éléments Wikidata

Livre:Voltaire - Œuvres complètes Garnier tome34.djvu

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Voltaire - Œuvres complètes Garnier tome34.djvu
TitreCorrespondance, II (1736-1738)
VolumeŒuvres complètes de Voltaire, tome 34
AuteurVoltaire Voir et modifier les données sur Wikidata
Maison d’éditionGarnier
Lieu d’éditionParis
Année d’édition1880
BibliothèqueInternet Archive
Fac-similésdjvu
AvancementÀ valider
Série

Études : 1 • Théâtre : 2, 3, 4, 5, 6, 7 • Poésies : 8, 9, 10 • Histoire : 11, 12, 13, 14, 15, 16 • Dict. phil. : 17, 18, 19, 20 • Romans : 21 • Mélanges : 22, 23, 24, 25, 26, 27, 28, 29, 30, 31, 32 • Correspondance : 33, 34, 35, 36, 37, 38, 39, 40, 41, 42, 43, 44, 45, 46, 47, 48, 49, 50 • Table générale et analytique : 51, 52

Pages

- - - - - - np np np np 001 002 003 004 005 006 007 008 009 010 011 012 013 014 015 016 017 018 019 020 021 022 023 024 025 026 027 028 029 030 031 032 033 034 035 036 037 038 039 040 041 042 043 044 045 046 047 048 049 050 051 052 053 054 055 056 057 058 059 060 061 062 063 064 065 066 067 068 069 070 071 072 073 074 075 076 077 078 079 080 081 082 083 084 085 086 087 088 089 090 091 092 093 094 095 096 097 098 099 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318 319 320 321 322 323 324 325 326 327 328 329 330 331 332 333 334 335 336 337 338 339 340 341 342 343 344 345 346 347 348 349 350 351 352 353 354 355 356 357 358 359 360 361 362 363 364 365 366 367 368 369 370 371 372 373 374 375 376 377 378 379 380 381 382 383 384 385 386 387 388 389 390 391 392 393 394 395 396 397 398 399 400 401 402 403 404 405 406 407 408 409 410 411 412 413 414 415 416 417 418 419 420 421 422 423 424 425 426 427 428 429 430 431 432 433 434 435 436 437 438 439 440 441 442 443 444 445 446 447 448 449 450 451 452 453 454 455 456 457 458 459 460 461 462 463 464 465 466 467 468 469 470 471 472 473 474 475 476 477 478 479 480 481 482 483 484 485 486 487 488 489 490 491 492 493 494 495 496 497 498 499 500 501 502 503 504 505 506 507 508 509 510 511 512 513 514 515 516 517 518 519 520 521 522 523 524 525 526 527 528 529 530 531 532 533 534 535 536 537 538 539 540 541 542 543 544 545 546 547 548 549 550 551 552 553 554 555 556 557 558 559 560 561 562 563 564 565 566 567 568 569 570 571 572 573 574 575 576 577 578 579 580 581 582 Tdm Tdm Tdm Tdm Tdm Tdm Tdm Tdm Tdm Tdm Tdm Tdm Tdm Tdm - - - - - -


DES MATIÈRES CONTENUES DANS LE DEUXIÈME VOLUME

DE LA CORRESPONDANCE.
________
LETTRES

1736

540. L’abbé d’Olivet. Cirey, 6 janvier 1736. — « Je vous gronde de ne m’avoir point écrit. » 
 B.
541. Thieriot. Cirey. — « Je remercie aussi tendrement Pollion. » 
 C. et F.
542. Cideville. 8 janvier. — « Un orage bien cruel. » 
 B.
543. M. Berger. 10 janvier. — » Il n’y a aucune de vos lettres. » 
 B.
544. Thieriot. Cirey, 13 janvier. — « Vous croirez peut-être, mon cher ami. » 
 B.
545. Formont. Cirey, 13 janvier. — « Aimable philosophe, nous avons reçu. » 
 B.
546. Cideville. Cirey, 19 janvier. — « Je vous avais écrit. » 
 B.
547. Formont. — « Il est vrai que si l’on peut prouver. » 
 B.
548. Le comte d’Argental. — « Vous protégez une cause. » 
 C. et F.
549. Thieriot. Cirey, 22 janvier. — « J’ai passé toute la journée. » 
 B.
550. Thieriot. Cirey, 25 janvier. — « Nous avons joué notre tragédie. » 
 B.
551. M. Berger. Cirey. — « De ton Bernard. » 
 B.
552. L’abbé Asselin. Cirey, 29 janvier. — « Je fais trop de cas de votre estime. » 
 B.
553. Thieriot. Cirey, 2 février 1736. — « Quelque vivacité d’imagination. » 
 B.
554. M. Berger. Cirey. — « Le succès de nos Américains. » 
 B.
555. Thieriot. Cirey, 6 février. — « Vous m’avez écrit, non une lettre. » 
 B.
556. Thieriot. Cirey, 9 février. — « Je suis toujours un peu malade. » 
 B.
557. M. Pallu. intendant de Moulins. 9 février. — « Un peu de maladie. » 
 B.
558. M. Prault. Cirey, 9 février. — « Les prières de M. d’Argental. » 
 C. et F.
559. M. de La Roque. 10 février. — « Je suis bien fâché, monsieur. » 
 B.
560. L’abbé d’Olivet. 12 février. — « Si vous avez eu la goutte. » 
 B.
561. Thieriot. Cirey, 12 février 1736. — « Vous avez dû recevoir de moi d’énormes paquets. » 
 B. et F. App.1865
562. M. M***. Cirey, février. — « Ma santé, qui est devenue déplorable. » 
 B.
563. L´abbé Le Blanc. — « Je n´ai reçu qu´hier. » 
 B.
564. Cideville. 22 février. — « Mon aimable et respectable ami. » 
 B.
565. Thieriot. Cirey, 22 février. — « Je suis bien languissant. » 
 C. et F.
566. Le chevalier Falkener. Cirey, 22 février. — « Now the honest, the good. » 
 C. et F.
567. Le comte d´Argental. Cirey, 26 février. — « Ma destinée sera donc toujours. » 
 B.
568. Thieriot. Cirey, 26 février. — « Je ne me porte guère bien encore. » 
 B.
569. Thieriot. 1er mars 1736. — « Mme la marquise du Châtelet. » 
 B.
570. Thieriot. 4 mars. — « J´ai été malade ; Mme du Châtelet. » 
 B.
571. Thieriot. Cirey, 6 mars. — « Je suis bien malade, mon ami. » 
 B.
572. L´abbé Moussinot. 8 mars 1736. — « Je vous envoie, mon cher abbé. » 
 C.
573. Thieriot. Cirey, 10 mars. — « La galanterie de Mlle Quoniam. » 
 B.
574. Thieriot. — «Je reçois votre lettre. » 
 B.
575. Mlle Quinault. — « Vous me connaissez bien peu. » 
 Éd. 1822.
576. M. de Lamare. Cirey, 15 mars. — « Je me flatte, monsieur, que quand vous ferez. » 
 B.
577. L´abbé Asselin. Cirey. — « J´avais recommandé, monsieur. » 
 C. et F.(suppl.)
578. Thieriot. Cirey, 16 mars. — « Vous avez bien gagné à mon silence. » 
 B.
579. Mlle Quinault. 16 mars 1730. — « Je reçus votre lettre le 22 février. » 
 Éd. 1822.
580. Thieriot. Cirey, 18 mars. — « Il faut, mon ami, vous rendre compte. » 
 B.
581. La marquise du Deffant. 18 mars. — « Une assez longue maladie. » 
 B.
582. Thieriot. Cirey, 20 mars. — « J´ai lu, mon cher plénipotentiaire. » 
 B.
583. L´abbé Moussinot. Cirey, 21 mars. — « J´aime mieux mille fois votre coffre-fort. » 
 C.
584. M. Jore, ancien libraire. 24 mars. — « Vous me mandez, monsieur. » 
 B.
585. L´abbé Moussinot. — «Grand merci, mon cher correspondant. » 
 C.
586. Cideville. Cirey, 25 mars. — « Vous avez toutes les vertus. » 
 B.
587. L´abbé Moussinot. — « Vous voilà sans doute revenu. » 
 C.
588. Mlle Quinault. 30 mars. — « Pour toute réponse à votre lettre. » 
 Éd. 1822.
589. L´abbé Moussinot. — « Pour vous punir, mon cher ami. » 
 C.
590. Mlle Quinault. 3 avril. — « Ah ! je suis perdu ! ah ! je suis sifflé. » 
 Éd. 1822..
591. Le comte d´Argental. 4 avril. — « Mon cœur vous adresse cotte ode. » 
 B.
592. M. Berger. Cirey, 5 avril. — « Si je n´avais que la Henriade. » 
 B.
593. L´abbé Moussinot. 7 (avril). — « Vous avez grande raison d´être plus content. » 
 C.
594. L´abbé Moussinot. 13 (avril), à Cirey. — « Je vous supplie instamment. » 
 C.
595. Formont. Cirey, 16 avril. — « Je fais partir par la même poste. » 
 C. et F.
596. Maupertuis. Paris, 16 avril. — « Si vos liaisons avec Algarotti. » 
 B.
597. Maupertuis. Paris, 17 avril. — « N´écrivez point à Algarotti. » 
 B.
598. La Chaussée. 2 mai. — « Il y a huit jours que je fais chercher. » 
 B.
599. Le comte d´Argental. Paris. — « Il s´agit, mon aimable protecteur. » 
 B.
.  
 B.
600. Cideville. 6 mai 1736. — « Je suis accablé de maladies. » 
 B.
601. Formont. Paris, 11 mai. — « Je vous ai envoyé une Alzire » 
 C. et F.
602. Cideville. 30 mai. — « Point de littérature cette fois-ci. » 
 B.
603. Thieriot. — « Ma confiance et la bonté de mon cœur. » 
 C. et F.
604. M. le lieutenant général de police. 15 juin. — « Je vous supplie de vouloir bien. » 
 L. Led
605. M. le lieutenant général de police. — « Puisque vous voulez bien être médiateur. » 
 L. Led
606. Factum de Jore 9 juin 1736 
 Rev. rét.
607. M. ***. 20 juin 1736. — « M. Hérault s’est chargé. » 
 Rev. rét.
608. Cideville. 21 juin. — « Malgré les ordres précis. » 
 B.
609. De M. *** à Voltaire. Versailles, 22 juin 1736 
 Rev. rét.
610. M. le lieutenant général de police. 26 juin. — « Pardon de vous importuner encore. » 
 L. Led.
     Réponse de Voltaire au factum de Jore, adressée au lieutenant général de police.
 
       Preuves par écrit que le défendeur ne doit rien.
611. M. le lieutenant général de police. — « Je n’ai pu être encore assez heureux. » 
 L. Led..
612. Cideville. 27 juin. — « Dieu me préserve de m’accommoder. » 
 B.
613. M. le lieutenant général de police. — « J’ai supprimé le dernier Mémoire. » 
 L. Led.
614. M. le garde des sceaux. 28 juin 1736. — « Il n’est pas juste. » 
 Rev. rét.
615. M. le garde des sceaux. « Avant la publication du factum. » 
 L. Led.
616. M. le garde des sceaux. 1er juillet. — « M. Hérault ayant retiré. » 
 Rev. rét.
617. Cideville. 2 juillet. — « Le ministère a été si indigné. » 
 B.
618. M. le garde des sceaux. 3 juillet. — « Je me trouve enfin déshonoré. » 
 L. Led.
619. M. le lieutenant général de police. 1736. — « Il s’en faut beaucoup. » 
 L. Led.
620. M. le lieutenant général de police. — « Mon notaire n’est point à Paris. » 
 B.
621. M. Berger. Cirey, juillet 1736. — « Vous êtes le plus aimable. » 
 L. Led.
622. M. l’abbé Moussinot. Cirey, 16 juillet. — « J’écris, mon cher abbé, à M. Begon. » 
 C.
623. M. Berger. — « Je ne peux assez remercier M. Gonai. » 
 B.
624. M. l’abbé Moussinot. 30 juillet. — « Je reçois, mon cher abbé, votre lettre du 28. » 
 C.
625. M. Berger. Cirey. — « Il y a du malheur sur les paquets. » 
 B.
626. Cideville. Cirey. 5 août 1736. — « On vous a envoyé le Mondain. » 
 B.
627. M. de Caumont. Cirey, 5 août. — « Je n’ai eu longtemps que des procès. » 
 B.
628. Thieriot. 6 août. — « Eh bien ! vous souffrez qu’on imprime. » 
 B.
629. De Frédéric, prince royal de Prusse. 8 août. — « Quoique je n’aie pas la satisfaction. » 
 Pr.
630. Mlle Quinault. 24… 1736. — « Eh ! mon Dieu ! charmante Thalie. » 
 Éd. 1822.
631. Frédéric, prince royal de Prusse. Paris ( ? ), 26 août. — « Il faudrait être insensible. » 
 B.
632. Thieriot. Cirey. — « Je suis très-inquiet de votre santé. » 
 C. et F.
633. Le duc d’Aremberg. Cirey, 30 août. — « Je n’ai pas voulu jusqu’à présent. » 
 B.
634. M. Pitot. Cirey, 31 août 1736. — « Je n’avais pu lire à Paris. » 
 C. et F.
635. L’abbé Moussinot. 31 (août). — « J’ai oublié, mon cher ami. » 
 C.
636. Le marquis d´Argens. Cirey, 4 septembre 1736. — « Je ne puis assez vous remercier, » 
 C. et F.
637. 5. septembre. — « J’ai reçu, mon cher ami, le prologue. » 
 B.
638. Mlle Quinault. Cirey. 7 septembre. — « Je vous réitère toutes mes prières. » 
 Ed. 1822.
639. M. Berger. Cirey. — « J’ai reçu le paquet du 23. » 
 B.
640. De Frédéric. 9 septembre. — « C’est une épreuve bien difficile. » 
 Pr.
641. M. Berger. 10 septembre. — « Vous êtes l’homme le plus exact. » 
 B.
642. L’abbé d’Olivet. 12 … — « Il y a quelquefois, mon cher abbé. » 
 B.
643. M. Berger. Cirey, 18 septembre. — « . Je ne sais, mon cher éditeur. » 
 B.
644. Le marquis d’Argens. Cirey. — « Auriez-vous vu, monsieur, un libelle ? » 
 B. et F.
645. M. Berger. Cirey. — « Je peux vous assurer. » 
 B.
646. Aux auteurs de la Bibliothèque française. Cirey, 20 septembre. — « Un homme de bien nommé Rousseau. » 
 B.
647. Thieriot. Cirey, 23 septembre. — « J’avais ôté ce monstre subalterne. » 
 B.
648. M. Berger Cirey. — « Je vous prie, mon cher monsieur. » 
 B.
649. M. de La Faye. Septembre. — « On vous attend à Cirey. » 
 B.
650. Cideville. Cirey, 25 septembre. — « Je deviens bien paresseux. » 
 B.
651. M. Berger. Cirey. — « J’ai enfin reçu le paquet. » 
 B.
652. Thieriot. Septembre. — « J’ai reçu enfin ce paquet du prince royal. » 
 B.
653. M. Berger. Cirey, septembre. « Je vous envoie un petit ouvrage. » 
 B.
654. M. Thieriot. Octobre. — « Vous aurez incessamment. » 
 B.
655. Mlle Quinault. Octobie. — « Il faut vous faire cent mille remerciements. » 
 Éd. 1822.
656. M. Berger. Cirey, 10 octobre. — « A l’égard de l’Enfant prodigue. » 
 B.
657. Mlle Quinault. 13 octobre. — « Savez-vous bien, divine Thalie. » 
 Éd. 1822.
658. M. Berger. Cirey. — « Je devais plus que de la prose. » 
 B.
659. Thieriot. 15 octobre. — « Si vous êtes à Saint-Vrain. » 
 B.
660. M. Berger. Cirey, 18 octobre. — « Oui, je compte entièrement. » 
 B.
661. Le marquis d’Argens. Cirey, 18 octobre. — « Vos sentiments, monsieur, et votre esprit. » 
 B.
662. L’abbé d’Olivet. Cirey, 18 octobre. — « Fiet Aristarchus. » 
 B.
663. M. Pont-de-Veyle. Cirey, 19 octobre. — « J’apprends le détail des obligations. » 
 B.
664. Mlle Quinault. Cirey, 19… — « Charmante Thalie, j’ai bien peur. » 
 B.
665. Le comte de Tressan. Cirey, 21 octobre. — « Tandis qu’aux fanges du Parnasse. » 
 B.
666. Thieriot. 21 octobre 1736. — « Le mensonge n’est un vice. » 
 B.
667. M. Berger. Cirey, 24 octobre. — « Je reçois votre lettre du 11. » 
 B.
668. M. Prault. 27 octobre. — « Le projet que vous avez. » 
 C. et F.
669. L’abbé du Resnel. — « Mon cher et grand abbé, je suis enchanté. » 
 B. et F.
670. Moncrif. — « Je reçois dans ce moment votre lettre du 18. » 
 B. et F.
671. Mme de Champbonin. Cirey. — « Vous êtes trop bonne. » 
 B.
672. Mlle Quinault. Cirey, ce 29… — « Je reçois, adorable Thalie, votre lettre du 25. » 
 Éd. 1822.
673. M. Dubreuil. Cirey, 29 octobre. — « En cas que l’abbé ne soit pas à Paris. » 
 C.
674. Le marquis d’Argens. Cirey, 6 novembre. — « Je ne sais, monsieur, si vous avez reçu. » 
 C. et F.
675. L’abbé Moussinot (commencement de novembre). — « Lisez attentivement ma lettre. » 
 C
676. De Frédéric. 7 novembre. — « Je suis infiniment sensible. » 
 Pr.
677. M. de Mairan. Cirey, 9 novembre. — « En partant de Paris. » 
 B.
678. L’abbé Moussinot. 10 (novembre). — « Le dernier article de ma lettre. » 
 C.
679. De Frédéric. 13 novembre. — « Voltaire, ce n’est point le rang et la puissance. » 
 Pr.
680. L’abbé Moussinot. 17 (novembre). — « J’ai envoyé à Troyes. » 
 C.
681. Thieriot. 18 novembre. — « Eh bien, quand on vous envoie. » 
 B.
682. Le marquis d’Argens, Cirey, 19 novembre. — « J’ai reçu, monsieur, votre lettre. » 
 B.
683. M. Berger. Cirey, novembre 1736. — « On me mande de Hollande. » 
 B.
684. M. de Brancas, comte de Forcalquier. — « Un solitaire, monsieur. » 
 C. et F.
685. M. l’abbé Moussinot. 24 novembre. — « Je suis depuis huit jours. » 
 C.
686. Thieriot. 24 novembre. — « On m’a mandé que le Mondain. » 
 B.
687. Mlle Quinault. 26 novembre. — « On ne peut être plus touché. » 
 Éd. 1822.
688. Thieriot. Cirey, 27 novembre. « Assurément vous êtes le Père Mersenne. » 
 B.
689. M. Berger. 27 novembre. — « Voici le Mondain pour ce qu’il vaut. » 
 B.
690. L’abbé du Resnel. — « C’est bien mal reconnaître votre présent. » 
 B.
691. Le comte d’Argental. 1er décembre 1736. — « Votre ministère, à l’égard de Cirey. » 
 B.
692. M. de Mairan. Cirey, 1er décenabre. — « J’abuse de vos bontés. » 
 B.
693. De Frédéric. 3 décembre. — « J’ai été agréablement surpris. » 
 Pr.
694. L’abbé d’Olivet. Cirey. — « J’ai enfin reçu votre Prosodie. » 
 B.
695. Cideville. 8 décembre. — « Une comédie ; après une comédie. » 
 B.
696. Le comte de Tressan. 9 décembre. — « Il est certain que c’est M. le président Dupuy. » 
 B.
697. Le marquis d’Argens. Cirey. 10 décembre. — « J’attends avec bien de l’impatience. » 
 B.
698. M, Berger. Cirey, 12 décembre. — « Je reçois votre lettre du 8. » 
 B.
699. M. Berger. Cirey, décembre. — « Vous vous moquez de moi. » 
 B.
700. Le marquis d’Argens. 20 décembre. — « J’ai recu votre lettre du 10. » 
 B.
701. Le comte d’Argental. Décembre 1736. — « Votre amie a été d’abord bien étonnée. » 
 B.
702. Mme de Champbonin. Givet, décembre. — « M. de Champbonin a un cœur. » 
 B.
703. La marquise du Châtelet. — « … J’écris à Mme de Richelieu. » 
 B.
704. Frédéric, prince royal de Prusse. Leyde, décembre. — « Monseigneur, j’ai versé des larmes. » 
 B.
705. De Frédéric. Décembre. — « Je vous avoue que j’ai senti. » 
 Pr.
706. Thieriot. 24 décembre. — « Je ne vous écris point de ma main » 
 C. et F.

1737

707. M. Berger. Amsterdam, 3 janvier 1737. — « Je compte toujours, monsieur, sur votre amitié. » 
 B.
708. Frédéric, prince royal de Prusse. Leyde, janvier. — « Si j’étais malheureux, je serais bientôt consolé. » 
 B.
709. Thieriot. Leyde, 17 janvier. — « Il est vrai que j’ai été trés-malade. » 
 B.
710. De Frédéric. Janvier. — « Non, monsieur, je ne vous ai point envoyé.» 
 Pr.
711. Le marquis d’Argens. Leyde, 20 janvier 1737. — « Si les Lettres juives me plaisent. » 
 B.
712. Le comte d’Argental. Amsterdam, 27 janvier. — « Respectable ami, je vous dois compte. » 
 B.
713. Thieriot. 28 janvier. — « Il faut s’armer de patience. » 
 B.
714. Le marquis d’Argens. 28 janvier. — « Je n’ai pu achever la lecture. » 
 B.
715. De Frédéric. Février 1737. — « J’ai reçu avec beaucoup de plaisir la Défense du Mondain. » 
 Pr.
716. Le marquis d’Argens. Leyde, 2 février. — « Je crois, mon cher Isaac. » 
 B.
717. Thieriot. Leyde, 4 février 1737. — « J’ai fait ce que j’ai pu. » 
 B.
718. De Frédéric. 8 février. — « Ne vous embarrassez nullement du bruit. » 
 Pr.
719. Thieriot. Leyde, 14 février. — « Je reçois votre lettre du 7. » 
 B.
720. Cideville. Amsterdam, 18 février. — « J’ai reçu vos lettres. » 
 B.
721. Frédéric, prince royal de Prusse. — « Je ne sais par où commencer. » 
 B.
722. Mlle Quinault. 18 février. — « Dans quelque pays que je sois. » 
 Éd. 1822.
723. Le comte d’Argental. Leyde, 25 février. — « Je ne sais rien de rien. » 
 B.
724. Frédéric, prince royal de Prusse. Amsterdam, février. — « Les lauriers d’Apollon se fanaient sur la terre. » 
 B.
725. Mme de Champbonin. Amsterdam. — « Rien ne peut me surprendre.» 
 B.
726. De Frédéric. Février. — « J’ai été agréablement surpris par les vers. » 
 B.
727. De M. Rousset de Missy. 7 mars 1737. — « Je joins mes tendres remerciements. » 
 B.
728. L’abbé Moussinot. 18 mars. — « M. le marquis du Châtelet vous rendra. » 
 C.
729. L’abbé Moussinot. 18 mars. — « Je vous écris encore un petit mot. » 
 C.
730. M. S’Gravesande. Cirey. — « Vous vous souvenez, monsieur. » 
 B.
731. Le comte de Saxe. — « Voici la Défense du Mondain. » 
 B.
732. Le comte d’Argental. Cirey. — « Je profite, mon cher et respectable ami. » 
 B.
733. L’abbé Moussinot. 26 mars. « J’ai reçu votre lettre où vous me parlez. » 
 C.
734. L’abbé Moussinot. 27 mars. — « Vous me mandez, mon cher ami, que l’on a reçu. » 
 C.
735. L’abbé Moussinot. 30 mars. — « Grand merci de votre lettre du 24. » 
 C.
736. Frédéric, prince royal de Prusse. — « Deliciœ humani generis. » 
 B.
737. Duclos. Cirey, 3 avril. — « Si la personne, monsieur, que vous avez eu lu bonté. » 
 C. et F.
738. De Frédéric. 7 avril. — « Il n’y a pas Jusqu’à votre manière de cacheter. » 
 Pr.
739. L’abbé Moussinot. 13 avril. — « Je reçois votre lettre du 3 avril. » 
 C.
740. L’abbé Moussinot. 14 avril. — « Je reçois votre lettre du 6 avril. » 
 C.
741. Frédéric, prince royal de Prusse. Cirey. 17 avril. — « Voilà, mon seigneur, les réflexions. » 
 B.
742. L’abbé Moussinot. 20 avril. — « J’ai reçu votre lettre du 8 avril. » 
 C.
743. L’abbé Moussinot. 24 avril. — « Je vous envoyai par ma dernière. » 
 C.
744. L’abbé Moussinot. 7 ou 8 mai 1737. — « Après de nouvelles réflexions. » 
 C.
745. De Frédéric. 9 mai. — « Je viens de recevoir votre lettre. » 
 Pr.
746. L’abbé Moussinot. 11 mai. — « Si vous êtes encore à Paris. » 
 C.
747. M. Pitot. 17 mai. — « Vous m’aviez flatté, monsieur. » 
 B.
748. De Frédéric. 14 mai. — « Je vous demande excuse de l’injustice. » 
 Pr.
749. L’abbé Moussinot. 24 mai. — « En réponse à la lettre du 17. » 
 C.
750. De Frédéric. 25 mai 1737. — « Je viens de munir mon cher Césarion. » 
 Pr.
751. Frédéric, prince royal de Prusse. 27 mai. — « C’est sans doute un héros. » 
 B.
752. L’abbé Moussinot. 30 mai. — « En réponse à la vôtre du 26 mai. » 
 B.
753. Frédéric, prince royal de Prusse. Mai. — « J’ai reçu la lettre du prince philosophe. » 
 B.
754. M. Pitot. 29 mai. — « Cet ouvrage n’est guère fait. » 
 C. et F.
755. L’abbé Moussinot. 5 juin 1737. — « Je reçois votre lettre du 3. » 
 C.
756. L’abbé Moussinot. 5 juin. — « J’ai reçu votre lettre. » 
 C.
757. L’abbé Moussinot. 10 juin. — « En réponse à votre lettre du 7. » 
 C.
758. L’abbé Moussinot. 18 juin. — « Je vous traite, mon cher abbé. » 
 C.
759. M. Pitot. 20 juin. — « Vous devez avoir actuellement. » 
 B.
760. Le marquis d’Argens. 22 juin. — J’ai reçu vos Lettres. » 
 B.
761. L’abbé Moussinot. 23 juin. — « En réponse à votre lettre du 19. » 
 C.
762. L’abbé Moussinot. 27 juin. — « En réponse à celle du 24 de juin. » 
 C.
763. L’abbé Moussinot. 29 juin. — « Je reçois le paquet de M. Pitot. » 
 C.
764. De Frédéric. 6 juillet 1737. — « Si j’étais né poëte. » 
 Pr.
765. L’abbé Moussinot. 6 juillet. — « Je reçois votre lettre du 3 juillet. » 
 C.
766. L’abbé Moussinot. 8 juillet 1737. — « Chaque jour de poste, mon cher abbé. » 
 C.
767. Frédéric, prince royal de Prusse. Cirey, juillet. — « Je suis entouré de vos bienfaits. » 
 B.
768. L’abbé Moussinot. 15 juillet. — « En réponse à votre lettre du 12. » 
 C.
769. L’abbé Moussinot. 25 juillet. — « En réponse à la vôtre du 22. » 
 C.
770. L’abbé Moussinot. 30 juillet. — « J’ai été un peu malade. » 
 C.
771. Le baron de Keyserlingk. — « Favori d’un prince adorable. » 
 B.
772. L’abbé Moussinot. 5 auguste 1737. — « En réponse à la votre du 3. » 
 C.
773. De Frédéric. 16 août. — « Quoi ! sans cesse ajoutant merveilles sur merveilles. » 
 Pr.
774. L’abbé Moussinot. 17 auguste. — « En réponse à vos dernières du 9 et du 14. » 
 C.
775. L’abbé Moussinot. 19 Auguste. — « Il est parti aujourd’hui. » 
 C.
776. De Frédéric. — « Césarion m’a transporté. » 
 Pr.
777. L’abbé Moussinot. 17 septembre 1737. — « En réponse aux vôtre du 11 et du 12. » 
 C.
778. De Frédéric. 27 septembre. — « Si j’écrivais à un ingrat. » 
 Pr.
779. L’abbé Moussinot. 7 octobre 1737. — « J’ai reçu votre billet du 30 septembre. » 
 C.
780. Frédéric, prince royal de Prusse. — « Il est bien douloureux que Cirey. » 
 B.
781. Frédéric, prince royal de Prusse. — « J’ai reçu la derniére lettre. » Sur la Liberté. 
 B.
782. Frédéric, prince royal de Prusse. Cirey, 24 octobre. — « L’admiration, le respect. » 
 B.
783. L’abbé Moussinot. 28 octobre. — « Je vous prie d’envoyer sur-le-champ. » 
 C.
784. L’abbé Moussinot. 30 octobre. — « Voilà notre chimiste qui s’en retourne. » 
 C.
785. Le comte d’Argental. Cirey, 2 novembre 1737. — « Tout mon chagrin est donc à présent. » 
 B.
786. Thieriot. Cirey, 3 novembre. — « N’osant vous écrire par la poste. » 
 B.
787. Thieriot. — « Je n’ai reçu qu’aujourd’hui » 
 B.
788. L’abbé Moussinot. 7 novembre. — « En réponse à celle du 3. » 
 C.
789. L’abbé Moussinot. 11 ou 12 novembre. — « En réponse à la votre du 8. » 
 C.
790. De Frédéric. 13 (12) novembre. — « Je vous avoue qu’il n’est rien de plus trompeur. » 
 Pr.
791. L’abbé Moussinot. 17 novembre. — «Je reçois la votre du 15. » 
 C.
792. De Frédéric. 19 novembre. — « Je n’ai pas été le dernier. » 
 Pr.
793. L’abbé Moussinot. 3 décembre. — « En réponse à votre lettre du 23 novembre. » 
 C.
794. Mme de Champbonin Cirey, décembre 1737. — « Aimable amie, je n’ai point été libre. » 
 B.
795. Thieriot. Cirey, décembre. — « Je vois par votre lettre. » 
 B.
796. De Frédéric. 6 décembre 1737. — « Misérable inconstance humaine. » 
 Pr.
797. L’abbé Moussinot. 7 décembre. — « Je reçois votre lettre du 4. » 
 C.
798. L’abbé Moussinot. 10 décembre. " — « Je me hâte de répondre à votre lettre du 8. » 
 C.
799. L’abbé Moussinot. 13 décembre. — « Il y a plaisir, mon cher ami. » 
 C.
800. L’abbé Moussinot. 14 décembre. — « En réponse à votre lettre du 9. » 
 C.
801. Thieriot. Cirey, 15 décembre. — « J’ai reçu la lettre du prince. » 
 B. et F.
802. Frédéric, prince royal de Prusse. Cirey, 20 décembre. — « J’ai reçu le 12. » 
 B.
803. Thieriot. Cirey. 21 décembre. — « Je réponds en hâte à votre lettre. » 
 B.
804. Thieriot. 23 décembre. — « Je n’ai rien à ajouter. » 
 B.
805. Cideville. Cirey, 23 décembre. — « L’Amitié, ma déesse unique. » 
 B.
806. Formont. Cirey, 23 décembre. — » À mon très-cher ami Formont. » 
 B.
807. De Frédéric. 26 décembre. — « J’ai été richement dédommagé. » 
 Pr.
808. L’abbé Moussinot. 28 décembre. — « Voici deux papiers que je supplie. » 
 C.
809. L’abbé Moussinot. 29 décembre. — « Je viens de me faire informer. » 
 C.
1738
810. Mlle Quinault. Cirey, 2 janvier 1738. — « Lorsque deux personnes qui ont. » 
 Éd. 1822.
811. L’abbé Moussinot. 4 janvier. — «Je reçois votre lettre du 1er. » 
 C.
812. L’abbé Moussinot. 10 janvier. — « En réponse à votre lettre du 6. » 
 C.
813. De Frédéric. 14 janvier. — « Vous me faites la plus jolie galanterie. » 
 Pr.
814. Frédéric, prince royal de Prusse. — « Je reçois à la fois les plus agréables étrennes. » 
 B.
814. De Frédéric. 19 janvier. — « J’espère que vous avez reçu à présent. » 
 Pr.
816. Frédéric, prince royal de Prusse. — « Votre Altesse royale a dû recevoir. » 
 B.
817. L’abbé Moussinot. 20 janvier. — « Je me recommande à vous. » 
 C.
818. Thieriot. Cirey, 22 janvier. — « Cette lettre et le paquet. » 
 B. et F. App. 1865.
819. Frédéric, prince royal de Prusse. 23 janvier. — « Je reçois de Berlin une lettre. » 
 C.
820. Thieriot. Cirey, 24 janvier. — « Je reçois un paquet de vous. » 
 B. et F.
821. L’abbé Moussinot. 23 janvier. — « En réponse à votre lettre du 22. » 
 C.
822. Thieriot. Cirey, 23 janvier. — « Je comptais vous envoyer. » 
 B.
823. Maupertuis. Cirey. — « Romulus et Liber pater. » 
 B.
824. De Frédéric. 4 février 1738. — « Je suis bien fâché que l’histoire. » 
 Pr.
825. Frédéric, prince royal de Prusse. 3 février. — « Prince, cet anneau magnifique. » 
 B.
826. Thieriot. Cirey, 7 février. — « Je vous envoie une lettre. » 
 B.
827. L’abbé Moussinot. 11 février. — « Je vous prie de joindre. » 
 C.
828. De Frédéric. 17 février. — « On vient de me rendre votre lettre. » 
 Pr.
829. De Frédéric. 19 février. — « Je viens de recevoir la lettre. » 
 Pr.
830. Jore au lieutenant général de police. — « Je suis trop pénétré. » 
 L. Led.
831. Le lieutenant général de police. 21 février. — « J’ai toujours eu une si grande confiance. » 
 L. Led.
832. Mlle Quinault. Cirey, 22 février. — « Charmante Thalie puisque vous voulez bien. » 
 Éd. 1822.
833. Thieriot. 22 février. — « J’ai reçu votre lettre et les paquets. » 
 C. et F.
834. Prault. Cirey, 24 février. — « J’ai reçu votre lettre du 20. » 
 B.
835. De Frédéric. 27 février. — « Vos ouvrages n’ont aucun prix. » 
 B.
836. M. Berger. — « Vous avez grande raison. » 
 B.
837. Frédéric, prince royal de Prusse. — « Une maladie qui a fait le tour. » 
 B.
838. L’abbé Moussinot. 6 mars 1738. — « Vous verrez, par cette petite réponse » 
 C.
839. Le prince de Guise. — « Je reçois en même temps une lettre. » 
 B.
840. Thieriot. Cirey, 8 mars 1738. — « J’étais bien étonné. » 
 B.
841. Frédéric. prince royal de Prusse. 8 mars. — » Le plus zélé de vos admirateurs. » 
 B.
842. Thieriot. Cirey, 22 mars. — « Allez vous faire …. » 
 B.
843. M. Rameau. — « Je vous félicite beaucoup. » 
 B.
844. L’abbé Moussinot. 27 mars. — « En réponse à celle du 24. » 
 C.
845. De Frédéric. 28 mars. — « J’ai reçu votre lettre du 8. » 
 Pr.
846. Thieriot. 28 mars. — « Je vois que Maximien. » 
 B.
847. De Frédéric. 31 mars. — « Je suis obligé de vous avertir. » 
 Pr.
848. L’abbé Moussinot. 3 avril 1738. — « En réponse à celle du 31. » 
 C.
849. M. Berger. Cirey, avril. — « Mme la marquise du Châtelet. » 
 B.
850. Thieriot. 10 avril. — « J’ai reçu le petit écrit. » 
 B.
851. De Frédéric. 19 avril. — « J’y perds de toutes les façons. » 
 Pr.
852. Thieriot. Cirey, 23 avril. — « Je reçois un paquet de notre prince. » 
 B.
853. Frédéric, prince royal de Prusse. — « J’ai reçu des nouveaux bienfaits.» 
 B.
854. Thieriot. — « Je reçois votre lettre du 25. » 
 B.
855. L’abbé Moussinot. 29 avril 1738. — « Je reçois votre lettre du 26. » 
 C.
856. Thieriot. Cirey, 1er mai 1738. — « Vous faites fort mal. » 
 B. et F.
857. Le comte d’Argental. 2 mai. — « Je vous importunerai. » 
 C. et F.
858. Le comte d’Argental. 4 mai. — « Je ne puis laisser partir. » 
 B.
859. Thieriot. Cirey, 5 mai. — « Je vous ai envoyé un chiffon. » 
 B.
860. L’abbé Moussinot. 5 mai. — « Je reçois votre lettre du 1er » 
 C.
861. L’abbé Moussinot. 9 mai. — « Je reçois la lettre du 5 mai. » 
 C.
862. Thieriot. Cirey, 9 mai. — « Voici un petit paquet. » 
 C. et F.
863. Le comte d’Argental. 9 mai. — « Puis-je ajouter un mot. » 
 C. et F.
864. Pont-de-Veyle. 10 mai. — « Je fais mon très-humble compliment. » 
 B.
865. Madame Denis à M. Thieriot. 10 mai. — « Je suis ici du 22 avril. » 
 P. in. 1820
866. Thieriot. 11 mai. — « Je reçois votre lettre du 7 mai. » 
 C. et F.
867. M. Berger. Cirey, 14 mai. — « Il y a longtemps qu’on m’impute. » 
 B.
868. M. Pitot. 18 mai. — « Mon cher philosophe, en vous remerciant. » 
 C. et F.
869. L’abbé Moussinot. 18 mai. — « Je reçois vos lettres. » 
 C.
870. Frédéric, prince royal de Prusse. 20 mai 1738. — « Vos jours de poste sont comme les jours de Titus. » 
 B.
871. Thieriot. Cirey, 21 mai. — « Quand Descartes était malade. » 
 B.
872. Maupertuis. 22 mai. — « Je viens de lire une histoire. » 
 B.
873. Thieriot. — « Père Mersenne, je reçois votre lettre du 9. » 
 B.
874. Maupertuis. Cirey, 25 mai. — « Voici une obligation que Cirey. » 
 B.
875. L’abbé Moussinot. 5 juin 1738. — « En réponse à celles des 31 mai et 2 juin. » 
 C.
876. Thieriot. 5 juin. — « Vous passez donc une partie de vos beaux jours. » 
 B.
877. De Frédéric. — « Mon cher ami, ce titre vous est du. » 
 Pr.
878. L’abbé Moussinot. 12 juin. — « En vous remerciant toujours de tous vos soins. » 
 C.
879. Le comte d’Argental. 12 juin. — « Mme de Richelieu a dû vous remettre, » 
 B.
880. Maupertuis. Cirey, 15 juin. — « En vérité, M. le chevalier Isaac. » 
 B.
881. L’abbé Moussinot. 17 juin. — « En réponse à celle du 11 juin. » 
 C.
882. De Frédéric. 17 juin. — « C’est la marque d’un génie bien supérieur. » 
 Pr.
883. Frédéric, prince royal de Prusse. — « J’ai reçu une partie des nouvelles faveurs. » 
 B.
884. Thieriot. — « Voici un paquet pour le prince philosophe. » 
 B. et F.
885. M. R***. Cirey, 20 juin 1738. — « Quelques affaires Indispensables. » 
 B.
886. Thieriot. 23 juin. — « Je suis depuis quinze jours. » 
 B.
887. Thieriot. 23 juin. — « Il y a bien une autre omission. » 
 C. et F.(Suppl.)
888. Pont-de-Veyle. Cirey, 23 juin. — « Enfin nous avons lu. » 
 B.
889. L’abbé Moussinot. 28 juin. — « J’attends de vos nouvelles. » 
 C.
890. Frédéric, prince royal de Prusse. Cirey, juin. — « Quand j’ai reçu le nouveau bienfait. » 
 B.
891. M. Pitot. Juillet 1738. — « En vous remerciant, mon très-cher et très-éclairé philosophe. » 
 B.
892. M. Cousin. 3 juillet. — « J’ai reçu votre lettre du 30. » 
 C.
893. L’abbé Moussinot. Cirey, 3 juillet. — « Je reçois dans le moment deux lettres. » 
 C.
894. L’abbé Moussinot. 5 juillet. — « Je vous réitère toutes mes petites prières. » 
 C.
895. L’abbé Moussinot. 7 juillet. — « J’ai reçu votre lettre du 4. » 
 C.
896. MM. Ledet et Cie. 7 juillet. — « Vous avez, sans m’en avertir. » 
 B.
897. L’abbé Prévost. Sur les Éléments de Newton. — « Je viens de recevoir par la poste. » 
 B.
898. L’abbé Moussinot. 11 juillet. — « Vous m’aurez fait un très-sensible plaisir. » 
 C.
899. M. Berger. Cirey, juillet. — « Je serais fort aise que vous fussiez. » 
 B.
900. Thieriot. Juillet. — « Je vous adresse ce paquet. » 
 C. et F.
901. M. Berger. Cirey. — « J’ai reçu votre lettre. » 
 B.
902. L’abbé Moussinot. 14 juillet. — « Il n’y a qu’à renvoyer la montre. » 
 C.
903. Le comte d’Argental. 14 juillet. — « La route de Paris à Pont-de-Veyle. » 
 B.
904. Cideville. Cirey, 14 juillet. — « Malgré mon silence coupable. » 
 B.
905. M. Berger. — « Apparemment que vous n’avez pas reçu. » 
 B.
906. Maupertuis. Juillet. — « Voyez, notre maître à tous, si vous voulez. » 
 B.
907. L’abbé Moussinot. 21 juillet. — « En réponse à votre paquet. » 
 C.
908. De Frédéric. 24 juillet. — « Me voilà rapproché de plus de 60 lieues. » 
 Pr.
909. M. de Marville. 25 juillet. — « Je me donnerai bien de garde. » 
 B.
910. Maupertuis, Cirey, 26 juillet. — « Depuis feu saint Thomas. » 
 B.
911. L’abbé Moussinot. 2 auguste 1738. — « Je reçois une nouvelle bien agréable. » 
 C.
912. Thieriot. Cirey, 2 août. — « Je vous remercie bien tendrement. » 
 B.
913. L’abbé Moussinot. 4 auguste. — « Voici deux petites négociations. » 
 C.
914. M. Pitot. 4 août. — « Je ne veux pas croire, mon cher ami. » 
 C. et F.
915. Frédéric, prince royal de Prusse. 5 août. — « J"ai reçu la plus belle et la plus solide. » 
 B.
916. De Frédéric. 6 août. - « Je vous reconnais, je reconnais mon sang. » 
 Pr.
917. L’abbé Moussinot. 7 auguste 1738. - « Je n’ai donc nulle nouvelle de ma caisse. » 
 C.
918. Thieriot. 7 août. - « Je reçois votre lettre du 1er » 
 B.
919. Helvétius. 10 août. - « Je reçois dans ce moment. » 
 B.
920. Thieriot. Cirey, 11 août. - « Nous savons très-bien actuellement. » 
 C. et F.
921. De Demoulin. 12 août. - « Nous vous remercions très-humblement. » 
 B.
922. L’abbé Moussinot. 14 auguste. - « En réponse à vos deux lettres. » 
 C.
923. Thieriot. Cirey, 14 août. - « I thank you, my dear Tieriot. » 
 Pièces in. 1820
924. Mlle Quinault. Cirey, 16 août. - « Vous voilà, charmante Thalie. » 
 C. et F.
925. Frédéric, prince royal de Prusse. - « Votre Altesse royale me reproche. » 
 B.
926. L’abbé Moussinot. 18 auguste. - « En réponse à vos dernières. » 
 C.
927. Thieriot. Cirey, 20 août. - « Je reçois votre lettre du 15. » 
 C. et F.
928. Frédéric, prince royal de Prusse. - « Je suis presque ressuscité. » 
 B.
929. Au rédacteur de la Bibliothèque française Cirey. 30 août. - « J’ai reçu le petit écrit. » 
 B.
930. L’abbé Moussinot. 2 septembre 1738. - « J’ai été si mal. » 
 C.
931. Maupertuis. 10 septembre. - « Si je n’étais pas presque toujours malade. » 
 B.
932. De Frédéric. 11 septembre. - « Un voyage assez long. » 
 Pr.
933. M. de Mairan. Cirey, 11 septembre 1738. - « Le livre que j’ai eu l’honneur. » 
 B.
934. Helvétius. 11 septembre. - « Mon aimable ami, qui ferez honneur. » 
 B.
935. De Frédéric. 14 septembre. - « Je viens de recevoir dans ce moment. » 
 Pr.
936. De Frédéric. 30 septembre. - « Quoi ! des bords du sombre Élysée. » 
 Pr.
937. Frédéric, prince royal de Prusse. Cirey, septembre ou octobre 1738. - « Je vois toujours avec une satisfaction. » 
 B.


PERSONNAGES
AUXQUELS SONT ADRESSÉES LES LETTRES DE LA CORRESPONDANCE.


Anonymes. Lettres 502, 607, 885.
Aremberg (le duc d’). Lettre 633.
Argens (le marquis d’). Lettres 636, 644, 661, 674, 682, 697, 700, 711, 714, 716, 760.
Argental (le comte d’). Lettres 548, 567, 591, 599, 691, 701, 712, 723, 732, 785, 857, 858, 863, 879, 903.
Asselin (l’abbé). Lettres 552, 577.
Berger. Lettres 543, 551, 554, 592, 621, 623, 625, 639, 641, 643. 645, 648, 651, 653, 656, 658, 660, 667, 683, 689, 698, 699, 707, 836, 849, 867, 899, 901, 905.
Bibliothèque française (les auteurs de la). Lettres 646, 929.
Caumont (le marquis de). Lettre 627.
Champronin (Mme de). Lettres 671, 702, 725, 794.
Châtelet (Mme la marquise du) Lettre 703.
Chauvelin (de), garde des sceaux. Lettres 614, 615, 616, 018.
Cideville. Lettres 542, 546, 564, 586, 600, 602, 608, 612, 617, 626, 650, 695, 720, 805, 904.
Cousin. Lettre 892.
Deffant (la marquise du). Lettre 581.
Dubreuil. Lettre 673.
Duclos (M.). Lettre 737.
Falkener (le chevalier). Lettre 566.
Forcalquier (de Brancas, comte de). Lettre 684.
Formont. Lettres 545, 547, 595, 601, 806.
Frédéric, prince royal de Prusse. Lettres 631, 704, 708, 721, 724, 736, 741, 751, 753, 767, 780, 781, 782, 802, 814, 816, 819, 825, 837, 841, 853, 870, 883, 890, 915, 925, 928, 937.
Guise (le prince de). Lettre 839.
Helvétius (Claude-Adrien). Lettres 919, 934.
Hérault, lieutenant général de police. Lettres 604, 605, 610, 611, 613, 619, 620, 831.
Jore (le libraire). Lettre 584.
Keyserlingk (le baron de). Lettre 771.
La Chaussée. Lettre 598.
La Faye (Jean-François Leriget de). Lettre 649.
Lamare (l’abbé de). Lettre 576.
La Roque. Lettre 559.
Le Blanc (l’abbé). Lettre 563.
Ledet (MM.), libraires à Amsterdam. Lettre 896.
Mairan. Lettres 677, 692, 933.
Marville (Feydeau de). Lettre 909.
Maupertuis. Lettres 596, 597, 823, 872, 874, 880, 906, 910, 931.
Moncrif. Lettre 670.
Moussinot (l’abbé). Lettres 572, 583, 585, 587, 589, 593, 594, 622, 624, 635, 675, 678, 680, 685, 728, 729, 733, 734, 735, 739, 740, 742, 743, 744, 746, 749, 752, 755, 756, 757, 758, 761, 762, 763, 765, 766, 768, 769, 770, 772, 774, 775, 777, 779, 783, 784, 788, 789, 791, 793, 797, 798, 799, 800, 808, 809, 811, 812, 817, 821, 827, 838, 844, 848, 855, 860, 861, 869, 875, 881, 889, 893, 894, 895, 898, 902, 907, 911, 913, 917, 922, 926, 930.
Olivet (l’abbé d’). Lettres 540, 500, 642, 662, 694.
Fallu, intendant de Moulins. Lettre 557.
Pitot, de l’Académie des sciences. Lettres 634, 747, 754, 759, 808, 891, 914.
Pont-de-Veyle (Antoine de Ferriol, comte de). Lettres 663, 864, 888.
Prault. Lettres 558, 668, 834.
Prévost (l’abbé). Lettre 897.
Quinault (Mlle). Lettres 575, 579, 588, 590, 630, 638, 655, 657, 664, 672, 687, 722, 810, 832, 924.
Rameau, Lettre 843.
Resnel (l’abbé du). Lettres 669, 690.
Roch. Lettre 885.
Sauzet (du), rédacteur de la Bibliothèque française. Lettre 929
Saxe (le maréchal de). Lettre 731.
S’Gravesande. Lettre 730.
Thieriot. Lettres 541, 544, 549, 550, 553, 555, 556, 561, 565, 568, 569, 570, 571, 573, 574, 578, 580, 582, 603, 628, 632, 637, 647, 652, 654, 659, 666, 681, 686, 688, 706, 709, 713, 717, 719, 786, 787, 795, 801, 803, 804, 818, 820, 822, 826, 833, 840, 842, 846, 850, 852, 854, 856, 859, 862, 866, 871, 873, 876, 878, 884, 886, 887, 900, 912, 918, 920, 923, 927.
Tressan (le comte de). Lettres 665, 696.


PERSONNAGES
QUI ONT ADRESSÉ DES LETTRES À VOLTAIRE.


Anonyme. Lettre 609.
Demoulin. Lettre 921.
Frédéric, prince royal de Prusse. Lettres 629, 640, 676, 679, 693, 705, 710, 715, 718, 720, 738, 745, 748. 750, 764, 773, 776, 778, 790, 792, 796, 807, 813, 815, 824, 828, 829, 835, 845, 847, 851, 877, 882, 908, 916, 932, 935, 936.
Rousset de Missy. Lettre 727.


PERSONNAGES
QUI ONT ÉCRIT DES LETTRES CONCERNANT VOLTAIRE.
Denis (Mme). Lettre n » 865, à Thicriot.
Jore (le libraire). Factum contre Voltaire, n° 606. — Lettre au lieutenant général de police, n" 830.



FIN DE LA TABLE DU TOME XXXIV.