éléments Wikidata

Livre:Andler - Nietzsche, sa vie et sa pensée, I.djvu

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Andler - Nietzsche, sa vie et sa pensée, I.djvu

Pages

Titre -

Préface

007 008 009 010 011 012 013 014 015 016 017 018

Livre I. — L’héritage allemand de Nietzsche

Titre - 021 022 023 024 025 026 027 028 029 030 031 032 033 034 035 036 037 038 039 040 041 042 043 044 045 046 047 048 049 050 051 052 053 054 055 056 057 058 059 060 061 062 063 064 065 066 067 068 069 070 071 072 073 074 075 076 077 078 079 080 081 082 083 084 085 086 087 088 089 090 091 092 093 094 095 096 097 098 099 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152

Livre II. — L’influence des moralistes français

Titre - 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 -

Livre III. — L’action du cosmopolitisme contemporain

Titre - 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318 319 320 321 322 323 324 325 326 327 328 329 330 331 332 333 334 335 336 337 338 339 340 341 342 343 344 345 346 347 348 349 350 351 352 353 354 355 356 357 358 359 360 361 362 363 364 365 366 367 368 369 370

Conclusion

371 372 373 374 375 376 377 378 379 -

Table des matières

381 382 383 384 - - - -


Pages.

Chapitre i. — Gœthe 
 23
I. Culture épique et culture tragique. — Le dionysisme et l’apollinisme dans Gœthe. — II. La notion gœthéenne de la vie humaine. — Le lamarckisme psychologique.
 
Chapitre ii. — Schiller 
 43
I. Le pessimisme intellectuel. — L’esprit intempestif. — II. La notion schillérienne des Grecs. — La restauration d’une Grèce nouvelle. — Théorie du beau et psychologie du génie. — III. Le poète, médecin de la civilisation.
 
Chapitre iii. — Hœlderlin 
 68
I. Notion de la Grèce. — Restauration d’une Grèce nouvelle. — Critique de l’humanité moderne. — II. Notion du tragique. — Le drame d’Empédocle et le Zarathustra.
 
Chapitre iv. — Kleist 
 83
I. Identité du drame intérieur chez Kleist et chez Nietzsche. — Leur culte de la vie. — II. Renouvellement de la tragédie par la philosophie.
 
Chapitre v. — Fichte 
 99
I. L’individualisme de Fichte et de Nietzsche. — II. Le lien des individualités. — La civilisation nouvelle, née de la faculté de créer des images belles. — La pensée sociale créatrice. — Les types de l’humanité supérieure.
 
Chapitre vi. — Schopenhauer 
 111
I. L’irrationalisme schopenhauérien. — Objections de Nietzsche. — Pourquoi la notion de transformisme, nécessaire au système de Schopenhauer en cause la ruine.
 
II. Le pessimisme. — Critère de l’optimisme et du pessimisme : l’idée du retour éternel.
 
III. La vision esthétique. — Emprunts de Nietzsche et correctifs.
 
IV. La hiérarchie des Esprits. — Les quatre échelons de la conscience. — Psychologie du génie. — Hiérarchie des génies.
 
V. La hiérarchie morale. — Impossibilité d’un impératif moral dans Schopenhauer. — La moralité subalterne. — La morale sociale. — La moralité supérieure. — L’image du surhumain.
 

Chapitre i. — Montaigne 
 157
I. La réintégration de la morale dans la nature. — Fragilité de la raison. — Complexité de l’âme. — II. La société humaine. — L’instinct grégaire. — Idée d’une généalogie de la morale. — Méthode pour démasquer le mensonge social. — III. Idée d’une éducation naturaliste et libérale.
 
Chapitre ii. — Pascal 
 170
I. La dialectique de Pascal. — L’art pascalien de découvrir la perspective dans la pensée et dans la morale. — L’illusionnisme pascalien. — II. Psychologie sociale. — L’instinct de domination ; ses variétés. — Les forces de contrainte sociales. — Part de l’imagination et de l’accoutumance. — III. Méthode pascalienne pour épurer la morale.
 
Chapitre iii. — La Rochefoucauld 
 190
Le pessimisme moral. — Réduction des mobiles humains à l’orgueil. — La naissance mystérieuse des pures vertus. — Naturalisme moral de La Rochefoucauld.
 
Chapitre IV. — Fontenelle 
 197
I. Glorification du doute. — L’Irrationalisme moral. — Le pessimisme intellectuel, — II. Fontenelle, moraliste, variante de La Rochefoucauld. — Le désir du commandement. — Sophismes qui le masquent. — Croyance au hasard moral. — Où Nietzsche abandonne Fontenelle.
 
Chapitre V. — Chamfort 
 213
I. Psychologie de Chamfort. — Corruption de l’homme par la société. — L’individualisme. — L’esprit grégaire. — La révolte nécessaire. — II. Morale positive. — Glorification du philosophe et du solitaire. — D’une moralité supérieure, sans impératif. — Chamfort et la Révolution.
 
Chapitre VI. — Stendhal 
 233
I. L’idéologie de Stendhal. — Ce qu’elle apprend à Nietzsche. — Réduction des mobiles humains à l’énergie.
 
II. Théorie de la civilisation. — La civilisation se mesure à l’énergie. — Exemple de la Renaissance italienne. — Ce qui en subsiste dans l’Italie moderne. — Exemple d’une civilisation où décline l’énergie : la France.
 
III. Idéologie des arts. — 1. La beauté architecturale et décorative. — 2. La beauté humaine. — Relativité et évolution de l’idéal. — 3. Le beau musical. — Conditions physiques. — Harmonie et mélodie. — 4. Le beau littéraire. — Le style simple. — L’humanité supérieure dans Stendhal. — Ressemblances entre le beylisme et le nietzschéanisme.
 

Chapitre I. — Jacob Burckhardt 
 265

Nuance de l’amitié entre Burckhardt et Nietzsche.

I. Les facteurs principaux de la civilisation. — Définition de la culture. — Rôle de la religion, de l’État et des grands hommes. — Sélection des génies : les grandes villes, foyers d’éclosion.
 
II. L’interprétation nouvelle de la vie des Grecs. — 1. Le pessimisme des Grecs. — La Grèce préhomérique. — Le problème de la sérénité grecque. — 2. L’immoralité des Grecs. — Violence des individus et des collectivités. — 3. Caractère agonistique de la civilisation grecque. — Rôle de la rivalité dans l’évolution des formes de la sociabilité. — 4. La cité hellénique. — Elle est le berceau de la civilisation grecque. — Violence des jalousies entre cités. — Mort de la cité grecque. — Emprunts de Nietzsche.
 
III. Sociologie des faits de l’esprit. — 1. Genèse des genres littéraires. — La poésie naît de la religion. — Les genres prosaïques naissent de la constitution de la cité. — 2. L’humanité grecque. — Habitudes physiques, sensibilité, esprit. — Emprunts mutuels que se font Nietzsche et Burckhardt.
 
IV. L’idée de décadence. — Le vieillissement social. — La régression intellectuelle. — Symptômes de la décadence en art. — Périodicité des décadences.
 
V. L’idée de Renaissance. — Le foisonnement des individualités. — Parallélisme entre la destinée des Grecs et celle des Italiens de la Renaissance. — Problème de l’éducation nouvelle.
 
Chapitre ii. — Emerson 
 340
I. La critique du temps présent. — Les mensonges du conformisme et du traditionalisme. — II. La régénération. — Réduction de la vie à la recherche du pouvoir, — Élimination du déterminisme. — L’individualité supérieure. — La vertu, présence en nous de l’ « âme suprême ». — Régénération de l’art et de la pensée. — Critique du génie mutilé ou hypertrophié. — Le poète-voyant. — L’espérance d’Emerson comparée à celle de Nietzsche. — Dangers de l’influence d’Emerson.