éléments Wikidata

Livre:Saint-Simon - Mémoires, Chéruel, Hachette, 1856, octavo, tome 5.djvu

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Saint-Simon - Mémoires, Chéruel, Hachette, 1856, octavo, tome 5.djvu
TitreMémoires du duc de Saint-Simon Voir et modifier les données sur Wikidata
VolumeTome 5
AuteurLouis de Rouvroy, duc de Saint-Simon Voir et modifier les données sur Wikidata
ÉditeurAdolphe Chéruel Voir et modifier les données sur Wikidata
Maison d’éditionHachette
Lieu d’éditionParis
Année d’édition1856
BibliothèqueBibliothèque nationale de France
Fac-similésdjvu
AvancementÀ corriger
Série1234567891011121314151617181920

Pages

- - - - - 001 002 003 004 005 006 007 008 009 010 011 012 013 014 015 016 017 018 019 020 021 022 023 024 025 026 027 028 029 030 031 032 033 034 035 036 037 038 039 040 041 042 043 044 045 046 047 048 049 050 051 052 053 054 055 056 057 058 059 060 061 062 063 064 065 066 067 068 069 070 071 072 073 074 075 076 077 078 079 080 081 082 083 084 085 086 087 088 089 090 091 092 093 094 095 096 097 098 099 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318 319 320 321 322 323 324 325 326 327 328 329 330 331 332 333 334 335 336 337 338 339 340 341 342 343 344 345 346 347 348 349 350 351 352 353 354 355 356 357 358 359 360 361 362 363 364 365 366 367 368 369 370 371 372 373 374 375 376 377 378 379 380 381 382 383 384 385 386 387 388 389 390 391 392 393 394 395 396 397 398 399 400 401 402 403 404 405 406 407 408 409 410 411 412 413 414 415 416 417 418 419 420 421 422 423 424 425 426 427 428 429 430 431 432 433 434 435 436 437 438 439 440 441 442 443 - TDM TDM TDM TDM TDM TDM TDM TDM TDM - -
TABLE DES CHAPITRES


DU CINQUIÈME VOLUME.
Chapitre i. — Mariage du comte d’Harcourt, et ses suites, avec Mlle de Montjeu ; son extraction. — Gêne de la confession dans la famille royale. — P. de La Rue confesseur de Mme la duchesse de Bourgogne. — Pontchartrain se raccommode avec le maréchal de Coeuvres, et demeure brouillé avec d’O. — Villeroy, Villars et Marsin généraux des armées de Flandre, de la Moselle et d’Alsace. — Laparat envoyé à Verue. — Communication de Verue avec Crescentin coupée. — Verue rendu à discrétion. — Prince Eugène en Italie. — Siège de Turin projeté et publié. — Princesse des Ursins tentée de demeurer en France. — Se résout enfin de retourner en Espagne. — Conduite, audace et succès avortés de Maulevrier, rappelé en France, où il arrive. — Gibraltar secouru ; ce siège levé. — Renault, son caractère, sa fortune. — Rochefort, comment devenu port. — Progrès du Ragotzi. — Princesse de Condé. — Rabutin et sa fortune en Allemagne. — Mort de l’empereur Léopold, etc. — Deuil tardif et abrégé pour l’empereur. — Duretés en Bavière ; l’électrice à Venise. — Laparat prend la Mirandole. — Vaubecourt, lieutenant général, tué à une échauffourée en Italie ; sa femme ; fatuité du maréchal de Villeroy.
Chapitre ii. — Goutte du roi empêche la cérémonie ordinaire de l’ordre de la Pentecôte. — Prisonniers échappés de Pierre-Encise. — Procès jugé devant le roi sur l’arrêt de la coadjutorerie de Cluny rendu au grand conseil. — Mort de l’abbé d’Hocquincourt. — Mort de Mme de Florensac. — Mort de Mme de Grignan. — Mariage de Sézanne avec Mlle de Nesmond. — Nouveau brevet de retenue à Torcy. — Mort de la duchesse de Coislin. — Mort de Mme de Vauvineux ; sa famille. — Duc de Grammont de retour. — Amelot dans la junte. — Mort de l’amirante en Portugal. — Mort à Madrid du marquis de Villafranca. — Conspirations en Espagne ; Legañez arrêté et conduit au château Trompette, à Bordeaux. — Princesse des Ursins prend congé et diffère encore son départ un mois. — Noirmoutiers duc vérifié, et autres grâces à la princesse des Ursins. — Vie et caractère de Noirmoutiers. — Vie et caractère de l’abbé depuis cardinal de La Trémoille. — Prétention de la princesse des Ursins de draper en violet de son mari, qui la brouille pour toujours avec le cardinal de Bouillon. — Raison pour laquelle les cardinaux ne drapent plus en France.
Chapitre iii. — Belle campagne de Villars. — Roquelaure battu et culbuté dans nos lignes. — Belle action et récompense de Caraman. — Reste de la campagne de Flandre. — Ambition, art et malignité de Lauzun. — Dezzedes tué. — Haguenau pris par les Impériaux ; Peri et Arling récompensés. — Siège de Chivas. — Prince d’Elboeuf tué. — Fascination du roi sur MM. de Vendôme. — Combat du Cassano. — Mort de Praslin. — Disgrâce du grand prieur sans retour. — La connétable Colonne près de Paris. — Archevêque d’Arles tancé pour son commerce à Rome ; ma liaison avec lui et avec le nonce depuis cardinal Gualterio. — Fantaisie des nonces sur la main, cessée depuis. — Caractère de Gualterio. — La Feuillade achève le siège de Chivas. — L’archiduc passe par mer devant Barcelone et l’assiège. — Fâcheux démêlé entre Surville et La Barre ; leur état et leur caractère. — Affaire du banquillo. — Connétable de Castille majordome-major. — Voyage de Fontainebleau par Sceaux. — Mariage de Bercy à une fille de Desmarets. — Mort, famille et caractère de Bournonville. — Mort, caractère et famille de Virville. — Mort et caractère d’Usson. — Comte de Toulouse et maréchal de Coeuvres à Toulon, et reviennent tout court. — Comte de Toulouse achète Rambouillet à Armenonville, à qui on donne la capitainerie de la Muette et du bois de Boulogne seulement.
Chapitre iv. — Mort de la première présidente Lamoignon ; sa famille. — Caractère et fortune du premier président Lamoignon. — Corruption des premiers présidents successeurs de Bellièvre. — Catastrophe singulière de Fargues. — Mort et singularités de Ninon, dite Mlle de L’Enclos. — Mort de Rossignol. — Inquisition de ce prince. — Mort du comte de Tonnerre. — La Feuillade proposé par le roi à Chamillart pour faire en chef le siège de Turin. — Gratitude et grandeur d’âme de Vauban. — Vendôme grand courtisan. — Siège de Turin différé. — Darmstadt tué devant le mont Joui. — Lerida et Tortose saisis par les Catalans révoltés. — Siège de Badajoz levé par les ennemis. — Barcelone rendu à l’archiduc. — La garnison prisonnière de guerre. — Retour de Fontainebleau par Villeroy et Sceaux. — Couronnement de Stanislas en Pologne. — Mort du fameux Tekeli. — Prises de mer ; Saint-Paul tué. — Cruelle méprise de La Feuillade. — Augmentation des compagnies. — Nouveaux régiments. — Force milice. — Idées de nos ministres bien différentes sur la paix. — Aguilar à Paris ; sa mission, son caractère, sa fortune. — Ordres d’Espagne devenus compatibles avec ceux de la Toison et du Saint-Esprit. — Ronquillo gouverneur du conseil de Castille. — Duc de Noailles en Roussillon. — Mort des deux fils du duc de Beauvilliers. — Piété du père et de la mère. — Jésuites emportent la cure de Brest devant le roi. — Retour de Marsin, Villars et Villeroy. — Surville à la Bastille. — Roquelaure tâche de se justifier au roi ; sa femme. — Mariage du fils aîné de Tessé avec la fille de Bouchu, du duc de Duras avec Mlle de Bournonville, de Listenois avec une fille de la comtesse de Mailly. — Folies de la duchesse du Maine. — Duc de Berry délivré de ses gouverneurs. — Montmélian rendu par les ennemis. — Aventure étrange de l’évêque de Metz.
Chapitre v. — Mon procès de Brissac. — Deux fortes difficultés à succéder à la dignité de Brissac. — Cossé reçu duc et pair de Brissac. — État et reprise de mon procès de Brissac. — Voyage à Rouen. — Singulière attention du roi. — Intimité de tout temps à jamais interrompue entre le duc d’Humières et moi. — Ingratitude de Brissac. — Course à Marly. — Service de La Vrillière. — Je gagne mon procès. — M. et Mme d’Hocqueville. — Fortunes nées de ce procès. — Anecdote sur l’abbé depuis cardinal de Polignac.
Chapitre vi. — Année 1706. — Force bals à Marly tout l’hiver, et à Versailles. — Surville perd le régiment du roi, donné à du Barail. — Révolte de Valence et sédition à Saragosse. — Berwick prend Nice et retourne à Montpellier. — Bozelli décapité. — Mort de la princesse d’Isenghien Mort de Bellegarde ; histoire singulière. — Mort de Ximénès. — Je suis choisi, sans y penser, pour l’ambassade de Rome, qui, par l’événement, n’eut point lieu. — Mort de la comtesse de La Marck. — Ma situation à la cour après ce choix pour Rome. — La Trémoille cardinal avec dix-neuf autres. — Abbé de Polignac auditeur de rote.
Chapitre vii. — Mort du cardinal de Coislin et sa dépouille. — Trois cent mille livres sur Lyon au maréchal de Villeroy ; sa puissance à Lyon. — Trois cent mille livres de brevet de retenue au grand prévôt ; chanson facétieuse. — Quatre cent mille livres de brevet de retenue au premier écuyer. — Grâces pécuniaires chez Mme de Maintenon. — Exil de du Charmel et ses singuliers ressorts. — Piété de du Charmel.
Chapitre viii. — Duc de Vendôme ; ses mœurs ; son caractère ; sa conduite. — Albéroni ; commencement de sa fortune. — Voyage triomphant de Vendôme à la cour. — Patente de maréchal général offerte, et refusée par Vendôme. — Grand prieur ; son caractère. — Berwick, fait maréchal de France à trente-cinq ans, retourne en Espagne. — Roquelaure va commander en Languedoc. — Le comte de Toulouse et le maréchal de Coeuvres à Toulon. — Petits exploits du duc de Noailles. — Tessé fait asseoir sa belle-fille en dupant les deux rois. — Mort de la reine douairière d’Angleterre. — Comte de Fervesham. — Mort de Belesbat. — Mort de Polastron. — Catastrophe de Saint-Adon. — Querelle qui jette Mme de Barbezieux dans un couvent. — Mariage du comte de Rochechouart avec Mlle de Blainville. — Mariage du duc d’Uzès avec une fille de Bullion. — Mariage du prince de Tarente avec Mlle de La Fayette. — Origine des distinctions de M. de La Trémoille. — Ducs de Bouillon et d’Albret raccommodés. — Vingt mille livres de pension pendant la guerre au comte d’Évreux. — Victoire des Suédois.
Chapitre ix. — Généraux des armées. — Du Bourg attaqué à Versailles. — Joyeux ; son être ; sa mort. — Du Mont ; sa famille ; son caractère. — Catastrophe curieuse de Maulevrier. — Départ de l’abbé de Polignac, etc. — Prince Emmanuel d’Elboeuf passe aux Impériaux et est pendu en effigie. — Langallerie, lieutenant général, puis Bonneval, brigadier, passent aux ennemis et sont pendus en effigie. — Vastes projets pour la campagne ; réflexions. — Billet signé du roi à M. de Vendôme, qui s’engage à faire recevoir l’ordre de lui et obéir par un maréchal de France, en Italie seulement. — Cardinal de Médicis veut se marier de la main du roi ; Mlle d’Armagnac le refuse. — Villars, maître de la Mutter et de la Lauter, prend Haguenau et délivre le fort Louis. — Le roi d’Espagne et Tessé devant Barcelone. — Berwick foible contre les Portugois. — Chavagnac ravage les Anglois aux îles de l’Amérique.
Chapitre x. — Électeurs de Cologne et de Bavière au ban de l’empire. — Siège de Turin résolu, et La Feuillade, singulièrement confirmé à le faire, arrive devant la place. — Villeroy part avec ordre de combattre, non avant, mais dès que Marsin l’aura joint. — Pique de Villeroy, qui n’attend point Marsin et choisit mal son terrain. — Dispositions de Villeroy. — Bataille de Ramillies. — Course de Chamillart en Flandre. — Bonté du roi pour Villeroy excessive. — Folie plus excessive du Villeroy. — Villeroy rappelé ; Vendôme choisi à sa place. — M. le duc d’Orléans en Italie. — Disgrâce du maréchal de Villeroy.
Chapitre xi. — Comte de Toulouse de retour à Versailles, et sa flotte à Toulon. — Levée du siège de Barcelone. — Le roi d’Espagne gagne Pampelune par le pays de Foix, puis Madrid. — Tessé revient à la cour. — Duc de Noailles fait lieutenant général seul, et commande en chef en Roussillon. — La reine d’Espagne, etc., à Burgos. — Le roi d’Espagne joint Berwick de sa personne. — Dispersion de sa cour. — Ses ennemis maîtres de Madrid. — Tessé salue le roi. — Vaset remet au roi les pierreries du roi et de la reine d’Espagne. — Zèle des évêques d’Espagne et des peuples. — Évêque de Murcie. — Madrid au pouvoir du roi d’Espagne, qui y rentre, et la reine. — Les ennemis chassés des Castilles. — Comte d’Oropesa passe à l’archiduc. — Patriarche des Indes arrêté y passant avec le comte et la comtesse de Lémos. — Soulagement du palais. — Contades fait major du régiment des gardes ; son extraction ; son caractère. — Cent cinquante mille livres à M. de Soubise, et la nomination de son fils au cardinalat déclarée. — Mort du chevalier de Courcelles et sa parenté. — Mort de Montchevreuil. — Mort de Bourlemont. — Mort de Mlle de Foix. — Mort de Brou, évêque d’Amiens ; son caractère. — Mort de l’abbé Testu ; son caractère ; personnage singulier. — Mort de Rhodes ; son caractère. — Mort de la mère du maréchal de Villars ; son caractère. — Mort de Mme de Gacé. — Mort de la princesse de Tingry. — Mort de la duchesse Max. de Bavière. — Mort de Congis et sa dépouille. — Mort de Laubanie et sa dépouille. — Mort de la duchesse de Montbazon ; son extraction ; son caractère. — Mort de Mme Polignac ; son caractère ; ses aventures. — Trait étrange du Bordage.
Chapitre xii. — Baguettes du parlement baissées à Dijon chez M. le Prince. — Baronnies de Languedoc réelles, non personnelles. — Deux cent mille livres de brevet de retenue à Bullion. — Cardinal de Janson arrivé de Rome. — Mariage de des Forts avec la fille de Bâville. — Foucault cède à son fils l’intendance de Caen. — Fortune de l’abbé de La Bourlie en Angleterre. — Galanterie du roi à Marlborough. — Verbaum arrêté allant aux ennemis. — Faux-sauniers. — Orry à Paris ; ne retourne plus en Espagne ; frise la corde de près ; puis président à mortier au parlement de Metz. — La reine douairière d’Espagne conduite de Tolède à Bayonne. — Mort de Fontaine-Martel et sa dépouille. — Caractère, conduite, extraction et dégoût de Saint-Pierre. — Ma façon d’être avec M. le duc d’Orléans. — Mlle de Sery fait légitimer le fils qu’elle avoit de M. le duc d’Orléans, et se fait appeler Mme le comtesse d’Argenton par lettres patentes. — Curiosités sur l’avenir très singulières.
Chapitre xiii. — Marsin, au refus de Villars, va commander l’armée d’Italie sous M. le duc d’Orléans, qui part pour l’Italie. — Mmes de Savoie, et incontinent après M. de Savoie, sortis de Turin défendu par le comte de Thun. — Folles courses de La Feuillade après le duc de Savoie. — Duc d’Orléans passe au siège dont il est peu content. — Mauvaise conduite de La Feuillade, fort haï. — Duc d’Orléans joint Vendôme et n’en peut rien tirer. — Vendôme à Versailles. — Vendôme part pour Flandre, avec une lettre du roi, pour donner l’ordre et commander à tous les maréchaux de France. — Villeroy à Versailles sans avoir vu Vendôme, et ne voit point Chamillart, avec qui il se brouille, et tombe en disgrâce. — Guiscard, sans lettre de service, retiré chez lui ; seul sans nouvelles lettres de service. — Puységur à Versailles et en Flandre. — Traitement des ducs en pays étrangers. — Usurpation de rang de l’électeur de Bavière. — Traitements entre lui et M. de Vendôme. — Villars, quoique affaibli, prend l’île du Marquisat, où Streff est tué. — Caraman assiégé dans Ménin et le rend. — Jolie action du chevalier du Rosel. — Ath pris par les ennemis. — Séparation des armées en Flandre. — Le roi, amusé sur le voyage de Fontainebleau, ne le fait point cette année. — Kercado, maréchal de camp, tué. — Talon, Polastron, Rose, colonels, morts en Italie, et le prince de Maubec, colonel de cavalerie.
Chapitre xiv. — M. le duc d’Orléans, sous la tutelle de Marsin, empêché par lui d’arrêter le prince Eugène au Taner ; chiffres. — Armée de M. le duc d’Orléans à Turin. — Mauvois état du siège et des lignes. — Conduite pernicieuse de La Feuillade. — M. le duc d’Orléans empêché par Marsin de disputer la Doire, pois de sortir des lignes et d’y combattre. — Conseil de guerre déplorable. — M. le duc d’Orléans cesse de donner l’ordre et de se mêler de rien. — Cause secrète de ces contrastes. — Dernier refus de Marsin. — M. le duc d’Orléans, à la prière des soldats, reprend le commandement sur le point de la bataille. — Étrange abusement de Marsin. — Triple désobéissance et opposition formelle de La Feuillade à M. le duc d’Orléans. — Bataille de Turin. — Belle action de Le Guerchois lâchement abandonné. — M. le duc d’Orléans veut faire retirer l’armée en Italie. — Frémissement des officiers généraux, qui, par leurs ruses, leur audace, leur désobéissance, le forcent enfin à la retraite en France. — Motif d’une si étrange conduite. — La nouvelle de la bataille portée au roi. — Désordres de la retraite sans aucuns ennemis. — Chaîne des causes de désastre devant Turin et de ses suites. — Mort de Marsin prisonnier ; son extraction, son caractère. — La Feuillade, de négligence ou de dessein, prive M. le duc d’Orléans de la communication avec l’Italie par Ivrée. — Prises de la Feuillade avec Albergotti. — Désespoir feint ou vrai de La Feuillade. — Origine de l’amitié de M. le duc d’Orléans pour Besons, qui le demande. — Besons le joint venant des côtes de Normandie.
Chapitre xv. — Promptitude incroyable avec laquelle j’apprends les malheurs devant Turin. — Nancré apporte le détail pour la bataille de Turin. — Mort de Murcé de ses blessures ; fadaises sur lui par rapport à Mme de Maintenon. — Victoire de Médavy en Italie sur le prince de Hesse, depuis roi de Suède. — Médavy chevalier de l’ordre ; autres récompenses. — Mme de Nancré et d’Argenton à Grenoble. — On ne pense plus à repasser en Italie, qui se perd. — M. le duc d’Orléans à Versailles. — Ce qu’il pense de La Feuillade et ses officiers généraux. — La Feuillade perdu et rappelé. — La Feuillade et le cardinal Le Camus. — La Feuillade salue le roi ; très mal reçu. — Électeur de Cologne incognito à Paris et à Versailles. — Mort de Saint-Pouange. — Chamillart grand trésorier de l’ordre. — Mort de Mme de Barbezieux. — Mort de Boisfranc. — Survivance de Maréchal à son fils ; alarme des survivanciers. — Mme de La Chaise à Marly en absence de Mme la duchesse de Bourgogne et de Madame. — Dispute entre le duc de Tresmes et M. de La Rochefoucauld pour le chapeau du roi. — Piété de Mgr le duc de Bourgogne. — Le roi de Suède, victorieux en Saxe, y dicte la paix au roi Auguste. — Sa glorieuse situation et sa lourde faute. — Patkul et sa catastrophe. — Stanislas reconnu roi par la France ; mécontents et leurs progrès. — Mariage arrêté de l’archiduc avec une princesse de Wolfenbuttel. — Facilité des princes protestants à se faire catholiques pour des avantages, et sa véritable cause. — Succès et séparation des armées en Espagne. — Secours d’argent à l’archiduc. — Conférences refusées par les alliés sur la paix. — Villars et le duc de Noailles de retour. — Le roi entretient le prince de Rohan sur la bataille de Ramillies. — Surville et La Barre accommodés, le premier demeurant perdu. — Mme le Châtillon ; sa famille, son caractère, sa conduite ; quitte Madame et y demeure. — Mariage du fils de Livry avec une fille du feu prince Robert ; grâces du roi à cette occasion. — M. de Beauvilliers cède son duché, etc., à son frère, et le marie à la fille unique de feu Besmaux. — Conduite admirable de la duchesse de Beauvilliers. — Bergheyck à Versailles ; son caractère et sa fortune. — Vendôme de retour. — Grand prieur à Gênes. — Ridicule de Mme de Maintenon sur Courcillon.
Chapitre xvi. — Oublis. — Procès intentés par le prince de Guéméné au duc de Rohan sur le nom et armes de Rohan. — Matière de ce procès. — Cause ridicule de ce procès. — Parti que le duc Rohan devoit prendre. — Excuse du roi, en plein chapitre, des trois seuls ducs ayant l’âge, non compris dans la promotion de 1688. — Raisons de l’aversion du roi pour le duc de Rohan. — Raison secrète qui fait raidir le duc de Rohan à soutenir ce procès. — Éclat du procès. — Conduite de Mme de Soubise. — qui le fait évoquer devant le roi. — Conseil curieux où le procès se juge. — Le duc de Rohan gagne entièrement son procès avec une acclamation publique. — Licence des plaintes des Rohan, qui les réduisent aux désaveux et aux excuses de Mgr le duc de Bourgogne et au duc de Beauvilliers. — Le roi sauve le prince de Guéméné d’un hommage en personne au duc de Rohan ; qui l’accorde au roi par procureur pour cette fois. — Branche de Gué de L’Isle, ou du Poulduc, de la maison de Rohan, attaquée par Mme Soubise, maintenue par arrêt contradictoire du parlement de Bretagne. — Persécution au P. Lobineau, bénédictin, et mutilation de son Histoire de Bretagne.
Chapitre xvii. — Chambre de l’Arsenal contre les faussaires. — Maison de La Tour. — Mlle de Limeuil. — Vicomte de Turenne La Tour, dit le maréchal de Bouillon. — Sedan ; son état ; ses seigneurs. — Sedan acheté par Éverard III de La Mark. — Bouillon acquis par MM. de La Mark. — Folle déclaration de guerre du seigneur de Sedan, La Marck, à Charles-Quint. — Sedan mouvant de Mouzon. — Rang personnel de duc obtenu par le maréchal de Fleuranges La Marck, seigneur de Sedan et Bouillon. — Son fils se donne le premier le titre de prince de Sedan. — Bouillon ; son état ; point duché ; mouvant de Liège, auparavant de Reims. — M. de Bouillon, seigneur de Bouillon plus que très précaire. — Comte de Maulevrier, oncle paternel de l’héritière, précède, sa vie durant, le maréchal de Bouillon partout. — Comte de Braine. — Marquis de Mauny. — Seigneurs de Lumain. — Comte de La Marck. — Sommaire jusqu’à MM. de La Tour. — Maréchal de Bouillon La Tour ; titres qu’il prend, et ses deux infructueuses prétentions. — Duc de Bouillon et son échange. — M. de Turenne. — Change adroitement donné sur le titre de maréchal ou de vicomte de Turenne. — Vicomté de Turenne. — Époque du changement de style des secrétaires d’État et avec les secrétaires d’État. — Qualité de prince absolument refusée à MM. de Bouillon, au contrat de mariage de M. d’Elboeuf avec Mlle de Bouillon. — Qualité de prince au tombeau de M. de Turenne défendue par le roi ; pourquoi point d’épitaphe ni de nom. — Époque et raison du mort Auvergne ajouté au nom de La Tour. — Cartulaire de Brioude. — Histoire de la maison d’Auvergne, par Baluze. — Le cardinal de Bouillon fait faire le cartulaire et cette Histoire. — De Bar arrêté pour faussetés. — Bouillon sollicitent pour de Bar. — Aveu du duc de Bouillon au roi pour arrêter l’affaire, et de l’abbé d’Auvergne aux juges. — De Bar, convaincu, s’avoue en plein tribunal fabricateur du cartulaire, qui est déclaré faux, et lui faussaire. — Cause et singularité de la peine infligée à de Bar. — Histoire de la maison d’Auvergne, par Baluze, publiée aussitôt après.
Chapitre xviii. — Année 1707. — Retranchement d’étrennes et de partie de la pension de Mme de Montespan. — Mort de Cauvisson ; sa dépouille. — Survivance de secrétaire d’État au fils de Chamillart. — Visites inusitées chez Chamillart. — Bassesse de du Bourg. — Mort du roi de Portugal. — Mort et famille du prince Louis de Bade. — Grandeurs de Marlborough. — Entrevues étranges. — Électeur de Cologne sacré, etc. — Naissance du second duc de Bretagne. — Mort de Saint-Hermine. — Mort de Mme de Montgon. — Mme de La Vallière dame du palais. — Mariage de Gondrin avec une fille du maréchal de Noailles. — Mort du comte de Grammont ; son caractère. — Mort de La Barre. — Mort de Mme de Frontenac ; sa famille, etc. — Mort de Mlle de Goello ; sa famille. — Mort du chevalier de Gacé. — Mines inutilement cherchées aux Pyrénées. — Retour et personnage de Mme de Caylus à la cour. — Union de l’Écosse avec l’Angleterre. — Marquis de Brancas et de Bay. — Port-Mahon repris pour Philippe V. — Envoi d’argent de Mexique par le duc d’Albuquerque. — Prise considérable en mer sur les Anglois.
Chapitre xix. — Duc de Noailles capitaine des gardes, sur la démission de son père. — Puysieux conseiller d’État d’épée. — Curiosités sur Poissy et ses deux dernières abbesses. — Mort de Roquette, évêque d’Autun ; son caractère. — Bals à la cour ; comédies à Sceaux et à Clagny. — Généraux d’armée : Tessé en Italie battu par le parlement de Grenoble ; Villars sur le Rhin ; Vendôme en Flandre ; Berwick resté en Espagne sous M. le duc d’Orléans ; duc de Noailles en Roussillon. — Mot étrangement plaisant du roi sur Fontpertuis. — Exclusion du duc de Villeroy de servir ; curieuse anecdote. — Rage du maréchal de Villeroy ; ses artifices. — Mon éloignement pour le maréchal de Villeroy. — Faiblesse du roi pour le maréchal de Villeroy et pour ses ministres. — Cause intime de l’extrême haine du maréchal de Villeroy pour Chamillart. — Peu de sens du maréchal de Villeroy.
Chapitre xx. — Accablement, vapeurs, instances de Chamillart pour être soulagé. — Sa manière d’écrire au roi, et du roi à lui. — Réponse étonnante. — Personnes assises et debout aux conseils. — Impôts sur les baptêmes et mariages ; abandonnés par les désordres qu’ils causent. — Mort de du Chesne, premier médecin des enfants de France. — Mariage de Mezières avec Mlle Oglthorp ; leur famille, leur fortune, leur caractère. — Livre du maréchal de Vauban sur le dîme royale ; livres de Boisguilbert sur la même matière. — Mort du premier et exil du second. — Origine de l’impôt du dixième. — Mort du marquis de Lusignan ; sa maison, sa famille, sa fortune, son caractère. — Mort de Pointis. — Mort du chevalier d’Aubeterre. — Comte d’Aubeterre, son neveu ; sa fortune, son caractère, leur extraction.
Chapitre xxi. — Beringhen, premier écuyer, enlevé entre Paris et Versailles par un parti ennemi, et rescous. — Cherbert à la Bastille. — Duc de Bouillon gagne son procès contre son fils. — Mariage du comte d’Évreux avec la fille de Crosat. — Harlay quitte la place de premier président. — Caractère d’Harlay. — Quelques dits du premier président Harlay. — Candidats pour la place de premier président, que je souhaite au procureur général d’Aguesseau. — Pelletier premier président. — Portail président à mortier. — Courson avocat général. — Mot ridicule du premier président sur son fils. — Mariage du duc d’Estrées avec une fille du duc de Nevers. — Mort du duc de Nevers ; sa famille, sa fortune, son caractère. — Parvulo de Meudon.
Chapitre xxii. — Duc d’Orléans a un fauteuil à Bayonne, et à Madrid le traitement d’infant. — Origine du fauteuil en Espagne pour les infants et pour les cardinaux. — Étranges abus nés des fauteuils de Bayonne à M. le duc d’Orléans et à Mlle de Beaujolois. — Origine du traversement du parquet par les princes du sang. — Époque où les princesses du sang ont quitté les housses. — Trait remarquable de M. le prince à Bruxelles avec don Juan et le roi Charles II d’Angleterre. — Ses entreprises de distinction en France. — Règlement contre le luxe des armées peu exécuté. — Bataille d’Almanza. — Cilly apporte la nouvelle de la victoire d’Almanza. — Valouse à Marly, de la part du roi d’Espagne. — Bockley apporte le détail, et est fait brigadier. — M. le duc d’Orléans arrive à l’armée victorieuse. — Origine de l’estime et de l’amitié de M. le duc d’Orléans pour le duc de Berwick. — Leurs différents caractères militaires. — Grand et rare éloge du duc de Berwick par M. le duc d’Orléans. — Manquement fatal de toutes choses en Espagne. — Siège de Lerida. — La ville prise d’assaut et punie par le pillage. — Le château rendu par capitulation. — Joyeuse malice du roi sur Lerida à M. le Prince. — Cilly lieutenant général. — Berwick grand d’Espagne avec les duchés de Liria et de Xerica en don, une grâce, outre cela, sans exemple en grandesse, et fait chevalier de la Toison d’or.
Chapitre xxiii. — Différence du gouvernement de la Castille et de l’Aragon, l’un plus despotique que la France, l’autre moins que l’Angleterre. — Explication curieuse. — Philippe V abolit les lois et les privilèges de l’Aragon et de ses dépendances, et les soumet aux lois et au gouvernement de Castille. — Deux partis proposés par Médavy pour les troupes restées avec lui en Italie, tous deux bons, tous deux rejetés. — Traité pour le libre retour des troupes en abandonnant l’Italie. — Duc de Mantoue, dépouillé sans être averti, se retire précipitamment à Venise. — Contraste étrange de la fortune des alliés de Louis XIII et de ceux de Louis XIV. — Médavy à Marly ; sa récompense. — Arrivée de Vaudémont à Paris et à la cour. — Chambre de la Ligue. — Vaudémont et ses nièces ; leur union, leur intérêt, leur cabale, leur caractère, leur conduite. — Étrange découverte de Mme la duchesse de Bourgogne sur Mme d’Espinoy. — Mme de Soubise ; son caractère ; son industrie.


NOTES
I. Histoire et condamnation de B. de Fargues 435
II. Opposition de la noblesse aux honneurs accordés à quelques 438
III. Évocations ; enregistrement ; droit de remontrances 411


FIN DE LA TABLE DES CHAPITRES




Ch. Lahure, imprimeur du Sénat et de la Cour de Cassation, rue de Vaugirard, 9, près de l’Odéon.