi contre le nom, le rang et les honneurs de princes du sang, et l’habilité de succéder à la couronne, donnée par le feu roi à ses bâtards. — Les pairs présentent une requête au roi pour la réduction des bâtards au rang, honneurs et ancienneté de leurs pairies parmi les autres pairs. — Bout de l’an du roi à Saint-Denis. — Le duc de Berwick établit son fils aîné en Espagne, qui y épouse la sœur du duc de Veragua et prend le nom de duc de Liria. — Valentinois de nouveau enregistré au parlement, lequel se réserve des remontrances en enregistrant un nouvel édit pour la chambre de justice, et refuse une seconde fois les deux charges des bâtiments et des postes. — Caractère du duc de Brancas. — Caractère de son fils et de sa belle-fille. — Ils désirent de nouvelles lettres de duché-pairie à faire enregistrer au parlement de Paris. — État de leur dignité. — Brancas trompé par Canillac, à qui il s’étoit adressé, s’en venge en bons mots et a recours à moi. — Condition dont Villars me donne toute assurance, sa foi et sa parole sous laquelle je m’engage à le servir. — J’y réussis avec peine. — Longtemps après, il me manque infâmement de parole et en jouit. — Le parlement enregistre enfin l’édit de création des charges de surintendant des bâtiments et de grand maître des postes. — Les princes du sang et bâtards n’assistent point à la réception du duc de Villars-Brancas. — Mort de l’abbé de Brancas. — Mort de la princesse de Chimay. — Abbé de Pomponne chancelier de l’ordre par démission de Torcy. — Arrivée des galions richement chargés. — Voyage de Laffiteau ; quel étoit ce jésuite. — Mort du fils unique de Chamarande, et du comte de Beuvron. — Mort de Mme de Lussan et de l’abbé Servien. — Mort de Mme de Manneville. — Mort d’Angennes. — Mort de la duchesse d’Olonne. — M. le duc de Chartres, malade de la petite vérole, cause un dégoût de ma façon au duc de Noailles. — Te Deum au pillage. — Mort du maréchal de Montrevel, de peur d’une salière renversée sur lui. — Mort du prince de Fürstemberg. — Mort du prince de Robecque. — Le régiment des gardes wallonnes donné au marquis de Risbourg. — La duchesse d’Albe épouse le duc de Solferino.29
Chapitre iii. — Louville envoyé secrètement en Espagne. — Sa commission, très importante et très secrète. — Incapacité surprenante du duc de Noailles. — Jalousie extrême du maréchal d’Huxelles. — Craintes et manèges intérieurs d’Albéroni en Espagne. — Insolence de l’inquisition sur les deux frères Macañas. — Cardinal Acquaviva chargé, au lieu de Molinez, des affaires d’Espagne à Rome. — La peur qu’Albéroni et Aubenton ont l’un de l’autre les unit. — Giudice ôté d’auprès du prince des Asturies et du conseil. — Popoli fait gouverneur du prince des Asturies ; sa figure et son caractère. — Mécontentement réciproque entre l’Espagne et l’Angleterre. — Fourberie d’Albéroni pour en profiter. — Les Anglois, en peine du chagrin du roi d’Espagne sur leur traité avec l’empereur, le lui communiquent, et en même temps les propositions que leur fait la France, et leur réponse. — Malignité contre le régent pour le brouiller avec le roi d’Espagne. — Adresse de Stanhope pour se défaire de Monteléon en Angleterre, et gagner Albéroni, qui passe tout aux Anglois. — Albéroni, gagné par la souplesse de Stanhope, donne carte blanche aux Anglois pour signer avec eux une alliance défensive. — Embarras et craintes diverses de Bubb, secrétaire et seul ministre d’Angleterre à Madrid. — Prétention des Anglois insupportable pour le commerce, qu’Albéroni ne leur conteste seulement pas. — Bassesses et empressement pour les Anglois. — Crainte d’Albéroni des Parmesans, qu’il empêche de venir en Espagne. — Louville à Madrid ; en est renvoyé sans pouvoir être admis. — Il en coûte Gibraltar à l’Espagne. — Impostures d’Albéroni sur Louville. — Le régent et Albéroni demeurent toujours piqués l’un contre l’autre du voyage de Louville.55
Chapitre iv. — Traité de l’asiento signé à Madrid avec l’Angleterre. — Monteléon dupe de Stanhope, jouet d’Albéroni. — Le roi d’Angleterre à Hanovre. — L’abbé Dubois va chercher Stanhope passant à la Haye, revient sans y avoir rien fait, repart aussitôt pour Hanovre. — Jugement des Impériaux sur la fascination du régent pour l’Angleterre. — Chétive conduite du roi de Prusse. — Il attire chez lui des ouvriers françois. — Aldovrandi, d’abord très mal reçu à Rome, gagne la confiance du pape. — Nuage léger entre lui et Albéroni, lequel éclate contre Giudice, dont il ouvre les lettres, et en irrite le roi d’Espagne contre ce cardinal. — Étranges bruits publiés en Espagne contre la reine. — Albéroni les fait retomber sur Giudice. — La peur en prend à Cellamare, son neveu, qui abandonne son oncle. — Albéroni invente et publie une fausse lettre flatteuse du régent à lui, et se pare de ce mensonge. — Inquiétudes et jalousie d’Albéroni sur les François qui sont en Espagne. — Il amuse son ami Monti, l’empêche de quitter Paris pour Madrid, lui prescrit ce qu’il lui doit écrire sur la reine, pour le lui montrer et s’en avantager. — Son noir manège contre le roi d’Espagne. — Son extrême dissimulation. — Il veut rétablir la marine d’Espagne. — Ses manèges. — Belle leçon sur Rome pour les bons et doctes serviteurs des rois. — Attention de l’Espagne pour l’Angleterre sur le départ de la flotte pour les Indes, et des Hollandois pour l’Espagne sur leur traité à faire avec l’Angleterre et la France. — Difficultés du dernier renvoyées aux ministres en Angleterre. — Scélératesses de Stairs. — Perfidie de Walpole. — Frayeurs et mesures d’Albéroni contre la venue des Parmesans. — Il profite de celles du pape sur les Turcs, et redouble de manèges pour son chapeau, de promesses et de menaces. — Giudice publie des choses épouvantables d’Albéroni, bien défendu par Aubenton et Aldovrandi. — Molinez fait grand inquisiteur d’Espagne. — Quel étoit le duc de Parme à l’égard d’Albéroni. — Idées bien confuses de ce prince. — Le pape s’engage enfin à donner un chapeau à Albéroni. — Impossibilité présente peu durable. — Avis d’Aldovrandi et Albéroni. — Aventure des sbires qui suspend d’abord, puis confirme l’engagement en faveur d’Albéroni. — Art et bassesse d’Acquaviva. — Raison de tant de détails sur Albéroni. — Acquaviva, par ordre d’Espagne, transfuge à la constitution. — Promesses, menaces, manèges d’Albéroni et d’Aubenton pour presser la promotion d’Albéroni. — Invectives atroces de Giudice et d’Albéroni l’un contre l’autre. — Fanfaronnades d’Albéroni, et sa frayeur de l’arrivée à Madrid du mari de la nourrice de la reine et leur fils capucin. — Quels ces trois personnages. — Albéroni craint mortellement la venue d’un autre Parmesan ; écrit aigrement au duc de Parme.72
Chapitre v. — [Albéroni] compte sur l’appui de l’Angleterre ; reçoit avis de Stanhope d’envoyer quelqu’un de confiance veiller à Hanovre à ce qu’il s’y traitoit avec l’abbé Dubois. — Pensées des étrangers sur la négociation d’Hanovre. — Les Impériaux la traversent de toute leur adresse, et la Suède s’en alarme. — Affaires de Suède. — Pernicieuse haine d’Albéroni pour le régent. — Esprit de retour en France, surtout de la reine d’Espagne. — Sages réflexions d’Albéroni sur le choix, le cas arrivant. — Quel étoit M. le duc d’Orléans sur la succession à la couronne. — Affaire du nommé Pomereu. — Mme de Cheverny gouvernante des filles de M. le duc d’Orléans. — Livry obtient pour son fils la survivance de sa charge de premier maître d’hôtel du roi. — Effiat quitte le conseil des finances et entre dans celui de régence. — Honneurs du Louvre accordés à Dangeau et à la comtesse de Mailly par leurs charges perdues. — Origine de cette grâce à leurs charges. — Ce que c’est que les honneurs du Louvre. — Style de la république de Venise écrivant au Dauphin ; d’où venu. — Entreprise de la nomination du prédicateur de l’Avent devant le roi. — M. de Fréjus officie devant le roi sans en dire un seul mot au cardinal de Noailles. — Abbé de Breteuil en tabouret, rochet et camail, près du prie-Dieu du roi, comme maître de la chapelle, condamné de cette entreprise comme n’étant pas évêque. — Quel fut le P. de La Ferté, jésuite. — L’abbé Fleury, confesseur du roi. — Mort de la duchesse de Richelieu et de Mme d’Arnemonville. — Mort et caractère du maréchal de Châteaurenaud. — Belle anecdote sur le maréchal de Coetlogon. — Mort de la duchesse d’Orval. — Mort de d’Aguesseau, conseiller d’État ; son éloge. — Saint-Contest fait conseiller d’État, en quitte le conseil de guerre. — L’empereur prend Temeswar ; perd son fils unique. — La duchesse de Saint-Aignan va trouver son mari en Espagne avec trente mille livres de gratification. — Mort, caractère et famille de M. d’Étampes. — Mort de la comtesse de Roucy. — Mort de Mme Fouquet ; sa famille. — Force grâces au maréchal de Montesquiou, au grand prévôt, aux ducs de Guiche, de Villeroy, de Tresmes, et au comte de Hanau. — Le duc de La Force vice-président du conseil des finances. — Augmentation de la paye de l’infanterie. — Caractère de Broglio, fils et frère aîné des deux maréchaux de ce nom. — Le duc de Valentinois reçu au parlement, où les princes du sang ni bâtards n’assistent point. — Mariage du fils unique d’Estaing avec la fille unique de Mme de Fontaine-Martel, et la survivance du gouvernement de Douai. — Bonneval obtient son abolition en épousant une fille de Biron. — Dispute entre les grands officiers de service et le maréchal de Villeroy, qui, comme gouverneur du roi, prétend faire leur service et le perd. — Grande aigreur entre les princes du sang et bâtards sur les mémoires publiés par les derniers. — Étonnante apathie de M. le duc d’Orléans. — Ma façon d’être avec le duc de Maine et le comte de Toulouse.92
Chapitre vi. — Albéroni continue ses manèges de menaces et de promesses au pape pour hâter son drapeau ; y fait une offre monstrueuse. — Sa conduite avec Aubenton. — Souplesse du jésuite. — Réflexion sur les entreprises de Rome. — Albéroni se soumet Aubenton avec éclat, qui baise le fouet dont il le frappe, et fait valoir à Rome son pouvoir et ses menaces. — Gesvres, archevêque de Bourges, trompé par le pape, qui est moqué et de plus en plus menacé et pressé par Albéroni, qui fait écrire vivement par la reine d’Espagne jusqu’à se prostituer. — Triste situation de l’Espagne. — Abattement politique du P. Daubenton, qui sacrifie à Albéroni une lettre du régent au roi d’Espagne. — Audacieux et pernicieux usage qu’en fait Albéroni. — Il fait au régent une insolence énorme. — Réflexion. — Albéroni, dans l’incertitude et l’embarras des alliances du régent, consulte Cellamare. — Efforts des Impériaux contre le traité désiré par le régent. — Conduite des Hollandois avec l’Espagne. — Conférence importante avec Beretti. — Caractère de cet ambassadeur d’Espagne. — Sentiment de Cadogan, ambassadeur d’Angleterre à la Haye, sur l’empereur. — Étrange réponse d’un roi d’Espagne au régent dictée par Albéroni, qui triomphe par des mensonges. — Albéroni profite de la peur des Turcs et de l’embarras du pape sur sa constitution Unigenitus, pour presser sa promotion par menaces et par promesses. — Offres du pape sur le clergé des Indes et d’Espagne. — Monstrueux abus de la franchise des ecclésiastiques en Espagne. — Réflexion. — Le pape ébranlé sur la promotion d’Albéroni par les cris des Espagnols, raffermi par Aubenton. — Confiance du pape en ce jésuite. — Basse politique de Cellamare et de ses frères à Rome. — Cardinal de La Trémoille dupé sur la promotion d’Albéroni, pour laquelle la reine d’Espagne écrit de nouveau. — Sentiment d’Albéroni sur les alliances traitées par le régent. — Il consulte Cellamare. — Réponse de cet ambassadeur. — Manèges des Impériaux contre les alliances que traitoit le régent. — Altercations entre eux et les Hollandois sur leur traité de la Barrière, qui ouvrent les yeux à ces derniers et avancent la conclusion des alliances. — Beretti abusé. — L’Espagne veut traiter avec les Hollandois. — Froideur du Pensionnaire, qui élude.122
Chapitre vii. — Le traité entre la France et l’Angleterre signé à la Haye, qui effarouche les ministres de la Suède. — Intrigue des ambassadeurs de Suède en Angleterre, en France et à la Haye, entre eux, pour une révolution en Angleterre en faveur du Prétendant. — Lettre importante d’Erskin au duc de Marr sur le projet inconnu du czar, mais par lui conçu. — Médecins britanniques souvent cadets des premières maisons. — Adresse de Spaar à pomper Canillac et à en profiter. — Goertz seul se refroidit. — Précaution du roi d’Angleterre peu instruit. — Il fait travailler à la réforme de ses troupes, et diffère de toucher aux intérêts des fonds publics. — Artifices du ministère d’Angleterre secondés par ceux de Stairs. — Fidélité de Goertz fort suspecte. — Le roi d’Angleterre refuse sa fille au prince de Piémont par ménagement pour l’empereur. — Scélératesse de Bentivoglio contre la France. — Nouveaux artifices pour presser la promotion d’Albéroni. — Acquaviva fait suspendre la promotion de Borromée au moment qu’elle s’alloit faire, et tire une nouvelle promesse pour Albéroni dès qu’il y auroit trois chapeaux vacants. — Défiances réciproques du pape et d’Albéroni, qui arrêtent tout pour quelque temps. — Le duc de Parme élude de faire passer à la reine d’Espagne les plaintes du régent sur Albéroni ; consulte ce dernier sur ce qu’il pense du régent. — Sentiment du duc de Parme sur le choix à faire par le roi d’Espagne, en cas de malheur en France. — Insolentes récriminations d’Albéroni, qui est abhorré en Espagne, qui veut se fortifier par des troupes étrangères. — Crainte et nouvel éclat d’Albéroni contre Giudice. — Imprudence de ce cardinal. — Avidité du pape. — Impudence et hypocrites artifices d’Albéroni et ses menaces. — Réflexion sur le cardinalat. — Albéroni veut sacrifier Monteléon à Stanhope, et laisser Beretti dans les ténèbres et l’embarras ; veut traiter avec la Hollande à Madrid ; fait divers projets sur le commerce et sur les Indes ; se met à travailler à la marine et aux ports de Cadix et du Ferrol. — Abus réformés dans les finances, dont Albéroni tire avantage pour hâter sa promotion, et redouble de manèges, de promesses, de menaces, d’impostures et de toutes sortes d’artifices pour y forcer le pape ; [il est] bien secondé par Aubenton. — Son adresse. — La reine d’Espagne altière, et le fait sentir au duc et à la duchesse de Parme. — Peines de Beretti. — Heinsius veut traiter avec l’empereur avant de traiter avec l’Espagne. — Conditions proposées par la Hollande à l’empereur, qui s’opiniâtre au silence. — Manèges des Impériaux et de Bentivoglio pour empêcher le traité entre la France, l’Angleterre et la Hollande.138
Chapitre viii. — 1717. — Singularités à l’occasion du collier de l’ordre envoyé au prince des Asturies, et par occasion du duc de Popoli. — Caylus obtient la Toison. — Mort de Mme de Langeois. — Mort de Mlle de Beuvron. — Je prédis en plein conseil de régence que la constitution deviendra règle et article de foi. — Colloque curieux là même entre M. de Troyes et moi. — Le procureur général d’Aguesseau lit au cardinal de Noailles et à moi un mémoire transcendant sur la constitution. — Abbé de Castries, archevêque de Tours, puis d’Albi, entre au conseil de conscience. — Son caractère. — Abbaye d’Andecy donnée à une de mes belles-soeurs. — Belle prétention des maîtres des requêtes sur toutes les intendances. — Mort et caractère de l’abbé de Saillant. — Je fais donner son abbaye, à Senlis, à l’abbé de Fourilles. — Mort de Mme d’Arco. — Paris-égout des voluptés de toute l’Europe. — Mort du chancelier Voysin. — Prompte adresse du duc de Noailles. — D’Aguesseau, procureur général, chancelier. — Singularité de son frère. — Ma conduite avec le régent et avec le nouveau chancelier. — Joly de Fleury, procureur général. — Le duc de Noailles, administrateur de Saint-Cyr avec Ormesson sous lui. — Famille et caractère du chancelier d’Aguesseau. — Réponse étrange du chancelier à une sage question du duc de Grammont l’aîné.162
Chapitre ix. — Infamie du maréchal d’Huxelles sur le traité avec l’Angleterre. — Embarras et mesures du régent pour apprendre et faire passer au conseil de régence le traité d’Angleterre. — Singulier entretien, et convention plus singulière, entre M. le duc d’Orléans et moi. — Le traité d’Angleterre porté et passé au conseil de régence. — Étrange malice qu’en opinant j’y fais au maréchal d’Huxelles. — Conseil de régence où la triple alliance est approuvée. — Je m’y oppose en vain à la proscription des jacobites en France. — Brevet de retenue de quatre cent mille livres au prince de Rohan, et survivance à son fils de sa charge des gens d’armes. — Le roi mis entre les mains des hommes. — Présent de cent quatre-vingt mille livres de pierreries à la duchesse de Ventadour. — Survivance du grand fauconnier à son fils enfant. — Famille, caractère et mort de la duchesse d’Albret. — Survivances de grand chambellan et de premier gentilhomme de la chambre aux fils, enfants, des ducs de Bouillon et de La Trémoille, lequel obtient un brevet de retenue de quatre cent mille livres. — Survivance de la charge des chevau-légers au fils, enfant, du duc de Chaulnes, et une augmentation de brevet de retenue jusqu’à quatre cent mille livres. — Survivance de la charge de grand louvetier au fils d’Heudicourt. — Survivance inouïe d’aumônier du roi au neveu de l’abbé de Maulevrier. — Étrange grâce pécuniaire au premier président. — Quatre cent mille livres de brevet de retenue à Maillebois sur sa charge de maître de la garde-robe. — Mort de Callières. — Abbé Dubois secrétaire du cabinet du roi avec la plume. — Il procure une visite de M. le duc d’Orléans au maréchal d’Huxelles. — Abbé Dubois entre dans le conseil des affaires étrangères par une rare mezzo-termine qui finit sa liaison avec Canillac. — Comte de La Marck ambassadeur auprès du roi de Suède. — J’empêche la destruction de Marly. — J’obtiens les grandes entrées. — Elles sont après prodiguées, puis révoquées. — Explication des entrées.184
Chapitre x. — Mariage de Mortagne avec Mlle de Guéméné. — Mariage du duc d’Olonne avec la fille unique de Vertilly. — Mariage de Seignelay avec Mlle de Walsassine. — Princes du sang pressent vivement leur jugement, que les bâtards tâchent de différer. — Requête des pairs au roi à fin de réduire les bâtards à leur rang de pairs et d’ancienneté entre eux. — Grand prieur assiste en prince du sang aux cérémonies du jeudi et vendredi saints chez le roi. — Plusieurs jeunes gens vont voir la guerre en Hongrie. — M. le prince de Conti, gouverneur du Poitou, entre au conseil de régence et en celui de la guerre. — M. le Duc prétend que, lorsque le conseil de guerre ne se tient pas au Louvre, il se doit tenir chez lui, non chez le maréchal de Villeroy. — Il est condamné par le régent. — Pelletier-Sousy entre au conseil de régence et y prend la dernière place. — Mme de Maintenon malade fort à petit bruit. — Mort, fortune et caractère d’Albergotti. — Sa dépouille. — Fin et effets de la chambre de justice. — Triple alliance signée à la Haye, qui déplaît fort à l’empereur, qui refuse d’y entrer. — Mouvements de Beretti pour empêcher un traité entre l’Espagne et la Hollande. — Conversation importante chez Duywenworde, puis avec Stanhope. — Mesures de Beretti contre l’union de la Hollande avec l’empereur, et pour celle de la république avec l’Espagne. — Motifs du traité de l’Angleterre avec la France, et du désir de l’empereur de la paix du Nord. — Divisions en Angleterre et blâme du traité avec la France. — Menées et mesures des ministres suédois et des jacobites. — Méchanceté de Bentivoglio à l’égard de la France et du régent. — Étranges pensées prises à Rome de la triple alliance. — Instruction et pouvoir d’Aldovrandi retournant de Rome en Espagne. — Manèges d’Albéroni pour avancer sa promotion. — Son pouvoir sans bornes ; dépit et jalousie des Espagnols. — Misères de Giudice. — Vanteries d’Albéroni. — Il fait de grands changements en Espagne. — Politique et mesures entre le duc d’Albe et Albéroni. — Caractère de Landi, envoyé de Parme à Paris. — Vives mesures d’Albéroni pour détourner les Hollandois de traiter avec l’empereur, et les amener à traiter avec le roi d’Espagne à Madrid. — Artificieuses impostures d’Albéroni sur la France. — Il se rend seul maître de toutes les affaires en Espagne. — Fortune de Grimaldo. — Giudice s’en va enfin à Rome. — Mesures d’Albéroni avec Rome. — Étranges impressions prises à Rome sur la triple alliance. — Conférence d’Aldovrandi avec le duc de Parme à Plaisance. — Hauteur, à son égard, de la reine d’Espagne. — L’Angleterre, alarmée des bruits d’un traité négocié par le pape entre l’empereur et l’Espagne, fait là-dessous des propositions à Albéroni. — Sa réponse à Stanhope. — Son dessein. — Son artifice auprès du roi d’Espagne pour se rendre seul maître de toute négociation. — Fort propos du roi d’Espagne à l’ambassadeur de Hollande sur les traités avec lui et l’empereur.206
Chapitre xi. — Le roi d’Angleterre à Londres. — Intérieur de son ministère. — Ses mesures. — Gyllembourg, envoyé de Suède, arrêté. — Son projet découvert. — Mouvement causé par cette action parmi les ministres étrangers et dans le public. — Mesures du roi d’Angleterre et de ses ministres. — L’Espagne, à tous hasards, conserve des ménagements pour le Prétendant. — Castel-Blanco. — Le roi de Prusse se lie aux ennemis du roi d’Angleterre. — Les Anglois ne veulent point se mêler des affaires de leur roi en Allemagne. — Goertz arrêté à Arnheim et le frère de Gyllembourg à la Haye, par le crédit du Pensionnaire. — Sentiment général des Hollandois sur cette affaire. — Leur situation. — Entrevue du Prétendant, passant à Turin, avec le roi de Sicile, qui s’en excuse au roi d’Angleterre. — Cause de ce ménagement. — Réponse ferme de Goertz interrogé en Hollande. — L’Angleterre et la Hollande communiquent la triple alliance au roi d’Espagne. — Soupçons, politique et feinte indifférence de ce monarque. — Mauvaise santé du roi d’Espagne. — Burlet, premier médecin du roi d’Espagne, chassé. — Craintes de la reine d’Espagne et d’Albéroni. — Ses infinis artifices pour hâter sa promotion. — Clameurs de Giudice contre Aldovrandi, Albéroni et Aubenton. — Angoisses du pape entraîné enfin. — Il déclare Borromée cardinal seul et sans ménagement pour Albéroni. — Mesures et conseils d’Acquaviva et d’Alexandre Albani à Albéroni. — Nouveaux artifices d’Albéroni pour hâter sa promotion, ignorant encore celle de Borromée. — Albéroni fait travailler à Pampelune et à la marine ; fait considérer l’Espagne ; se vante et se fait louer de tout ; traite froidement le roi de Sicile ; veut traiter à Madrid avec les Hollandois. — Journées uniformes et clôture du roi et de la reine d’Espagne. — Albéroni veut avoir des troupes étrangères ; hait Monteléon. — Singulière et confidente conversation de Stanhope avec Monteléon. — Dettes et embarras de l’Angleterre. — Mesures contre la Suède. — Conduite d’Albéroni à l’égard de la Hollande. — Le Pensionnaire fait à Beretti une ouverture de paix entre l’empereur et le roi d’Espagne. — L’Angleterre entame une négociation à Vienne pour la paix entre l’empereur et le roi d’Espagne. — Lettre de Stanhope à Beretti, et de celui-ci à Albéroni. — Son embarras. — Ordres qu’il en reçoit et raisonnement. — Vues et mesures de commerce intérieur et de politique au dehors d’Albéroni. — Angoisses du roi de Sicile éconduit par l’Espagne. — Venise veut se raccommoder avec le roi d’Espagne.237
Chapitre xii. — Le régent livré à la constitution sans contre-poids. — Le nonce Bentivoglio veut faire signer aux évêques que la constitution est règle de foi, et y échoue. — Appel de la Sorbonne et des quatre évêques. — J’exhorte en vain le cardinal de Noailles à publier son appel, et lui en prédis le succès et celui de son délai. — Variations du maréchal d’Huxelles dans les affaires de la constitution. — Entretien entre M. le duc d’Orléans et moi sur les appels de la constitution, tête à tête, dans sa petite loge à l’Opéra. — Objection du grand nombre. — Le duc de Noailles vend son oncle à sa fortune. — Poids des personnes et des corps. — Conduite à tenir par le régent. — Raisons personnelles. — Le régent arrête les appels et se livre à la constitution.259
Chapitre xiii. — Mlle de Chartres prend l’habit à Chelles. — Mort d’Armentières. — Mort du duc de Béthune. — Mort de Mme d’Estrades. — Son beau-fils va en Hongrie avec le prince de Dombes. — Indécence du carrosse du roi expliquée. — Maupeou président à mortier, depuis premier président. — Nicolaï obtient pour son fils la survivance de sa charge de premier président de la chambre des comptes. — Bassette et pharaon défendus. — Mort et famille de la duchesse douairière de Duras. — Mort de la duchesse de Melun. — Mort de la comtesse d’Egmont. — Mort de Mme de Chamarande. — Éclaircissement sur sa naissance. — Mort de l’abbé de Vauban. — Mariage d’une fille de la maréchale de Boufflers avec le fils unique du duc de Popoli. — Le duc de Noailles manque le prince de Turenne pour sa fille aînée, et la marie au prince Charles de Lorraine, avec un million de brevet de retenue sur sa charge de grand écuyer ; et un triste succès de ce mariage. — M. le comte de Charolois part furtivement pour la Hongrie par Munich. — Personne ne tâte de cette comédie. — Il ne voit point l’empereur ni l’impératrice, quoique le prince de Dombes les eût vus, dont M. le Duc se montre fort piqué. — L’abbé de La Rochefoucauld va en Hongrie et meurt à Bude. — Conduite de M. et de Mme du Maine dans leur affreux projet. — Causes et degrés de confusion et de division dont ils savent profiter pour se former un parti. — Formation d’un parti aveugle composé de toutes pièces sans aveu de personnes, qui ose de soi-même usurper le nom de noblesse. — But et adresse des conducteurs. — Folie et stupidité des conduits. — Menées du grand prieur et de l’ambassadeur de Malte pour en exciter tous les chevaliers, qui reçoivent défense du régent de s’assembler que pour les affaires uniquement de leur ordre. — Huit seigneurs veulent présenter au nom de la prétendue noblesse un mémoire contre les ducs. — Le régent ne reçoit point le mémoire et les traite fort sèchement. — Courte dissertation de ces huit personnages. — Embarras de cette noblesse dans l’impossibilité de répondre sur l’absurdité de son projet.283
Chapitre xiv. — Différence diamétrale du but des assemblées de plusieurs seigneurs et gentilshommes en 1649, de celles de cette année. — Copie du traité original d’union et association de plusieurs de la noblesse en 1649, et des signatures. — Éclaircissement sur les signatures. — Requête des pairs au roi à même fin que l’association de plusieurs de la noblesse en 1649. — Comparaison de la noblesse de 1649 avec celle de 1717. — Succès et fin des assemblées de 1649. — Ma conduite avec le régent sur l’affaire des princes du sang et des bâtards, et sur les mouvements de la prétendue noblesse. — Les bâtards ne prétendent reconnoître d’autres juges que le roi majeur ou les états généraux du royaume, et s’attirent par là un jugement préparatoire. — Excès de la prétendue noblesse trompée par confiance en ses appuis. — Conduite et parfaite tranquillité des ducs. — Arrêt du conseil de régence portant défense à tous nobles de s’assembler, etc., sous peine de désobéissance. — Ma conduite dans ce conseil suivie par les ducs, puis par les princes du sang et bâtards. — Succès de l’arrêt. — Gouvernement de Saint-Malo à Coetquen, et six mille livres de pension à Laval. — Mensonge impudent de ce dernier prouvé, et qui lui demeure utile, quoique sans nulle parenté avec la maison royale. — Maison de Laval-Montfort très différente des Laval-Montmorency, expliquée. — Autre imposture du même M. de Laval sur la préséance sur le chancelier. — Premier exemple de mariage de fille de qualité avec un secrétaire d’État.304
Chapitre xv. — Six conseillers d’État nommés commissaires, et l’un d’eux rapporteur de l’affaire des princes du sang et bâtards au conseil de régence, et temps court fixé aux deux partis pour lui remettre leurs papiers. — Extrême embarras du duc et de la duchesse du Maine. — Leurs mesures forcées. — Requête de trente-neuf personnes, se disant la noblesse, présentée par six d’entre eux au parlement pour faire renvoyer l’affaire des princes du sang et des bâtards aux états généraux du royaume. — Réflexion sur cette requête. — Le premier président avec les gens du roi portent la requête au régent et lui demandent ses ordres. — Digression sur la fausseté d’un endroit, entre autres, concernant cette affaire, des Mémoires manuscrits de Dangeau. — Courte dissertation sur les porteurs de la requête de la prétendue noblesse au parlement, et sur cette démarche. — Les six porteurs de la requête au parlement arrêtés par des exempts des gardes du corps, et conduits à la Bastille et à Vincennes. — Libelle très séditieux répandu sur les trois états. — Le régent travaille avec le rapporteur et avec les commissaires. — Formation d’un conseil extraordinaire de régence pour juger. — Lettre sur le dixième et la capitation de force gentilshommes de Bretagne au comte de Toulouse, pour tocsin de ce qui y suivit bientôt. — Députation du parlement au roi pour lui rendre compte de ce qui s’y étoit passé sur l’affaire des princes du sang et bâtards, et recevoir ses ordres. — Arrêt en forme d’édit rendu au conseil de régence, enregistré au parlement, qui prononce sur l’affaire des princes du sang et des bâtards ; adouci par le régent, et aussitôt après adouci de son autorité contre la teneur de l’arrêt. — Rage de la duchesse du Maine. — Douleur de Mme la duchesse d’Orléans. — Scandale du monde. — Les six prisonniers très honorablement remis en liberté ; leur hauteur. — Misère du régent. — Il ôte néanmoins la pension et le logement qu’il donnoit à M. de Châtillon, qui va s’enterrer pour toujours en Poitou. — Conduite des ducs en ces mouvements, et la mienne particulière. — Motifs et mesures des bâtards et du duc de Noailles, peut-être les mêmes, peut-être différents, pour faire convoquer les états généraux. — Occasion de la pièce suivante, qui empêche la convocation des états généraux. — Raisons de l’insérer ici, et après coup.332
Chapitre xvi. — Projet d’états généraux fréquents de Mgr le Dauphin, père du roi. — Je voulois des états généraux à la mort du roi. — Embarras des finances et subsidiairement de l’affaire des princes. — Motifs de vouloir les états généraux. — Trait sur le duc de Noailles. — Introduction à l’égard des finances. — État de la question. — Grande différence d’assembler d’abord, et avant d’avoir touché à rien, les états généraux, ou après tout entamé et tant d’opérations. — Chambre de justice, mauvais moyen. — Timidité, artifice et malice du duc de Noailles sur le duc de La Force, très nuisible aux affaires. — Banque du sieur Law. — Première partie : raisons générales de l’inutilité des états. — Malheur du dernier gouvernement. — Choc certain entre les fonciers et les rentiers. — Premier ordre divisé nécessairement entre les rentiers et les fonciers, quoique bien plus favorables aux derniers. — Second ordre tout entier contraire aux rentiers. — Éloge et triste état du second ordre. — Troisième ordre tout entier pour les rentes. — Choc entre les deux premiers ordres et le troisième sur les rentes, certain et dangereux. — Pareil choc entre les provinces sur les rentes, auxquelles le plus grand nombre sera contraire. — Ce qu’il paroît de M. le duc d’Orléans sur l’affaire des princes. — Ses motifs de la renvoyer aux états généraux. — Certitude du jugement par les états généraux et de l’abus des vues de Son Altesse Royale à son égard. — États généraux parfaitement inutiles pour le point des finances et pour celui de l’affaire des princes. — Deuxième partie : inconvénients des états généraux. — Rangs et compétences. — Autorité et prétentions. — Difficulté de conduite et de réputation pour M. le duc d’Orléans. — Danger et dégoût des promesses sans succès effectif. — Fermeté nécessaire. — Demandes des états. — Propositions des états. — Nulle proportion ni comparaison de l’assemblée des états généraux à pas une autre. — Deux moyens de refréner les états, mais pernicieux l’un et l’autre. — Refus. — Danger de formation de troubles. — Autorité royale à l’égard du jugement de l’affaire des princes. — Troisième partie : premier ordre. — La constitution Unigenitus. — Juridiction ecclésiastique. — Deuxième ordre. — Le deuxième ordre voudra seul juger l’affaire des princes. — Trait sur les mouvements de la prétendue noblesse et sur le rang de prince étranger. — Partialités et leurs suites. — Situation du second ordre, d’où naîtront ses représentations et ses propositions. — Choc entre le second ordre et le troisième ordre inévitable, sur le soulagement du second. — Mécontentement du militaire. — Troisième ordre et ce qui le compose. — Troisième ordre en querelle et en division. — Confusion intérieure en laquelle le second ordre prendra partie ; et [troisième ordre] commis d’ailleurs entre les deux premiers ordres. — Grande et totale différence de la tenue des états généraux, à la mort du roi, d’avec leur tenue à présent. — Tiers état peu docile, et dangereux en matière de finance. — Péril de la banque du sieur Law. — Trait sur le duc de Noailles. — Exemples qui doivent dissuader la tenue des états généraux. — États généraux utiles, mais suivant le temps et les conjonctures. — Courte récapitulation des inconvénients d’assembler les états généraux. — Conclusion. — Trait sur le duc de Noailles. — Vues personnelles à moi répandues en ce mémoire.348
Chapitre xvii. — M. le duc d’Orléans, prêt à se rendre sur les états, se trouve convaincu par le mémoire, et on n’entend plus parler d’états généraux. — Mémoire sur les finances annoncé par le duc de Noailles. — M. le duc d’Orléans me parle du mémoire ; d’un comité pour les finances ; me propose à deux reprises d’en être, dont je m’excuse fortement. — Le duc de Noailles lit son mémoire en plusieurs conseils de régence. — Quelle cette pièce. — Je suis bombardé du comité, au conseil de régence, où, malgré mes excuses, je reçois ordre d’en être. — M. de Fréjus obtient personnellement l’entrée du carrosse du roi, où jamais évêque non pair, ni précepteur, ni sous-gouverneur n’étoit entré, lesquels sous-gouverneurs l’obtiennent aussi. — Dispute sur la place du carrosse entre le précepteur et le sous-gouverneur, qui la perd. — Mariage de Fresnel avec Mlle Le Blanc ; de Flamarens avec Mlle de Beauvau ; de La Luzerne avec Mme de La Varenne ; du marquis d’Harcourt avec Mlle de Barbezieux, dont le duc d’Albert veut épouser la sœur et y trouve des obstacles. — Arouet à la Bastille, connu depuis sous le nom de Voltaire. — Mort du vieux prince palatin de Birkenfeld. — Mort de la duchesse douairière d’Elboeuf. — Mort de M. de Montbazon. — Mort de la fameuse Mme Guyon. — Six mille livres de pension au maréchal de Villars. — Dix mille livres au duc de Brissac. — Six mille livres de pension à Blancménil, avocat général. — Canillac lieutenant général de Languedoc. — Duel à Paris de Contade et de Brillac, dont il n’est autre chose. — Je fais acheter ce diamant unique en tout, qui fut nommé le Régent.405
Chapitre xviii. — Le czar vient en France, et ce voyage importune. — Origine de la haine personnelle du czar pour le roi d’Angleterre. — Kurakin ambassadeur de Russie en France ; quel. — Motifs et mesures du czar qui veut, puis ne veut plus être catholique. — Courte réflexion sur Rome. — Il est reçu à Dunkerque par les équipages du roi, et à Calais par le marquis de Nesle. — Il est en tout défrayé avec toute sa suite. — On lui rend parfois les mêmes honneurs qu’au roi. — On lui prépare des logements au Louvre et à l’hôtel de Lesdiguières, qu’il choisit. — Je propose au régent le maréchal de Tessé pour le mettre auprès du czar pendant son séjour, qui l’attend à Beaumont. — Vie que menoit le maréchal de Tessé. — Journal du séjour du czar à Paris. — Verton, maître d’hôtel du roi, chargé des tables du czar et de sa suite, gagne les bonnes grâces du czar. — Grandes qualités du czar ; sa conduite à Paris. — Sa figure ; son vêtement ; sa nourriture. — Le régent visite le czar. — Le roi visite le czar en cérémonie. — Le czar visite le roi en toute pareille cérémonie. — Le czar voit les places du roi en relief. — Le czar visite Madame, qui l’avoit envoyé complimenter ; puis [va] à l’Opéra avec M. le duc d’Orléans, qui là lui sert à boire. — Le czar aux Invalides. — Mme la duchesse de Berry et Mme la duchesse d’Orléans, perdant espérance d’ouïr parler du czar, envoient enfin le complimenter. — Il ne distingue les princes du sang en rien, et trouve mauvais que les princesses du sang prétendissent qu’il les visitât. — Il visite Mme la duchesse de Berry. — Dîne avec M. le duc d’Orléans à Saint-Cloud, et visite Mme la duchesse d’Orléans au Palais-Royal. — Voit le roi comme par hasard aux Tuileries. — Le czar va à Versailles. — Dépense pour le czar. — Il va à Petit-Bourg et à Fontainebleau ; voit en revenant Choisy, et par hasard Mme la princesse de Conti un moment, qui y étoit demeurante. — Le czar va passer plusieurs jours à Versailles, Trianon et Marly ; voit Saint-Cyr ; fait à Mme de Maintenon une visite insultante. — Je vais voir le czar chez d’Antin tout à mon aise sans en être connu. — Mme la duchesse l’y va voir par curiosité. — Il en est averti ; il passe devant elle, la regarde, et ne fait ni la moindre civilité, ni semblant de rien. — Présents. — Le régent va dire adieu au czar, lequel va dire adieu au roi sans cérémonie, et reçoit chez lui celui du roi de même. — Départ du czar, qui ne veut être accompagné de personne. — Il va trouver la czarine à Spa. — Le czar visite le régent. — Personnes présentées au czar. — Maréchal de Tessé commande tous les officiers du roi servant le czar. — Le czar, en partant, s’attendrit sur la France et sur son luxe. — Il refuse le régent qui, à la prière du roi d’Angleterre, désiroit qu’il retirât ses troupes du Mecklenbourg. — Il désire ardemment de s’unir avec la France, sans pouvoir réussir, à notre grand et long dommage, par l’intérêt de l’abbé Dubois et l’infatuation de l’Angleterre funestement transmise à ses successeurs.418
Chapitre xix. — Mort du palatin de Livonie. — Nouveaux manèges d’Albéroni pour sa promotion. — Giudice à Gènes, misère de ses neveux. — Effet à Madrid de la promotion de Borromée. — Patiño depuis premier ministre et grand. — Vanteries d’Albéroni. — Le roi de Sicile inquiet désire être compris dans le traité projeté de l’Espagne avec la Hollande. — Réponse d’Albéroni. — Albéroni change tout à coup de système et en embrasse un fort peu possible, et encore avec d’étranges variations. — Ses ordres à Beretti là-dessus. — Les Hollandois désirent l’union avec l’Espagne. — Ils craignent la puissance et l’ambition de l’empereur et les mouvements du roi de Prusse. — Plaintes et dépit du roi de Prusse contre le roi d’Angleterre. — Cabales et changements en Angleterre. — Beretti propose d’attacher à l’Espagne plusieurs membres principaux des états généraux, qu’il nomme, par des pensions. — Lettre d’Albéroni à Beretti suivant son nouveau système, pour être montrée au Pensionnaire et à quelques autres de la république, et parle en même sens à Riperda. — Riperda découvre un changement dans le dernier système d’Albéroni, et prévoit le dessein sur la Sicile. — Esprit continuel de retour à la succession de France. — Double friponnerie d’Albéroni et d’Aubenton sur la constitution. — Artifices d’Albéroni pour sa promotion ; ses éclats et ses menaces. — Mauvois état des finances d’Espagne. — Propos des ministres d’Angleterre et de Hollande à celui de Sicile, en conformité du dernier système d’Albéroni, et lui font une proposition étrange. — Il élude d’y répondre et fait une curieuse et importante découverte. — Albéroni, sous le nom de la reine, éclate en menaces, ferme l’Espagne à Aldovrandi, fait un reproche et donne une leçon à Acquaviva, avec l’air de le ménager. — Nouveaux efforts d’Albéroni pour sa promotion. — Rare bref du pape au P. Daubenton. — Le roi d’Espagne parle trois fois à Riperda suivant le système d’Albéroni. — L’ambassadeur de Sicile, alarmé sur la cession de cette île, élude de répondre aux propositions de l’ambassadeur de Hollande. — Albéroni change de batteries et veut plaire au pape pour obtenir sa promotion. — Embarras du pape. — Vénitiens mal avec la France et avec l’Espagne. — Acquaviva veut gagner le cardinal Ottobon. — Vil intérêt des Romains. — Réflexion sur les cardinaux françois. — Changement de plus en plus subit de la conduite d’Albéroni sur sa promotion. — Ses raisons. — Conduite et ordres d’Albéroni à Beretti suivant son dernier système. — Raisonnements de Beretti. — Agitations intérieures de la cour d’Angleterre.440
NOTES
I. Causes de la disgrâce de Fouquet. Son procès. 465
II.
Charles XII. Projets qu’il avait formés dans les derniers temps de son règne. Ses relations avec le régent.
476
III. Assemblée de la noblesse en 1649. 482
IV. Pays ou provinces d’états. 482
V. Tiers état aux états généraux de 1302. 484


FIN DE LA TABLE DES CHAPITRES




Ch. Lahure, imprimeur du Sénat et de la Cour de Cassation, rue de Vaugirard, 9, près de l’Odéon.


MÉMOIRES
complets et authentiques
DU DUC
DE SAINT-SIMON
SUR LE SIÈCLE DE LOUIS XIV ET LA RÉGENCE
collationnés sur le manuscrit original par m. chéruel
et précédés d’une notice
PAR M. SAINTE-BEUVE DE L’ACADÉMIE FRANÇAISE
TOME QUATORZIÈME
Saint-Simon - Mémoires, Chéruel, Hachette, armoiries.jpg
PARIS
LIBRAIRIE DE L. HACHETTE ET Cie
rue pierre-sarrazin, n°14
1857