éléments Wikidata

Livre:Ibn Khaldoun - Prolégomènes, Slane, 1863, tome III.djvu

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Ibn Khaldoun - Prolégomènes, Slane, 1863, tome III.djvu
TitreLes Prolégomènes
AuteurIbn Khaldoun Voir l'entité sur Wikidata
TraducteurDe Slane Voir l'entité sur Wikidata
Maison d’éditionImprimerie Impériale
Lieu d’éditionParis
Année d’édition1863
BibliothèqueInternet Archive
Fac-similésdjvu
AvancementÀ corriger
SérieTomes : 1, 2, 3

Pages

- - - - Titre - couv. - 001 002 003 004 005 006 007 008 001 002 003 004 005 006 007 008 009 010 011 012 013 014 015 016 017 018 019 020 021 022 023 024 025 026 027 028 029 030 031 032 033 034 035 036 037 038 039 040 041 042 043 044 045 046 047 048 049 050 051 052 053 054 055 056 057 058 059 060 061 062 063 064 065 066 067 068 069 070 071 072 073 074 075 076 077 078 079 080 081 082 083 084 085 086 087 088 089 090 091 092 093 094 095 096 097 098 099 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318 319 320 321 322 323 324 325 326 327 328 329 330 331 332 333 334 335 336 337 338 339 340 341 342 343 344 345 346 347 348 349 350 351 352 353 354 355 356 357 358 359 360 361 362 363 364 365 366 367 368 369 370 371 372 373 374 375 376 377 378 379 380 381 382 383 384 385 386 387 388 389 390 391 392 393 394 395 396 397 398 399 400 401 402 403 404 405 406 407 408 409 410 411 412 413 414 415 416 417 418 419 420 421 422 423 424 425 426 427 428 429 430 431 432 433 434 435 436 437 438 439 440 441 442 443 444 445 446 447 448 449 450 451 452 453 454 455 456 tdm 458 459 460 461 462 463 464 465 466 467 468 469 470 471 472 473 474 475 476 477 478 479 480 481 482 483 484 485 486 487 488 489 490 491 492 493 494 495 496 497 498 499 500 501 502 503 504 505 506 507 508 509 510 511 512 513 514 515 516 517 518 519 520 521 522 523 524 525 526 527 528 529 530 531 532 533 534 535 536 537 538 539 540 541 542 543 544 545 546 547 548 549 550 551 552 553 554 555 556 557 558 559 560 561 562 563 564 565 566 567 568 569 570 571 572 573 som - - - - - -


troisième volume

Préface de l'auteur. 1

De la jurisprudence et de la science du partage des successions, qui en est le complément 
 1
De la science qui a pour objet le partage des successions (eïlm el-feraid
 21
Des bases de la jurisprudence et de ce qui s’y rattache, c’est-à-dire la science des matières controversées et la dialectique 
 25
Les matières controversées 
 35
La dialectique (djedl
 38
La théologie scolastique (eilm el-kelam
 47
Éclaircissements au sujet des motachabeh (passages et termes de signification obscure) qui se trouvent dans le Coran et la Sonna
 64
Du soufisme 
 85
La science de l’interprétation des songes 
 114
Des sciences intellectuelles (ou philosophiques) et de leurs diverses classes 
 121
Les sciences relatives aux nombres 
 129
L’art du calcul (l’arithmétique pratique) 
 132
L’algèbre 
 135
Les transactions (commerciales et autres) 
 137
Le partage des successions (feraid
 138
Les sciences géométriques 
 140
La géométrie spéciale des figures sphériques et des figures coniques 
 142
La géométrie pratique (mesaha
 143
L’optique 
 144
L’astronomie 
 145
Les tables astronomiques 
 148
La logique 
 149
La physique 
 161
La médecine 
 163
L’agriculture 
 165
La métaphysique (El-ilahiya
 166
La magie et la science des talismans 
 171
Les propriétés occultes des lettres de l’alphabet 
 188
Observations du traducteur sur la zaîrdja d’Es-Sibti 
 200
L’alchimie 
 207
La philosophie est une science vaine en elle-même et nuisible dans son application. 
 227
La vanité de l’astrologie démontrée. 
 240
La permutation des métaux est impossible. — La pierre philosophale ne saurait exister. — L’étude de l’alchimie est pernicieuse 
 249
Indication des sujets qu’il convient de traiter dans des ouvrages, et de ceux qu’il faut laisser de côté 
 264
Trop d’ouvrages sur un même sujet nuisent à l’acquisition de la science dont ils traitent 
 271
Le trop grand nombre d’abrégés scientifiques nuit aux progrès de l’instruction 
 274
De la direction qu’il faut imprimer à l’enseignement afin de le rendre vraiment utile 
 275
En traitant des sciences qui servent uniquement à l’acquisition d’autres sciences, il ne faut pas pousser trop loin ses spéculations. 
 283
Sur l’instruction primaire et sur les différences qui existent entre les systèmes d’enseignement suivis dans les divers pays musulmans 
 285
Trop de sévérité dans l’enseignement des élèves leur est nuisible 
 290
Les voyages entrepris dans le but d’augmenter ses connaissances et de travailler sous les professeurs d’autres pays servent à compléter l’éducation d’un étudiant. 
 293
De tous les hommes, les savants s’entendent le moins à l’administration politique et à ses procédés 
 294
La plupart des savants, chez les musulmans, ont été de naissance étrangère 
 296
Si un individu a contracté, dans sa jeunesse, l’habitude de parler une langue non arabe, ce défaut rend l’acquisition des sciences (arabes) moins facile pour lui. 
 302
Les sciences qui se rapportent à la langue arabe 
 307
La grammaire (nahou
 308
La lexicologie (logha
 313
La science de l’exposition ou rhétorique 
 321
La littérature (adeb
 328
Le langage est une faculté qui s’acquiert comme celle des arts 
 331
La langue actuelle des Arabes (Bédouins) est un idiome spécial, différent de ceux des descendants de Moder el des Himyarites 
 334
La langue des Arabes domiciliés et des habitants des villes est une langue particulière et sui generis, différente de la langue de Moder 
 342
Comment on peut apprendre la langue de Moder 
 343
La faculté de parler la langue de Moder ne doit pas être confondue avec (la connaissance de) la grammaire. On peut l’acquérir sans le secours de cet art 
 345
Les études grammaticales en Espagne 
 348
Sur la signification que le mot goût comporte dans le langage des rhétoriciens. La faculté désignée par ce terme ne se trouve presque jamais chez les étrangers qui se sont arabisés 
 349
Les habitants des villes, en général, ne peuvent acquérir qu’imparfaitement cette faculté (de bien parler) qui s’établit dans l’organe de la langue et qui est le fruit de l’étude. 
 354
Le discours peut se présenter sous deux formes : celle de la poésie et celle de la prose 
 360
Il est rare de pouvoir composer également bien en prose et en vers 
 364
Sur l’art de la poésie et la manière de l’apprendre 
 365
Dans l’art de composer (avec élégance) en vers et en prose, on ne s’occupe pas des pensées, mais des paroles 
 383
La faculté poétique s’acquiert à force d’apprendre par cœur beaucoup de vers, et sa bonté dépend de celle des morceaux dont on se sera orné la mémoire 
 385
Sur le discours (ou style) naturel (simple) et le discours artificiel (orné). 
 392
Du dédain que les personnages haut placés montrent pour la culture de la poésie. 
 400
Sur la poésie contemporaine chez les Arabes (nomades) et les habitants des villes. 
 402
Sur les odes (mowascheha) et les chansons (ou ballades, zedjel), poëmes propres à l’Espagne 
 422


NOTES ADDITIONNELLES. 467


Liste des termes expliqués par l'auteur ou le traducteur. 471


INDEX GÉNÉRAL DES PROLÉGOMÈNES D'IBN KHALDOUN. 481