éléments Wikidata

Livre:Tarde - L’Opposition universelle, Alcan, 1897.djvu

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Tarde - L’Opposition universelle, Alcan, 1897.djvu
TitreL’Opposition universelle Voir l'entité sur Wikidata
Sous-titreEssai d’une théorie des contraires
AuteurGabriel Tarde Voir l'entité sur Wikidata
Maison d’éditionFélix Alcan
Lieu d’éditionParis
Année d’édition1897
BibliothèqueInternet Archive
Fac-similésdjvu
AvancementÀ corriger

Pages

- - - - - - - - - -  v  vi  vii  viii 001 002 003 004 005 006 007 008 009 010 011 012 013 014 015 016 017 018 019 020 021 022 023 024 025 026 027 028 029 030 031 032 033 034 035 036 037 038 039 040 041 042 043 044 045 046 047 048 049 050 051 052 053 054 055 056 057 058 059 060 061 062 063 064 065 066 067 068 069 070 071 072 073 074 075 076 077 078 079 080 081 082 083 084 085 086 087 088 089 090 091 092 093 094 095 096 097 098 099 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318 319 320 321 322 323 324 325 326 327 328 329 330 331 332 333 334 335 336 337 338 339 340 341 342 343 344 345 346 347 348 349 350 351 352 353 354 355 356 357 358 359 360 361 362 363 364 365 366 367 368 369 370 371 372 373 374 375 376 377 378 379 380 381 382 383 384 385 386 387 388 389 390 391 392 393 394 395 396 397 398 399 400 401 402 403 404 405 406 407 408 409 410 411 412 413 414 415 416 417 418 419 420 421 422 423 424 425 426 427 428 429 430 431 432 433 434 435 436 437 438 439 440 441 442 443 444 445 446 TDM TDM TDM TDM TDM - - - - - - - - -

Table des matières

Avant-propos par Gabriel Tarde

Chapitre I - L’Idée d’opposition

Sujet négligé par tous les logiciens, sauf Aristote. Ses idées à cet égard. – Définitions. — Origine dynamique des oppositions, même statiques. — Nécessité d’un état zéro, intermédiaire entre les extrêmes. Exemples.

Chapitre II - Classification des oppositions

Symétries, rythmes, luttes. Au point de vue de la forme, opposition rayonnante ou linéaire. Rayonnante : centripète ou centrifuge. Linéaire : polarité. Polarités physiques, vivantes, mentales, sociales. — Au point de vue de la matière, oppositions qualitatives (ou de série), et quantitatives. Celles-ci, subdivisées : de degré ou de sens, ces dernières, subdivisées : mécaniques ou logiques. -Pourquoi il n’y a ni anti-volume, ni anti-durée, ni anti-conscience, etc.

Chapitre III - Oppositions mathématiques et physiques

Oppositions mathématiques. Les dix prétendues oppositions des pythagoriciens. Les mathématiques sont l’univers vu sous son aspect répétition et opposition. Les opérations sur les nombres ou les rapports des nombres sont le schéma des relations observées entre individus vivants. En quel sens addition et soustraction, multiplication et division s’opposent. Ambiguïté vague, sous fausse précision, des notations mathématiques. Quantités positives et négatives. Quantités imaginaires conçues pour répondre à un « vœu de symétrie ». Applications grandissantes de l’arithmétique sociale.

Opposition physiques. Loi de la réaction égale à l’action. Exemples inverses, attractions et explosions. Cournot à ce sujet. Applications de cette loi aux actions simultanées et aux actions successives. Tendances d’un groupe de corps et d’un groupe d’idées a former système : son explication.

Oppositions en apparence simultanées, résolues en oppositions rythmiques (dans le monde vivant et social aussi bien que physique). Rôle physique immense de l’opposition rythmique. Son rôle. Le frottement. — Irréversibilité des changements physiques. En tout ordre de faits, supériorité de l’irréversible sur le réversible. — Défaut de symétrie entre évolution et dissolution, et supériorité de la première : caractéristique de notre univers. Hypothèse d’un univers inverse. — Le choc, choc physique, biologique, social. Son rôle surfait.

Chapitre IV - Oppositions vivantes

Oppositions imaginaires entre vie végétale et vie animale. Entre les deux sexes : Anabolisme et Catabolisme. La fécondation. L’amour selon Schopenhauer. L’homéopathie. — Nutrition et reproduction, Geddes et Thompson.

Chapitre V - Les symétries de la vie

Insuffisance des explications données de la symétrie vivante. — Substitution d’une dissymétrie artificielle et sociale des organes à leur symétrie naturelle. Bichat et Spencer. Tendance de la vie à la symétrie des formes dans l’individu, et des variétés inverses dans l’espèce. — Pourquoi ? Parce qu’elle vise à tout posséder ou à posséder totalement quelque chose. Analogies sociales. Passion des ambitieux et des métaphysiciens pour la coordination symétrique. Passage de la symétrie sphérique à la radiaire et à la bilatérale. Pourquoi la mort est inévitable. Symétries cristallines, astronomiques, organiques, sociales, susceptibles d’une commune explication. M. Berthelot sur Mallart. Pasteur et la dissymétrie moléculaire. — Dissymétrie de la forme générale de l’Univers étoilé.

Chapitre VI - Oppositions psychologiques

I. Coup d’œil général sur le monde mental. La croyance et le désir ; les sensations. L’âme pure et l’âme appliquée. Apparitions et réapparitions. L’attention, la question, le jugement, la passion. — II. Oppositions de séries (qualitatives). Phrase musicale et phrase picturale élémentaire ; l’une et l’autre vont se dissymétrisant. Substitution esthétique de la symétrie jugée à la symétrie sentie. Musique entendue au rebours. Ritournelles de saveurs et d’odeurs. — La dissolution de la mémoire est-elle inverse de sa formation ? Ribot.- III et IV. Oppositions de degré (quantitatives simples). Y a-t-il d’autres quantités psychologiques que la croyance et de le désir ? Non. L’intensité des sensations. Leur étendue. L’espace et le temps, les matières et les forces, conçus comme la projection de nos deux quantités internes. V. Oppositions de sens (quantitatives dynamiques). Réductibles à celles de l’affirmer et du nier, du désirer et du repousser. Preuve par revue des couples de contraires apparents. Dans le champ des sensations d’abord : Hyperesthésie et hypoesthésie. Le froid et le chaud. Le blanc et le noir. Achromatopsie. Couleurs complémentaires. Transfert et polarisation psychique. — VI (suite). Contribution remarquable des contraires olfactifs a la formation des idées religieuses : le sale et le propre, d’où le pur et l’impur. Profondeur et fécondité de cette distinction. — VII. En second lieu, les sentiments et leurs contrastes. Évolution d’où naît l’émotion. Sa définition. — VIII (suite). Analogies entre le sentiment et l’instinct. Leur commune classification. Sentiments-croyances et sentiments-désirs ; instincts-désirs et instincts-croyances. Leur double forme positive et négative, impulsive et inhibitive. Origine principalement sociale des sentiments. — IX (suite). Examen des contrastes de sentiments-croyances. Orgueil et humilité. Orgueils collectifs, mais non humilités collectives : pourquoi ? Espérance et découragement. Admiration et mépris. Le beau et le laid. L’esthétique du laid. Le sublime et le grotesque. — X (suite). Examen des contrastes des sentiments-désirs. La peur et la colère. Les œuvres sociales de la peur et celles de la colère. La gratitude et la vengeance. La bienveillance et l’envie. L’affection et la haine. L’amour et la pudeur. Éros et Antéros. — XI (suite). La joie et la tristesse. L’inversion des sentiments ne correspond pas à celle des effets physiologiques concomitants. Y a-t-il des états neutres, ni agréables ni pénibles ? Évolution de la joie au cours de la civilisation. Sa culture esthétique. Le plaisir de la douleur et la douleur du plaisir. Sens divers de ces expressions. Plaisirs de plaisir et douleurs de douleur. Importance sociale de ces combinaisons. Succession des joies et des tristesses, d’abord liée au rythme astronomique, puis affranchie et irrégulière. — XII (suite). Sentiments religieux. La peur et l’amour. Les ascètes et les mystiques. — Conclusion et objection résolue.

XIII. En troisième lieu, oppositions entre jugements et oppositions entre desseins. Volonté et nolonté. Jugements et desseins a priori. — XIV. Classification des types psychiques, c’est-à-dire des natures d’esprit et des caractères. La manière de croire et la manière de désirer. Les vocations et les talents. — Les excités et les déprimés. — Caractères nationaux. — XV. Oppositions de notions. Antinomies de Kant. Le sujet et l’objet. Principes d’identité et de contradiction, de causalité et de finalité. L’infini et l’infinitésimal. Conversion des oppositions finies en oppositions infinitistes, et discussion de la légitimité de ces dernières.

Chapitre VII - Oppositions sociales

I. Oppositions de séries. Le réversible et l’irréversible socialement. L’irréversible, d’abord la série des connaissances scientifiques, est ce qu’il y a de plus important. L’ordre alphabétique des lettres. L’ordre grammatical des mots en français et en allemand. L’inversion linguistique. — II. Le dépérissement et la mort des langues, des religions, des constitutions, des arts, ne sont pas l’inverse de leur naissance et de leur croissance. — Déplacements lents de l’accent en fait de dogmes religieux, d’idées politiques, d’institutions sociales, et irréversibilité de ces déplacements. — III. Irréversibilité des transformations économiques. Leur formule approximative. — IV. Leur cause vraie : l’ordre d’apparition des inventions et découvertes à la fois accidentel et rationnel. Lois de leur propagation imitative. — V. Subordination de l’ordre au progrès, de l’opposition à la variation. Discussion d’une idée de Stuart Mill. Le rôle des grands hommes. Pourquoi il ne s’amoindrit pas à mesure que la société progresse. — Changements circulaires ou trajectoires hyperboliques des sociétés ; sept hypothèses possibles. VI. Oppositions de degré. Les quantités sociales, distinctes des quantités psychologiques. Pourraient exister, même à défaut de celles-ci. Elles supposent simplement un nombre donné de similitudes imitatives, spirituelles, fussent-elles simplement qualitatives, entre individus. — VII. Deux quantités sociales fondamentales : la vérité et la valeur, la crédibilité générale des idées et la désirabilité générale des produits. Pourquoi il n’y a pas d’équivalent de la monnaie pour la première. Mais la statistique doit mesurer les deux, et c’est sa mission propre. Lacunes de la statistique à combler. VIII. Accroissements et décroissements des quantités sociales : sont-ils symétriques ? Non. Leur progression est la règle, leur régression l’accident. Importance de cette thèse. Ses preuves statistiques. — IX. La question des machines. Tendance normale des salaires à progresser, du taux de l’intérêt à s’abaisser : Paul Leroy-Beaulieu. L’opulence et l’indigence. Obsession fatale, ici, de l’idée de symétrie. X. Oppositions de sens (dynamiques). Conception gnostique de l’histoire, duel de la matière et de l’esprit. Sociologie latente des grands révolutionnaires. Darwinisme et militarisme redouble. La lutte divinisée, les apologistes de la concurrence et de la guerre. Importance des innombrables conflits tout intérieurs, supérieure à celle des conflits d’homme à homme. Est-il vrai que le progrès, en tout ordre de faits sociaux, soit dû à ces derniers ? Stérilité relative des discussions. Le progrès militaire lui-même n’est pas né de la guerre, mais de l’invention pacifique. — XI. La concurrence. Erreur de Bastiat. Lange. Grève et concurrence. Les Trade-Unions. Bienfaits de l’alliance faussement attribués à la lutte. Concurrence et convivance. L’ordre juridique, terme idéal de la liberté économique. Les fonctions publiques, comme les métiers, qui tendent à devenir fonctions publiques à leur tour, ont commencé elles-mêmes par un état d’anarchique concurrence. — Les crises commerciales et financières. — XII. La guerre, confluent et consommation de toutes les oppositions sociales poussées à bout et s’exprimant par toutes les oppositions physiques. À quelles conditions elle éclate : conversion des conflits d’individus en conflits de masses. Rôle de la Presse. S’ensuit-il nécessité permanente des guerres ? On se bat parce qu’on s’est battu. Absurdité croissante des guerres grandissantes. Trois thèses possibles. N’y avait-il pas d’autre école du devoir et du dévouement ? Hypothèse du cours de l’histoire sans batailles ; de l’histoire naturelle même, sans meurtre animal. Déviation homicide de la Vie. Sympathie universelle et universelle ambition : antinomie. — XIII. Carrefour où s’est trouvée l’Humanité naissante : la voie belliqueuse et la voie religieuse. Compromis funestes. Liaison entre l’idée de l’organisme social et celle du militarisme salutaire. Ce n’est pas la guerre qui agrandit le champ social. Son œuvre est non pas la paix humaine, mais l’équilibre européen. — XIV. La paix armée des classes et des nations. Recul possible de la civilisation. L’évolution de la guerre ; son irréversibilité. — XV. Évolution de la justice et de la morale. Conclusion.

Chapitre VIII - L’opposition et l’adaptation

I. Ambiguïté du mot correspondance ; dans un sens, adaptation ; dans l’autre, opposition. Rapport de ces deux termes. Passage de l’un à l’autre. Exemples empruntés à la biologie et à l’économie politique. Importance des différents inutilisés. L’amour de la liberté et l’amour de la nature. — II. La symétrie par à-peu-près, source d’harmonies approximatives. Les deux sens du mot affaires. Autres exemples, empruntés au mobilier, d’oppositions transformées en adaptations par le progrès de la sympathie imitative. — III. Le problème religieux. Guyau et l’Irréligion de l’avenir. L’âme religieuse réclame la solidité des convictions plutôt que la beauté des conceptions. Culte des morts. Ce qui pourra émerger de la religion par-dessus le déluge scientifique.