éléments Wikidata

Livre:G. Bruno - Le Tour de la France par deux enfants, 1904.djvu

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
G. Bruno - Le Tour de la France par deux enfants, 1904.djvu
TitreLe Tour de la France par deux enfants Voir et modifier les données sur Wikidata
AuteurG. Bruno Voir et modifier les données sur Wikidata
Maison d’éditionBelin
Lieu d’éditionParis
Année d’édition1904
BibliothèqueUniversité de Toronto. Internet Archive
Fac-similésdjvu
AvancementTerminé

Pages

Sommaire


I. — Le départ d’André et de Julien 
 5
II. — Le souper chez Étienne le sabotier. — L’hospitalité 
 7
III. — La dernière parole de Michel Volden. — L’amour fraternel et l’amour de la patrie 
 9
IV. — Les soins de la mère Étienne. Les papiers d’André — Un don fait en secret. — La charité du pauvre 
 11
V. — Les préparatifs d’Étienne le sabotier. — Les adieux. — Les enfants d’une même patrie 
 13
VI. — Une déception. — La persévérance 
 15
VII. — La carte tracée par André. — Comment il tire parti de ce qu’il a appris à l’école 
 17
VIII. — Le sentier à travers la forêt. — Les enseignements du frère aîné. — La grande Ourse et l’étoile polaire 
 18
IX. — Le nuage sur la montagne. — Inquiétude des deux enfants 
 20
X. — La halte sous le sapin. — La prière avant le sommeil 
 22
XI. — Le brouillard se dissipe. — Arrivée d’André et de Julien sur la terre française 
 24
XII. — L’ordre dans les vêtements et la propreté. — L’hospitalité de la fermière lorraine 
 26
XIII. — L’empressement à rendre service pour service. — La pêche 
 27
XIV. — La vache. — Le lait. — La poignée de sel. — Nécessité d’une bonne nourriture pour les animaux 
 29
XV. — Une visite à la laiterie. — La crème. — Le beurre. — Ce qu’une vache fournit de beurre par jour 
 32
XVI. — Les conseils de la fermière avant le départ. — Les rivières de la Lorraine. — Le souvenir de ta terre natale 
 34
XVII. — Arrivée d’André et de Julien à Épinal. — Le moyen de gagner la confiance 
 37
XVIII. — La cruche de la mère Gertrude. — L’obligeance 
 39
XX. — La reconnaissance. — La lettre d’André et de Julien à la mère Étienne 
 41
XXI. — André ouvrier. — Les cours d’adultes. — Julien écolier. — Les bibliothèques scolaires et les lectures du soir. — Ce que fait la France pour l'instruction de ses enfants 
 43
XXII. — Le récit d’André. — Les chiffons changés en papier. — Les papeteries des Vosges 
 45
XXIII. — Les moyens que l’homme emploie pour mettre en mouvement ses machines. — Un ouvrier inventeur 
 48
XXIV. — La foire d’Épinal. — Les produits de la Lorraine. — Verres, cristaux et glaces. — Les images et les papiers peints. — Les instruments de musique 
 50
XXV. — Le travail des femmes lorraines. — Les broderies. — Les fleurs artificielles de Nancy 
 53
XXVI. — La modestie. — Histoire du peintre Claude le Lorrain 
 54
XXVII. — Les grands hommes de guerre de la Lorraine. — Histoire de Jeanne Darc 
 57
XXVIII. — Les bons certificats d’André. — L’honnêteté et l'économie 
 61
XXIX. — La Haute-Saône et Vesoul. — Le voiturier jovial. — La confiance imprudente 
 63
XXX. — Le cabaret. — L’ivrognerie 
 67
XXXI. — L’ivrogne endormi. — Une louable action des deux enfants 
 69
XXXII. — Une rencontre sur la route. — Les deux gendarmes 
 70
XXXIII. — Une proposition de travail faite à André. — Le parapluie de Julien 
 72
XXXIV. — Le cheval. — Qualités d’un bon cheval. — Soins à donner aux chevaux 
 73
XXXV. — Les montagnes du Jura. — Les salines. — Les grands troupeaux des communes conduits par un seul pâtre. — Association des paysans jurassiens
 76
XXXVI. — Les grands fromages de Gruyère. — Visite de Julien à une fromagerie. — Les associations des paysans jurassiens pour la fabrication des fromages 
 79
XXXVII. — Le travail du soir dans une ferme du Jura. — Les ressorts d’horlogerie. — Les métiers à tricoter. — L’étude du dessin. — Utilité de l’instruction 
 81
XXXVIII. — La Suisse et la Savoie. — Le lac de Genève. — Le mont Blanc. — Les avalanches. — Le lever du soleil sur les Alpes. — La prière du matin 
 84
XXXIX. — L’ascension du mont Blanc. — Les glaciers. — Effets de la rareté de l’air dans les hautes montagnes. — Un savant courageux, de Saussure 
 87
XL. — Les troupeaux de la Savoie et de la Suisse. — L’orage dans la montagne. — Les animaux sauvages des Alpes. — Les ressources des Savoisiens 
 90
XLI. — Arrivée en Bourgogne. — L’Ain. — Les volailles de Bresse. — André et Julien devenus marchands 
 93
XLII. — Une ferme bien tenue.Hygiène de l’habitation.Les fermes-écoles. 
 95
XLIII. — Une ferme bien tenue (suite). — La porcherie et le poulailler 
 96
XLIV. — Mâcon. — André et Julien paient l’entrée de leurs marchandises. — Les octrois.Les conseils municipaux. — 
 99
XLV. — André et Julien sur le marché de Mâcon. — Les profits de la vente. — L'honnêteté dans le commerce. 
 101
XLVI. — Les vignes de la Bourgogne. — La fabrication du vin. — La richesse de la France en vignobles 
 103
XLVII. — Les grands hommes de la Bourgogne : saint Bernard, Bossuet, Vauban, Monge, Buffon, Niepce et la photographie 
 105
XLVIII. — La plus grande usine de l’Europe : le Creusot. — Les hauts fourneaux pour fondre le fer 
 110
XLIX. — La fonderie, la fonte et les objets en fonte 
 113
L. — Les forges du Creusot. — Les grands marteaux-pilons à vapeur. — Une surprise faite à Julien. — Les mines du Creusot ; la ville souterraine 
 115
LI. — Le Nivernais et les bois du Morvan. — Les principaux arbres de nos forêts. — Le flottage des bois sur les rivières. — Le Berry et le Bourbonnais. — Vichy. — Richesse de la France en eaux minérales 
 118
LII. — La probité. — André et le jeune commis 
 121
LIII. — Les monts d’Auvergne. — Le Puy de Dôme. — Aurillac. — Un orage au sommet du Cantal 
 123
LIV. — Julien parcourt Clermont-Ferrand. — Les maisons en lave. — Pâtes alimentaires et fruits confits de la Limagne. — Réflexions sur le métier de marchand 
 127
LV. — La ville de Thiers et les couteliers. — Limoges et la porcelaine. — Un grand médecin né dans le Limousin, Dupuytren 
 130
LVI. — Une ferme dans les montagnes de l’Auvergne. — Julien et le jeune vannier Jean-Joseph. — La veillée 
 132
LVII. — Les grands hommes de l’Auvergne. — Vercingétorix et l’ancienne Gaule 
 134
LVIII. — Michel de l’Hôpital. — Desaix. — Le courage civil et le courage militaire. 
 138
LIX. — Le réveil imprévu. — La présence d’esprit en face du danger. 
 141
LX. — L’incendie. — Jean-Joseph dans sa mansarde. — Une belle action. 
 143
LXI. — Les chèvres du mont d’Or. — Ce que peut rapporter une chèvre bien soignée 
 147
LXII. — Lyon vu le soir. — Le Rhône, son cours et sa source 
 148
LXIII. — Les fatigues de Julien. — La position de Lyon et son importance. — Les tisserands et les soieries 
 150
LXIV. — Le petit étalage d’André et de Julien sur une place de Lyon. — Les bénéfices du commerce. — L’activité, première qualité de tout travailleur. 
 153
LXV. — Deux hommes illustres de Lyon. — L’ouvrier Jacquard. — Le botaniste Bernard de Jussieu. — L’union dans la famille. — Le cèdre du Jardin des Plantes 
 155
LXVI. — Une ville nouvelle au milieu des mines de houille : Saint-Étienne. — Ses manufactures d’armes et de rubans. — La trempe de l’acier 
 157
LXVII. — André et Julien quittent M. Gertal. — Pensées tristes de Julien. — Le regret de la maison paternelle. 
 160
LXVIII. — Les mûriers et les magnaneries du Dauphiné 
 163
LXIX. — La dévideuse de cocons. — Les fils de soie. — Les chrysalides et la mort du ver à soie. — Comment les vers à soie ont été apportés dans le comtat Venaissin 
 166
LXX. — Le mistral et la vallée du Rhône. — Les canaux. — Un accident arrivé aux enfants. — Premiers soins donnés à Julien. 
 169
LXXI. — La visite du médecin. — Les soins d’André 
 171
LXXII. — La guérison de Julien. — Le chemin de fer. — Grenoble et les Alpes du Dauphiné 
 174
LXXIII. — Une des gloires de la chevalerie française, Bayard. 
 176
LXXIV. — Avignon et le château des papes. — La Provence et la Crau. — Arrivée d’André et de Julien à Marseille. — Un nouveau sujet d’anxiété 
 179
LXXV. — L’idée du patron Jérôme. — La mer. — Les ports de Marseille. — Ce qu’André et Julien demandent à Dieu 
 183
LXXVI. — Promenade au port de Marseille. — Visite à un grand paquebot. — Les cabines des passagers, les hamacs des matelots, les étables, la cuisine, la salle à manger du navire 
 186
LXXVII. — La côte de Provence. — Toulon. — Nice. — La Corse. — Discussion entre les matelots : quelle est la plus belle des provinces de France. — Comment André met les matelots d’accord 
 191
LXXVIII. — Une gloire de Marseille : le plus grand des sculpteurs français. Pierre Puget. — Un grand orateur et un législateur nés en Provence. — Le code français 
 195
LXXIX. — Le Languedoc vu de la mer. Nîmes, Montpellier, Cette. — Les tristes nouvelles de l’oncle Frantz. — La résolution d’André 
 197
LXXX. — Les reproches du nouveau patron. — Le canal du Midi et les ponts tournants. — Le départ de Cette pour Bordeaux 
 201
LXXXI. — Un grand ingénieur du Languedoc, Riquet. — Un grand navigateur, La Pérouse 
 203
LXXXII. — Brusquerie et douceur. — Le patron du bateau le Perpignan et Julien 
 206
LXXXIII. — André et Julien aperçoivent les Pyrénées. — Le cirque de Gavarnie et le Gave de Pau 
 207
LXXXIV. — Toulouse. — Un grand jurisconsulte, Cujas 
 210
LXXXV. — André et Julien retrouvent à Bordeaux leur oncle Frantz 
 212
LXXXVI. — Les sages paroles de l’oncle Frantz : le respect dû à la loi. — Un nouveau voyage 
 214
LXXXVII. — Grands hommes de la Gascogne : Montesquieu, Fénelon, Daumesnil et saint Vincent de Paul 
 217
LXXXVIII. — Lettre de Jean-Joseph. — Réponse de Julien. — L’Océan, les vagues, les marées, les tempêtes 
 221
LXXXIX. — Suite de la lettre de Julien 
 225
XC. — Nantes. — Conversation avec le pilote Guillaume : les différentes mers, leurs couleurs ; les plantes et les fleurs de la mer. — Récolte faite par Julien dans les rochers de Brest 
 227
XCI. — Les lumières de la mer. — La mer phosphorescente, les aurores boréales, les phares 
 230
XCII. — Il faut tenir sa parole. — La promesse du père Guillaume 
 234
XCIII. — La Bretagne et ses grands hommes. — Un des défenseurs de la France pendant la guerre de Cent ans : Duguesclin. — Le tournoi et la première victoire de Duguesclin. — Sa captivité et sa rançon. — Sa mort 
 236
XCIV. — Les grands hommes du Maine, de l’Anjou et de la Touraine. — Le chirurgien Ambroise Paré. — Le sculpteur David. — Le savant Descartes 
 240
XCV. — Le pays du pilote Guillaume. — La Normandie, ses ports, son commerce. — Rouen et ses cotonnades. — L’émulation dans l’industrie 
 243
XCVI. — La Normandie (suite) ; ses champs et ses bestiaux 
 247
XCVII. — Trois grands hommes de la Normandie. — Le poète Pierre Corneille. — L’abbé de Saint-Pierre. — Le physicien Fresnel 
 249
XCVIII. — Le naufrage. — Égoïsme et dévouement 
 251
XCL. — La nuit en mer 
 254
C. — La dernière rafale de la tempête. — La barque désemparée 
 256
CI. — Le noyé et les secours donnés par Guillaume 
 257
CII. — L’attente d’un navire et les signaux de détresse 
 258
CIII. — Inquiétudes et projets pour l’avenir 
 260
CIV. — Une surprise après l’arrivée à Dunkerque. — Les quatre caisses. — Utilité des assurances 
 261
CV. — Le Nord et la Flandre. — Ses canaux, son agriculture et ses industries 
 264
CVI. — Un grand homme auquel le Nord doit une partie de sa prospérité : Philippe de Girard. — La machine à filer le lin 
 267
CVII. — L’Artois et la Picardie. — Le siège de Calais 
 268
CVIII. — La couverture de laine pour la mère Étienne. — Reims et les lainages 
 270
CIX. — Les hommes célèbres de la Champagne. — Colbert et la France sous Louis XIV. — Ph. Lebon et le gaz d’éclairage. — Le fabuliste La Fontaine 
 272
CX. — Retour à la ville natale. — André et Julien obtiennent le titre de Français. — La tombe de Michel Volden 
 275
CXI. — Une lettre à l’oncle Frantz. — Un homme d’honneur. — La dette du père acquittée par le fils. 
 277
CXII. — Paris. — La longueur de ses rues. — L’éclairage du soir. — Les omnibus 
 278
CXIII. — Les Halles et l’approvisionnement de Paris. — Le travail de Paris 
 281
CXIV. — Paris autrefois et aujourd’hui. — Notre-Dame de Paris 
 283
CXV. — L’Hôtel-Dieu. — Les grandes écoles et les bibliothèques de Paris 
 285
CXVI. — Une visite au Jardin des Plantes. — Les grands carnassiers. — Les singes 
 288
CXVII. — (Suite.) La fosse aux ours. — L’éléphant 
 290
CXVIII. — Le Louvre. — La Chambre des députés, le Sénat et le palais de la Présidence. — Les ministres. — Les impressions de Julien à Paris. — Le départ 
 294
CXIX. — Versailles. — Quelques grands hommes de Paris et de l’Île-de-France. — Les poètes classiques : Racine, Boileau. — Un grand chimiste, Lavoisier 
 296
CXX. — La ferme du père Guillaume dans l’Orléanais. — Les ruines de la guerre 
 299
CXXI. — J’aime la France 
 302


LE


TOUR DE LA FRANCE
PAR DEUX ENFANTS
____


DEVOIR ET PATRIE
____


LIVRE DE LECTURE COURANTE
AVEC PLUS DE 200 GRAVURES INSTRUCTIVES POUR LES LEÇONS DE CHOSES


PAR


G. BRUNO
Lauréat de l’Académie française, auteur de Francinet.
____


TROIS CENT VINGT-SIXIÈME ÉDITION
CONFORME AUX PROGRAMMES DU 23 JUILLET 1882
____


COURS MOYEN


PARIS
LIBRAIRIE CLASSIQUE EUGÈNE BELIN
BELIN FRÈRES
RUE DE VAUGIRARD, 52
____


1904
Droits de traduction et de reproduction réservés