éléments Wikidata

Livre:Marcellin, Jornandès, Frontin, Végèce, Modestus - Traductions de Nisard, 1860.djvu

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Marcellin, Jornandès, Frontin, Végèce, Modestus - Traductions de Nisard, 1860.djvu
TitreMarcellin, Jornandès, Frontin, Végèce, Modestus
AuteurAmmien Marcellin Voir et modifier les données sur Wikidata, Jornandès, Frontin Voir et modifier les données sur Wikidata, Végèce Voir et modifier les données sur Wikidata, Modestus
TraducteurDésiré Nisard Voir et modifier les données sur Wikidata
Maison d’éditionFirmin Didot Frères
Lieu d’éditionParis
Année d’édition1860
BibliothèqueGoogle Books
Fac-similésdjvu
AvancementÀ corriger

Pages

- - - - Titre -  i  ii  iii - 001 002 003 004 005 006 007 008 009 010 011 012 013 014 015 016 017 018 019 020 021 022 023 024 025 026 027 028 029 030 031 032 033 034 035 036 037 038 039 040 041 042 043 044 045 046 047 048 049 050 051 052 053 054 055 056 057 058 059 060 061 062 063 064 065 066 067 068 069 070 071 072 073 074 075 076 077 078 079 080 081 082 083 084 085 086 087 088 089 090 091 092 093 094 095 096 097 098 099 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318 319 320 321 322 323 324 325 326 327 328 329 330 331 332 333 334 335 336 337 338 339 340 341 342 343 344 345 346 347 348 349 350 351 352 353 354 355 356 357 358 359 360 361 362 363 364 365 366 367 368 369 370 371 372 373 374 375 376 377 378 379 380 381 382 383 384 385 386 387 388 389 390 391 392 393 394 395 396 397 398 399 400 401 402 403 404 405 406 407 408 409 410 411 412 413 414 415 416 417 418 419 420 421 422 423 424 425 426 427 428 429 430 431 432 433 434 435 436 437 438 439 440 441 442 443 444 445 446 447 448 449 450 451 452 453 454 455 456 457 458 459 460 461 462 463 464 465 466 467 468 469 470 471 472 473 474 475 476 477 478 479 480 481 482 483 484 485 486 487 488 489 490 491 492 493 494 495 496 497 498 499 500 501 502 503 504 505 506 507 508 509 510 511 512 513 514 515 516 517 518 519 520 521 522 523 524 525 526 527 528 529 530 531 532 533 534 535 536 537 538 539 540 541 542 543 544 545 546 547 548 549 550 551 552 553 554 555 556 557 558 559 560 561 562 563 564 565 566 567 568 569 570 571 572 573 574 575 576 577 578 579 580 581 582 583 584 585 586 587 588 589 590 591 592 593 594 595 596 597 598 599 600 601 602 603 604 605 606 607 608 609 610 611 612 613 614 615 616 617 618 619 620 621 622 623 624 625 626 627 628 629 630 631 632 633 634 635 636 637 638 639 640 641 642 643 644 645 646 647 648 649 650 651 652 653 654 655 656 657 658 659 660 661 662 663 664 665 666 667 668 669 670 671 672 673 674 675 676 677 678 679 680 681 682 683 684 685 686 687 688 689 690 691 692 693 694 695 696 697 698 699 700 701 702 703 704 705 706 707 708 709 710 711 712 713 714 715 716 717 718 719 720 721 722 723 724 725 726 727 728 729 730 731 732 733 734 735 736 737 738 739 740 741 742 743 744 745 746 747 748 749 750 751 752 753 754 755 756 757 758 759 760 761 762 763 764 765 766 767 768 769 770 771 772 773 774 775 776 777 778 779 780 781 782 783 784 785 786 787 788 789 790 791 792 793 794 795 796 797 798 799 800 801 802 803 804 805 806 807 808 809 810 811 - TdM TdM TdM TdM TdM TdM TdM TdM -

Inclut:

TABLE DES MATIÈRES

CONTENUES DANS CE VOLUME.


AMMIEN MARCELLIN.

Traduction nouvelle, par M. Th. SAVALÈTE.

Les treize premiers livres manquent.
Notice sur Ammien Marcellin. 
 V
LIVRE XIV.
Sommaire. I. Caractère odieux du César Gallus. — II. Irruption des Isauriens. — III. Tentative avortée des Perses. — IV. Incursions des Sarrasins. Leurs mœurs. — V. Supplices des partisans de Magnence. — VI. Corruption du sénat et du peuple romain. — VII. Barbarie et fureurs de Gallus. — VIII. Description des provinces d’Orient. — IX. Nouvelles cruautés du César Gallus. — X. Constance donne la paix aux Allemands, qui l’implorent. — XI. Gallus est mandé par l’empereur et décapité. 
 Pag. 1
LIVRE XV.
Somm. I. On annonce à l’empereur la mort du César Gallus. — II. Ursicin, général de la cavalerie en Orient, Julien, frère de Gallus, et le chambellan Gorgonius, accusés du crime de lèse-majesté. — III. Rigueurs exercées contre les amis et serviteurs de Gallus. — IV. Constance taille en pièces et met en fuite les Allemands Lentiens[1]. — V. Sylvain, Frank de naissance, et général de l’infanterie dans les Gaules, est salué empereur à Cologne. Il tombe dans un piége, et périt après vingt-huit jours de règne. — VI. Les amis et complices de Sylvain sont mis à mort. — VII. Séditions réprimées à Rome par le préfet Léonce. L’évéque Libère est enlevé de son siége. — VIII. Constance donne le titre de César à Julien, frère de Gallus, et lui confie l’administration des Gaules. — IX. Origine des Gaulois. Étymologie des noms de Celtes et de Galates. Corporations savantes chez ces peuples. — X. Alpes gauloises. Communications ouvertes au travers de ces montagnes. — XI. Divisions du territoire et description sommaire des Gaules et du cours du Rhône. — XII. Mœurs des Gaulois. — XIII. Musonien préfet du prétoire en Orient. 
 Pag. 26
LIVRE XVI.
Somm. 1. Éloge du César Julien. — II. Julien attaque les Allemands, les bat, les disperse, et leur fait des prisonniers. — III. Il reprend Cologne sur les Franks, et traite avec leurs chefs. — IV. Il soutient un siège dans Sens contre les Allemands. — V. Vertus du César Julien. — VI. Arbétion accusé et absous. — VII. Euthère, chambellan de Julien, défend son maître contre Marcel. Éloge d’Euthère. — VIII. Les faux rapports et les calomnies circulent dans le camp de Constance. Rapacité de ses courtisans. — IX. Négociations pour la paix avec les Perses. — X. Appareil belliqueux et presque triomphal de l’entrée de Constance à Rome. — XI. Le César Julien attaque les Allemands dans les îles du Rhin, où ils avaient pris refuge, et relève les défenses des Trois Tavernes[2]. — XII. Coalition des rois allemands contre la Gaule. Julien les attaque et les défait près d’Argentoratum[3]
 Pag. 47
LIVRE XVII.
Somm. I. Julien, après la défaite des Allemands, passe le Rhin, et détruit par le fer et la flamme les établissements de ce peuple. Il répare le fort de Trqjan, et accorde aux Barbares une trêve de dix mois. — II. Julien réduit par la famine une bande de Franks, qui faisait des courses dans la Germanie. — III. Ses efforts pour alléger dans les Gaules le poids des impôts. — IV. Constance fait élever un obélisque à Rome dans le grand cirque. Des obélisques et des hiéroglyphes. — V. Correspondance et négociations inutiles pour la paix entre Constance et Sapor, roi de Perse. — VI. Les Juthunges, nation allemande, désolent la Rhétie. Ils sont battus et mis en fuite par les Romains. — VII. Nicomédie détruite par un tremblement de terre. Variétés de ce phénomène. — VIII. Julien reçoit la soumission des Saliens, nation franke. Il bat ou fait prisonniers une partie des Chamaves, et donne la paix au reste. — IX. Julien relève trois forts sur la Meuse, et se trouve en butte aux reproches et aux menaces des soldats irrités par la disette. — X. Les rois allemands Suomaire et Hortaire obtiennent la paix en rendant leurs prisonniers. — XI. Sarcasmes des envieux sur les hauts faits d’armes de Julien. On l’accuse à la cour d’indolence et de pusillanimité. — XII. Constance oblige les Sarmates ainsi que les Quades, qui dévastaient la Mésie et les deux Pannonies, à rendre leurs prisonniers et à livrer des otages. Il remet les Sarmates expulsés en possession de leurs terres, et leur donne un roi. — XIII. Constance fait un grand carnage des Limigantes, et les force à s’expatrier. Sa harangue à l’armée. — XIV. Les envoyés romains quittent la Perse sans avoir conclu la paix. Sapor envahit de nouveau la Mésopotamie et l’Arménie. 
 Pag. 70
LIVRE XVIII.
Somm. I. Bienfaits de la présence de Julien dans les Gaules. Il tient la main à ce que la Justice y soit partout observée. — II. Il répare les murs des forts sur le Rhin recouvrés sur l’ennemi. ravage une partie du pays des Allemands, et oblige cinq de leurs rois à demander la paix et à rendre leurs prisonniers. — III. Barbation, général de l’infanterie, décapité avec sa femme par l’ordre de Constance. — IV. Sapor, roi de Perse, se dispose à attaquer les Romains avec toutes ses forces. — V. Le protecteur Antonio passe avec sa famille auprès de Sapor, dont il confirme les dispositions déjà hostiles aux Romains. — VI. Ursicin, rappelé d’Orient, reçoit un contre-ordre en Thrace, et retourne en Mésopotamie. Il charge Ammien d’observer la marche des Perses. — VII. Sapor, réuni aux rois des Chionites et des Albains, fait irruption en Mésopotamie. Les Romains mettent eux-mêmes le feu à leurs moissons, rappellent dans les villes la population des campagnes, et couvrent de forts et de châteaux la rive citérieure de l’Euphrate. — VIII. Un détachement d’Illyriens, fort de sept cents chevaux, se laisse surprendre par les Perses. Ursicin, dans une rencontre avec un corps de Perses très-supérieur, s’échappe d’un côté, Ammien d’un autre. — IX. Description d’Amide. Force de la garnison de cette ville en légions et en cavalerie. — X. Deux forts romains se rendent à Sapor. 
 Pag. 92
LIVRE XIX.
Somm. I. Sapor engage les habitants d’Amide à se rendre. Il est accueilli à coups de flèches et de traits de balistes. Le roi des Chionites renouvelle la sommation ; son fils est tué à ses côtés. — II. Amide est investie, et les Perses lui
livrent assaut deux fois en deux jours. — III. Ursicin propose une diversion nocturne contre les assiégeants. Sabinien s’y oppose. — IV. La peste se déclare à Amide ; elle est dissipée au bout de dix Jours par une petite pluie. Des causes et des variétés de ce fléau. — V. Nouvel assaut de la ville, combiné avec une surprise à l’intérieur, au moyen d’un passage secret livré par un transfuge. — VI. Une sortie opérée par les troupes gauloises fait beaucoup de mal aux Perses.— VII. Ils élèvent des tours et autres ouvrages de siège qui sont brûlés parles Romains. — VIII. Les Perses s’emparent de la ville au moyen de terrasses qu’ils parviennent à appuyer contre les murs. Ammien s’échappe à la faveur de la nuit, et gagne Antioche. — IX. Les officiers romains qui commandaient à Amide sont mis à mort ou jetés dans les fers. Craugase de Ninive passe du côté des Perses, entraîné par le désir de revoir sa femme. — X. La crainte d’une disette cause des séditions à Rome. — XI. Les Sarmates Limigantes, sous couleur de demander la paix, attaquent l’empereur, et sont repoussés avec grande perte. — XII. Accusations et condamnations nombreuses pour crime de lèse-majesté. — XIII. Brigandages des Isauriens réprimés par le comte Laurice 
 Pag. 107
LIVRE XX.
Somm. I. Envoi en Bretagne de Lupicin avec une armée, à l’effet de réprimer les incursions des Écossais et des Pictes. — II. Ursicin devenu général de l’infanterie, calomnié et destitué. — III. Éclipse du soleil, phénomène du parhélie. Des éclipses du soleil et de la lune, et des phases diverses de ce dernier astre. — IV. Julien, hivernant à Lutèce, est proclamé empereur malgré lui par les légions gauloises, que Constance voulait lui enlever pour les envoyer contre les Perses. — V. Sa harangue à l’armée. — VI. Sapor assiège et prend Singare. Il transporte en Perse tous les habitants, avec un détachement de cavalerie auxiliaire, et deux légions formant la garnison de la ville, qui est rasée. — VII. Sapor prend la ville de Bézabde, défendue par trois légions. Il la répare ensuite et l’approvisionne. Il échoue devant la forteresse de Virta. — VIII. Julien instruit Constance par une lettre de ce qui s’était passé à Lutèce. — IX. Constance mande à Julien de se contenter du titre de César. Opposition unanime des légions gauloises. — X. Julien passe le Rhin, et tombe à l’improviste sur les Franks nommés Attuaires, en tue un grand nombre et donne la paix au reste. — XI. Constance assiège Bézabde avec toutes ses forces, et se retire sans avoir réussi. De l’arc-en-ciel. 
 Pag. 125
LIVRE XXI.
Somm. I. Julien Auguste célèbre à Vienne les fêtes quinquennales. Comment il augura que la fin de Constance était prochaine. Des divers moyens de connaitre l’avenir. — II. Julien Auguste se donne pour chrétien, afin de se rendre agréable au peuple de Vienne, et va publiquement prier dans une église. — III. Vadomaire, roi des Allemands, rompt le traité, et envoie des coureurs piller nos frontières. Il nous tue quelques hommes, avec le comte Libinon, qui les commandait — IV. Julien intercepte une lettre de Vadomaire à Constance, et fait saisir ce roi dans un festin. Il taille en pièces ou fait prisonniers une partie des Allemands, et accorde la paix au reste. — V. Julien harangue ses soldats, et les décide à faire la guerre à Constance. — VI. Constance épouse Faustine. Il renforce son armée, et s’attache par des présents les rois d’Arménie et d’Ibérie. — VII. Constance, sans quitter Antioche, contient l’Afrique dans le devoir par le ministère du notaire Gaudens. Il passe l’Euphrate, et se rend à Édesse avec l’armée. — VIII. Julien, après avoir mis ordre aux affaires des Gaules, se porte sur le Danube, et fait prendre les devants à une partie de son armée par l’Italie et par la Rhétie. — IX. Les consuls Taurus et Florence, tous deux préfets du prétoire, s’enfuient à l’approche de Julien, l’un en Illyrie, l’autre en Italie. Lucillien, maître général de la cavalerie, veut résister ; il est surpris et arrêté. — X. La ville et la garnison de Sunium, capitale de l’Illyrie orientale, se rendent à Julien. Il occupe le pas de Sucques, et écrit contre Constance au sénat. — XI. Deux légions qui s’étaient rangées à Sirmium du parti de Julien, et qu’il envoyait dans les Gaules, occupent Aquilée de concert avec les habitants, et en ferment les portes à Julien. — XII. Aquilée soutient un siège dans l’intérêt de Constance. A la nouvelle de la mort de ce prince, la place se rend à Julien. — XIII. Sapor se retire devant des auspices défavorables. Constance, sur le point de marcher contre Julien, harangue ses troupes à Hiérapolis. — XIV. Présages de la mort de Constance. — XV. Il meurt a Mopsucrène en Cilicie — XVI. Qualités et défauts de ce prince. 
 Pag. 145
LIVRE XXII.
Somm. I. Julien, arrêté en Dacie par la crainte de Constance, y consulte en secret les aruspices et les augures. — II. A la nouvelle de la mort de l’empereur, il traverse rapidement la Thrace, entre paisiblement dans Constantinople, et se voit maitre de l’empire romain sans coup férir. — III. Condamnations plus ou moins justifiables des partisans de Constance. — IV. Julien chasse du palais les eunuques, les barbiers et les cuisiniers. Vices des eunuques du palais, et corruption de la discipline militaire. — V. Julien professe publiquement le culte des dieux, qu’il n’avait observé jusque-là qu’à la dérobée, et travaille à susciter des conflits entre les évêques chrétiens. — VI. Expédient qu’il emploie pour se débarrasser des importunes réclamations de quelques Égyptiens, et pour renvoyer chez eux les pétitionnaires. — VII. Julien rend la Justice en personne a Constantinople, et, pendant qu’il se livre l’administration de la Thrace, reçoit plusieurs ambassades étrangères. — VIII. Coup d’œil sur cette contrée, le Pont-Euxin et les populations du littoral. — IX. Julien, après avoir agrandi et embelli Constantinople, va visiter Antioche. Chemin faisant, il accorde un subside aux habitants de Nicomédie, pour relever les ruines de leur ville. A Ancyre, il donne ses soins à l’administration de la justice. — X. Il passe l’hiver à Antioche, et y siège comme juge, sans persécuter personne pour cause de religion. — XI. George, évêque d’Alexandrie, est traîné dans les rues, mis en pièces, et brûlé avec deux autres personnes par les polythéistes de cette ville ; cet attentat reste impuni. — XII. Julien, méditant une expédition contre les Perses, consulte les oracles sur l’issue de celle guerre, et offre en sacrifice des victimes sans nombre. Sa dévotion aux aruspices et aux augures. — XIII. Il attribue sans fondement aux chrétiens l’incendie du temple d’Apollon à Daphné, et fait fermer l’église cathédrale d’Antioche. — XIV. Sacrifice à Jupiter sur le mont Casius. Rancune de Julien contre les habitants d’Antioche. Elle est l’origine du Misopogon. — XV. Statistique de l’Égypte. Du Nil, des crocodiles, de l’ibis et des pyramides. — XVI. Des cinq provinces de l’Égypte et de leurs villes les plus célèbres. 
 Pag. 166
LIVRE XXIII.
Somm. I. Vaine tentative -de Julien pour relever le temple de Jérusalem. — II. Il enjoint à Arsace, roi d’Arménie, de se préparer à faire avec lui la guerre aux Perses, et passe l'Euphrate avec un corps de Scythes pour auxiliaires. — III. Pendant la macehe de l’armée an travers de la Mésopotamie, les chefs de diverses tribus sarrasines lui offrent leur assistance, et lui font hommage d’une couronne d’or. La flotte romaine, forte de onze cents vaisseaux, couvre les eaux de l’Euphrate. — IV. Description des machines de siège et de rempart : la batiste, l’onagre ou scorpion, le bélier, l'hélépole, et les brûlots. — V. Julien passe l'Aboras sur un pont de bateaux, près de Circésium. — VI. Énumération des dix-huit principales province de Perse et de leurs villes. Mœurs des habitants. 
 Pag. 191
LIVRE XXIV.
Somm. I. Julien entre avec son armée en Assyrie, et met le feu au fort d’Anatho sur l'Euphrate, qui s’était rendu à lui. — II. Il laisse de côté quelques autres places, brûlant celles qu’il trouve abandonnées. Pirisabore, qui se rend, est incendiée. — III. Julien promet cent deniers de récompense à chacun de ses soldats, qui accueillent avec dédain cette chétive largesse. Il les rappelle à la raison par un langage noble et ferme. — IV. Les Romains assiègent la ville de Maogumaique, et la détruisent — V. Une autre forteresse, des mieux défendues par sa position et ses ouvrages, est prise et incendiée. — VI. Julien, à la suite d’une action ou il avait taillé en pièces deux mille cinq cents Perses sans 
perdre plus de soixante des siens, harangue ses soldats et leur distribue de nombreuses couronnes. — VII. Julien renonce è mettre le siège devant Ctésiphon. Il donne inconsidérément l’ordre de brûler sa flotte, et cesse de côtoyer le fleuve. — VIII. Julien, voyant qu’il ne peut Jeter de pont, ni compter sur la jonction du reste de ses forces, se décide à faire retraite par la Cordouène. 
 Pag. 211
LIVRE XXV.
Somm. I. Les Perses attaquent l’armée romaine dans sa marche, et sont vigoureusement repoussés. — II. Le pain et les fourrages manquent chez les Romains. L’empereur est effrayé par des prodiges. — III. Pressé vivement par les Perses, Julien néglige de revêtir sa cuirasse, et se jette imprudemment dans la mêlée. Il est blessé d’un coup de javelot. Rapporté dans sa tente, il harangue les assistants, et meurt après avoir bu de l’eau froide. — IV. Qualités et défauts de Julien. Portrait de sa personne. — V. Élection tumultuaire de Jovien, officier supérieur des gardes. — VI. Les Romains se hâtent de quitter la Perse, et, dans leur retraite précipitée, sont harcelés par les Perses et les Sarrasins, qu’ils repoussent en leur infligeant de grandes pertes. — VII. Traité ignominieux, mais nécessaire, avec Sapor. Jovien, poussé par la disette et les murmures de l’armée, achète la paix par la reddition de cinq provinces et des villes de Nisibe et de Singare. — VIII. Les Romains repassent le Tigre, et après avoir longtemps et courageusement soutenu les horreurs de la faim, rentrent en Mésopotamie. Jovien règle tant bien que mal les affaires de l’Illyrie et des Gaules. — IX. Binèses, noble persan, reçoit des mains de Jovien l’inexpugnable place de Nisibe. Les habitants expulsés se retirent à Amide. On livre encore aux Perses, d’après le traité, cinq provinces avec la ville de Singare et seize forts. — X. Jovien, craignant des soulèvements, parcourt à la hâte la Syrie, la Cilicie, la Cappadoce, et la Galatie. Il prend à Ancyre le consulat, avec son fils Varronien, encore enfant. Une mort subite l’enlève peu après à Dadastane - 
 Pag. 228
LIVRE XXVI.
Somm. I. Valentinien, tribun de la seconde école des scutaires, est désigné, quoique absent, empereur à Nicée, du consentement unanime des ordres civils et militaires. Remarques sur le bissexte. — II. Valentinien accourt d’Ancyre à Nicée, où son élection est confirmée tout d’une voix. Il revêt la pourpre, ceint le diadème, et, sous le titre d’Auguste, adresse une harangue à l’armée. —III. Apronien préfet à Rome. — IV. Valentinien à Nicomédie, élève son frère Valens à la charge de grand écuyer, et bientôt, du consentement de l’armée, l’associe à l’empire dans l’Hebdome à Constantinople. — V. Partage des provinces de l’armée, entre les deux empereurs, qui s’adjugent le consulat, l’un à Milan, l’autre à Constantinople. Ravage des Allemands dans les Gaules. Révolte de Procope en Orient. — VI. Patrie de Procope, son origine, son caractère, ses dignités. Il reste caché pendant tout le règne de Jovien. Comment il s’improvise empereur lui-même à Constantinople. — VII. Procope s’empare de toute la Thrace sans coup férir. Plusieurs détachements d’infanterie et de cavalerie, qui traversaient la province, sont séduits par ses promesses. Quelques paroles adroites lui gagnent les Joviens et les Victorins, que Valens envoyait contre lui. — VIII. Procope fait lever les sièges de Chalcédoine et de Nicée, et devient maître de la Bithynie. Il en fait autant de Cyzique, après avoir forcé le passage de l’Hellespont — IX. Défection de ses partisans, en Bithynie, en Lycie et en Phrygie. Il est livré vivant à Valens, qui lui fait trancher la tôle. — X. Supplices de Marcellus, parent de Procope, et d’un grand nombre de ses adhérents. 
 Pag. 248
LIVRE XXVII.
Somm. I. Victoire des Allemands. Les comtes Charietton et Sévérien restent parmi les morts. — II. Jovien, maître de le cavalerie dans les Gaules, bat séparément deux corps de barbares, en taille en pièces un troisième, et leur tue ou blesse dix mille hommes. — III. Symmaque, Lampade et Juvence, successivement préfets à Rome. Damase et Ursin, sous l’administration du dernier, se disputent l’épiscopat. — IV. Description des sept provinces de la Thrace, et mention des diverses villes qu’on y trouve. — V. Guerre de trois ans faite par Valens aux Golths, qui avaient envoyé contre lui des secours à Procope. Paix qui la termine. — VI. Valentinien, du consentement de l’armée, confére au jeune Gratien, son fils, le titre d’Auguste, et, l’ayant revêtu de la pourpre, lui adresse une exhortation et le recommande aux soldats. — VII. Irascibilité, humeur farouche et cruautés de Valentinien. — VIII. Les Pictes, les Attacots et les Écossais ravagent la Bretagne, après avoir tué aux Romains un duc et un comte. Le comte Théodose les met en déroule, et leur arrache leur butin. — IX. Ravages exercés par les Maures en Afrique. Valens réprime les brigandages des Isauriens. Préfecture de Prétextat. — X. Valentinien passe le Rhin, et, après un combat meurtrier pour les deux partis, bat les Allemands qui s’étaient postés sur une montagne et les disperse. — XI. Caractère de Probus, sa haute naissance, ses richesses, ses dignités. — XII. Guerre entre les Perses et les Romains pour la possession de l’Arménie et de l’Ibérie 
 Pag. 267
LIVRE XXVIII.
Somm. I. Un grand nombre de sénateurs et de femmes patriciennes sont accusés et condamnés à mort pour magie, empoisonnement et adultère. L’empereur Valentinien garnit de forts et de châteaux toute la rive du Rhin du côté des Gaules. Les Allemands tuent quelques soldats romains employés à l’un de ces ouvrages. Les bandits de Marathocypre, en Syrie, exterminés par l’ordre de Valens, et leur bourg rasé. — III. Théodose restaure les villes saccagées par les barbares en Bretagne, répare les forts de cette île lie, et reconstitue la province, à laquelle il donne le nom de Valentia. — IV. Olybrius et Ampelius successivement préfets à Rome. Vices du sénat et du peuple romain. — V. Saxons en Gaule. Les Romains profilent d’une trêve pour les surprendre et pour les accabler. Valentinien engage les Bourguignons, sous fausse promesse d’agir de concert, à se jeter sur le territoire allemand. Ils reconnaissent la déception, et s’en retournent dans leur pays, après avoir massacré leurs prisonniers. — VI. Désastres causés par les Austuriens dans la province de Tuipoli et aux villes de Leptis et d’OEa restés impunis par les manœuvres frauduleuses du comte romain, qui trompe l’empereur. 
 Pag. 285
LIVRE XXIX.
Somm. I. Secrètes prétentions du notaire Théodore à l’empire. Accusé devant Valens à Antioche, du crime de lèse-majesté, il est mis à mort avec ses nombreux adhérents. — II. Exécutions multipliées en Orient pour maléfices et autres crimes vrais ou supposés. — III. Traits de cruauté et de barbarie sauvage de Valentinien en Occident. — IV. Il passe le Rhin sur un pont de bateaux pour surprendre le roi Macrien ; mais le coup manque par la faute des soldats. — V. Théodose, maître de la cavalerie dans les Gaules, est opposé en Afrique au rebelle Firmus, fils du roi maure Nabal ; il le bat en plusieurs rencontres, le réduit à se donner la mort, et rend ainsi le calme a la contrée. —VI. Les Quades, irrités du meurtre indigne de leur roi Galbinius, se liguent avec les Sarmates, mettent à feu et à sang la Valérie et la Pannonie, et détruisent presque entièrement deux légions. Claude préfet à Rome. 
 Pag. 306
LIVRE XXX.
Somm. I. Para, roi d’Arménie, est invité à se rendre à Tarse par Valens, qui l’y retient dans une honorable captivité. Para s’échappe avec trois cents des cavaliers qu’il avait amenés avec lui, donne le change aux poursuites et rentre dans ses États. Le duc Trajan le fait assassiner dans un festin. — II. Négociations entamées par ambassadeurs entre Valens et Sapor touchant la possession de l’Arménie. — III. Valentinien ravage quelques bourgades des Allemands. Il s’abouche avec leur roi Macrien. La paix est la suite de cette entrevue. — IV. Modeste, préfet du prétoire, détourne Valens de lldôe de siéger aux tribunaux en personne. Du barreau et des jurisconsultes. Satire des avocats de l’époque. — V. Valentinien se rend en Illyrie pour réprimer l’Invasion des Quades et des Sarmates. Il franchit le Danube, et met à feu et à sang le territoire barbare,
sans égard pour l’Âge ni pour le sexe. — VI. Il meurt d’un coup de sang, provoqué par un accès de fureur, en entendant les députés sarmates essayer devant lui la justification de leurs compatriotes. — VII. De sa généalogie et des actes de son règne. — VIII. Son caractère, enclin à l’avidité, à l’envie, à la peur. — IX. Ses vertus. — X. Valentinien II, son fils, est salué Auguste au camp de Brégétion. 
 Pag. 328
LIVRE XXXI.
Somm. I. Présage de la mort de Valens et de l’invasion de l’empire par les Goths. — II. Régions habitées par les Huns, les Alains et autres nations scythiques de l’Asie. Leurs mœurs. — III. Les Huns s’incorporent les Alains de vive force ou par traité, et tombent avec eux sur les Goths, qu’ils chassent de leur territoire. — IV. Les Thervinges, tribu la plus considérable de la nation expulsée, sont transportés en Thrace, du consentement de Valens, et sous promesse de soumission et de concours. Une autre tribu du nom de Gruthongue, passe aussi le Danube par surprise. — V. Les Thervinges, maltraités par les officiers de l’empereur, et pressés par la misère et la faim, se soulèvent sous la conduite d’Alavive et de Fritigern, et défont un corps de troupes commandé par Lupicin. — VI. Motifs de la révolte de Sméride et de Colias, chefs des Goths, qui, après avoir été accueillis par les Romains, égorgent les habitants d’Andrinople, et se réunissent à Fritigern pour dévaster la Thrace. — VII. Avantages remportés par Profuturus, Trajan et Richomer, contre les Goths. — VIII. Les Goths, emprisonnés par les Romains dans les gorges de l’Hémus, puis relâchés, parcourent la Thrace, marquant leurs pas par le pillage, le meurtre, le viol et l’incendie. Barzimère tribun des scutaires est massacré par eux. — IX. Frigérid, général de Gratien, tue Farnobe, l’un des prindipaux personnages d’entre les Goths, et avec lui une multitude de Goths et de Taïfales. Le reste obtient la vie et la concession d’un territoire sur les bords du Pô. — X. Victoire remportée par les généraux de Gratien sur les Allemands Lentiens. Priarius, roi de ce peuple, y périt. Les Lentiens se rendent et fournissent des recrues. On leur permet de retourner chez eux. — XI. Sébastien surprend et accable près de Béroê les Goths, chargés de butin. Très-peu réussissent à s’échapper. Gratien vole secourir son oncle Valens contre les Goths. — XII. Valens se décide à livrer bataille sans attendre la jonction de Gratien. — XIII. Tous les Goths réunis, les Thervinges sous Fritigern, les Gruthongues sous Alathée et Saphran, se rencontrent avec les Romains en bataille rangée, mettent la cavalerie romaine en fuite, et font un grand carnage de l’infanterie, livrée à ses propres forces, et entassée dans un étroit espace. Valens perd la vie dans cette bataille ; son corps n’est pas retrouvé. — XIV. Vertus et vices de Valens. — XV. Les Goths vainqueurs assiègent Andrinople, où Valens avait laissé son trésor avec les archives de l’Empire, et où se trouvaient enfermés le préfet et les membres du conseil. Ils se retirent après avoir échoué dans toutes leurs tentatives. — XVI. Les Goths s’adjoignent, à prix d’argent, des bandes de Huns et d’Alains, et tentent vainement de s’emparer de Constantinople. Par quel artifice le général Jules délivra des Goths les provinces orientales au delà du Taurus. 
 Pag. 316
Notes sur Ammien Marcellin
 Pag. 374




JORNANDÈS.
Traduction nouvelle, par M. G. FOURNIER DE MOUJAN.


Pages.
Notice sur Jornandès, par le même. 
 411
Épitre servant de préface. 
 423
Chap. I. 
Division générale de la terre. 
 ib.
II. 
Description de file de Bretagne. 
 424
III. 
Description de l’île Scanzia. 
 426
IV. 
Les Goths sortis de l’île Scanzia. Leurs progrès et leur établissement dans la partie de la Scythie voisine du Pont-Euxin. 
 427
V. 
La Scythie. Sa situation. Ses peuples. Établissements successifs des Goths dans la Scythie. Le Tanaïs. Le Borysthène. 
 428
VI. 
Les Goths défont Vésosis, roi d’Égypte. Leurs conquêtes en Asie. Origine des Parthes. 
VII. 
Les Amazones. Leurs guerres. Elles fondent le temple d’Éphèse. Description du Caucase. 
 ib.
VIII. 
Mariages des Amazones avec les peuples voisins. Comment elles traitaient leurs enfants nouveau-nés. 
 433
IX. 
Les Goths époux des Amazones. Leur roi Télèphe. Son origine. Situation de la Mœsie. Exploits de Télèphe. Sa mort 
 ib.
X. 
Guerres de Cyrus contre Thamiris, reine des Gèles. Ville de Thamiris fondée en Mœsie. Guerres de Darius, de Xerxès contre les Goths. Philippe fait alliance avec les Goths. Les Goths font irruption dans la Grèce. 
 434
XI. 
Arrivée de Diceneus Boroïsta chez les Goths. Il leur enseigne la philosophie, et acquiert une grande autorité parmi eux. Comosicus lui succède. 
 435
XII. 
Corilius roi des Goths. Dacie ancienne. Sa situation. Description du Danube. 
 436
XIII. 
Dorpanéus roi des Goths. Ses victoires sur les Romains pendant le règne de Domitien. Anses. 
 437
XIV. 
Généalogie des Amales. Division des Goths en Visigoths et en Ostrogoths. 
 ib.
XV. 
Origine de l’empereur Maximin. Sa force prodigieuse. Comment il parvient à l’empire. Il persécute les chrétiens. Sa mort. Philippe lui succède. 
 438
XVI. 
État florissant de la nation des Goths au bord du Pont-Euxin. Les Goths fédérés des Romains deviennent leurs ennemis. Ils dévastent la Mœsie et la Thrace sous la conduite d’Ostrogoths. Siège de Marcianopolis. A quelle occasion fut fondée cette ville. 
 439
XVII. 
Les Gépides jaloux des Gotbs. Leur parenté. Origine du nom des Gépides. L’ile Gépidos. Les Vividariens. Fastida, roi des Gépides, soumet les Burgundions et d’antres nations. Il fait la guerre aux Goths, et est battu par Ostrogoths. 
 440
XVIII. 
Cniva, successeur d’Ostrogoths, conduit les Goths en Mœsie, et livre plusieurs combats aux Romains. Mort de Décius. 
 441
XIX. 
Gallus et Volusianus. Peste sous leur règne. Révolte et mort d’Æmylianus. Gallus et Volusianus font un traité d’alliance avec les Goths. 
 442
XX. 
Irruption des Goths en Asie, sous le règne de Gallien. Ils brûlent le temple d’Éphèse. Ils ravagent la Thrace. Prise d’Anchiale. 
 442
XXI. 
Maximien se sert des Goths en Perse, en Égypte, etc. Constantin prend à sa solde quarante mille Goths sous le nom de Fédérés. 
 443
XXII. 
Origine de Gébérich, roi des Goths. Il attaque Vijumar, roi des Wandales. Origine de ce roi. Pays des Wandales. Combat au bord de la Marisia. Les Wandales, vaincus, s’établissent dans la Pannonie. 
 ib.
XXIII. 
Ermanaric roi des Goths. Ses conquêtes sur diverses nations du Septentrion. Il

Page:Marcellin, Jornandès, Frontin, Végèce, Modestus - Traductions de Nisard, 1860.djvu/827 Page:Marcellin, Jornandès, Frontin, Végèce, Modestus - Traductions de Nisard, 1860.djvu/828 Page:Marcellin, Jornandès, Frontin, Végèce, Modestus - Traductions de Nisard, 1860.djvu/829

Page:Marcellin, Jornandès, Frontin, Végèce, Modestus - Traductions de Nisard, 1860.djvu/830
  1. Habitants de Lintz.
  2. Saverne.
  3. Strasbourg.